BAR : bataille de Mollwitz

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Micke
Grognard
Grognard
Messages : 931
Enregistré le : jeu. 15 mai 2014 05:17
Localisation : Paris

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#41 Message non lu par Micke »

Cette série ressemble beaucoup à la série "La Bataille" en terme d'esthétique: pions et cartes. Y-a-t-il un point commun ou s'agit-il de 2 jeux complétement différents ?

Avatar du membre
D'HAUTPOUL
Wargamer en robe
Wargamer en robe
Messages : 4386
Enregistré le : lun. 29 sept. 2008 11:20
Localisation : Montauban (82)
Contact :

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#42 Message non lu par D'HAUTPOUL »

Micke a écrit : sam. 20 févr. 2021 20:02 Cette série ressemble beaucoup à la série "La Bataille" en terme d'esthétique: pions et cartes. Y-a-t-il un point commun ou s'agit-il de 2 jeux complétement différents ?
Il s'agit d'une évolution de la règle. Mais je la trouve beaucoup plus cohérente.

Avatar du membre
Frederic Velasco
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 17025
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 11:00
Localisation : Paris

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#43 Message non lu par Frederic Velasco »

Ya des points communs entre LaBat et BAR. Mais pas tant que ça en ce qui concerne la règle. Et pis, de quelle LaBat parle-t-on ? :mrgreen:
Ni! :triste:

Matt_b
Pousse pion
Pousse pion
Messages : 51
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#44 Message non lu par Matt_b »

17h20, début du tour 7…Le prussien obtient la première initiative et souhaite faire agir sa ligne d’infanterie face à Neipperg.

L’absence de Schwerin pose problème pour la chaine de commandement de cette ligne d’infanterie. Frederick II est trop loin, et Kalckstein, à gauche, devra donc se débrouiller tout seul (sur son initiative).
Malwitz, à droite, n’a pas ce problèms car il fait parti de l’aile de Frederick II qui est à portée. Il est activé en urgence, ainsi que les 2 batteries d’artillerie de 12 pounds, pour résoudre le problème posé par les fusilliers de Schmettau, héroïques dans les précédents combats et qui se retrouvent avancés dans les maigres lignes prussiennes. Les canons résonnent en premier, et c’est un déluge de feu qui s’abat sur ce bataillon qui se désintègre sur place. Il ne reste plus alors qu’un bataillon au front pour Grünne, mais celui-ci se fait prendre à la gorge immédiatement par 2 bataillons de Malwitz. Même s’ils ont été émoussés par les précédents combats, Malwitz saisit l’opportunité d’éliminer définitivement la menace de ce côté-là du front. Et il ne s’en prive pas. Malgré la présence de Grünne en personne en première ligne, les derniers autrichiens de sa brigade partent en déroute. Le chemin de la déroute passe à quelques pas de Göldy, FeldmarshallLeutnant de Grünne, mais bizarrement celui-ci reste introuvable. :confus:

A gauche Kalckstein rate son initiative mais ses bataillons restent sous son commandement. Comme expliqué au tout début, ce n’est pas trop contraignant, puisque toute la brigade est quasiment au contact. Ainsi l’assaut est donné sur la ligne de Browne, sauf pour 2 bataillons qui ne pourront pas attaquer ce tour-ci.

Petit rappel de la règle pour comprendre la situation : les unités d’une brigade hors du rayon de commandement se déplacent normalement, sauf pour rentrer en ZOC ennemie. Elles doivent être adjacentes à la ZOC et dépenser tous leurs points de mouvement. C’est pourquoi les 2 bataillons les plus à droite de Kalckstein ne pourront pas attaquer.

Sur les 4 bataillons lancés à l’assaut, un est fauché par les tirs autrichiens et doit donc rester sur place (désordonné). Même s’ils bénéficient de 2 tirs successifs (tir d’opportunité et tir de défense avant le corps à corps), les fusiliers autrichiens tirent plus souvent à côté que sur une cible pourtant parfaitement teintée de bleu sur une neige blanche pas encore rougie…
Sur les 3 attaques, 2 seront des victoires faciles…Mais face au 12 pounds autrichien, un des bataillons de Kalckstein fait face à une défense acharnée des servants du canon et surtout d’un bataillon de Browne… Le combat dure plusieurs rounds, se terminant par un massacre commun où les seuls survivants seront les canonniers autrichiens ! Incroyable, en 20 minutes de combats, 2 bataillons se sont volatilisés… :shock:

La situation à la fin de cette attaque prussienne :

Image

Il n’y a quasiment plus rien de la première ligne autrichienne! Mais le « quasi », soit les 2 bataillons restant de Browne à gauche a tout de même une opportunité de prendre en enfilade la brigade de Kalckstein un peu disséminée.
Car Neipperg a tout de même un petit espoir : beaucoup de ses unités ont "routé", avec quelques pertes, mais le prussien a perdu aussi quelques unités (un bataillon complet et un autre en déroute). Sachant que le prussien était clairement en infériorité numérique sur cette partie du front, sans deuxième ligne d’attaque, n’y aurait-il pas une opportunité à saisir ?
C’est donc chose faite avec Browne qui arrive donc à prendre de flanc un bataillon qui déroute… Derrière, la ligne de Kolowrat (à droite) essaie de protéger les fuyards et de reprendre une ligne cohérente. A gauche, derrière Browne, Kheul avait une opportunité d’attaquer Kalckstein en personne, mais ayant peur du feu prussien en réaction, la brigade de Kheul préfère s’organiser avec les 2 bataillons de Browne restant, pour former la ligne en vue d’une attaque le tour d’après, si le prussien n’arrive pas à se réorganiser à temps.

Le prussien avait d’ailleurs raison au tour précédent de détacher la brigade de Bredow de l’aile gauche pour venir en renfort de cette ligne d’attaque.
On la voit ainsi ci-dessous arriver au plus proche, une fois que tous les autrichiens se sont réorganisés :

Image

Sur les autres fronts, à gauche, les grenadiers sont donc dorénavant la seule infanterie qui restent pour accompagner les 2 escadrons restants de Posadowsky, Bredow étant parti. Et ils tiennent en respect toute la brigade de cavalerie de Philibert, qui n’ose franchir le bourbier. L’autrichien décide en effet de maintenir cette brigade en place, quitte à servir de chaire à canon, pour fixer ces quelques unités, pendant que la cavalerie de Birkenfeld continue son mouvement tournant… C’est risqué, mais ça peut payer...D’autant que les premiers escadrons de Birkenfeld franchissent déjà le bourbier, en toute sécurité (voir photo de la fin de tour plus bas).
Les 3 escadrons de hussard sur ce front sont maintenant tranquilles et vont pouvoir quitter sains et saufs le champ de bataille.

A droite, l’aile de Römer est toujours embouteillée : Lentulus tente de récupérer tout son monde… Et Brandenburg élimine un nouvel escadron de cuirassiers de Schulenburg. Par contre, l’infanterie de Heinrich, parfaitement formée en ligne, fait énormément de dégâts aux 2 escadrons qui tentaient de s’en éloigner…Les pertes atteignent maintenant plus de 50% pour ces 2 escadrons… Cette ligne sera difficile à contourner, avec le bosquet infranchissable, il faudra donc trouver une autre solution.
Et pendant ce temps de réorganisation, les derniers escadrons de Schulenburg et un bataillon de grenadiers précédemment en déroute sont définitivement ralliés et peuvent présenter à nouveau, si ce n’est pas une menace, au moins un point de fixation pour le prussien.

La situation à la fin du tour, à 17h40 :

Image

Ce coup-ci, il n’y a plus de faux semblants, toutes les réserves de parts et autres ont été mises à contribution. A gauche, l’autrichien a un potentiel intéressant pour manœuvrer. Sur la ligne de front de l’infanterie, l’autrichien est finalement dans une situation moins pire que prévue mais la fenêtre d’opportunité qui s’est ouverte devra être vite exploitée sous peine de déconvenue. A droite, c’est l’indécision…l’horloge tourne, les pertes des armées s’accumulent (79 pour Frederick II et 44 pour Neipperg), s’il y a un basculement sur ce côté, il sera forcément décisif !

Et tout en haut…à l’arrière des lignes autrichiennes…voici que revient Grünne, rallié, aux affaires…

A suivre…

Avatar du membre
Biobytes
Grognard
Grognard
Messages : 718
Enregistré le : dim. 28 août 2011 18:07

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#45 Message non lu par Biobytes »

Bonsoir,
Ca presse dur sur les 2 ailes mais on dirait que les Prussiens se sont préparés :mrgreen:
Sur la table en ce moment ou envies: Ici c'est la France (Legion Wargames), ASL (MMP+AH), Drive on Paris (Gamers), Héros & Rois (VV)

Matt_b
Pousse pion
Pousse pion
Messages : 51
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#46 Message non lu par Matt_b »

En ce début de 8ème tour, à 17h40, le prussien fait un constat amer, il est bien en retard sur les pertes : 79 à 44. Il ne reste que 4 tours complets (le dernier à 19h ne sert que pour déterminer le moral de l’armée), et il faut rattraper ce retard. Le calcul est simple, continuer de harceler la cavalerie pour gagner quelques points de pertes, mais surtout balayer l’infanterie autrichienne ! Plusieurs bataillons autrichiens ont dérouté assez tôt, et n’ont donc pas pris beaucoup de pertes.

Je ferai un nouvel aparté (c’est une de mes spécialités… ahem… :confus: )… au sujet des conditions de victoire, pour l’autrichien. On pourrait penser qu’à ce stade, il suffit à l’autrichien de replier l’infanterie et de faire cavaler sa cavalerie au loin, pour ne plus prendre de pertes supplémentaires et s’assurer de la victoire. On pourrait même penser que, dès le début, il suffisait à l’infanterie de se réfugier dans la ville de Mollwitz ou de ne faire que reculer, la cavalerie autrichienne ayant de toute façon une supériorité sur la cavalerie prussienne.
Sauf que : d’une, ce n’est pas drôle :) ….et de deux, l’auteur du module a prévu ce cas de figure en attribuant des PV supplémentaires au prussien pour toute unité qui serait à moins de 10 hexagones du bord nord de la carte (je n’ai pas les règles sous la main au moment de rédiger ce CR, aussi c’est peut-être 8 ou 9, mais vous comprenez l’intention). Evidemment, ce subterfuge n’est carrément pas historique. C’est pourquoi, dès le début, je me suis obligé à avancer la ligne autrichienne prudemment…Et Grünne a même donné un coup de pouce supplémentaire aux prussiens !
Je continue donc dans cette optique.

Les tours de jeu diminuant potentiellement avec la fin de la journée (voir le haut de la page 2 de ce CR), le prussien, qui a la première initiative, décide d’activer immédiatement Kalckstein, pris dans un piège, pour le faire reculer. Tandis qu’une frêle ligne commence à se reformer derrière lui, il tente avec le bataillon qui l’accompagne de battre en retraite. Etant au contact d’un bataillon dirigé par Browne en personne (le combat des chefs !), il prend une perte supplémentaire dans ce repli. Pire, à l’activation suivante, l’autrichien active….Browne…qui repart à l’attaque !
C’en est trop pour Kalckstein, qui déroute cette fois-ci. Kheul, galvanisé par cette victoire, monte au front à son tour et obtient également une victoire douloureuse sur un bataillon précédemment dispersé. Emporté par son élan, Kheul est obligé d’avancer et se retrouve alors en mauvaise posture face à toute la brigade de Bredow qui arrivait à grandes enjambées à la rescousse de Kalckstein, mis à l’abri :

Image

C’est ce qui s’appelle tomber dans la Kheul du loup probablement!

A droite de la ligne, désertée par l’autrichien, Marwitz est prudent et réorganise ses troupes pour lancer l’assaut sur la brigade de Kolowrat plus tard, et ce qui reste des unités de Grünne. D’autant que l’autrichien ne s’est pas encore activé ce tour de ce côté-là. Mais le tour avance vite…en auront-ils le temps ? (spoiler : NON)

Image

Parce que l’autrichien aimerait continuer à reprendre par la cavalerie ce que le prussien lui prend par l’infanterie….De ce fait les activations sont priorisées sur les ailes de Römer et Berlinchingen !
A gauche, Philibert est priorisé pour continuer son grand mouvement tournant. Ce coup-ci le bourbier est loin derrière et les hussards prussiens sont en vue. Les premiers escadrons auraient pu charger dès à présent mais préfèrent finalement temporiser pour attendre le reste des troupes. Birkenfeld n’aura pas le temps de s’activer et prendra à nouveau une volée de tirs des grenadiers prussiens avec quelques pertes.

A droite, surprise ! Lentulus décide de rebrousser chemin. Heinrich, et sa ligne prussienne, se demande quel coup de filou peut préparer Römer et hésite à avancer…Mais il sent le piège. Et surtout Frederick II, à portée, bien que inexpérimenté, lui suggère plutôt de surveiller sa gauche, qui est affaiblie avec l’avance de Marwitz.
Du coup, Römer a estimé que la brigade de Brandenburg allait suffire pour éliminer des ersatz d’escadrons prussiens. Et je vous laisse voir ci-dessous la réussite de la manœuvre…

Avant => Après
Image

C’est plutôt éloquent…Brandenburg se demande même comment un escadron a pu resté « secoué » et a refusé la charge, tant celle-ci était déséquilibrée en sa faveur…

Voilà donc pour ce tour assez court, plusieurs brigades autrichiennes n’ont pas pu s’activer… Et pourtant, l’autrichien a effectivement réussi à équilibrer les pertes ce coup-ci, puisque l’écart avec le tour précédent est quasiment le même : 94 pertes pour le prussien, contre 61 pour l’autrichien. Trois escadrons de hussard autrichien ont pu s’échapper, ce qui rajoutent 3 « pertes » au prussien qui arrivent donc à 97.

Il est donc 18h et la situation est la suivante :

Image

L’autrichien n’a plus beaucoup de réserves de pertes dans la cavalerie prussienne à droite. A gauche, il n’a qu’une ligne d’attaque capable de charger, et on a vu qu’une charge sur une ligne pouvait créer une contre-attaque plus douloureuse. Mais peut-être que le salut décisif viendra du plan de Römer pour Lentulus ?
Pour le prussien, Bredow et Marwitz sont bien mieux organisés que Kolowrat et Browne/Kheul imbriqués, et balayer toute l’infanterie autrichienne reste une probabilité assez importante pour combler le retard en pertes. A moins que Grünne… :lol:
A noter que Schwerin, le bras en écharpe, revient sur le front pour porter main forte à Kalckstein !

A 18h, on teste le moral de l’armée…Les pertes étant importantes, ce coup-ci, les tests de morale seront modifiés de -5 pour le prussien et -3 pour l’autrichien. Cela aura probablement son importance…

A suivre…

Matt_b
Pousse pion
Pousse pion
Messages : 51
Enregistré le : ven. 29 mars 2019 18:58

Re: BAR : bataille de Mollwitz

#47 Message non lu par Matt_b »

Et on démarre donc ce 9ème tour en fanfare, puisque le prussien profite à nouveau d’une première initiative pour activer Bredow à gauche, et ainsi balayer le bataillon de Kheul avancé, submergé par la double attaque prussienne. Kheul ne survivra pas à cet assaut…et la brigade attendra la nomination de son remplaçant.

A droite, Marwitz en ordre de marche s’avance à nouveau sur un bataillon de Grünne, revenu de déroute…mais qui y repart aussitôt…Comme vu 20 minutes plus tôt, Grünne est pourtant présent sur le front, mais ne peut enrayer cette (nouvelle) déroute.

Au centre de cette ligne d’infanterie, Schwerin est déjà revenu, et il réquisitionne un bataillon de Marwitz un peu esseulé pour l’activer en même temps que la brigade de Kalckstein, qui revient également de l’arrière avec quelques unités fraiches, ou fraichement ralliés. Et, comme les lignes de commandement s’étirent, le Général Leopold, supérieur de Bredow, accompagne Kalckstein dans cette remontée au front.

En face, Browne réussit à rejoindre la ligne autrichienne mais voit avec stupeur Kolowrat reculer un peu pour protéger le flanc menacé par Marwitz.

La situation après ces mouvements/attaques pour y voir plus clair :

Image

(Il y a bientôt plus de pions de généraux côté autrichien que de bataillons) ;)

Pourtant, malgré ces dernières pertes, Neipperg garde toujours espoir que la délivrance viendra de ses panzer-kavaliers !
Et les combats livrés lui donnent raison : Brandenburg s’acharne sur les derniers escadrons prussiens, et Schulenburg sera également tué côté prussien…Et côté gauche, Philibert lance enfin sa charge sur les restes de Podowsky ! Les 2 escadrons de Hussards prussiens réussissent à échapper au combat (la cavalerie légère peut retraiter avant combat contre la cavalerie lourde) mais l’escadron mené par Podowsky prendra cher, et devra dérouter !

Image

Juste au dessus, la brigade de Birkenfeld décide de ne pas bouger, et prendra encore une salve de pertes par les grenadiers prussiens. Birkenfeld a peur qu’en retraitant, les précieux grenadiers prussiens se retournent sur Philibert et compromettent sa manœuvre. Est-ce que le sacrifice de quelques cavaliers sera récompensé ?

Voici donc la situation à la fin de ce tour, à 18h20 :

Image

Le prussien a hésité à avancer la ligne d’Heinrich face à l’aile de cavalerie de Römer, car Lentulus est maintenant remonté et commence à menacer l’artillerie, chère en PV (les pertes sont doublées). Grace au bosquet à droite, Heinrich est en plus quasiment immunisé contre une charge favorable de Brandenburg si celui-ci s’y décidait !

Voilà pour cette courte mise à jour, parfaitement dans la lignée du tour précédent.
Il est donc 18h20, il reste donc 40 minutes pour faire la décision (2 tours) avant que l’obscurité ne fasse cesser les combats.
Le prussien a repris un peu de son retard en pertes : 125 contre 97 pour l’autrichien. Mais l’infanterie autrichienne est vraiment à l’agonie.

A suivre...

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »