CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND 39 [terminé]

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Avatar du membre
HANS MULLER
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 18
Enregistré le : ven. 16 avr. 2021 00:00
Localisation : Toulouse

CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND 39 [terminé]

#1 Message non lu par HANS MULLER »

Bonjour à tous !


Pour ce premier replay du challenge du 80ème anniversaire, je commence logiquement par l’invasion de la Pologne, Fall Weiss, avec le jeu POLAND’ 39 de Ty Bomba, édité en par XTR CORP en 1992.

Cet auteur à signé de nombreux jeux, et l’éditeur est plus connu pour la revue COMMAND MAGAZINE. Pendant toutes les années 90, j’ai beaucoup aimé ce magazine pour sa maquette couleur, ses belles cartes et nombreux ordres de bataille, mais aussi pour ses jeux aux règles classiques et faciles d’accès.

POLAND’ 39 n’est pas en encart du magazine, et il comporte une carte 22x33’’ et 192 pions, de bonne qualité pour l’époque. La carte est constituée de grands hexagones de 3/4’’. Les pions sont aussi de grande taille : 3/5’’. A noter que la carte est de Mark Simonitch. Il y a trois scénarios d’histoire alternative, la marotte de l’auteur, mais je vais m’en tenir au scénario historique. Il couvre le mois de campagne jusqu’au début octobre avec 12 tours de 3 jours, les forces Soviétiques étant présentes.

Le système est très classique. Il comporte quelques particularités auxquelles il faut s’adapter. La limite d’empilement d’applique continuellement pendant la phase de mouvement. Les unités amies n’annulent pas les ZOC ennemies pour le mouvement. Les reculs après combat ainsi que les lignes de ravitaillement peuvent passer par des ZOC ennemies sans pénalités. Je reviendrais sur les conditions de victoire à la fin.

La mise ne place est historique. Le joueur Allemand ne s’en plaindras pas, contrairement au Polonais. Il prend la place dans le jeu du commandement supérieur, qui ne prend pas les décisions politiques. C’est ainsi qu’il se retrouve avec le gros de ses forces à défendre l’ouest du pays et le corridor de Danzig, dans un terrain peu propice à la défense et face à un ennemi supérieur. Pour couronner le tout, la mobilisation a été trop tardive et est donc inachevée. Pour l’Allemand, il s’agit de détruire l’armée Polonaise le plus rapidement possible, afin de transférer des troupes à l’ouest, face à la France, au plus tôt. Pour le Polonais, il faut gagner du temps, en l’attente d’une attaque Française à l’ouest, puis, lorsque la situation devient désespérée avec l’attaque dans le dos des Soviétiques, il faut évacuer le plus d’hommes possible par la Roumanie.

Situation initiale :
Image

Gros plan au nord :
Image

Gros plan au sud :
Image

Le plan Allemand est, au nord, d’ouvrir une communication avec la Prusse Orientale par le corridor de Danzig. Les forces mécanisées iront alors percer à l’est entre la fortification de Rozan et la frontière Lituanienne. Ensuite elles envelopperont Varsovie par l’est, et longeront le Bug vers le sud pour empêcher une fuite massive d’unités Polonaises vers la Roumanie. Au centre et au sud, il faudra exercer une pression maximale jusqu’à obtenir une percée. Les forces mécanisées fonceront alors sur Varsovie par le sud, pour l’encercler et couper tout ravitaillement, et à l’est vers Lwow, là aussi pour empêcher une fuite massive d’unités Polonaises vers la Roumanie. La vitesse est à l’ordre du jour, mais elle doit s’accompagner de prudence, car l’Allemand ne peut pas se permettre trop de pertes. Les division panzer, légères et motorisées s’empilent par trois ( un panzer korps ) et évitent les overruns durant les premiers tours, les pertes étant probables tant que la moindre division Polonaise est ravitaillée. Elles se contentent au début de mouvements mécanisés qui permettent de bouger de ZOC ennemie en ZOC ennemie.

Pour le Polonais, l’équation est complexe. Il doit retarder l’Allemand sans trop sacrifier d’unités, défendre sa capitale en retardant son encerclement ( c’est sa seule source de ravitaillement ), et préserver assez d’unités à évacuer vers le sud. La première chose à faire est de reculer au plus vite les forces situées entre Poznan et Danzig. Les voir fixées sur place et encerclées serait une catastrophe. Face à la Prusse Orientale, il faut tenir ou reculer pas à pas, en utilisant fortifications et terrain. Une percée Allemande à cet endroit serait une autre catastrophe, puisque Varsovie n’est qu’à six hexagones de ce front. Les réserves au centre seront plus utiles pour défendre la capitale et préparer une défense du Bug, à l’est, de sa boucle jusqu’à Brest. Sur le front sud, il faut tenir le plus longtemps possible, en évitant de se faire fixer et encercler. Les réserves au sud, autour de Lwow, doivent rester à l’abri pour constituer le gros des forces à évacuer vers la Roumanie, sans oublier de compléter l’écran de forces face aux Soviétique.

C’est parti et voici la situation à la fin du tour 2 :
Image

Les pertes Polonaises sont encore modérées ( à gauche de la photo ).

Gros plan au nord :
Image

Le gros des armées Polonaises de Poznan et Pomorze a pu reculer, mais les Allemands ont percé à l’est.

Gros plan au sud :
Image

Le front Polonais tient encore. L’écran face aux Soviétiques a été complété.

La situation à la fin du tour 4 :
Image

L’Allemand a forcé le passage sur le Bug vers l’ouest, et la Vistule vers l’est, refermant les deux pinces et encerclant Varsovie. Le ravitaillement Polonais est ainsi coupé. Les pertes Allemandes sont faibles, au contraire de celles des Polonais. Mais les forces Polonaises ayant échappé à l’encerclement sont nombreuses au Sud et protègent toujours la zone de Lwow. Il ne reste qu’un tour à l’Allemand pour empêcher une évacuation massive, puisque dès le tour 6 il ne peut plus progresser dans la zone réservée aux Soviétiques.

Gros plan :
Image

La situation à la fin du tour 6 :
Image

L’Allemand a dû prendre des risques avec ses unités mécanisées pour forcer le passage vers Lwow. Ce n’est qu’avec une attaque désespérée sur la fortification de Przemysl et de la chance sur ce dernier combat qu’il a pu déjouer le plan évacuation Polonais, en causant assez de pertes. Du coup les Polonais décident de se disperser dans les Marais du Prippet pour tenter d’y survivre jusqu’au tour 12.

Gros Plan :
Image

Par la suite, à Varsovie, la partie ouest est prise d’assaut par de l’infanterie, puis la garnison est forcée à la reddition par un bombardement aérien au tour 9, ce qui provoque également la reddition de la forteresse d’Hela près de Danzig. Dans les marais, les Soviétiques cernent progressivement les unités Polonaises et les éliminent. La dernière succombe au tour 10. Les pertes des Allemands étant limitées à 7 points, c’est une victoire pour eux.

Evidemment, sur le plan militaire, la Pologne n’a pas la moindre chance. En terme ludique, c’est beaucoup plus serré, car la partie s’est jouée sur un jet de dé au tour 5, en faveur de l’Allemand. J’ai fait deux parties en « présentiel » avec mon comparse Gondhir, en échangeant les camps : une victoire Allemande et une victoire Polonaise. J’ai perdu en jouant Allemand, puis en jouant Polonais : vengeance !

Je reviens maintenant sur les conditions de victoire. A mon avis, les conditions de victoire d’un wargame en sont la règle cruciale. Elles doivent à la fois orienter les choix des joueurs dans le sens de l’histoire, et équilibrer le jeu en terme ludique : c’est un équilibre difficile à obtenir.
Ceux qui ont suivi ce replay jusque-là ont certainement remarqué le mouvement surprenant des Polonais vers les marais. Il est la conséquence des conditions de victoire, que voici :

Pour l’emporter l’Allemand doit remplir trois conditions :
- Limiter ses pertes à 15 points ( 1 step mécanisé vaut 3 points, tout autre step 1 point ).
- Détruire TOUTES les unités Polonaises non évacuées.
- Eviter l’évacuation de plus de 15 points de Polonais ( division d’infanterie complète 2 points, tout autre unité 1 point ). L’évacuation ne peut commencer qu’au tour 7, sachant que les Soviétiques interviennent au tour 6, tour à partir duquel l’Allemand ne peut plus progresser à l’est dans la zone réservée aux Soviétiques.
Sinon, c’est une victoire Polonaise.

Le premier point encourage l’Allemand à la prudence avec ses panzers, ce qui n’est pas idiot puisque ce n’est que la répétition générale de la blitzkrieg. Par contre c’est arbitraire et artificiel, pour équilibrer le jeu.

Il en est de même avec le second point. Il est peu en rapport avec l’objectif stratégique Allemand historique, qui est d’en finir rapidement avec le gros de l’armée Polonaise, pour se redéployer ensuite à l’ouest.

Le dernier point est le pire, puisqu’il peut entrainer, avec le deuxième, des choix étranges de la part du joueur Polonais.

Ces conditions de victoire donnent un jeu équilibré et tendu, mais entraine une mauvaise simulation de cette campagne.

Les mécanismes de ce jeu entrainent aussi quelques situations peu satisfaisantes sur le plan de la simulation. Il faut par exemple encercler une unité en occupant les six hexagones adjacents, pour en éviter le recul. Les règles spéciales ne m’ont pas choqué, à part celle d’interdiction aérienne, qui cible une unité ennemie.

Au final, POLAND’39 est un bon jeu, mais une mauvaise simulation, donc à chacun de voir suivant ses préférences en la matière.

Pour un prochain replay, ce sera encore l’invasion de la Pologne, mais cette fois avec le jeu POLAND DEFIANT de REVOLUTION GAMES.


HANS MULLER
Modifié en dernier par HANS MULLER le mar. 1 juin 2021 14:26, modifié 1 fois.
Stalingrad ? Une fois ça suffit !

Avatar du membre
Charles Antoine
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1537
Enregistré le : ven. 29 mai 2009 14:40
Localisation : 35

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND 39

#2 Message non lu par Charles Antoine »

Passionnant ce CR.
Est ce qu'un résultat en termes de simulation aurait été meilleur en jouant un scénario alternatif ?
Je pense au scénario historique alternatif 15.1 avec déploiement libre mais avec certaines contraintes.
"La mystique républicaine, c'est quand on mourait pour la République ; la politique républicaine, c'est à présent qu'on en vit."

Charles Péguy, Notre Patrie

Gondhir
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 14
Enregistré le : mer. 31 mars 2021 16:09

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND 39

#3 Message non lu par Gondhir »

Je répond car je suis l'adversaire "habituel" de Hans Muller.
En fait, de base, le jeu est déséquilibré. Les placements alternatifs ne changent pas à mon sens le "fond" du jeu.
La version de RG est bien meilleure et bien plus intéressante.

Avatar du membre
HANS MULLER
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 18
Enregistré le : ven. 16 avr. 2021 00:00
Localisation : Toulouse

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND 39

#4 Message non lu par HANS MULLER »

Bonjour à tous !

par Charles Antoine » lun. 24 mai 2021 11:34

Passionnant ce CR.
Est ce qu'un résultat en termes de simulation aurait été meilleur en jouant un scénario alternatif ?
Je pense au scénario historique alternatif 15.1 avec déploiement libre mais avec certaines contraintes.

J'ai relu ce scénario. Bien que je ne l'ai jamais essayé, mon opinion est qu'il est pire encore
que le scénario historique. En effet le placement "éclairé" du joueur Polonais doit provoquer
une défaite AUTOMATIQUE du joueur Allemand, puisque la condition de victoire concernant les
pertes Allemandes est maintenue. L'auteur le suggère lui-même.

Par exemple, 4 steps de pertes sur les mécanisés et 4 sur l'infanterie suffisent. C'est déjà
compliqué dans le scénario historique, mais là, je pense que c'est impossible. Il ne faut pas
oublier que la table de résultats des combats est du genre "attritive" pour l'attaquant.

L'auteur aurait du retravailler beaucoup plus ce scénario et ses conditions de victoire pour
en faire un jeu équilibré.

Je parle bien sûr sur le plan ludique.

Quel que soit le scénario, la simulation reste médiocre.


HANS MULLER
Stalingrad ? Une fois ça suffit !

Avatar du membre
Biobytes
Grognard
Grognard
Messages : 899
Enregistré le : dim. 28 août 2011 18:07
Localisation : Normandie

Re: CHALLENGE 80ème ANNIVERSAIRE WWII: POLAND 39 [terminé]

#5 Message non lu par Biobytes »

Bonsoir Hans,

Merci pour ce compte-rendu sur une version peu pratiquée je pense. C'est par ailleurs le seul jeu que je possède sur ce thème ;) .

Je suis d'accord c'est de Ty Bomba mais le souvenir que j'en garde n'est pas déplaisant même si bien sûr la simulation historique laisse à désirer comme le montre ton CR.

Merci encore d'avoir exhumé ce Command Magazine qui a fait rêver certains d'entre nous dans les années 90 :triste:
Biobytes
Sur la table en ce moment ou envies: Jours de Gloire (VV), Pacific War (VG), ASL (MMP+AH), Zitadelle (3W), Lee vs Grant (VG)

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »