STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Dim 16 Déc 2018 12:58

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message non luPublié: Dim 22 Juil 2018 14:47 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2545
Le film, dans mon souvenir, n'aborde pas des considérations sur la mémoire, l' éthique et inévitablement la politique , comme l'a fait avec intelligence "valse avec Bachir",
il montre la réalité crue d'un équipage de char plongé dans une guerre dont il ne comprend rien, cherchant simplement à survivre juste quelques heures, voire un jour de plus.
Ils sont effectivement très jeunes (entre 18 et 21 ans) et passent brutalement de la vie israélienne moderne à la réalité d'une guerre qui resurgit par intermittence depuis des générations.
Comme basculés dans une autre dimension, dans un univers dystopique, enfermés dans un sarcophage d'acier devenu une cible opaque en mouvement.

Il n'y a pas de discussions sur le sens de leur action comme dans "La bête de guerre" qui se déroulait dans un T55 en 1981 en Afghanistan.
Comme si le fait d'en parler n'avait finalement plus aucun sens.

Le film est brut, c'est pour cela qu'il frappe au coeur des familles israéliennes concernées par le service militaire:
voilà ce que pourrait vivre votre fils si une nouvelle guerre surgissait au cours des 3 ans qui suivront ses 18 ans !

La beauté des champs de tournesol ne fait que souligner l'incongruité de ce voyage au bout de l'enfer.

La diversité baroque de l'ennemi: paysan avec ses cagettes de poulets vivants, miliciens enragés, mère éperdue fuyant les tirs avec ses enfants, en suggère l'absurdité.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 22 Juil 2018 16:00 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Oct 2008 15:02
Message(s) : 2147
Localisation : Bouche du Rhone
Médaille du samaritain (1) Médaille des marseillais (1)
ulzana a écrit:

La diversité baroque de l'ennemi: paysan avec ses cagettes de poulets vivants, miliciens enragés, mère éperdue fuyant les tirs avec ses enfants, en suggère l'absurdité.

Si le film a eu un impact social c'est qu'il avait forcément un message politique, sous-jacent, sans rentrer dans un débat de subtilité, je l'ai vu et bien des éléments de cette guerre sont mis en image et ainsi en cause.
Il ne faut pas oublier le choc, de son époque, qu'a été cette guerre, la complicité ou non marqué avec des massacres de part & d'autres d'ailleurs, par tsahal; la critique de ce qui s'est passé est antérieure, bien antérieure au film et contemporaine des faits eux mêmes.
Ce qui y est montré ne passe passe sans soulevé des questions, à moins qu'on présente la situation comme toi l'ennemi est autant le paysan, la mère ou la jeune épouse qui se retrouve toute nue, au risque de tout ce qui peut lui arriver dans les combats urbains, et qui se je me souviens bien perd des membres de sa famille.

Alors qu'aucunes de ces personnes n'est vraiment un ennemi, sauf évidement le milicien qui se cache dans la zone urbaine. Est ce que le film est aussi neutre que cela, il faudrait que je le revois.

A noter une série diffusé toujours sur arte du temps où elle intéressée encore, c'était une suite de documentaire avec des témoignages de tous bords, sur cette guerre de 1982.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 22 Juil 2018 17:45 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2545
Hérodote

Le film Lebanon est juste un film expérientiel sur un équipage de char de Tsahal: comme le fut Das Boot pour un équipage de U Boote, il n'est pas dans la critique des actions menées par ces derniers.

Mais je pense que l'auteur du scénario et ceux qui l'ont réalisé et produit ont fait exprès de ne surtout pas aborder des réflexions politiques.
Pour la raison que depuis une vingtaine d'années c'est devenu inaudible en Israël, hormis au sein d' un cercle de plus en plus restreint dont David Grossman, Amos Oz et Avraham Yeoshua sont les consciences les plus représentatives, notamment sur le plan international, parce que écrivains et profondément attachés à Israël.

La seule chose qui peut encore provoquer une réflexion passe par cet aspect viscéral: pourquoi une famille met au monde un garçon, l'élève, pour le donner à l'âge de 18 ans à Tsahal pour une durée de 3 ans, au cours de laquelle il sera probablement exposé à des situations de guerre récurrente, ou au minimum à des actions contre des civils dans les territoires occupés ?

C'est la hantise des mères (et des pères aussi, David Grossman en a fait la terrible expérience).

Tant qu'il s'agissait d'assurer la survie d'Israël, cette hantise avait un sens, et puis il y avait l'espoir que cela cesse un jour.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui,
et je ne vais pas développer, ceux que cela intéressent visionneront le documentaire accessible sur le net,
"Histoire d'Israël par 10 écrivains Israëliens"
c'est magnifiquement et clairement exprimé.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 22 Juil 2018 19:26 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Ven 7 Août 2009 19:29
Message(s) : 1413
Médaille du samaritain (1)
c'est un peu comme Mordechai Vanunu, un technicien nucléaire qui avait révélé au Sunday Times des détails sur le programme nucléaire militaire israélien en 1986, avec des photographies prises à l'intérieur de la centrale nucléaire de Dimona et qui a passé près de 20 ans en prison après avoir été enlevé à Rome par le Mossad (avec une jolie espionne comme appât).

Les opposants à la guerre savent donner de la voix, mais il est facile pour les divers gouvernements israéliens de se cacher derrière la menace de l'existence de l'État, ce qui permet aussi de rejeter systématiquement toute négociation "modérée", comme si le Hezbollah ou le Hamas pouvait menacer l'intégrité d'Israël (alors que plusieurs pays associés n'y sont pas parvenus).
D'un autre côté, ils se savent en position de force (surtout compte tenu de la situation des nations arabes voisines, puisque les USA ont crée une sorte de tampon en inféodant l'Irak et ont essayé de faire de même avec la Syrie avant que la Russie n'intervienne), donc ils veulent et peuvent imposer leurs conditions à toutes négociations. Mais les conditions qu'ils exigent ne s'appliquent que dans les cas de victoires militaire sur une armée régulière, dont un chef d'État se trouve à la tête, mais ce dont sont quasiment dépourvus le Liban et la Palestine.

Bref, le mouvement pacifiste israélien n'est pas plus puissant que le mouvement de contestation en France durant la guerre d'Algérie (soutenu également par des artistes, écrivains, etc.) qui s'opposait à l'envoi d'appelés au front (le service de 18 mois a été souvent prolongé à 24, voire 27 mois - l'effet bénéfique étant que les mois de guerre comptent double pour la retraite).

_________________
"si tu veux la paix, fais la guerre"
C'est comme cela que l'on remplit les livres d'histoire


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 22 Juil 2018 21:08 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2545
Les voix des 10 écrivains israéliens du documentaire ne sont plus audibles et je crains que leur disparition progressive et inévitable ne soit pas suivie de successeurs.

Le messianisme politico religieux et la passion identitaire exploités par une rouerie politique sans vergogne ont largement gagné la partie.
C'est un gachis en marche qui va encore s'amplifier.

Le cinéma israélien, garde, lui, une exceptionnelle qualité.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 22 Juil 2018 23:16 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Ven 7 Août 2009 19:29
Message(s) : 1413
Médaille du samaritain (1)
ulzana a écrit:
Le cinéma israélien, garde, lui, une exceptionnelle qualité.
Sur le bras de fer opposant les Israéliens à la population palestinienne, je recommande le film Les Citronniers, inspiré de faits réel entre un ministre israélien et une veuve palestinienne.

_________________
"si tu veux la paix, fais la guerre"
C'est comme cela que l'on remplit les livres d'histoire


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 23 Juil 2018 06:30 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2545
Je l'ai vu, comme bien d'autres, je recommande "Paradise now" de Hany Abu assad,
et la mini série britannique "The promise" de Peter Kominsky qui avait déjà fait l'excellent téléfilm en deux parties "Warriors l'impossible mission" sur l'odyssée d'un groupe de soldats britanniques en mission en Bosnie en tant que casques bleus.
Ce dernier est extraordinaire sur le plan militaire, le premier pour avoir à la fois une vision Israélienne et une vision palestinienne actuelles, avec en plus une approche des évènements de 1946/1948.
Enfin "L'attentat" de Ziad Doueiri, sur l'illusoire intégration quelle que soit son exemplarité quand manque la bonne identité.

Et le film "Kedma" de Amos Gitaï réalisateur israélien filmant les rescapés de la Shoah migrants vers la Palestine mandataire tout juste partagée
et jetés au plus fort des combats, tout juste débarqués.

Pour un sujet aussi complexe, des œuvres intelligentes parlent au cœur comme à l'esprit,
le cinéma parvient à peindre l'extraordinaire palette des différents vécus et de ces deux Histoires, toutes deux tragiques et irréconciliables.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 23 Juil 2018 09:12 
Vieille barbe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Lun 13 Avr 2015 22:15
Message(s) : 1511
Localisation : A l'ouest...
ulzana a écrit:
Peter Kominsky qui avait déjà fait l'excellent téléfilm en deux parties "Warriors l'impossible mission" sur l'odyssée d'un groupe de soldats britanniques en mission en Bosnie en tant que casques bleus.


J'avais adoré celui là... la scène dans le VTB; quelle tension !

_________________
"Je crois que pour tout homme, l’apothéose vient lorsqu’il s’est bien battu pour la bonne cause et gît, épuisé, sur le champ de bataille… victorieux !" - Vince Lombardi.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 23 Juil 2018 10:14 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2545
Le film était intense et cela permettait de réaliser ce que pouvaient vivre les militaires en mission de casque bleus sur des conflits de guerre inter ethnique.

Ne pas pouvoir réagir face à des atrocités devient parfois plus éprouvant que d'être plongé au coeur des combats.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 23 Juil 2018 12:34 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Ven 7 Août 2009 19:29
Message(s) : 1413
Médaille du samaritain (1)
ulzana a écrit:
Le film était intense et cela permettait de réaliser ce que pouvaient vivre les militaires en mission de casque bleus sur des conflits de guerre inter ethnique.

Ne pas pouvoir réagir face à des atrocités devient parfois plus éprouvant que d'être plongé au coeur des combats.
Pour cela, il y a aussi, dans un autre registre, le film canadien J'ai serré la main du diable sur le génocide rwandais vu sous l'angle du général Dallaire qui commandait la MINUAR sur place (le fil est tiré de son livre). Mais c'est un autre sujet.

_________________
"si tu veux la paix, fais la guerre"
C'est comme cela que l'on remplit les livres d'histoire


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr