Grand tactique napo : du combat urbain

Règles du forum
:!: ATTENTION :!:
Toute discussion concernant strictement Jour de Gloire doit se faire dans son forum qui lui est propre.

En défense dans un environnement urbain (hors ferme fortifiée, château, fortifications) :

- l'infanterie est pénalisée
4
9%
- l'infanterie est avantagée
14
32%
- l'infanterie légère est avantagée
8
18%
- la cavalerie peut défendre
0
Aucun vote
- la cavalerie ne peut défendre
7
16%
- certaines cavaleries peuvent démonter et défendre
11
25%
 
Nombre total de votes : 44

Message
Auteur
Avatar du membre
Fix
Maitre Fix
Maitre Fix
Messages : 4487
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 08:49

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#51 Message non lu par Fix »

Telnitz, sokolnitz?
chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte... (Albert Cohen)

Savez-vous ce que disent les arbres lorsque la hache entre dans la forêt ? "Regardez : le manche est l'un des nôtres…" (Sorj Chalandon)

Avatar du membre
Thierry Michel
Grognard
Grognard
Messages : 1052
Enregistré le : sam. 14 sept. 2013 19:33

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#52 Message non lu par Thierry Michel »

Il me semble que Masséna a perdu, puis repris Aspern.
à découvrir : Wing Leader, Prelude to Disaster, the Last Victory

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10110
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#53 Message non lu par Drago »

Blacky a écrit : ven. 20 nov. 2020 08:45 Pour ce qui concerne la cavalerie : je vois que pas mal d’entre vous ont répondu que certaines pouvaient démonter et défendre en ville. Quelqu’un a-t-il des arguments à partager, des exemples historiques ?
D'une façon générale, la cavalerie hors les dragons et les carabiniers n'avait que peu ou pas de puissance de feu comparée à l'infanterie.
Démonter et défendre en ville, c'est encore une fois l'exception, généralement, la cavalerie d'une armée ne se voyait pas confier en masse ce genre de mission.
Les cavaliers par essence rechignent moins au combat proche à l'arme blanche, mais ça n'en fait pas une troupe ayant une doctrine efficace de défense / retardement comme c'était la règles plus tard pendant la guerre de Sécession.
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

ulzana
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 4271
Enregistré le : mar. 14 avr. 2015 17:57

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#54 Message non lu par ulzana »

Distinguons les escarmouches des batailles rangées.
Dans les premières les cavaleries peuvent avoir un rôle d'avant garde ou d'arrière garde avec des Hourras (attaques surprise) qui peuvent avoir lieu en terrain urbain, avoir l'usage de leurs petites carabines (efficace à très courte portée),
dans les secondes les cavaleries sont en formation et n'usent de leurs armes à feu (pistolets et carabine) qu'exceptionnellement face aux carrés à Waterloo avec des effets limités (mais qui ont néanmoins causé des pertes et de la fatigue aux bataillons de Wellington).

Durant la guerre de sécession les cavaliers avaient des revolvers à barillet (de différentes formes et marques) il est apparu vers 1840, créé par Colt pour la marine et utilisé par les texas rangers (Hays) contre les comanches.
Ces revolvers à 5 puis 6 coups étaient communs chez les cavaliers et leur donnait une puissance de feu redoutable à courte distance (ils en avaient souvent deux, et Colt fournissait des barillets qui permettaient de recharger en changeant celui qui était vide).
Et en 1861, il y avait fréquemment des revolvers à gros calibres puissants.

Rien à voir avec avec les pistolets à un coup napoléoniens.

Enfin , la cavalerie nordiste va être équipée de carabines à répétition, ce qui va lui conférer une puissance de feu supérieur à l'infanterie (cela se verra à Gettysburg) et donnera parfois l'avantage sur les cavaliers sudistes.

L'utilisation de la cavalerie va changer grâce à ces nouvelles armes.

Les indiens des plaines (et particulièrement les comanches) qui pouvaient être en partie comparés avec les lanciers de napoléon ont largement dominé les colons du Texas ou d'ailleurs tant que ces derniers n'avaient pour arme que des Rifle du Kentucky et des pistolets à un coup.
Ce sont les armes à feu à répétition et utilisant des balles qui a changé la donne.
"All right sweethearts, what are you waiting for ?
Breakfast in bed?
Another glorious day in the corps !
A day in the Marine Corps is like a day on the farm.
Every meal is a banquet.
Every paycheck a fortune.
Every formation a parade. "

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1625
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Analyse des combats pour le village d'Aspern

#55 Message non lu par rems »

Alors, par rapport à la question principale du sujet (l'infanterie est-elle ou non désavantagée dans la défense d'un village ?), j'ai voulu examiner plus en détail quelques cas concrets.

Je me suis pour l'instant intéressé aux combats qui ont eu lieu pour la possession des villages d'Aspern et d'Essling pendant la bataille portant leurs noms, qui a opposé aux portes de Vienne les 21 et 22 mai 1809 l'armée de Napoléon à celles de l'Archiduc Charles. Les villages d'Aspern et d'Essling constituaient les ancrages des flancs gauche et droit de l'armée française, et les combats pour leur possession ont été particulièrement féroces pendant les deux jours de la bataille.

Je ne dispose pour l'instant que d'une seule source pour cette bataille, qui est le Aspern & Wagram 1809 de Ian Castle, paru chez Osprey.
Je cite ci-dessous les passages relatifs aux combats pour Aspern, pour dégager la chronologie et le résultat de ces combats. Je ne l'ai pas fait pour Essling, car tout à côté du village il y avait un "grenier à grain", une énorme bâtisse de trois étages aux murs épais qui a servi de redoute aux Français pendant la bataille et qui a eu une grande influence sur les combats pour Essling : certains ergoteraient donc que l'on est hors-sujet. :mrgreen:
Pour chaque attaque, je relève si celle-ci a été un succès ou un échec pour l'attaquant.
Si vous voyez des imprécisions, des omissions ou des erreurs dans la chronologie ci-dessous, vous n'hésitez pas à les signaler !


PREMIER JOUR

1ère attaque :
"The first weak attempt on Aspern failed, but a second by a battalion of IR60 (Gyulai) at 2.45 pm briefly entered the village before being easily ejected by Viviez's brigade. Molitor then pushed Leguay's brigade into the village to bolster the defence."
=> Attaque autrichienne repoussée.

2ème attaque :
"[... ] Hiller's next assault was launched at about 3.30 pm. Largely uncoordinated, the attack by eight battalions [...] was repelled by the French defenders with huge Austrian losses."
=> Attaque autrichienne repoussée.

3ème attaque :
"The Austrians launched another great attack on Aspern at about 4.30 pm supported by a storm of shot and shell, the exhausted defenders losing control of the church and cemetery after fierce hand-to-hand fighting. [...]
Legrand's division was ordered to support Molitor's men in the village. The first unit, 26ème Légère, arriving at about 5.30 pm, were just in time to halt the Austrian sweep through the streets.
[...] the timely arrival of the 26ème Légère had balanced the situation again, but when IR17 (Reuss-Plauen) lost three senior officers in quick succession the regiment fell back, taking the other Austrian units with them and returning control of the village once more to the French. Molitor's men, now having suffered about 50% casualties, were relieved and withdrawn from the shattered village to rest, Legrand's 18ème Ligne joining the 26ème Légère, supported by the Baden IR3 (Graf Hochberg)."

=> Attaque autrichienne repoussée, après de durs combats au corps-à-corps (mais voir les remarques que je ferai à la fin de ce post).

4ème attaque :
"Before 6. 00 pm, another attempt to retake the village failed in the face of determined French opposition."
=> Attaque autrichienne repoussée.

5ème attaque :
"Once more the Austrians flung themselves at the smouldering ruins that had once been the village of Aspern. The attack was led by Wacquant's brigade of six battalions ; in support and on each flank were arrayed a further thirteen battalions. [...] The advance faltered before the cemetery in the face of murderous French fire, at which point Charles, at great personal risk, rode amongst the men and cried out, 'For the Fatherland ! Forward courageously !'. Inspired by this brave act, the men stormed forward, retaking the church and cemetery. The fighting in the village now took on a new level of ferocity as soldiers of both sides fought for control of every defensible position ; every burnt-out building, wall or out-house became a fortress, individuals firing from behind gravestones, dungheaps or anything that offered protection from the enemy. The battle swung one way and then the other until the arrival of Austrian artillery in the village around 6.30 pm forced Legrand's men to pull out. Napoleon [...] immediately ordered its recapture."
=> Attaque autrichienne réussie, après de féroces combats dans le village.

6ème attaque :
"[...] the 24ème Légère were aligned with Molitor's men outside the village, and the 46ème Ligne were ordered to retake Aspern. The scattered and disorganized defenders reeled back before this fresh onslaught, but an Austrian counter-charge forced the attackers back to the lower part of the village.
[...] Fighting had continued through the evening in Aspern as both sides attempted to eject their enemy, but after 9.00 pm only sporadic outbreaks flared up, and these had ceased by midnight."

=> Attaque française repoussée, même si ceux-ci réussissent à garder un pied dans le village (mais de même, voir les remarques que je ferai à la fin de ce post).

SECOND JOUR

7ème attaque :
"By 4.00 am, the fighting was fierce as ever. Six French battalions smashed through the main part of Aspern, throwing back the startled Austrians, but as the impetus of the attack slowed a counter-attack surged forward and bundled the French back to their starting line by 5.00 am."
=> Attaque française repoussée (remarque idem).

8ème attaque :
"Massena, determined to regain control, ordered the 24ème Légère and the Baden IR3 (Grzf Hochberg) to attack, supported by Schinner's Hessian brigade. A vicious struggle for supremacy ensued, the two sides surging back and forth through the ruins until, at about 7.00 am, Massena's men were masters of the whole village once more."
=> Attaque française réussie, après encore de féroces combats.

9ème attaque :
"At the same time [7.00 am] the renewal of the Austrian attack on Aspern was heralded by a barrage from the artillery of 1st and 2nd Columns. Led by a battalion of IR51 (Splényi), a major new assault stormed back into the village, the defenders thrown back by the violence of the attack. With ammunition running low, the combatants armed themselves with anything that came to hand. Massena, seeing that the Austrians were gaining the advantage, fed in his last reserve, a battalion of Hessian Leib-Garde, which halted their progress.
[...] At about 8.00 am, Austrian howitzers began dropping shells into the French-held portion of the village, rekindling the flames that had died down and forcing the occupants to evacuate."

=> Attaque autrichienne réussie.

10ème attaque :
"Following the lifting of the barrage, the Hessians rushed back into the village and almost cleared it of defenders, but IR51 (Spényi) and a battalion of IR31 (Benjowsky) fought back and recaptured the church and the cemetery."
=> Attaque française repoussée (remarque idem).

11ème attaque :
"At 11.00 am the Austrians were back in complete control, only to lose it again as three battalions of Young Guard tirailleurs from Essling joined the fray."
=> Attaque française réussie.

12ème attaque :
"But by 1.00 pm, the Austrians has regained mastery of the village."
=> Attaque autrichienne réussie (là, on sent que l'auteur a un trou dans sa documentation ! :lol:)

13ème (et dernière !) attaque :
"The French threw in a last major assault just after 1.00 pm, the desesperate fighting at its most bitter as the battle-crazed soldiers tore at each other, in some cases with their bare hands. With the French reserves committed and their men exhausted after almost 24 hours of continual fighting, the Austrians finally became masters of the smoking mounds of rubble that had been Aspern."
=> Attaque française repoussée.


Donc, si on fait le bilan : sur un total de 13 attaques recensées, il y en a 5 qui réussissent et 8 qui échouent : avec un taux de réussite de seulement 38 % en attaque, on ne peut pas dire que cette analyse montre une fragilité particulière du défenseur dans la défense d'Aspern...

Cependant, pour les 3ème, 6ème, 7ème et 10ème attaques, on peut considérer qu'il y a intialement une attaque réussie par l'attaquant, suivie par une contre-attaque (donc aussi une attaque !) également réussie par le défenseur. Je manque de détails sur le déroulé exact de l'ensemble de ces contre-attaques : sont-elles le fait des unités qui viennent d'être attaquées et qui sont encore dans le village ? Ou s'agit-il d'unités en réserve qui contre-attaquent de l'extérieur du village ? Dans l'attente d'éléments plus précis, il n'est pas totalement absurde de considérer que les attaques indiquées ci-dessus sont en fait à chaque fois deux attaques réussies. Dans cette hypothèse, on compte maintenant 13 attaques (et contre-attaques donc) réussies sur un total de 17, soit donc un taux de réussite de 72 % ! Là, par contre, la conclusion est inverse : l'infanterie est bien structurellement pénalisée en défense dans un environnement urbain... (En tout cas à Aspern.)

En attendant une analyse plus fine de ce cas, je ne suis pas encore totalement convaincu par cette dernière hypothèse. En lisant ce récit des combats pour Aspern, j'ai l'impression que cela ressemble beaucoup à ce qui s'est passé plus tard à Ligny, qui a été principalement un "match d'attrition" : ceux qui ont pu amener le plus de réserves fraiches ont finalement prévalu. Plus on avance dans la bataille, plus les unités sont usées, celles dans Aspern (les unités françaises le plus souvent) ont été soumises à d'intenses bombardements, donc leurs capacités de défense sont érodées, notamment face à des troupes fraiches. Et de même pour des unités qui viennent de mener de dur combats pour s'emparer du village, elles sont a minima très désorganisées, et donc une contre-attaque rapide avec des troupes fraiches a de bonnes chances de les repousser. Pour l'instant donc, je resterais plus sur les critères usure / réserves fraîches comme étant les facteurs décisifs pour la réussite ou non de l'attaque et de la conservation d'un village.

A suivre, peut-être...

Rémi

PS : sur un point totalement secondaire...Quand on examine les illustrations de l'Osprey en référence de ce post, on constate que la très grande majorité des bâtiments visibles à Aspern et à Essling sont effectivement à deux étages. :lol: Je sais bien, toutes les illustrations ne sont pas d'époque, mais quand même... Enfin bon, bref.

Avatar du membre
Thierry Michel
Grognard
Grognard
Messages : 1052
Enregistré le : sam. 14 sept. 2013 19:33

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#56 Message non lu par Thierry Michel »

Le chapitre de Gill sur Aspern:

* deux rues principales, 104 maisons en pierre avec cour murée qui donne sur une étable ou grange, le tout connecté par des petites allées étroites. L'infanterie française "uncommonly clever and skillful in exploiting all advantages". Pas de de mention du fameux deuxième étage.

* La première attaque autrichienne échoue à cause du temps pris pour passer de colonne à ligne, et Masséna qui, sous un orme, retient le feu jusqu'au dernier moment.

* Seconde attaque supportée par une concentration d'artillerie (50 pièces) qui oblige Marulaz et l'artillerie française à reculer. Prise partielle de la partie ouest du village, et de la cour de l'église.
Combats sur la digue entre Asspern et Essling, puis Masséna contre-attaque à la tête des grenadiers et éjecte les quatre bataillons autrichiens hors du village.

* Contre contre-attaque autrichienne (Hiller et Bellegarde), avec reprise de l'église et mêlée confuse.

* Renforts pour Masséna, Legrand reprend le village. Échec d'une contre attaque depuis la seule maison encore aux mains des autrichiens.

* Bellegarde envoie la brigade Wacquant qui reprend le cimetière. Legrand rallie et reprend la plupart du village, mais pas l'église (à la bayonette, tout ça).

* Nouvelle attaque des Autrichiens, les Français gardent un pied dans la partie sud du bled.

Et c'est juste le premier jour.

On a bien une succession d'aller et retours, mais les participants cités par Gill décrivent plutôt un combat urbain "classique": chaque muret est un obstacle, chaque maison doit être prise, aucune position n'est stable, etc.
à découvrir : Wing Leader, Prelude to Disaster, the Last Victory

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1625
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#57 Message non lu par rems »

Thierry Michel a écrit : lun. 23 nov. 2020 12:09 * La première attaque autrichienne échoue à cause du temps pris pour passer de colonne à ligne, et Masséna qui, sous un orme, retient le feu jusqu'au dernier moment.
Est-il précisé où les Francais sont positionnés pour faire feu, et dans quelle formation ils se trouvent ?

Rémi

Avatar du membre
Thierry Michel
Grognard
Grognard
Messages : 1052
Enregistré le : sam. 14 sept. 2013 19:33

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#58 Message non lu par Thierry Michel »

Rémi, on t'a dit le vieil orme près de l'église, voyons. A part ça, je sais juste que ce sont deux bataillons du régiment Anton Mittrowsky n°10 qui ont essuyé les plâtres, et qui sont repartis de là où ils venaient (le Nord Ouest). Tout ceci est décrit dans Lejeune, volume I, comme tu le sais.


Le village d'Aspern occupe 11 hexs dans la NBS, par ailleurs (je viens de les compter).
à découvrir : Wing Leader, Prelude to Disaster, the Last Victory

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1625
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#59 Message non lu par rems »

Thierry Michel a écrit : lun. 23 nov. 2020 13:05 Rémi, on t'a dit le vieil orme près de l'église, voyons.
:lol: Je posais cette question car, pour justifier la faiblesse de l'infanterie en défense, on a évoqué plus tôt dans ce post la moindre efficacité des tirs depuis un village. Or là, on a apparemment un tir efficace. Qui plus est, Masséna garde le contrôle de ses troupes, puisqu'il peut retenir leur feu. Je me demandais donc si ces troupes ne pouvaient pas être positionnées en ligne, juste à l'orée du village ?

Rémi

Avatar du membre
Thierry Michel
Grognard
Grognard
Messages : 1052
Enregistré le : sam. 14 sept. 2013 19:33

Re: Grand tactique napo : du combat urbain

#60 Message non lu par Thierry Michel »

Yes, c'est une ligne sur la place de l'église, au bord (ou à l'orée, comme tu le dis joliment) des habitations. J'ignore pourquoi ces gens-là n'ont pas mis l'église au centre du village, comme des paysans normaux, mais force est de constater qu'elle est à l'Ouest.
à découvrir : Wing Leader, Prelude to Disaster, the Last Victory

Répondre

Retourner vers « Révolution et Empire »