La campagne d'Arracourt - BCS [arrêtée au Tour 7]

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Avatar du membre
lucolivier
Grand maitre de l'académie
Grand maitre de l'académie
Messages : 2428
Enregistré le : sam. 20 déc. 2008 18:28
Localisation : Pannonie

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#81 Message non lu par lucolivier »

Merci encore, j'aime bien tes commentaires :)
Je pense demander à D.Essig de renommer le module, « Lunéville » plutôt qu’ « Arracourt »
Je m'étais fait la même réflexion en bouclant la campagne. Ca se bat de Lunéville à Château-Salins et Arracourt au centre n'est pas le plus disputé... Le bouquin de l'histoire officielle US est très instructif à ce sujet. Notamment les durs combats pour les forêts autour de Lunéville et Château-Salins... Le jeu est très complet pour ça et c'est très bien !
Luc

Matt_b
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 255
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#82 Message non lu par Matt_b »

Tour 5 : 22 Septembre 1944

A nouveau un jour de pluie, mais ce coup-ci les US auront quand même un « air point » et Bazooka Charlie sera opérationnel. Côté allemand…non rien 😊
Côté remplacements, ce sera aussi un jour de dèche, rien pour les américains, et juste un pas pour une unité blindée allemande, qui ira au 2113ème bataillon de la 113ème Pz brigade, à l’assaut de Lunéville.

Côté renforts, le 3/320ème bataillon d’infanterie peut se reformer autour du QG de la CCR/4, mais surtout, le groupe tactique Dio, de la 2ème DB arrive à gauche, par l’hexagone E. Une unité française !
Sauf que je…euh…le joueur américain a totalement foiré l’anticipation de ce renfort, et toute la 79 DI s’y trouve déjà. Résultat : un marqueur « coordination » pour les 2 formations, et la 1ère qui sera activée sera forcément « mixed », en espérant qu’elle se dépatouille de tout cela pour éviter que la 2ème le soit à son activation.
LA boulette.

Image

Côté allemand, ce coup-ci la 111ème brigade blindée arrivera enfin, en I (voir photo plus tard), avec dans l’optique un soutien de la 11 Pz qui arrivera un tour après sur sa gauche et la 559 Gren qui arrivera deux tours plus tard en revers de la CCB/4.

Au niveau de la fatigue, la 15 PG et la CCB/4 sont à Fat-3, et leur commandement décide de les mettre au repos ce tour ci.
L’initiative est américaine et la 79 DI s’active avec quasiment tous les facteurs négatifs possibles liés à l’arrivé du GT Dio (formation mixed, coordination, crossing the stream…).
(Malgré les « Stupid french… », qui s’élèvent dans les rangs US, le commandement français réplique par un télégramme visionnaire : « Love is all », signé Dio. :ide: )
Le SNAFU est miraculeusement partiel tout de même, et la 79 DI peut donc se réorganiser. Le 315ème régiment fait demi-tour pour laisser les sentiers plus bas aux unités mécanisées françaises, et revient ainsi dans les pas du 313ème, tandis que le 314ème régiment se lance à l’assaut du I/2112ème bataillon de la 21 Pz.

Image

Avec une attaque à +4, l’américain n’obtient « que » un « situationnal & traffic ». L’unité allemande retraite sans heurt.
Malgré tout, cette attaque est une réussite car la MSR de la 21 Pz est coupée ! (via une EZOC).

Image

Les deux bombardements d’artillerie ne donneront rien et la division passe à Fat-3 ! Pas de réactivation ce tour ci, ni probablement le tour prochain. :hein:
Le joueur allemand réagit de suite en activant la 21 Pz. Mais faute de MSR, le « train » disparait de la carte !
Là aussi, avec ce -3 de pénalité, et le -2 de fatigue, le SNAFU donne une activation partielle assez chanceuse.
La 21 Pz cède un peu de terrain le long de la route pour espérer repousser le 314ème régiment et récupérer une MSR.

Image

Le 2112ème bataillon blindé engage 2 fois le 3/314 tout en reculant, mais ce sera un (double) échec.
Et le II/2112ème bataillon d’infanterie attaquera donc le 3/314ème US. Il y aura une perte pour l’attaquant, mais le « situationnal » obtenu fait retraiter ce bataillon et permet le rétablissement de la MSR pour la 21 Pz !

Image

Aucune fatigue supplémentaire n’est générée et la 21 Pz arrive à se réactiver ! Avec la MSR rétablie, c’est même une activation « full » !

Image

Le 2112ème blindé s’approche donc du 1/134ème US pour engager le support. Grace au +1 du double objectif, le support est suppressé au premier tir. Et le 2ème inflige une perte au bataillon US.
Le I/2112ème bataillon peut donc attaquer plus sereinement, avec le support adverse suppressé, mais le résultat ne donne, à nouveau, qu’un « situationnal & traffic ».

Image

Par cette attaque, la 21 Pz gagne le droit d’être à Fat 3 également… :roll:
Le joueur US active la CCR/4 dans Lunéville pour contre-contre-contre-attaquer.
L’activation n’est que partielle, et la cible est le 1/2213ème bataillon occupant les faubourgs de Lunéville.

Image

Le 35ème bataillon blindé engage son support et arrive à le suppresser.
La compagnie C/10, héroïque depuis le début de la campagne malgré de faibles effectifs, arrive à infliger un pas de perte, et surtout à faire retraiter ce bataillon. Lunéville est à nouveau re-re-libérée !

Image

Malheureusement, la fatigue de cette formation passe aussi à Fat-3 et il n’y aura pas de réactivation.

L’allemand active alors la 15 PG, qui se reposera comme prévu (c’est évidemment relatif) et repassera à Fat-2.

La 106 Cav fera de même, car on a vu au tour précédemment qu’attaquer l’unité d’infanterie, bien soutenue par les canons de 88, à travers le pont de la Meurthe était suicidaire. Et il n’y a pas, pour le moment, de moyen de contourner cette position défensive. Sa fatigue passe donc à Fat-1.

Le joueur allemand active alors la 113ème Pz brigade. L’activation ne sera que partielle également.
L’objectif est donc une contre-contre-contre-contre-attaque (il faut suivre 😉) dans Lunéville.

Image

C’est vraiment dans l’intérêt allemand de maintenir cette pression, car la CCR/4 n’a pas de support, n’a que très peu d’unités et de profondeur et que l’hexagone est important.
Le 2113ème et le 1/130ème effectuent donc chacun leurs 2 tirs contre la C/10, en vain (il faut un 6 au D6).
La C/10 n’ayant plus qu’un pas de perte, il s’en est fallu de peu.
On en reste là pour cette phase, le 1/113ème bataillon ne se risquant pas à lancer un assaut (pas d’artillerie dispo, pas de bonus pour une zone de double objectif, une qualité de troupe de 3 contre 4). Mieux vaut attendre un tir chanceux ou un meilleur SNAFU…

Image

Malheureusement, la 113ème Pz passe aussi à Fat-3. Le prochain tour va être compliqué pour bon nombre d’unités !

La CCB/4 passe son tour également pour diminuer sa fatigue à Fat-2, maintenant que Château-Salins est sous contrôle.

La très attendue 111ème Panzer brigade s’active enfin, mais uniquement en partiel (malgré son statut « fresh »). Ce n’est pas de bol.

Image

Quel est son objectif ?
Comme évoqué précédemment, la 11 Pz va rentrer dans l’hexagone H pas très loin à sa gauche, donc le but serait de remonter la route principale, avec la ligne de ravitaillement de la CCA/4 comme objectif.
Premier problème (enfin le deuxième après l’activation partielle, qui ne donne que la moitié des points de mouvement), le 10ème bataillon motorisé tient le pont de Dieuze et bloque toute progression.
Le 1/116ème bataillon blindé effectue ses 2 tirs sur ce bataillon (la CCR/4 n’a aucun support, c’est sans doute une erreur à ne pas faire), pour une première perte.
Le II/121ème bataillon d’infanterie s’élance pour un assaut un peu compliqué (+0 au différentiel) mais obtient un « situationnal » (retraite du 10ème US), bonne nouvelle, mais également un « traffic », et là c’est embêtant, car cela empêche l’autre unité blindée d’emprunter cette route ce tour ci.

Image

Qu’à cela ne tienne, le 2111ème bataillon blindé bifurquera avant le pont pour effectuer ses tirs sur le 10ème US depuis l’autre berge, avec une nouvelle perte pour ce bataillon (2 sur 4 pour le moment).

Aucune fatigue n’est implémentée, et la brigade arrive à se réactiver (merci au +1 du statut « Fresh »).
Mais décidément, un nouveau jet de dés catastrophique au SNAFU ne donnera encore qu’une activation partielle.
Tant pis, les 2 unités blindés de la brigade se vengent sur le pauvre 10ème bataillon.

Image

4 tirs, 2 pertes supplémentaires plus tard, et le bataillon s’évapore.
Le reste de la brigade peut donc se déployer, lentement, en attendant la 11 Pz au prochain tour à gauche.

Image

La suite, à suivre…

Matt_b
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 255
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#83 Message non lu par Matt_b »

Casimages est en rade, les images reviendront toutes seules plus tard :roll:

Matt_b
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 255
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#84 Message non lu par Matt_b »

Suite et fin du 5ème tour, le 22 Septembre :

Après l’activation de la 111ème Panzer Brigade, il ne reste que des unités américaines à activer.
C’est donc le CCB/6 qui s’y colle, partiellement, avec l’objectif de poursuivre l’assaut sur le I/104ème bataillon de la 15 PG.

Image

La 44 TF engage d’abord ce bataillon et lui suppresse son support. Le deuxième tir sera aussi fructueux et occasionne une perte.
La 69 TF s’approche à son tour pour effectuer ses deux tirs qui, eux, échouent lamentablement.
Pour se venger de ce double échec, cette TF lance l’assaut, mais n’obtiendra qu’une retraite du bataillon allemand, et un « traffic » (sans conséquence) en guise de victoire.

Image

La fatigue de l’unité passe à 2 et il n’y aura pas de réactivation.

Après quelques jours de piétinements, la CCA/4 s’active enfin pour passer à l’action. Avec une fatigue redescendue à 0, le « Full SNAFU » est validé !
Comme évoqué précédemment, cette formation est dans une situation inconfortable : la 15 PG à gauche commence à s’organiser pour attaquer prochainement, la 111ème Pz brigade a ouvert un front en bas de la carte, secondée au tour prochain par la 11ème Pz D. Et à droite, la 559 Gren Div est attendue, même si la CCB/4 pourra alors servir de couverture. En plus, la formation est éclatée en multiples compagnies, sur un grand territoire.
Le commandement décide donc de frapper fort et vite sur le nouvel arrivant, la 111ème Pz, avant que la 15 PG et la 11ème Pz ne puisse passer à l’action.

Image
(la photo floue, c’est pour simuler le côté « vite » de l’action de la CCA/4. Voyons le côté fort maintenant…)

La compagnie blindée B/37 engage le I/16ème bataillon, en profitant du +1 donné par la zone du double objectif. Cet engagement est une réussite puisque l’unité allemande prend une perte et doit retraiter.
La B/37 engage alors dans la foulée le 2111ème bataillon blindé. Le résultat est plus mitigé, puisque les 2 unités engagées prendront une perte. Problème, la compagnie US perd donc la moitié de ses effectifs sur cette attaque coûteuse.
La compagnie A/37 tenterait bien de venir en renfort de sa congénère, pour engager ce même bataillon blindé. Mais avant, il faut suppresser le support du I/2111ème bataillon d’infanterie. Le premier engagement est une réussite et la A/37 peut donc filer donc vers son objectif. Le deuxième engagement rencontre un nouveau succès et les Allemands doivent retraiter, en prenant une nouvelle perte.
Toujours dans le but de repousser la 111ème Brigade de manière décisive, le 25ème bataillon de reconnaissance est envoyé sur le I/2111ème pour l’attaquer. Les 2 tirs occasionnent 2 pertes, et l’attaque qui suit arrive à le repousser plus loin, en occasionnant un « traffic », là aussi, sans conséquence.

Image

La fatigue reste à 0 mais la réactivation échoue.
C’est une séquence en trompe l’œil pour le joueur US, les effectifs étant plus réduits sur ce front là, la contre-attaque allemande pourrait être dévastatrice (j’avais fourché en écrivant dévastatroce, mais ça pourrait passer aussi :confused: ) au tour prochain.

La dernière formation à s’activer est donc le groupement tactique Dio (cocorico !).
Malgré le marqueur « coordination », mais « grâce » à une fatigue à zéro, l’activation sera complète !
Le premier objectif est le 21ème bataillon de reconnaissance de la 21 Pz, seul obstacle à la ligne de ravitaillement de cette 21 Pz.

Image

Le sous-groupe (SG) Rouvillois engage ce bataillon et rate, deux fois, malgré le +1 de la double zone d’objectif.
Mais, ce bataillon subira quand même une perte (sur 2 pas) d’une attaque aérienne bien sentie.
Le SG Noiret engage à son tour ce bataillon, et causera une nouvelle perte qui sonnera le glas pour ce 21ème bataillon de reconnaissance, malgré une résistance un peu inattendue.
La voie est donc libre pour le dernier SG, Quilichimi, qui va pouvoir « jumper » successivement le train, et le QG de la 21 Pz.

Image

La fatigue reste à 0 et le GT Dio arrive à se réactiver, partiellement cette fois-ci.
L’objectif est le II/2112ème bataillon et Quilichimi engage d’abord le support des canons de 88mm. Ce support est suppressé à la deuxième tentative.
Noiret s’approche à son tour mais ses deux tirs ne donneront rien.
Rouvillois fera comme ses compatriotes, et réussit un de ses deux tirs (une perte) et lancera l’assaut, malgré l’absence d’artillerie ce coup-ci (en activation partielle, l’artillerie dispo est divisée par 2, arrondie à l’inférieur…Ici : 1 divisé par 2, et fait donc 0).
Cette audace paiera puisque le bataillon allemand subira une perte et devra retraiter (hors carte, voir précédemment l’explication du « HQ refuge »). Il pourra se reformer le tour d’après près de (ou sur) son QG.
Le GT Dio voit sa fatigue passer à 1, après ce coup de force qui voit la 21 Pz complètement encerclée !

Image

Cerise sur le gâteau, Bazooka Charlie, l’aviateur américain (régit par une règle spéciale sur ce module) réussit à éliminer le dernier pas du 1/130ème bataillon blindé de la 113ème Pz Brigade, situé prés de Lunéville.

Voici donc la situation à la fin du tour :

Image

C’était une journée difficile pour le joueur allemand, qui attend maintenant une série de renforts, qu’il espère salvateur !

La suite, à suivre…

Matt_b
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 255
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#85 Message non lu par Matt_b »

Tour 6 : 23 Septembre 1944

Ce sera un tour de beau temps, et l’américain récupère le maximum de points aériens possibles (4 + Bazooka Charlie).

Les deux belligérants récupèrent chacun 2 pas d’unités blindées et un pas d’unité d’infanterie.
Le joueur allemand aimerait bien renforcer la 21 Pz mais avec son encerclement, il n’y a pas de MSR valide. Il y a d’ailleurs deux bataillons d’infanterie supplémentaires qui devaient rentrer également en jeu ce tour, mais pour la même raison, ce ne sera pas possible.

Les 3 remplacements vont donc vers Lunéville, où l’Allemand DOIT absolument continuer son harcèlement, ayant des troupes plus importantes et de meilleure qualité que l’Américain. C’est le seul endroit pour le moment où la situation lui est favorable.
Autre élément à prendre en considération, la 113ème Pz Brigade est la seule formation à pouvoir venir au secours de la 21 Pz. Le I/130ème bataillon blindé revient donc en jeu, le 2113ème blindé repasse à 3 pas et le I/2113ème bataillon d’infanterie passe à 5 pas.
Pour les joueur US, le pas d’infanterie ira à la compagnie C/16 du CCR/4 qui tient Lunéville. Le 121ème bataillon de la 106 Cav reprend de son côté un pas pour passer à 3.
Du côté de la CCA/4, face à la poussée de la 111ème Pz Brigade, la compagnie B/37 repasse en full effectif, c’est-à-dire…2 pas. :/

De nombreuses formations sont à Fat-3. La 79 DI et la CCR/4 côté US, et la 21 Pz et la 113ème Pz côté Allemand. A deux joueurs, le choix est simultané et repose sur un éventuel bluff ! Les 4 formations sont dans la même zone de combat et tenter une réactivation hasardeuse plutôt que de se reposer peut être décisif. En essayant d’être le plus impartial possible, le joueur US décide de laisser ses 2 formations au repos, qui repasseront donc à Fat-2. Pour la 21 Pz doit tenter de se réactiver, mais la 113ème sera laissée au repos également.
Le risque pour la 21 Pz c’est de : soit rater son activation, et donc un tour pour rien...ou soit réussir, mais échouer à briser son encerclement, et donc subir de l’attrition pour l’unité qui tient le pont de la Meurthe près de Lunéville. En effet, elle n’a pas de « Safe Path » vers son QG (c’est-à-dire un chemin sans unité ennemie ou EZOC).

Mis à part les renforts de la 21 Pz bloqués, la 11 Pz fait son apparition, avec 2 premiers bataillons (le reste suivra par la suite). Mais ! Nouvelle erreur de ma part sur les entrées de renforts, l’unité rentre en I, là où est déjà la 111ème… J’étais persuadé que c’était à côté, mais cela ne le sera que pour les prochaines unités de la division. Décidemment, j’ai du mal à visualiser les renforts…
On va dire que c’est le brouillard des communications.
Il faudra activer la 111ème avant, et espérer dégager le carrefour de Dieuze pour éviter le mix des formations et/ou la coordination. Il y aura cependant forcément une pénalité pour les ravitaillements mélangés durant ce tour.

L’initiative est allemande et bien sûr, la 21 Pz tente de se réactiver. Il faut 5 ou 6 au D6 et…c’est un échec. La formation ne s’active pas et reste à Fat-3.
Voilà, voilà.

Pour rester dans ce secteur, le GT Dio s’active partiellement, et bien sûr l’objectif se porte sur les éléments restants de la 21 Pz.

Image

Rouvillois effectue ses 2 engagements contre le 2112ème bataillon blindé, mais échoue. Quilichini s’approche et…obtient le même résultat ! Ce sous-groupe se lance quand même à l’assaut et élimine ce bataillon (il ne restait qu’un pas)…Le QG est bouté plus loin, hors de la poche (ce qui arrange d’ailleurs l’allemand).
Noiret engage le support du I/2112 bataillon restant dans la poche et réussit à le suppresser. Le deuxième tir occasionnera une perte mais Noiret en restera là, l’assaut lui étant impossible à travers la rivière.

Image

La fatigue passe à 2 et Dio ne souhaite pas se réactiver.

La 111ème Pz Brigade s’active à l’opposée de la carte, en Full, malgré le ravitaillement commun avec la 11 Pz. L’objectif est de repousser les deux compagnies B/37 et A/37 et de prendre la route vers Château-Salins, pour menacer les arrières de la CCR/4, et libérer la voie à la 11 Pz par ailleurs.

Image

Le I/16ème bataillon blindé, qui a une portée de 3 hexagones, contre 2 pour le B/37, l’engage à distance, sans risquer de pertes. Les 2 engagements donnant une perte à chacun, le 1/16ème, hors de portée de l’américain n’en prend aucune, alors que le B/37 prend 2 pertes et disparait, une nouvelle fois. La contrepartie de ces 2 tirs, c’est que le I/16ème est maintenant « finished » et ne peut plus bouger pour ce tour.
Le 2111ème bataillon aimerait bien engager à distance le A/37 mais les bois bloquent la vue. Il est donc obligé d’engager à un hexagone de distance. Idem que précédemment, les 2 engagements, violents, donnent 2 pertes à chacun, éliminant ainsi les 2 unités !!!
Mais la voie est donc libre pour la 11 Pz.

(j’ai oublié la photo à ce moment-là, désolé…Voir plus bas avec l’activation de la CCA/4).

Il n’y aura pas de fatigue supplémentaire mais le joueur ne souhaite pas tenter une réactivation, pour garder son statut « fresh ». Il espère ainsi que ça se décante à gauche (la 11 Pz) et vers Château-Salins (arrivée de la 559 Gren Division au tour d’après) pour être décisif.
La CCA/4 s’active donc, en Full, mais préfère se replier proprement, pour privilégier la défense d’Arracourt. En effet, maintenant que la 111ème Pz a percé, la position est difficilement tenable, avec des unités très très dispersées.

Image
(avec la 111ème à droite qui menaçait le QG et le train de la CCA/A avant son repli)

La 11 Pz peut donc maintenant s’activer, et prendra la route à gauche au carrefour de Dieuze, libéré par ses congénères.

Image

Il n’y aura aucune fatigue, car l’unité ne placera aucun marqueur objectif et la formation ne souhaitera pas se réactiver, en attendant le renfort des autres éléments la composant au tour prochain.
Image

La 106 Cav US s’active partiellement ensuite, avec toujours le pont sur la Meurthe tenu par des survivants de la 21 Pz.

Image
Ces survivants ont toujours le support des canons de 88, et donc l’engagement est toujours compliqué (le différentiel est de -5 sur la table d’engagement, il faut donc un 11 ou 12 avec 2D6 pour les suppresser, et un 8 ou moins provoquerait une perte chez l’attaquant. Les Américains n’envoient donc qu’un de leur Air point pour bombarder l’unité, et réussit à lui infliger une perte (il en reste encore 2).
Aucune fatigue générée, mais la formation ne se réactive pas.

La 15 PG tente à son tour son SNAFU et le rate complètement ! Je crois que c’est le premier de la partie…Le joueur choisit de convertir ce raté en recovery (pour passer à Fat 1), plutôt que de tenter une réactivation.

La CCB/4, qui tient Château-Salins, choisit également de se reposer (pour passer à Fat-1) puisque la 559 Gren Div allemande risque de lui tomber dessus au tour prochain.

Il n’y a plus d’unités allemandes à activer, le joueur US active donc le CCB/6, en partiel, et cette unité doit continuer à être agressive. En effet, malgré deux bataillons, la profondeur (6 pas, initialement) leur permet de prendre des risques, et d’agresser la 15 PG qui pourrait être tenter de se retourner vers Arracourt et/ou vers le CCA/4 un peu fragile. Ou de porter secours à la 21 Pz à gauche.

Image

Un premier bombardement sur le bataillon Langenmeier ne donne rien.
La TF 69 engage donc les supports de ce bataillon, un bataillon de Jagdpanzer. Les 2 engagements ne donneront rien, mais la TF donnera quand même l’assaut. Résultat, une perte pour l’attaquant, et une retraite pour le défenseur. Mouais.
La TF 44 de son côté, va engager à gauche l’unité de reco allemande un peu avancée, et qui bloque une route importante. L’engagement est là un succès, au premier tir, l’unité allemande devant replier (après avoir pris une perte). Le joueur US utilisera ses derniers points aériens pour bombarder les unités à vue, dans la zone d’objectif, avec un seul succès.

Image

La formation ne prend pas de fatigue et arrivera à se réactiver !
Même topo que précédemment, il faut être agressif !

Image

La 69 TF engage et suppresse le support du I/104 ce coup-ci. Il prendra une perte supplémentaire sur le 2ème tir. Puis la TF, avec le seul point d’artillerie du tour dispo, se lancera à l’assaut, occasionnera une nouvelle perte et une retraite de l’unité allemande.

La 44 TF fera de même avec les pionniers : le support supressé, le deuxième tir occasionnera une perte. L’attaque, sans artillerie, n’aura pas contre pas le même résultat, l’unité de pionnier pouvant se replier sans perte supplémentaire.

Image

L’agressivité de cette formation aura donc bien payé, visiblement, puisque la 15 PG aura de quoi s’inquiéter sur ce front, plutôt que de porter son attention ailleurs. Mais à contrario, n’est-elle pas trop avancée dans les lignes ennemies ?

Voici la situation à la fin du tour :

Image

A gauche, la situation est désespérée pour la 21 Pz, mais avec le QG sorti de la poche, il y a un espoir de voir les unités en renfort rentrer. Tout dépendra de l’initiative !
Du côté de Lunéville, c’est le statut quo, même si l’Allemand semble prendre l’ascendant, il faudrait conclure vite, pour éviter de se voir encercler par la faute de l’effondrement de la 21 Pz. Au centre, la 15 PG est toujours partagée entre plusieurs options : sauver/ou rétablir une ligne de front face à la 79 DI/GT Dio, repousser la CCB/6 ou passer à l’offensive contre la CCA/4.
A droite, les renforts allemands font du bien, et il y a bon espoir de récupérer Château-Salins avec l’arrivée de la 559 Gren Div, l’apport de la 111ème Pz Brigade, et pourquoi pas, plus tard, Arracourt !
La suite, à suivre…

Matt_b
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 255
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#86 Message non lu par Matt_b »

Et voici la suite !

Tour 7 : 24 Septembre 1944

Un nouveau tour de beau temps, le joueur américain récupère 2 points aériens et Bazooka Charlie.
Les remplacements sont, cependant, pingres, seule la 69 TF de la CCB/6 peut récupérer un pas (et passe à 5).
L’US souhaite vraiment utiliser cette CCB/6 au maximum pour maintenir la pression sur la 15 PG. En effet, avec les renforts allemands, le front se déséquilibre franchement du côté du CCA/4, en faveur de l’allemand, et il ne faudrait pas, en plus, que la 15 PG puisse amener du renfort.
Du côté du joueur allemand, le 2111ème bataillon blindé revient en jeu (avec un seul pas) et le I/2111ème bataillon d’infanterie récupère également un pas (pour passer à 5). Ces deux unités font partie de la 111ème Panzer brigade, qui a pour but de reprendre Château-Salins.

Les renforts annoncés précédemment sont enfin là pour le joueur allemand.

Image

Des éléments de la 11 Pz (3 unités blindées et 3 unités à pied) entrent en bas de la carte, en H. La 559 Gren Div entre en J, aux portes de Château-Salins, avec 2 unités blindées et 4 unités à pied.
La répartition des objectifs est le suivant, en optimisant la planification :
- Arracourt pour la 11 Pz,
- Château-Salins par la droite pour la 559 Gren Div,
- Château-Salins par le bas pour la 111ème Panzer Brigade.
Du côté de la 21 Pz, les renforts ne peuvent toujours pas arriver, puisque la MSR est bloquée…Avec une fatigue à 3, et contrairement au tour précédent, le joueur allemand décide de ne rien tenter pour ce tour, pour refaire passer cette fatigue à 2 et espérer une MSR valide au tour prochain.

L’initiative est allemande et le joueur décide d’activer la 113ème Pz Brigade autour de Lunéville. En effet, la 79 US DI et le GT Dio se font menaçant sur les arrières et personne ne peut prédire si la MSR sera valide encore longtemps. Autant frapper au plus vite.

Image

Toujours privées de support, les unités de la CCR/4 sont vulnérables aux tirs directs, ce que ni le 2113ème, ni le I/130ème ne se priveront de faire, après s’être mis tous les deux à portée. Résultat : une seule perte pour la compagnie C/10, sur les 4 tentatives.
Le I/2113ème bataillon se lance à l’assaut, mais sans artillerie, ce qui conduira à une victoire chèrement acquise : un pas de perte pour….l’attaquant, mais une retraite pour le défenseur.

Image
(Je me suis trompé ici, c’est un terrain « Key », le défenseur aurait dû prendre une perte plutôt que de retraiter…comme c’est son dernier « pas », la C/10 disparait donc à nouveau. Je pourrai corriger cette erreur plus tard.)

Il n’y a aucune fatigue supplémentaire générée et la formation ne se réactive pas.

Le joueur US active donc la CCB/6 qui obtient un SNAFU full ! L’objectif est donc de continuer à faire reculer la 15 PG.

Image

La 69 TF engage d’abord le support du 16/Berkehnoff bataillon et le suppresse ! Le tir qui suit permet d’infliger un pas, l’unité en a toujours 2. Mais l’assaut qui suit sera sanglant, et les 2 derniers pas seront éliminés à la fin de la journée !
La 44 TF engage de son côté le 115ème bataillon de reconnaissance qui ne fait que reculer, et qui reculera encore, en prenant une perte supplémentaire (plus que 2).
L’horizon s’est éclairci pour la CCB/6, mais la 15 PG se retrouve maintenant dans une zone moins favorable aux blindés, le foret de Parroy !

Image

Sur le flanc gauche, rien à craindre des unités de la 113ème blindée, il n’y a aucun pont sur la Vézouze à l’horizon…
Malheureusement la fatigue passe à 3 et la formation ne souhaite pas se réactiver.
L’Allemand décide d’activer la 11 Pz, avec un SNAFU full et aura un (double) objectif lointain et ambitieux, le 53ème bataillon mécanisé de la CCA/4 situé près de Arracourt.

Image

Pour y arriver, il faut écarter l’unité en écran, et faire attention à ne pas se mixer avec la 111ème Pz Brigade à droite.
Pour information, parce que je ne crois pas encore l’avoir évoqué, cette zone d’écran pénalise d’un point de mouvement les unités non déployés. Il faut donc, soit les repousser avec des unités à pieds, ou soit engager avec des unités mécanisées et espérer un différentiel très favorable et/ou un jet de dés avantageux (les pas de perte de ces unités sont plus difficilement perdus).
C’est la première option qui est retenue et les 2 bataillons du 111ème régiment déjà en route, s’y collent. Ce 25ème bataillon de reco est repoussé sur la route…Mais gène toujours…
Le I/15ème bataillon blindé l’engage donc, à distance de 2 hexagones pour éviter les pertes, et le repousse à nouveau (le 25ème prend une perte au passage). La poursuite sur cette route continue et même cause, même effet…Le 25ème reflue à nouveau, en prenant une perte. Mais le I/15ème, déjà ralenti, est stoppé dans son élan.
Le II/15ème blindé, avec cette route un peu plus libérée arrive à engager la C/104ème compagnie de tank destroyer et la détruit ! Lancé, il tente alors de tirer sur l’hexagone objectif, le 53ème bataillon, mais cela ne donnera rien de plus.
Mais c’était un avant-gout pour le I/110ème motorisé qui pourra lancer l’assaut sur cette unité, qui subira une perte et devra retraiter.
C’est une belle percée pour la 11 Pz.

Image

Malheureusement, la fatigue passera à 2 et l’unité ne souhaitera pas se réactiver. Il faut attendre la 111ème, sur son flanc droit pour coordonner l’attaque le long de l’axe Arracourt/Château-Salins.
Le GT Dio s’active et….rate le SNAFU ! L’opportunité de couper les arrières de la 113ème étant importante, la réactivation est tentée, et réussie, même si ce ne sera que pour du partiel.

Image

Le GT Dio délaisse complètement l’unité de la 21 Pz encerclée (ce sera la tache de la 79 DI), pour foncer couper les vivres de la 113ème.

Image

Aucune fatigue supplémentaire ne sera obtenue sur cette demi-activation.

La 111ème Pz brigade, avec son statut toujours « fresh » s’active pleinement.
Sachant que la 11 Pz va bifurquer à gauche pour foncer sur Arracourt, avant de croiser son chemin, l’objectif de la 111ème n’est, ni plus ni moins que le QG de la CCA/4.

Image
(le marqueur double obj est posé de façon à optimiser le rayon de 2 hexagones de la zone ainsi créée, même si c’est potentiellement inutile)

Le I/16ème bataillon blindé va engager successivement, en remontant la route, le 37ème bataillon blindé, puis le 28ème bataillon de reconnaissance, avec le même résultat à chaque fois : une perte US et une retraite.
Le 2111ème engage à son tour le 37ème blindé, mais les 2 unités prennent une perte. Problème, il n’y avait plus qu’un pas pour le 2111ème (c’était déjà un remplacement du matin même) et cette unité disparait, une nouvelle fois. Il ne reste qu’un pas pour le 37ème blindé de son côté.
L’infanterie approche et finalement renonce à attaque le 37ème, en attendant de meilleure condition (une assistance notamment). L’artillerie allemande tonnera tout de même pour infliger une perte aux tank destroyers qui protègent le QG de la CCA/4.

Image
(le 37ème est également sous le QG de la CCA/4)

Mais cette brigade perdra son statut « fresh » et passera à Fat-0. Du coup, le +1 au jet de réactivation, précieux, est perdu également, et l’unité ne pourra se réactiver que sur un 5 ou 6. Elle échouera ce tour ci.
Néanmoins, cette offensive commune de la 21 Pz et de la 111ème durant cette journée aura été une bien belle réussite, mettant à mal tout ce front-là pour les alliés, et mettant en danger Arracourt.

Autre front, autre ambiance, et la 79ème DI s’active, avec un SNAFU full pour une fois.
L’objectif est donc d’éliminer cette unité de la 21 Pz qui reste isolée (le I/2112) et de pousser vers la 15 PG pour presser ce front.

Image

L’attaque conjointe de 2 bataillons du 314ème régiment ne donne aucune chance aux restes de la 21 Pz qui sont éliminés. Toutes les unités peuvent donc pousser sur les arrières de la 113ème, en faisant attention à ne pas se mixer avec le GT Dio, en « jumpant » au passage le QG de la 21 Pz et le train de la 113ème.

Image

Petite subtilité des règles : il est plus efficace d’encercler un QG pour forcer le joueur à le retraiter, plutôt que de le « jumper ». En effet, dans les 2 cas, il y a un marqueur « coordination » à ajouter, et un risque qu’une unité ne soit plus dans le rayon de commandement (et subira donc l’attrition). Mais dans le 1er cas, l’unité en question prend une fatigue supplémentaire !
Mais ici, la 79 DI n’a pas trop le temps de trainer en route à essayer d’encercler ce QG, l’objectif de sauver la CCA/4 en s’attaquant d’abord à la 15 PG est lointain et encore incertain.
La fatigue passe à 2 et la réactivation échoue.
La 15 PG justement, s’active en full, pour une fois elle aussi.
L’objectif est de repousser la CCB/6 en haut, dépourvue d’infanterie et donc vulnérable, et de reformer un front face au GT Dio et à la 79 DI, en sauvant si possible les restes de la 21 Pz.

Image

Les 2 bataillons du 104ème régiment attaquent la 69 TF et lui infligent une retraite, et 2 pertes !
Tout le reste ne sera que manœuvres diverses, mais la fatigue passera quand même à 2, et la formation ne se réactivera pas…

Image

A suivre pour la fin de ce tour 7…

Matt_b
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 255
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: La campagne d'Arracourt - BCS

#87 Message non lu par Matt_b »

Bonsoir, je n'aime pas le faire mais...je vais devoir mettre un terme à ce CR, à l'arrêt depuis fin juin. C'est le premier que je ne peux finir ici :confus: Désolé.
Sans raconter ma vie, quelques péripéties, et un déménagement, ne me permettent pas de continuer cette partie pourtant épique, et que j'ai beaucoup appréciée, comme vous avez pu le lire, je pense. La suite s'annonçait encore indécise.

Histoire de conclure ce CR malgré tout, j'espère que les explications des principes des règles sur les premiers tours ont permis d'y voir plus clair à ceux qui s'intéressent à ce module et surtout au système BCS. Sans trop m'avancer, il me semble que ce jeu doit avoir le record de CR publiés dans cette section!!! :) Merci à ceux qui ont pu relever mes erreurs, je ferai mieux la prochaine fois.
Je suis donc un converti à BCS, au point de privilégier cette règle à d'autres (GTS par exemple, comme j'ai pu l'expliquer dans des messages précédents), d' "à peu près" la même échelle.
Par contre, avec le recul, je ne suis pas sûr que ce soit un premier module à acheter pour les débutants. Je vais aller sans doute à contre-courant des avis, mais pour moi, si on ne connait pas BCS et qu'on souhaite se lancer seul, il me semble qu'on peut se sentir un peu démuni à ne savoir que faire, et par où commencer ! Les batailles et la campagne sont très dynamiques, les lignes de ravitaillement sont au cordeau, et on peut, il me semble, se sentir un peu dépassé.
De mon expérience, j'ai beaucoup apprécié les petits scénarii de Last Blitzkrieg, par exemple, où les axes d'attaque étaient plus évidents pour un joueur débutant.
Reste que c'est un must have de la série malgré tout, avec LB et Panzer Last Stand, en attendant les prochains, visiblement nombreux, et toujours dans les standards "2 cartes maxi" pour 90% des scénarios.
C'est d'ailleurs une vraie force de la série qu'on ne souligne peut-être pas assez: c'est peut-être bête, mais c'est une série qu'on peut sortir assez facilement dans un temps raisonnable :clap:
A suivre donc pour un prochain CR avec une vraie fin cette fois-ci! :confus:

Avatar du membre
Lionel martinez
Grognard
Grognard
Messages : 619
Enregistré le : lun. 7 juin 2021 14:41
Localisation : 94

Re: La campagne d'Arracourt - BCS [arrêtée au Tour 7]

#88 Message non lu par Lionel martinez »

Bravo et merci pour ce CR (même inachevé) ! :clap:

Avatar du membre
arnaudpp
Crabe
Crabe
Messages : 1882
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 14:14
Localisation : 94

Re: La campagne d'Arracourt - BCS [arrêtée au Tour 7]

#89 Message non lu par arnaudpp »

Au plaisir de lire de futurs CR.
Merci en tout cas pour cette découverte du système :clap:
Parties en cours : Nevsky (GMT) / Sedan 1870 (VV)
À venir Tourcoing 1794 (VV)
Fan d'Amirauté

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »