Baroque [ Aleph Game Studio ]

Message
Auteur
Avatar du membre
lefmart
Gars à la pelle
Gars à la pelle
Messages : 3218
Enregistré le : lun. 29 sept. 2008 09:54
Localisation : Rochefort (17)

Baroque [ Aleph Game Studio ]

#1 Message non lu par lefmart »

Hier après midi, bravant la canicule, nous avons découvert au Dorat ( centre du monde ), une nouveauté de Richard H. Berg: Baroque.

Image
Dans ce jeu, quatre prétendants s'affrontent pour devenir Empereur du Saint Empire Romain Germanique. Les nominés sont l'Autriche, le Brandeburg, le Palatinat et l'Espagne. La carte représente l'Empire, divisé en provinces qui peuvent être des électorats, des sièges d'évêchés, voire les deux.

Pour gagner, deux possibilités: soit contrôler tous les électorats ( huit au total ), soit accumuler le plus grand nombre de points de victoire au terme de 10 tours de jeu.
Une photo du placement initial
Image
Le contrôle d'une zone peut s'acquérir de deux manières: soit politiquement, via du placement d'influence, soit militairement avec des armées.
Le jeu est piloté par des cartes "opportunité", que l'on peut acheter en début de tour. Chacun des rounds de joueur doit commencer par le jeu d'une de ces cartes; si on manque de moyens en début de tour, on est condamné à ne pas jouer beaucoup. Néanmoins, si à la fin d'un round de joueur, si celui ci est le seul à avoir des cartes opportunité en main, le tour s'arrête.

Avant chaque round, le joueur en cours doit tirer une carte "événement". Celles ci sont assez bourrines, on peut recevoir une fortune comme déclencher le chaos dans tout l'Empire.

Le système de combat est original: pas de dés. Chaque armée vaut deux points de combat, un général peut appliquer un bonus fixe ( 1 ou 2 points suivant le général ). Le seul élément contrôlable est la défausse secrète d'une ou plusieurs cartes opportunité qui vont ajouter un ou deux points à la valeur de combat. La plus grosse valeur l'emporte et détruit une armée à l'adversaire. En cas d'égalité, le défenseur l'emporte.

C'est un jeu historique, comme souvent chez Berg. Le chaos est omniprésent, le destin s'abattant aveuglement sur les joueurs pour détruire les meilleurs plans ou pour leur sauver la mise. Cela ne plaira pas à toutes les tables.
Il y a plein de saveur historique, avec des personnages qui peuvent être politiciens, évêques, compositeurs, généraux. Les voisins du Saint Empire vont aussi s'immiscer dans ses affaires et tenter d'en conquérir des morceaux.

Le temps de jeu doit être assez long. Nous avons joué trois tours en trois heures, délai que l'on doit pouvoir réduire avec l'expérience. Comme dans Pax Romana, autre jeu de Berg, une fois lancé sur la pente glissante de la loose, difficile d'en revenir. Il est difficile d'éliminer complètement un joueur ( j'ai essayé sans succès de le faire malgré un acharnement notable ;) ) mais une fois au fond du trou, il ne vous reste plus qu'un rôle de supplétif.

Le jeu nous a plus. Il sera sûrement ressorti lors d'une prochaine réunion et nous attendons encore quelques parties pour avoir un avis définitif dessus.

Répondre

Retourner vers « Epoque Moderne »