[CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Avatar du membre
allalalai
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2505
Enregistré le : lun. 29 nov. 2010 15:42
Localisation : Embrun

[CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#1 Message non lu par allalalai »

Historique :
La bataille de Cabezón se déroule le 12 juin 1808, en Espagne, à Cabezón de Pisuerga près de Valladolid. Elle oppose l’armée de Castille commandée par le capitaine-général Gregorio Garcia de la Cuesta à un détachement de l’armée du maréchal Bessières, aux ordres du général Antoine Charles Louis de Lasalle. Après les événements du 2 et 3 mai 1808 à Madrid, la révolte touche Valladolid où les partisans de Ferdinand VII se sont emparés du pouvoir. Le Capitaine-général de la Cuesta instaure la conscription obligatoire pour tous les hommes de 17 à 40 ans, et cherche à organiser une armée pour faire face aux troupes françaises stationnées à Burgos. Avec 15000 hommes, le maréchal Bessières prend immédiatement la direction de la Castille pour étouffer l’insurrection. Les troupes françaises divisées en plusieurs colonnes s’emparent de Logroño, Reinosa, Palencia, etc…
Pensant stopper la progression française, Cuesta quitte Valladolid le 9 juin avec 6000 miliciens, 300 cavaliers réguliers et 4 canons, et se dirige vers l’Est pour bloquer la route Burgos-Madrid. La colonne du général Merle qui vient de rejoindre la cavalerie du Général Lasalle, rencontre l’ennemi le 12 juin, près du village de Cabezón, sur la rivière Pisuerga. Il dispose de 6000 hommes aguerris, face à des Espagnols impatients d’en découdre et apparemment trop confiants puisqu’ils ont déjà franchi le pont enjambant la rivière. Cette imprudence ne passe pas inaperçu et les Français ont rapidement raison des insurgés. Une charge impromptue des cavaliers de Lasalle suffit à mettre en déroute les miliciens qui n’ont d’autre voie de retraite que le pont de pierres qu’ils ont dépassé quelques instants plus tôt. Sabrés et massacrés, les Espagnols laissent sur le terrain plusieurs centaines de tués et prisonniers pour 50 morts du côté français. Lasalle poursuit son offensive jusqu’à Valladolid dont il s’empare, Merle étouffe la rébellion en Cantabrie et parvient à Santander le 23 juin offrant le contrôle du nord de la péninsule à l’empereur.

Français: environ 6000 hommes et 8 canon
1re division : général de division Pierre Hugues Victoire Merle
1re brigade : général de brigade Jean Barthélemy Darmagnac
47e régiment d'infanterie de ligne (1er bataillon), 1 235 hommes
3e régiment d'infanterie suisse (1 bataillon), 721 hommes
Artillerie à pied, 8 canons de 8 livres
Grenadiers et voltigeurs des compagnies d'élite du 86e régiment d'infanterie de ligne (2 compagnies), 231 hommes
2e brigade : général de brigade Joseph-Yves Manigault-Gaulois
1er régiment de marche d'infanterie (1bataillon), 965 hommes
1er régiment de légion de réserve supplémentaire (2 bataillons) 2 096 hommes
Division de cavalerie : général de division Antoine Charles Louis de Lasalle
10e régiment de chasseurs à cheval, 469hommes
22e régiment de chasseurs à cheval, 460 hommes
3e régiment de cuirassiers provisoire, 153 hommes

Espagnols : environ 6500 hommes, 4 canons
Capitaine général Gregorio García de la Cuesta, commandant en chef
1re division
Régiment d'infanterie Covadonga (2 bataillons) ,1500 hommes
1er et 2e régiments volontaires de León (2 bataillons), 1600 hommes
Régiment de Guardias de Corps (1 escadron), 100 hommes
Régiment de Carabineros Reales (1 escadron), 160 hommes
2e division
3e régiment de volontaires de León (1 bataillon), 800 hommes
Régiment de Tercios de Castilla (3 bataillons), 2 100 hommes
Régiment de la Reina — 2 escadrons, 300 hommes

Scénario :
Dans le scénario, un hex représente environ 200m, un tour environ 1/2h de jeu.
Moral espagnol : 0
Moral français : +1
Bord de carte français nord, bord de carte espagnol sud.
Durée :
7 tours
Initiative :
Le joueur français a un +1 au dé d’initiative
Particularités :
La rivière Pizuerga n’est franchissable que par le pont hex 114.
Conditions de victoire :
3PV pour l’occupation de Cabezón de Pizuerga hex 155.
2PV pour l’occupation du pont hex 114.
1PV par unité ennemie éliminée.
Le joueur possédant deux fois le nombre de PV de son adversaire obtient une victoire décisive.
Le joueur possédant le plus de PV obtient une victoire majeure.
En cas d’égalité, c’est une victoire mineure pour le joueur espagnol.

Tour 1 :
Image

Les Français ont l’initiative pour ce premier tour.
La cavalerie française, sous la férule de Lasalle se précipite pour charger l’aile droite espagnole tandis que l’infanterie de Merle se déploie en direction du centre et de la gauche ennemis.
Les 8 canons de Merle, avec un 6 au dé, font dérouter les cavaliers du régiment Carabineros Reales, qui, pour ne pas traverser les unités adverses et les obliger à un test de moral, sont éliminés. 1PV pour le Français. Les cavaliers du régiment Guardias de Corps évitent sagement l’avancée du 1er régiment de légion de réserve.
Sur la gauche française, les Chasseurs à Cheval du 22e, soutenus par l’escadron du 3e Cuirassiers culbutent les escadrons du régiment Reina et les éliminent ; 2 PV pour le joueur français.
De La Cuesta essaie de réagir à l’attaque française, il forme trois unités en colonne d’assaut et les lance contre les troupes ennemies. Un bataillon du régiment Covadonga fait reculer les soldats de la Légion de réserve, le second engendre des pertes aux Suisses.
Image

Lasalle évite l’attaque du 2nd régiment de volontaires de Léon, de même pour le 22e Chasseurs à Cheval face au 3e Léon. En revanche, le 2nd Léon avec un 1 au d6 subit un résultat Fatigue ainsi que le 2nd Léon qui soutenait son attaque. C’est un second marqueur Fatigue pour le 2nd Léon (1er suite à la colonne) qui est immédiatement désorganisé.
Image

Tour 2 :
Les Français conservent l’initiative. Merle vient appuyer l’action de l’artillerie, Lasalle charge le 2e Léon à la tête du 10e Chasseurs à Cheval. Le 1er RIM vient appuyer l’action de la 1re Légion contre le régiment Covadonga.
Le tir des canons français fait reculer d’un hexagone les Guardias Reales.
Sur la droite française, l’infanterie impériale, à 4/1 et 3 au d6 met en déroute les Espagnols ; ceux-ci traversent les cavaliers des Guardias Reales qui échouent au test de moral et partent eux aussi en déroute.
Image

A 4/3 les cavaliers de Lasalle sont emmenés par un homme énergique, 5 au d6 +1 (capacité du chef) = 6, les Espagnols reculent (le jeune général survit à cette chevauchée). Les Suisses font eux-aussi reculer les Espagnols et à 3/1 le 47e de Ligne impose un marqueur Fatigue à un bataillon du 2e Léon.
De La Cuesta réorganise du mieux qu’il peut sa ligne, se portant au devant du bataillon Covadonga dérouté et envoyant son artillerie et deux bataillons Tercios de Castilla défendre le pont. Deux bataillons espagnols sur la droite chassent la cavalerie française tandis que Lasalle recule devant 2.Léon.
A 1/1 avec l’impact de la pente, l’attaque contre le 3e Suisse est trop risquée.
La cavalerie espagnole poursuit sa déroute, elle sort de la carte, +1PV pour le Français.
Image

Tour 3 :
Les Français manœuvrent en premier. La 1re Légion attaque en deux colonnes, elle désorganise un premier bataillon de Covadonga, désorganise et met en déroute le second. Le 3e Suisse engage et élimine le 1er Léon, +1 PV.
Le 47e de Ligne engage le 2.Léon soutenu par la cavalerie de Lasalle et les pousse à reculer.
Image

De La Cuesta, veut empêcher la débâcle totale. A droite et au centre, le 3e Léon neutralise la cavalerie, le Tercios de Castille fait face au 47e, le 2nd Léon tente de maintenir sa position. A gauche, le tir de l’artillerie espagnole sur la colonne d’attaque de la 1re Légion de Réserve est dévastateur, 4 au d6 +2 contre une colonne d’assaut et +2 contre une unité adjacente.
Covadonga n’est pas en position d’attaque, même avec la présence du général espagnol.

Tour 4 :
L’espagnol s’empare de l’initiative.
Avant de poursuivre le CR, les questions s’accumulent…

Milice : selon vous, les Milices espagnoles (comme d‘autres milices napoléoniennes) peuvent-elles se mettre en colonne d’assaut et attaquer ?

Image

Cavalerie : si la cavalerie veut sortir de la ZdC du 3e Léon, elle doit passer un test de moral. Quelque part, je ne sais pas quoi penser :
- l’impact de la zone de contrôle bloque les unités de cavalerie car le jouer n’a pas forcément envie de tenter un test de moral et de risquer une déroute sur un simple « positionnement bloqué » ;
- en même temps, avec son potentiel de mouvement plus fort, la cavalerie peut sans souci éviter une attaque adverse et reculer d’un hex si le régiment espagnol l’engage lors de la phase de combat ;
- on peut comprendre de cette cavalerie bloquée qu’elle joue son rôle d’écran qui « occupe » une unité d’infanterie, même si par là-même elle aussi est occupée.

Image

Fatigue : dans mon jeu, le marqueur Fatigue est posé sur une unité :
- après une attaque en colonne ou une charge, ce qui représente les pertes et le désordre organisé par l’action militaire ; l’unité perd 1 point à sa valeur de combat ;
- suite à un résultat de combat ou de tir d’artillerie.
Quelque part, mon marqueur Fatigue est un stade antérieur à la désorganisation (qui diminue par deux la valeur de combat et enlève 1PM). Cependant, je me heurte à quelques doutes :
- le marqueur colonne d’assaut, une fois le combat résolu, est retourné sur sa face Fatigue (l’unité a lutté, pris des pertes, perdu en cohésion), sauf que du coup, lorsque l’artillerie adverse tire sur la colonne d’infanterie qui vient d’attaquer pour bénéficier du +2, et bien ça ne se voit plus que cette unité est en colonne d’attaque !!! On peut donc avoir des oublis durant la partie.
- Pour lever les marqueurs Fatigue, je voulais l’intervention des chefs, sauf que c’est trop long : ici je n’ai que deux chefs pour 11 unités françaises, et c’est déjà la cata ; du coup, j’ai pensé à l’idée : pour se lever le marqueur Fatigue, l’unité se réorganise durant 1 tour (où elle ne peut rien faire)…J’ai même pensé à faire un marqueur recto Fatigue, verso un chef pour dire que le commandement réorganise. Mais j’ai aussi le marqueur Charge/Colonne d’assaut recto et Fatigue verso……..
Je pense supprimer le coup du marqueur Fatigue après la charge ou la colonne d’assaut pour éviter ces pbs, mais ça me peine, je trouvais l’idée d’une fatigue après ces actions très intéressante et simulant bien cette période : celui qui veut tout enfoncer avec ses colonnes peut le faire, mais il risque la désorganisation de ses troupes (deux marqueurs Fatigue).

Image

Chefs : dans cette situation (comme on dit au code), De La Cuesta empilé avec une unité dans la ZdC d’un bataillon français peut-il quitter le bataillon Covadonga pour aller ailleurs. D’après ma règle sur les ZdC, une unité doit faire un test de moral, mais un chef sur une unité, que faut-il représenter ?
Allalalai, Indiens, Zoulous, coloniades et hommes plus forts du bouclier !

Colleoni
Pousse pion
Pousse pion
Messages : 50
Enregistré le : jeu. 16 août 2018 10:50

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#2 Message non lu par Colleoni »

Intéressant comme CR, c'est un système que tu développes ?

Avatar du membre
allalalai
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2505
Enregistré le : lun. 29 nov. 2010 15:42
Localisation : Embrun

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#3 Message non lu par allalalai »

Salut,
Oui, je veux en faire un jeu si je peux. Là je règle certains problèmes, ça avance bien.
Allalalai, Indiens, Zoulous, coloniades et hommes plus forts du bouclier !

lannes06
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 285
Enregistré le : ven. 10 oct. 2008 18:49

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#4 Message non lu par lannes06 »

Interressant ce cr d ebauche de regles appliquees...
Pions tres jolis
Carte un poil simplette

Commentaire cr
Pas de test de mise en carre face a la cav?

Milices colonnes d assaut? C est pas des troupes entrainees a la base alors oui si elles attaquent mais pas de bonus

Cav et sortie de zdc ..face a de l inf ca me semble normal ...comme une esquive quoi...mais de la cav lourde tu l a fait esquiver aussi des cav legers plus rapide?

Chefs et fatigue
Oui n importe quel chef sait entrainer ses troupes a l assaut...mais les rallier ca c est du sport....
Fatigue ou autre pour moi tu ne peux pas rallier au contact de l ennemi c est certain

Avatar du membre
fantassin
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 3327
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 07:37
Localisation : Millau(12) Limogne (46260)

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#5 Message non lu par fantassin »

lannes06 a écrit : lun. 15 févr. 2021 13:10 Interressant ce cr d ebauche de regles appliquees...
Pions tres jolis
Carte un poil simplette

Commentaire cr
Pas de test de mise en carre face a la cav?

Milices colonnes d assaut? C est pas des troupes entrainees a la base alors oui si elles attaquent mais pas de bonus

Cav et sortie de zdc ..face a de l inf ca me semble normal ...comme une esquive quoi...mais de la cav lourde tu l a fait esquiver aussi des cav legers plus rapide?

Chefs et fatigue
Oui n importe quel chef sait entrainer ses troupes a l assaut...mais les rallier ca c est du sport....
Fatigue ou autre pour moi tu ne peux pas rallier au contact de l ennemi c est certain
Pour moi la cavalerie devrait pouvoir quitter une Zoc d’infanterie sans soucis. Du coup’ l’infanterie elle en peut quitter une zoc dans ta regle?

La colonne étant la formation la plus simple , aucun problème pour la milice.

Par contre pas de facteurs moral sur les unités?

Si tu mets 7n marquer colonne, les unités sans marqueurs sont dans quelle formation? :gratte:
François

Avatar du membre
allalalai
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2505
Enregistré le : lun. 29 nov. 2010 15:42
Localisation : Embrun

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#6 Message non lu par allalalai »

Messieurs bonjour,
Super merci pour ces réponses, ça m’aide bp !
Alors dans l’ordre :
@Lannes06 (je ne peux pas m’empêcher pour la majuscule, c’est comme Austerlitz !!) : oui je sais, les cartes, je ne suis pas très fort, et en plus sur celle-là y’a pas grand-chose…ça sera plus vivant sur d’autres, mais pour le style j’ai atteint globalement mon max.
Colonne : Le but c’est d’avoir une formation qui amène un bonus de choc, donc je garde l’idée du +3 au d6, et j’accorde aux Milices la possibilité de se former en colonne d’assaut (sans changer le bonus du marqueur), seules les troupes irrégulières ou précisions du scénario ne peuvent pas se former en colonne. Le scénario joué me laisse penser qu’il faut permettre à l’Espagnol d’attaquer en colonne ; en cas de difficulté historique, je serai toujours à temps dans une bataille de préciser que telle ou telle unité ne peut pas bénéficier de la colonne d’assaut.
Carré : en fait dans mon jeu, le carré est une compétence d’unité, ça veut dire qu’on l’a ou on ne l’a pas  Pourquoi ? D’abord parce qu’un vrai carré efficace n’est faisable que par de la Ligne ou au-dessus (vétérans, élite), en dessous c’est un bloc ou pas faisable (Milices, Irréguliers, autres en fonction du scénario) ; et comme le carré supprime le bonus de charge (qui double la force de la cavalerie), en faisant ainsi ça me permet de gérer indirectement l’unité qui y parvient ou pas et d’éviter pléthore de marqueurs. Fallait-il faire un système de test pour savoir si l’infanterie peut se former en carré, j’ai préféré éviter pour ne pas « recopier » d’autres systèmes et/ou alourdir mon jeu qui se veut simple et ludique tout en conservant des sensations. Enfin en ayant discuté de ce point sur le forum, les carrés rompus ne sont pas selon moi suffisamment nombreux pour créer un mécanisme de jeu dédié. Est-ce que ça veut dire que si je fais la bataille de Waterloo pour mon jeu, la cavalerie française ne pourra jamais rompre l’infanterie anglaise….Beh si, un jet de d6, 3/8 chances à 1/1 de désorganiser l’unité adverse, ça me semble bien.
Esquive : le principe de l’Esquive dans ma règle, est de permettre aux unités plus rapides d’éviter les unités plus lentes les attaquant en reculant d’1 hex. Or là, le pb se pose pour les mouvements du joueur qui veut retirer sa cavalerie d’un contact avec de l’infanterie ennemie. Dans ma règle, sortir d’une ZdC nécessite de réussir un test de moral. En même temps, la cavalerie doit pouvoir le faire plus facilement face à de l’infanterie et de l’artillerie. Tu as raison, il faut permettre à la cavalerie cette facilité de décrochage ; j’ai donc ajouté un bonus pour la cavalerie face à l’infanterie ou de l’artillerie lors du test de moral à faire pour sortir d’une ZdC.
Je me pose des questions car nombre de jeux utilisent le fait que la seule manière de sortir d’une ZdC est le combat…
Concernant la cavalerie lourde et la cavalerie légère, j’ai mis le même nombre de PM, 5 pour chaque. Dans mon jeu : 3 pour l’artillerie et l’infanterie, 4 pour les chefs d’infanterie et l’artillerie montée, 5 pour la cavalerie, les chefs de cavalerie et les chefs d’armée.
Comme je souhaite représenter des batailles, je ne suis pas sûr qu’il faille vraiment faire une différence sur le mouvement de la lourde et la légère…A l’échelle stratégique ou opérationnelle oui, mais là…j’ai du mal…1 hex = 200-250m suivant le scénario, 5PM pour la lourde et 6PM pour la légère, l’engagement de ces unités va-t-il se jouer sur 250m de différence…Je peux encore changer mes pions, pas de souci, est-ce vraiment importantissime historiquement ?
Chefs : en fait je voulais savoir si le chef pouvait quitter l’unité tandis qu’elle est coincée par la ZdC. J’ai choisi que non mais il va me falloir mieux le rédiger dans la règle.

@fantassin :
Pour la ZdC j’ai répondu. Je vais changer ce statut de cavalerie face aux ZdC.
Reçu pour la colonne ; en outre d’un point de vue jeu, dans ce scénario la position des Espagnols auraient sinon été intenable.
Sans marqueur : j’ai pris le parti de penser que les pions représentaient des unités en formation de marche et ligne de tir. Le système de combat est basé sur le tir de l’artillerie et l’Engagement des unités. Engagement est un mot d’époque qui désigne l’action d’aller au contact de l’ennemi. Mes pions y vont en entrant dans la ZdC adverse avec leur valeur de combat propre à la formation de type ligne de tir. Si le joueur veut « forcer la décision » par un corps à corps musclé, il les positionne durant la phase de mouvement en colonne d’assaut bonifiant ainsi sa valeur de combat (+3 au d6 ce qui « assure » des scores médians ou hauts quelle que soit le rapport). Ainsi, lorsque je vais faire des batailles avec des unités spécialisées dans la ligne de feu (Prussiens 1806, Anglais surtout), j’utiliserai la compétence « discipline de tir » qui bonifiera leur Engagement (+1 ou +2 au d6) et imposera un test de moral avec malus à tout ennemi entrant dans leur ZdC. Historiquement, c’est ce qui se passait : les Anglais attendaient le dernier moment pour imposer l’impact humain (pertes générées) et surtout moral de leur feu. On tient et on se bat contre la ligne rouge, ou on se replie avant le choc !

Fatigue :
en fait j’ai supprimé en charge et colonne d’assaut le marqueur Fatigue, ça m’alourdit le truc et je ne m’en sors pas…La Fatigue sera un résultat de combat uniquement.
Allalalai, Indiens, Zoulous, coloniades et hommes plus forts du bouclier !

lannes06
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 285
Enregistré le : ven. 10 oct. 2008 18:49

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#7 Message non lu par lannes06 »

Colonne
Bon y a qu en meme de la difference de valeur entre une colonne de grenadier hongrois a 8cies qui te tombe dessus par rapport a de la milice espagnole en sabot et armee de pique et de fourche

Carre
Oui le moral de la troupe est importante
Mais plus qu un test c est la distance de charge qui permet de faire un carre a temps...genre de l inf garde met le temps de 2 cases et de la recrue 5 a se former..tu vois ce que je veux dire?

Esquive
Desole les hussards chasseurs et lanciers ..cavalaient au minimum 25% plus vite que des cuirassiers ou dragons..a meme vitesse comment pourraient ils esquiver de la lourde et avoir la vitesse de venir par le flanc?

Vitesse
En moyenne des batailles que j ai fait
Inf 4
Art a pied 3/a cheval 4
Cavalerie lourde 6
Cavalerie legere 8

Bon de toute facon prends une bataille simple genre rivoli ou medina del rio seco (vu que t aime les espagnols:)) ) tu fais 10 parties et tu regardes ta moyenne par rapport au resultat historique

Avatar du membre
allalalai
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2505
Enregistré le : lun. 29 nov. 2010 15:42
Localisation : Embrun

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#8 Message non lu par allalalai »

Dis-donc Jean, duc de Montebello, tu ne vas pas tout me faire changer !!!!! :) ;) :clap:

Bon, comme je veux un jeu sur des cartes A4 ou A3, je vais organiser ainsi :
infanterie et artillerie à pied 3PM
artillerie à cheval 4PM
cavalerie lourde et chefs 5PM
cavalerie légère 6PM

Pour les Milices, je vais réfléchir à leur statut ; en même temps, les 8 Cies de Grenadiers Hongrois, elles auront un nombre d'hommes qui affectera la valeur de combat de l'unité...et peut-être un statut d'élite qui fera la différence. Je vais essayer de retravailler certaines différences.

Pour la charge, c'est vraiment intéressant comme argument. Je vais refaire la Compétence Carré et la retravailler. Mais j'avoue que j'ai un peu peur de m'embringuer dans de tels détails que je laisse volontiers à des jeux plus efficaces ou plus "épais" sur le sujet.

Cavalerie légère : elle peut désormais esquiver la lourde avec +1PM, sauf si elle est déjà au contact avec de la légère ennemie.

En fait, mon amour des Espagnols est limité, ils permettent surtout de travailler des batailles simples avec peu d'unités :)
Allalalai, Indiens, Zoulous, coloniades et hommes plus forts du bouclier !

Avatar du membre
grognard
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 305
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 21:25
Localisation : Nancy

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#9 Message non lu par grognard »

allalalai a écrit : lun. 15 févr. 2021 20:42 Dis-donc Jean, duc de Montebello, tu ne vas pas tout me faire changer !!!!! :) ;) :clap:

Bon, comme je veux un jeu sur des cartes A4 ou A3, je vais organiser ainsi :
infanterie et artillerie à pied 3PM
artillerie à cheval 4PM
cavalerie lourde et chefs 5PM
cavalerie légère 6PM

Pour les Milices, je vais réfléchir à leur statut ; en même temps, les 8 Cies de Grenadiers Hongrois, elles auront un nombre d'hommes qui affectera la valeur de combat de l'unité...et peut-être un statut d'élite qui fera la différence. Je vais essayer de retravailler certaines différences.

Pour la charge, c'est vraiment intéressant comme argument. Je vais refaire la Compétence Carré et la retravailler. Mais j'avoue que j'ai un peu peur de m'embringuer dans de tels détails que je laisse volontiers à des jeux plus efficaces ou plus "épais" sur le sujet.

Cavalerie légère : elle peut désormais esquiver la lourde avec +1PM, sauf si elle est déjà au contact avec de la légère ennemie.

En fait, mon amour des Espagnols est limité, ils permettent surtout de travailler des batailles simples avec peu d'unités :)
Bonjour,

Pour les milices, la question est surtout celle d'une doctrine. La colonne en assaut, c'est un peu la spécialité révolutionnaire et impériale. Les autres pays ont des colonnes, mais elles ne servent que pour le mouvement, ensuite on se déploie en ligne pour pouvoir optimiser le tir... C'est d'ailleurs aussi ce que font les français quand ils ont le temps sous l'Empire. Sous la révolution, c'était moins pratique, par manque d'entraînement des troupes et d'encadrement.
Donc, je proposerais pour tes milices mouvement en colonne possible jusqu'à x hex d'un ennemi en ordre, (en sa basant sur la distance pour manoeuvrer sans sa faire tirer dessus, 300 à 500 m dans la vraie vie) et, en imaginant des chefs espagnols plus inventifs que la moyenne, la colonne pourrait continuer et se transformer en colonne d'attaque sur un dé de moral/Qualité de troupe (réussi à 1 2 3 sur 6, plus, moins? Quelqu'un a des idées?)

Avatar du membre
allalalai
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2505
Enregistré le : lun. 29 nov. 2010 15:42
Localisation : Embrun

Re: [CR] La bataille de Cabezón, 12 juin 1808

#10 Message non lu par allalalai »

Salut Grognard,
Effectivement, ton analyse et tes arguments sont très intéressants.
En fait, j'ai procédé de la manière suivante :
1) +3 au d6 de combat au lieu de force x2 ou x3, j'ai préféré donner à la colonne plus de chances d'obtenir un résultat, même en effectif moindre face à l'adversaire, plutôt qu'un doublement de la force que je trouve inadéquat pour mon système ; ainsi, ce n'est pas un chiffre de valeur de combat "artificiellement" grossi qui est important, mais plutôt une assurance morale (l'expression est mal dite). Globalement, le joueur va se dire qu'il peut atteindre un certain score, de la même manière que sur le terrain où les officiers choisiront la colonne comme solution espérée à un problème. Jusque-là, dans les tests, ça marche.
2) j'ai réduit pour l'instant mes milices à cette définition :
Milices : les unités considérées comme des Milices dans un scénario possèdent un « M » sur le pion, elles subissent un malus de -1 au dé de test de moral.
J'hésite encore et je doute pour Milices et colonne, du coup j'ai pris le pb à l'envers : finalement, les colonnes échouent face à une ligne déterminée (je parle de son organisation et son trajet jusqu'à l'ennemi). Du coup, j'ai préféré doter l'adversaire (certaines unités) d'une compétence appelée
Discipline de tir : les unités de combat possédant cette compétence bénéficient d’un +1 à leur d6 de combat en attaque ou -1 au d6 adverse en défense, et imposent un test de moral immédiat avec un malus de -1 à toute unité adverse pénétrant dans leur ZdC.
Ainsi, une colonne de Milice se trouvera doublement handicapée face à une ligne ferme, et normalement le résultat recherché viendra de lui-même. Pour l'instant, j'ai testé sur un scénario, un escadron de cuirassiers y est repoussé par une centaine de Sometenes, de même qu'un bataillon d'infanterie. Les belles "perforantes" (en ogive) qu'ils possèdent sont globalement bien retranscrites.
Ma règle est désormais équilibrée, je finis un test sur les Espagnols, puis je verrai un peu avec des Anglais.
Modifié en dernier par allalalai le mar. 18 mai 2021 19:11, modifié 2 fois.
Allalalai, Indiens, Zoulous, coloniades et hommes plus forts du bouclier !

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »