Vous êtes en train de lire....

Pour parler des sorties et nouveautés en livres.
Message
Auteur
Avatar du membre
EtienneLeGros
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 25
Enregistré le : jeu. 14 nov. 2019 19:02

Re: Vous êtes en train de lire....

#1851 Message non lu par EtienneLeGros »

pzmeyer a écrit :Une victoire stratégique française en fait.

Impressionnant le nombre de batailles qu'il y a eu pendant cette guerre.

Est-ce qu'il y a un bon wargame sur cette bataille ?
Saut erreur l'auteur ne compte que 28 batailles et une centaines de sièges.

Quant à la victoire stratégique pas certains que les alliés aient eu la volonté d'aller plus loin. ils leur restaient à avoir une base de départ solide donc Mons puis Douai tombent.

Etg.

Avatar du membre
Chris10
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 241
Enregistré le : jeu. 25 avr. 2013 08:51
Localisation : Troyes (10)

Re: Vous êtes en train de lire....

#1852 Message non lu par Chris10 »

Pour les jeux il y a celui ci aussi

https://boardgamegeek.com/boardgame/110 ... one-vacant

fourmi
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 263
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 12:25
Localisation : Tournay (65)

Re: Vous êtes en train de lire....

#1853 Message non lu par fourmi »

J'ai terminé "Québec 1759-1760 : les plaines d'Abraham" aux éditions Economica de Gérard Saint-Martin. J'ai trouvé la lecture plaisante et le travail m'a semblé sérieux.
Je commence maintenant le roman de Stephen Crane "La conquête du courage" ayant pour fond la guerre de sécession.

Avatar du membre
joma
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 3314
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 10:39

Re: Vous êtes en train de lire....

#1854 Message non lu par joma »

Je suis en plein milieu de "bloody streets-The soviet assault on Berlin" de Aaron Stephan Hamilton.
Image

500 pages au format A4 avec un livret séparé de 60 pages pour les cartes.
Une bonne grosses plongées dans le chaos des dernier jours du Reich avec plein de point de vue sur les combats, y comprit les accrochages fratricides entre le 1er front d'Ukraine et le 1er front Biélorusse.
"Americans have finally get beyond our racial past, and picked up a black men to clean up our mess" - Bill Maher
"We cannot defend freedom abroad by deserting it at home." - Edward R. Murrow

Avatar du membre
EtienneLeGros
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 25
Enregistré le : jeu. 14 nov. 2019 19:02

Re: Vous êtes en train de lire....

#1855 Message non lu par EtienneLeGros »

Bonjour

une video interview sur le livre de Clément Oury sur la guerre de Succession d'Espagne.

https://www.youtube.com/watch?v=dnZXBZxNDP0

Etg.

Sertorius
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 297
Enregistré le : mar. 28 févr. 2012 21:22
Localisation : Londres

Re: Vous êtes en train de lire....

#1856 Message non lu par Sertorius »

J’avais initialement l’intention d’acheter un ouvrage sur la bataille de Shiloh qui m’avait été recommandé mais, en consultant les rayons de Waterstones, mon œil s’est arrêté sur une biographie de Lee. Depuis la lecture du volume de McPherson sur la guerre de sécession, j’avais toujours conservé l’idée de m’intéresser au personnage, sans que cela fût une priorité, donc j’ai saisi cette occasion.

Image

L’ensemble se lit agréablement, avec un bon équilibre entre les mises en perspectives des événements de l’époque et la biographie elle-même. Les illustrations sont abondantes, tant photographies que tableaux et cartes. Ces dernières manquent parfois de lisibilité, ce que compense partiellement leur nombre.

Lee est présenté comme un homme d’une grande rectitude, dont la piété naturelle s’était encore accrue sous l’influence de sa femme, parfois sévère comme souvent à cette époque, très attaché à sa famille et pourtant sensible aux charmes féminins, sans aller bien au-delà de conter fleurette. J’ignorais qu’il faisait partie des grandes familles virginiennes et sa femme plus encore, liée qu’elle était à Washington, saisissant contraste avec Stonewall Jackson. Pour autant, son père impécunieux et son beau-père mauvais administrateur de ses biens lui laissèrent des finances en mauvais état, Lee se posant souvent la question du choix de l’armée, avec promotion lente et solde médiocre.

Il voyait dans l’esclavage un problème, essentiellement sur le plan religieux. Sans tomber dans une dichotomie radicale, Michael Korda décrit deux types de relations dans les Etats du Sud, celles des grandes plantations et celles dont se réclamaient les Virginiens dans leur majorité, en théorie empreints de paternalisme et opposés à la reprise de toute traite depuis l’Afrique. Lee faisait partie des plus modérés de cette époque, bien qu’il eût sévi après que trois esclaves se furent échappés avant d’être repris et, de ce qu’il semble, fouettés. Si sa famille ne possédait qu’une poignée d’esclaves, le leg de Custis, son beau-père, en amena 200, sources de difficultés parce que n’ayant jamais été administrés correctement. Conformément au testament de Custis, tous ces esclaves furent affranchis 5 ans après le leg, la plupart étant en toute hypothèse déjà en territoire contrôlé par l’Union. Entre autres anecdotes révélatrices du personnage, un ancien esclave noir était entré dans la maison où la famille de Lee était accueillie, pour annoncer son départ. Lee se leva pour aller serrer la main de l’homme et souhaiter que le ciel le bénisse. Difficile d’émettre des jugements purement en noir et blanc donc…

Le grand mérite de Michael Korda est de bien mettre en évidence les traits de caractère invariants qui firent de Lee un héro de la guerre du Mexique et un personnage emblématique pendant et après la guerre de sécession. Ingénieur de formation, sorti deuxième de la jeune école de Westpoint où les grands ouvrages de stratégie étaient rédigés en français, Napoléon oblige, Lee s’illustra par ses travaux de régulation du Mississipi autour de Saint Louis, et par ceux des forts de la côte Est. Le sobriquet dont il fut temporairement affublé en 1861-1862 (King of Spades, un jeu de mot sur le roi de pique / de la pelle) témoigne de son goût pour les fortifications, qui lui permettaient d’économiser ses troupes pour adopter une attitude aussi offensive que possible au point qu’il aurait choisi. Quels que furent les problèmes de coordination pendant la bataille des 7 jours en juin 1962, cette victoire opérationnelle n’aurait jamais été possible sans ces efforts de terrassement au sud du front alors que McClellan disposait d’une supériorité globale de presque 2 contre 1.

Le sens du mouvement est l’autre attribut majeur, avec recherche de l’effet de surprise. Ses ordres écrits étaient généralement précis et clairs, quoique souvent accompagnés de la mention « if practicable », laissant bien de la latitude à ses officiers généraux et gâchant peut-être l’occasion de gagner à Gettysburg avec un mouvement plus vigoureux de son aile gauche au premier soir : « Few commanding generals have ever given their subordinates more freedom », condition pour créer la surprise et source de confusion parfois. Sans doute Lee aurait-il gagné à se montrer plus directif. Cela n’était pas rendu évident avec son statut hybride en 1861-début 1862, sans compter avec la prétention de Jefferson Davis, président de la Confédération, d’assumer le rôle de général en chef.

S’il est une carence de cette biographie, c’est dans les relations avec l’autorité politique qu’on la trouvera, car elles auraient mérité d’être plus développées, notamment au regard de l’épouvantable logistique de l’armée confédérée. On n’en lira qu’avec plus d’intérêt les pages relatives à la politique dans l’ensemble bizarre que représentaient les Etats du Sud, la capacité des autorités ou de la presse à s’enticher de Beauregard ou de Johnston en oubliant le vrai architecte de leurs succès, avant que Lee s’impose comme leur grand général. Son aura militaire se doublait d’une stature, d’une tenue et d’une équanimité d’humeur qui forçaient d’autant plus l’admiration de la troupe que Lee partageait ses privations. Son retour à une carrière civile après 1865 est marqué par les même traits, ne témoignant aucun ressentiment à l’égard du Nord et de ses représentants et offrant un modèle de stoïcisme aux vaincus.

Bref Lee était un homme regardant ses idéaux vers le XVIIIème siècle de Washington, tout en faisant preuve d’une grande modernité à toutes les étapes de la vie : construction de forts, agencement du Mississipi, utilisation des chemins de fer pour des mouvements tactiques, tout cela est fort bien narré dans cette biographie.

Il est remarquable que Michael Korda ait aussi écrit une biographie de Grant, les personnages se ressemblant si peu en apparence. Il faut que j’écluse le stock de lectures en souffrance mais cela fera indubitablement partie de mes prochains achats.

Avatar du membre
Stéphane
Grognard
Grognard
Messages : 659
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 13:50
Localisation : Chaumont (52)

Re: Vous êtes en train de lire....

#1857 Message non lu par Stéphane »

"Le mors aux dents" de Vladimir Pozner
https://www.babelio.com/livres/Pozner-L ... nts/197436
Stéphane

Le chef est celui qui prend tout en charge. Il dit : "J'ai été battu". Il ne dit pas : "Mes soldats ont été battus".
Antoine de Saint-Exupéry « Pilote de guerre »

Avatar du membre
Byblos
Grognard
Grognard
Messages : 1065
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 07:54

Re: Vous êtes en train de lire....

#1858 Message non lu par Byblos »

Où l'on côtoie le baron Unberg Von Sternberg ...

Avatar du membre
joma
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 3314
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 10:39

Re: Vous êtes en train de lire....

#1859 Message non lu par joma »

Sertorius a écrit : sam. 26 sept. 2020 13:25Quels que furent les problèmes de coordination pendant la bataille des 7 jours en juin 1962, cette victoire opérationnelle n’aurait jamais été possible sans ces efforts de terrassement au sud du front alors que McClellan disposait d’une supériorité globale de presque 2 contre 1.
Hola... Si c'est KOrda qui balance le 2/1 faudrait qu'il revoit sa copie, on sait désormais que le rapport de force durant les 7 jours était de 1/1 avec même un léger avantage d'un millier d'homme à Lee.
Sertorius a écrit : sam. 26 sept. 2020 13:25On n’en lira qu’avec plus d’intérêt les pages relatives à la politique dans l’ensemble bizarre que représentaient les Etats du Sud, la capacité des autorités ou de la presse à s’enticher de Beauregard ou de Johnston en oubliant le vrai architecte de leurs succès, avant que Lee s’impose comme leur grand général
Elle m'a bien fait sourire celle-la.
Au mois d'Avril 62 au moment ou McClleland force la ligne de Yorktown, Johnson (qui n'est certes pas le type le plus offensif de l'armée confédérés :mrgreen: ) avait demander à ce que l'armée de Virginie soit renforcé par les départements voisins des Carolines et de Géorgie et de la Shenandoah, lors d'un meeting à Richmond incluant Jefferson Davis, George Randolph (the secretaary of war), Lee, Johnston GW Smith, Longstreet.
Lee qui était le conseillers militaire de Davis refusa catégoriquement (parfois pour de bonne raison à ce moment de la campagne) l'envoi de renfort. Johnston réellement à 1/2 ne pourra que retraiter jusqu'à Seven Pines ou même là, il ne sera renforcé que par le garnison de Norfolks de Huger (si mes souvenirs sont bon).

Par contre une fois Lee au commande de l'armée, ses renforts vont lui être octroyé, lui permettant d'arrivé à plus de 100 000 hommes pour être à égalité avec little Mac pour les 7 jours.

Donc le véritable architecte... Je me permet de douté. Lee comme tous les commandant de cette époque à ces prérogatives qu'il a du mal à lâcher. Il a aussi le problème de ne voir la guerre qu'au travers le prisme de la Virginie ce qui va couter cher pour la guerre à l'ouest.

A te lire j'ai l'impression qu'il s'agit plus d'une hagiographie de Saint Lee que d'une véritable bio du personnage (ce que les recherche de review sur le net semble me confirmer :) ).
"Americans have finally get beyond our racial past, and picked up a black men to clean up our mess" - Bill Maher
"We cannot defend freedom abroad by deserting it at home." - Edward R. Murrow

Avatar du membre
allalalai
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 2302
Enregistré le : lun. 29 nov. 2010 15:42
Localisation : Embrun

Re: Vous êtes en train de lire....

#1860 Message non lu par allalalai »

Bonjour à tous,
Une petite lecture très rafraîchissante :
Histoire insolite des grandes batailles de Marc LeFrançois
https://livre.fnac.com/a7889978/Marc-Le ... -batailles
Très bien écrit, avec une pointe d'humour et un zest d'opinion parfois, je trouve la lecture de ce livre très agréable ; réussi selon moi, il vous fait passer du vocabulaire des Grognards de Napoléon à l'explication d'expressions telles que les 400 coups, le doigt d'honneur, d'un poème de Victor Hugo à des extraits de propagande du XVIIIe siècle, etc...
L'auteur ne tombe pas dans le détail des batailles, ce n'est pas le sujet, et tout en restant synthétique, parvient à focaliser sur l'anecdote dont on se délecte du récit.
Bravo, j'adore !
Allalalai, Indiens, Zoulous, coloniades et hommes plus forts du bouclier !

Répondre

Retourner vers « Livres »