Female gaze ?

Pour parler de la création de jeu
Message
Auteur
Avatar du membre
WiFDaniel
Rat de bibliothèque
Rat de bibliothèque
Messages : 6419
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 16:04
Localisation : Paris

Female gaze ?

#1 Message non lu par WiFDaniel »

Je reviens sur une question abordée dans un fil il y a quelques semaines : en quoi pourrait bien consister le "female gaze" dans la conception d'un jeu. Souvenez-vous : la quasi intégralité de nos jeux est conçue par des hommes, et, comme on l'a finalement constaté au cinéma et ailleurs, cela devrait conduire à un "regard exclusivement masculin" appauvrissant notre loisir.
(Je renvoie de nouveau à ce podcast si vous voulez en savoir plus)

Rems alors signalé Wingspan comme un exemple de boardgame à l'équipe de design féminine. Je viens d'en faire quelques parties.

En préambule, non, le "regard féminin", ce n'est pas le décorum du jeu, à savoir les oiseaux d'Amérique du nord, superbement dessinés sur chacune des cartes. Il ne s'agit pas du décompte des points de victoire via "les oeufs" et les "réserves alimentaires" accumulés dans les nids. Le "regard féminin", ce n'est pas le choix d'une ambiance sans aucune dimension guerrière / sportive / civilisatrice.

C'est autre chose.

Wingspan n'est pas un jeu collaboratif. Au contraire, il est extrêmement compétitif. Il n'y a que 26 coups, et chacun compte. Il faut être chaque instant attentif à ce que font les autres joueurs pour ne pas se laisser distancer et récupérer les points des challenges intermédiaires. Ce jeu n'a rien d'un pose-pions tranquille. Et même entre joueurs de niveau équivalent, la mécanique conduit à de notables différences de points de victoire, on n'est pas dans un jeu allemand où tout le monde finit dans un mouchoir de poche.

Voilà qui n'aurait rien de particulier si le jeu ne présentait pas aussi plusieurs caractéristiques hors normes. La première est qu'il est impossible de nuire aux autres. On ne peut pas casser / détruire ce qu'un autre joueur a fait. Hors les wargames, j'ai joué à nombre de jeux de plateau depuis 3 ans, parmi les plus côtés sur BGG (Scythe, TM, TTA, Duel, Eclipse, Res Arcana, Culte, Root etc.) : je ne vois aucun exemple similaire. Même dans un jeu comme Terraforming Mars (dont je suis fan), et même si c'est loin d'être fondamental à une partie, il existe des coups qui retirent des ressources à un autre joueur, avec deux conséquences : affaiblir la victime (naturellement), mais aussi susciter un désir de vengeance et entraîner, dès que l'occasion se présente, un retour de baton. Rien de tel dans Wingspan.

Au contraire, le jeu comprend des coups qui aident tous les joueurs, soi-même comme les autres. Une des façons d'améliorer son jeu est de faire sans, d'éviter de poser cette carte qui certes me rapporte un bonus, mais fournit exactement le même à tout le monde. Au lieu d'avoir un mécanisme "faire une crasse aux autres" (= fort tentant à jouer), il y a des mécanismes "qui avantagent tout le monde" ( = qui semblent positifs mais dont il faut apprendre à se passer). Les conséquences sont presque les mêmes - faire -1 ressource à un gars qui me fera de même dans 3 tours, ou accorder +1 ressource à tout le monde - mais amenées avec un regard différent.

Autre nuance, toujours en comparaison de nombreux autres boardgames, il n'y a pas de mécanisme de "mort subite". Si vous avez joué à Scythe, à TM, à Duel, à Root, à Res Arcana, mais aussi à Twilight Struggle / Imperial Struggle ou encore à No Retreat, vous savez que le jeu peut se terminer de façon anticipée. C'est même un des mécanismes de design des plus intéressants, avec la recherche du super coup qui achève la partie brillament, laissant les victimes avec l'impression "si seulement j'avais eu un tour de plus..." Alors que Wingspan a toutes les caractéristiques du jeu de progression qui comprendrait un tel mécanisme, il ne le fait surtout pas. Le nombre de coups que chacun va jouer est connu et innamovible. On ne peut plus sortir le combo magique qui force la fin de partie ni blâmer "l'instant qui manque" pour excuser une défaite. On en sort avec une sensation différente.

Ce sont donc de premières impressions de Wingspan. Il donne un feeling *différent*. Il garde la tension d'un jeu de plateau intense, avec la même belle courbe d'apprentissage, mais une tension sensiblement différente de celles que nous font vivre les designers - masculins - de tous les autres jeux cités.

Bref, une illustration de ce qu'un autre regard peut apporter à notre hobby.

Avatar du membre
walter.vejdo
Grognard
Grognard
Messages : 1111
Enregistré le : sam. 25 oct. 2008 10:58
Localisation : paris

Re: Female gaze ?

#2 Message non lu par walter.vejdo »

Je fais mon possible pour me tenir à l ecart de ce type de debat qui tournent en général assez vite à l affrontement idéologique.

Deux petites remarques: le wargame a deux concepteurs de jeu connus qui sont transgenre. Ca n’a d ailleurs aucune importance à mes yeux. Je regarde ces jeux pour ce qu ils sont.


Par ailleurs, n est ce pas au fond renforcer ou retomber dans des clichés que de vouloir rattacher le « cooperatif » aux femmes ou sexualiser un concept de design?

L amour de la différence de nos jours c est hélas parfois des tranchées creusées entre des segments (« de marché »?) qu’on met en concurrence.
Courage, on les aura!
Vieux dicton français

Inscrivez vous sur:
https://fsimgames.com

Image

Image

Merci pour les feedbacks sur BGG!!

Natisone
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 139
Enregistré le : lun. 24 nov. 2014 22:23

Re: Female gaze ?

#3 Message non lu par Natisone »

Tout à fait d'accord avec @wifdaniel.

D'ailleurs, dans un registre plus large que le cadre masculin/féminin, les zenobia awards récompensent les jeux qui apportent un nouveau regard, souvent issus de groupes plus marginalisés.

https://zenobiaaward.org/

Avatar du membre
WiFDaniel
Rat de bibliothèque
Rat de bibliothèque
Messages : 6419
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 16:04
Localisation : Paris

Re: Female gaze ?

#4 Message non lu par WiFDaniel »

walter.vejdo a écrit : lun. 2 août 2021 09:01 Par ailleurs, n est ce pas au fond renforcer ou retomber dans des clichés que de vouloir rattacher le « cooperatif » aux femmes ou sexualiser un concept de design?
Oui, je citais ces clichés pour les écarter. Mais aussi parce qu'ils nous imprègnent malgré nous.

Avatar du membre
Hannon
Grognard
Grognard
Messages : 703
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 07:48
Localisation : Malakoff (92)

Re: Female gaze ?

#5 Message non lu par Hannon »

Sujet intéressant, merci Daniel. Et tu as bien vendu Wingspan par la même occasion, je vais regarder de plus près cet ovni :)

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2304
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: Female gaze ?

#6 Message non lu par rems »

WiFDaniel a écrit :Voilà qui n'aurait rien de particulier si le jeu ne présentait pas aussi plusieurs caractéristiques hors normes. La première est qu'il est impossible de nuire aux autres. On ne peut pas casser / détruire ce qu'un autre joueur a fait.
C'est quand même une caractéristique de bon nombre de jeux de plateau. Ainsi, au hasard et tout récemment, Bonfire de Stefan Feld, dernier jeu de plateau auquel j'ai joué lors de cette saison perturbée. Là non plus, impossible d'interagir de manière directe sur le jeu d'un autre joueur, notamment en lui "cassant/détruisant" quelque chose. Par contre, il est quand même possible de "nuire" à un quelqu'un en s'emparant avant lui d'une certaine carte ou d'une certaine tuile. Cela se fait cependant dans l'immense majorité des cas incidemment plutôt que volontairement, premièrement parce que les joueurs ont leur nez sur leur plateau et essayent déjà de résoudre leur propre "puzzle" avant de se préoccuper du jeu des autres, et deuxièmement parce qu'à plus de deux joueurs, c'est souvent une très mauvaise idée de viser une action purement "négative" contre un autre joueur, car se sont les autres qui en profitent en fait.

Il ne faut pas oublier que parmi les origines et influences des jeux de plateau actuels, il y a les jeux "à l'allemande" des années 80/90, qui visaient principalement un public familial, et où les mécanismes "d'agression" directe étaient en général proscrits (il aurait fait mauvais genre que papa Hans fasse une crasse à la petite Helga en lui envoyant un : "Pan, dans ta face !"). Cela se retrouve encore dans de nombreux jeux actuels.

WiFDaniel a écrit :Le nombre de coups que chacun va jouer est connu et innamovible.
Franchement, je pourrais te citer un paquet de jeux de plateau où c'est le cas. Cela ne me paraît pas spécialement une innovation conceptuelle de Wingspan (auquel je n'ai malheureusement pas joué d'ailleurs).

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10669
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: Female gaze ?

#7 Message non lu par Drago »

WiFDaniel a écrit : lun. 2 août 2021 01:02Souvenez-vous : la quasi intégralité de nos jeux est conçue par des hommes, et, comme on l'a finalement constaté au cinéma et ailleurs, cela devrait conduire à un "regard exclusivement masculin" appauvrissant notre loisir.
Autant l'analyse qui suit ne manque pas d'intérêt, autant ce postulat me semble discutable, malgré l'utilisation du conditionnel.

Depuis vingt ans, je n'ai pas constaté un appauvrissement du hobby (élargi dans le sens où tu évoques les jeux de plateau), mais carrément l'inverse. L'absence de jeux "female gaze" ne me semble pas la marque d'un appauvrissement; la multiplication de jeux avec des mécanismes vus et revus sur les Ardennes ou la Normandie au détriment de nouveautés, déjà un peu plus. Heureusement, la production permet la sortie de jeux innovants et originaux, sur des thèmes inexplorés, aussi.
Je ne dis pas qu'un jeu mettant le joueur dans la peau d'une mère tentant d'éviter que tous ses enfants partent mourir à la guerre, ou tentant de faire survivre sa famille en temps de guerre, ne serait pas intéressant, juste que son absence ne me semble pas justifier de qualifier d'appauvrissement l'évolution du hobby.

C'est particulièrement vrai pour les jeux de plateau (puisque ton exemple est un jeu de plateau) qui ont connu une explosion en termes de créativité, les warteaux "entre deux mondes" qui ont multiplié les approches novatrices, et- clairement moins - pour les wargames "durs".

On peut se poser la question sur le sens à donner à l'appauvrissement:
- quel référentiel ? Quel serait l'enrichissement du hobby: la diversité des points de vues, l'originalité des mécanismes, la remise en cause de l'existant, le fait de "rendre justice" à des catégories de personnes sous-représentées dans la création ?
- quid du volume ? A partir de quelle proportion de jeux publiés / vendus et considérés comme "enrichissants", considère-t-on que le hobby s'appauvrit ?
Pour reprendre la comparaison avec le cinéma, l'appauvrissement que tu évoques, s'il doit être tenu comme une chose "constatée', me semble relever plus d'une standardisation à des fins mercantiles plus que créatrices, qu'une histoire de female gaze ou autre; là encore se posent les deux questions ci-dessus. Le mastodonte Disney est aujourd'hui le porte-étendard (de bonne foi ou non) de la culture woke, juger si cela enrichit réellement le cinéma peut faire l'objet de discussions intéressantes.

Concernant les jeux de plateau: l'incroyable âge d'or que vit le secteur depuis les années 2000 a vu la multiplication de jeux dont les principes ont amené une diversité de genres qui n'existait pas chez les pratiquants et ce, de façon étonnement plus équilibrée (voir les différentes conventions - je ne parle évidemment pas de nos rencontres de vieux wargamers sentant le fennec au fin-fond du Cantal - et festivals de jeux où il y a autant de femmes que d'hommes, voire parfois plus). Le succès commercial rencontré par les jeux collaboratifs est un exemple, GMT sortant Welcome to Centerville un autre.

Concernant les warteaux: certes on reste sur de l'affrontement classique, mais les efforts d'améliorations (originalité, simplicité, temps de jeu, ergonomie, etc.) m'évoquent tout sauf de l'appauvrissement en termes de création. J'ai en tête des titres marquants: la Guerre de l'Anneau (on peut gagner sans faire la guerre en gagnant la course à la montagne du destin), Star Wars Rebellion (on survit au timer), Napoleon's Triumph (de la bonne bataille tactique avec des bâtonnets et pas de dés), plus récemment Freedom! (où les habitants de Missolonghi peuvent décourager les turcs en résistant jusqu'au bout) et Verdun de Walter, Saïgon 75 de Bonzillou, etc.

Concernant les wargames purs: on reste sur une population d'acheteurs typée, mais dans ce carcan il y a eu des exemples de créations originales, je pense au système Tenkatoitsu de Fuvumi.

Pour résumer, on peut tous avoir sa propre appréciation de ce qui fait la richesse du hobby, pour autant, et c'est un peu le mal du siècle, il est glissant d'opposer des opinions (1/le hobby s'appauvrit, 2/à cause d'un regard exclusivement masculin) aux faits (il n'y a jamais eu autant de créations ludiques dans les trois catégories de jeux mentionnées).
Modifié en dernier par Drago le lun. 2 août 2021 10:28, modifié 1 fois.
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2304
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: Female gaze ?

#8 Message non lu par rems »

WiFDaniel a écrit :Je reviens sur une question abordée dans un fil il y a quelques semaines : en quoi pourrait bien consister le "female gaze" dans la conception d'un jeu. Souvenez-vous : la quasi intégralité de nos jeux est conçue par des hommes, et, comme on l'a finalement constaté au cinéma et ailleurs, cela devrait conduire à un "regard exclusivement masculin" appauvrissant notre loisir.
Le sujet portait initialement sur les wargames, qui est un genre beaucoup plus contraint que les jeux de plateau ou les jeux de rôle par exemple.

Une question qui a été posée dans le précédent sujet et à laquelle je n'ai vu aucune réponse : quelle serait l'influence d'un "regard féminin" sur la conception d'un wargame sur Waterloo, Gettysburg, ou les Ardennes ? Ta réflexion a-t-elle évolué sur ce point ?

greg
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 304
Enregistré le : mar. 30 sept. 2008 10:40

Re: Female gaze ?

#9 Message non lu par greg »

Mon dieu, les "gender studies" s'invitent même sur ce forum... Le titre en anglais est explicite en lui-même.

Lorsque les femmes font de la politique, elles agissent comme les hommes; la politique n'a pas de sexe. Idem pour les jeux. J'ai (à ma connaissance), un seul wargame conçu par une femme: "China Incident", une vieillerie publié dans le Wargamer. C'est un jeu que j'aime bien, et je trouve ça chouette dans un domaine quasi-exclusivement masculin.

Mais essayer de trouver, dans ce jeu, des éléments qui permettraient d'appuyer une thèse sur les "caractéristiques féminines" dans la conception des wargames, c'est absurde et dangereux. C'est la mode actuelle consistant à catégoriser, à mettre les gens dans des cases et à considérer toute opinion, toute expression non pas à l'aune des idées exprimées, mais selon l'origine sociale, ethnique ou sexuelle d'une personne. Et je m'arrête ici parce que dans deux lignes j'atteins le point Godwin.

La semaine prochaine, je proposerai une étude comparée des concepteurs de wargames selon leurs prénoms: quelles sont les caractéristiques des "James" et des "Bill"? :lol:

Avatar du membre
Edgar
Marie-Louise
Marie-Louise
Messages : 7
Enregistré le : sam. 7 mars 2009 01:58
Localisation : Pamplona

Re: Female gaze ?

#10 Message non lu par Edgar »

greg a écrit : lun. 2 août 2021 12:00 La semaine prochaine, je proposerai une étude comparée des concepteurs de wargames selon leurs prénoms: quelles sont les caractéristiques des "James" et des "Bill"? :lol:
N'oubliez pas les designers aux cheveux blonds et bruns, et les chauves. :) :clap:

Verrouillé

Retourner vers « Création de jeu »