STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Jeu 15 Nov 2018 22:58

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Règles du forum


:!: ATTENTION :!:
Toute discussion concernant strictement Jour de Gloire doit se faire dans son forum qui lui est propre.



Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Auteur Message
Message non luPublié: Mer 12 Sep 2018 06:31 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2515
Quelle influence eurent les pluies de la veille et de la nuit sur l'efficacité de l'artillerie française le 18 juin ?

Assez grande, selon mes lectures,
en terme de mobilité surtout pour s'engager dans les creux de vallons,
en terme de Tir (il fallait ramener le canon en place car il reculait, et le terrain trempé rendait l'exercice épuisant pour les artilleurs).
En terme de ricochets, la contrepente aurait été une vraie piste de billard en cas de terrain sec.

Mais l'artillerie Française a néanmoins été efficace, probablement de plus en plus au cours de la journée, les artilleurs FR ont peut être appris à mieux trouver la bonne hausse pour que leurs boulets et obus tombent plus souvent dans la zone juste après la crête.

Les tirs ont été probablement effectués de façon obliques, selon certains témoignages les projectiles arrivaient de plusieurs directions, ce qui avait un effet tirs croisés plus redoutable.
La Grande batterie (la plus grande concentration de batteries) , à l'est de la Haie Sainte a probablement tiré la crête sur l'ouest de la Haie sainte.

Enfin sur un dispositif exceptionnellement dense (surtout dans le triangle à l'ouest de la chaussée) chaque tir avait des chances accrues de frapper quelque chose,
et les charges de cavalerie ont aggravé cette densité et obligé l'infanterie alliée à rester debout, exposée, en carrés en quinconce, au lieu d'être couchée et abritée parfois derrière des bas cotés de chemins.

Un cauchemar pour les anglo alliés, les brigades du centre Ompteda, Lambert, Kielmansegge, Kruse sont ravagées, il n'y eut que Mitchell et la 2nd division Adam, Hew Halkett et Duplat, les plus à l'ouest au dessus de Hougomont qui furent relativement épargnées, mais leurs récits (selon Gareth Glover) décrivent un harcèlement constant.

Wellington lui même dira en fin de bataille "it was a near run thing", reconnaissant que malgré l'impuissance de la cavalerie et de l'infanterie française à prendre pied sur la crête ses troupes furent à deux doigts de rompre, alors qu'il était en supériorité numérique (dès l'arrivée des prussiens qui privent Napoléon de 12 000 h) , retranché sur une position très défensive...comment l'expliquer sans l'efficacité de l'artillerie ?


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 12 Sep 2018 17:13 
Rat de bibliothèque

Inscrit(e) le : Mar 7 Oct 2008 20:53
Message(s) : 294
Localisation : limoges
Ordre des anciens 2006 (1) Historien (1) Médaille du blog (1) Médaille de bibliothècaire (1) Médaille de la WWII (1) Médaille napoléonienne (1) Médaille navale (1)
rems a écrit:
walter.vejdo a écrit:
Et donc ce que je ferai peut etre c est d appliquer cette regle sur une partie de la journee du 18 juin (jusqu a 11h ou midi?)
En fait c'est déjà le cas dans FE : le premier tour (de 11h à 12h) est un tour de "vraie" boue, avec le malus de +1 à toute portée sauf pour les tirs adjacents.

Après, n'est-il pas pertinent de considérer que le sol qui n'a a priori pas vraiment eu le temps de sécher à Waterloo a eu un impact négatif sur l'efficacité de l'artillerie, par rapport à une situation classique sans pluie ? Adkin semble le penser : p. 271, "The softness of the soil at Waterloo after the heavy rain cut the effectivness of round shot in particular. Had the ground been hard and dry, ricochet shots would have been possible and far more deadly". Après, c'est toujours la même question : une efficacité réduite de combien ? Beaucoup plus meurtrier de combien ? L'auteur d'ouvrage historique est dans une position confortable : il peut se permettre de rester dans le vague. L'auteur de jeu, lui, est obligé de quantifier les choses et de s'engager sur des chiffres. Et évidemment ensuite, il est plus facile de se voir contester sur ces chiffres que sur des affirmations qui ne mangent pas de pain. Mais c'est ça que je trouve passionnant dans le wargame et la création de wargame (ou la réflexion critique sur des jeux existants) : cela oblige à se poser des questions, à aller ou plutôt tenter d'aller au fond des choses et ne pas rester en surface (et cela est bien différent de "couper les cheveux en quatre" pour moi). Évidemment, bien souvent, on se rend compte qu'on ne dispose pas des données nécessaires pour une réelle compréhension des mécanismes sous-jacents. Mon sentiment est que c'est le cas pour la bataille napoléonienne, où l'on manque quand même cruellement de "hard facts", ainsi la discussion ci-dessus repose en grande partie sur des témoignages personnels par nature parcellaires et limités, et j'ai l'impression qu'en dehors de cela on dispose de peu de choses concrètes.

Rémi


Effectivement on peut voir une tendance à rester dans le vague puisque en règle générale, je pense aussi que la plupart des historiens ne se sont jamais posés les questions que nous joueurs nous nous posons sur l'efficacité des unités au combat. Il y a quand même une littérature sur le sujet (voir par exemple huges ou Dupuy). Mais concernant la période napoléonienne il me semble que l'on peut aller plus loin que la simple approximation. Personnellement j'ai pu trouver de bons éléments sur les combats de 1806, et je sais qu'il y en a aussi pour 1805. (je ne suis pas allé voir plus loin).


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 12 Sep 2018 17:47 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2515
On doit lire entre les lignes car les auteurs se centrent sur les grands moments de la bataille et pas sur ce qui relève du bruit de fond comme les tirs d'artillerie.

Et cela donne des brigades anglo alliées qui n'ont pas été une seule fois attaquées en combat de près (firefight ou contact avec des cavaliers) mais qui sont à bout en fin de journée.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 12 Sep 2018 20:35 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Lun 3 Jan 2011 11:35
Message(s) : 880
Localisation : Juno beach - Normandie
Europa (1) Médaille de l'époque moderne (1)
A Waterloo, le 1er bataillon du 27th (Inniskilling) Regiment of Foot,brigade Lambert, fort de 747 hommes, était alors déployé en carré au carrefour où la route d'Ohain croisait la chaussée de Charleroi. À moins de 300 mètres, l'artillerie française lui infligea d'énormes pertes en très peu de temps : à la fin de la journée, le bataillon comptait 105 morts et 373 blessés.
J'ajoute que ce bataillon arrivé vers 14h, n'a pas vu un shako de biffin français.

Pour l'influence du terrain boueux, le fait qu'il fallait replacer la pièce après chaque tir, au bout d'une dizaine de tirs, la zone devenait un tel bourbier qu'il fallait déplacer la pièce. Ceci impliquait un nouveau pointage et de nouvelles prises de marques.

Sur ce dernier sujet, j'avais vu un docu tourné avec la royal horse artillery. Les artilleurs manoeuvraient une pièce de 6 à titre démonstratif. Sur un terrain qu'ils avaient pris soin de bien tremper, ils tiraient puis replaçait la pièce. Très vite, les gars avaient de la boue à mi-mollet et la manoeuvre de la pièce devenait épuisante voire impossible

_________________
Veni Vidi et j'en reviens pas !


Dernière édition par cruchot le Jeu 13 Sep 2018 00:23, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 12 Sep 2018 20:49 
Grognard

Inscrit(e) le : Lun 26 Juil 2010 20:32
Message(s) : 793
Localisation : Paris XXe
Convention Big Red One (1) 13° stratège (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1)
dauriac a écrit:
Mais concernant la période napoléonienne il me semble que l'on peut aller plus loin que la simple approximation. Personnellement j'ai pu trouver de bons éléments sur les combats de 1806, et je sais qu'il y en a aussi pour 1805. (je ne suis pas allé voir plus loin).
Je reçois ton livre normalement vendredi, j'ai hâte de lire ça. ;)

Rémi


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Jeu 13 Sep 2018 16:59 
Vieille barbe

Inscrit(e) le : Mar 14 Avr 2015 17:57
Message(s) : 2515
Cruchot

Citer:
Pour l'influence du terrain boueux, le fait qu'il fallait replacer la pièce après chaque tir, au bout d'une dizaine de tirs, la zone devenait un tel bourbier qu'il fallait déplacer la pièce. Ceci impliquait un nouveau pointage et de nouvelles prises de marques.

Sur ce dernier sujet, j'avais vu un docu tourné avec la royal horse artillery. Les artilleurs manoeuvraient une pièce de 6 à titre démonstratif. Sur un terrain qu'ils avaient pris soin de bien tremper, ils tiraient puis replaçait la pièce. Très vite, les gars avaient de la boue à mi-mollet et la manoeuvre de la pièce devenait épuisante voire impossible


En effet, c'est très bien vu.

C'est aussi ce qui me fait penser que, une fois déployée, chaque batterie est restée sur place à Waterloo.
Seules les batteries en réserve pouvaient être déployées sur de nouveaux emplacements.
D'où l'importance des réserves.

Dans les wargames sur Waterloo, les batteries sont "mobiles", nul besoin de garder des réserves, au contraire il faut les rentabiliser en les employant le plus grand nombre de tours.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 56 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr