Modern War 43: Operation Serval

Pour parler des sorties et nouveautés en revue d'histoire, de jeu, etc...
Message
Auteur
Avatar du membre
blutch/elian
Grognard
Grognard
Messages : 790
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 08:07
Localisation : Paris-Montreuil

Re: Modern War 43: Operation Serval

#31 Message non lu par blutch/elian »

merci pour ce retour,
Dominique Guillemin a écrit : J'y rejouerai dès je peux, ayant plutôt raté l'offensive islamiste dans cette partie. On doit pouvoir faire beaucoup mieux.
Chiche ? ;)

Avatar du membre
Dominique Guillemin
Grognard
Grognard
Messages : 789
Enregistré le : jeu. 30 oct. 2008 19:51
Localisation : Paris

Re: Modern War 43: Operation Serval

#32 Message non lu par Dominique Guillemin »

Salut Elian, cela fait un bail !
Le plus dur sera de trouver un créneau, mais sinon ce serait avec plaisir. On poursuit par mp ?
Lloyd George: "Vous autres, français, oubliez toujours qu'entre l'orgueil et le ridicule, il n'y a qu'un pas"

Clemenceau: "Oui: le Pas-de-Calais"!

Avatar du membre
Dominique Guillemin
Grognard
Grognard
Messages : 789
Enregistré le : jeu. 30 oct. 2008 19:51
Localisation : Paris

Re: Modern War 43: Operation Serval

#33 Message non lu par Dominique Guillemin »

J'ai fait une nouvelle partie que j'ai poussée jusqu'au tour 5 (moitié de partie), toujours pas très convaincu par mon ouverture par les islamistes, qu'il faut bien peaufiner. Une petit retex:

- au niveau stratégique, les conditions de victoire semble bien faites. Elles poussent l'islamiste à entrer au Sud-Mali, et donc à provoquer une intervention internationale. L'islamiste doit d'abord réduire le MLNA et à prendre des gages au Nord (capitales régionales) et à les "bastionner" (bases + chariah), avant de monter une offensive en zone sud avec ses meilleurs moyens groupés. La date de cette offensive doit être bien calculée : trop précoce, elle permettra à la contre-attaque française de monter en puissance, et trop tardive elle ne permettra pas de prendre les objectifs. Il faut viser la mort subite (5 capitales régionales maliennes prises sur 8), car il y en a déjà trois à prendre au nord et je crains qu'une fois l'intervention internationale déclenchée, les unités islamiques fondent comme neige... au Mali . Dans le camp des coalisés, les moyens ne sont cependant pas dérisoires avant l'arrivée des Français. Le MLNA est assez coriace, mais va s'user sans soutien. Il doit tâcher de retarder la prise des capitales régionales du nord (Tombouctou-Kidal-Gao) et de garder au moins une base pour compenser ses pertes constamment. Les Maliens sont faibles mais ont suffisamment d'unités mobiles à recruter ou refiter pour constituer une menace. Ils doivent monter en puissance puis, en fonction de la situation, bloquer l'offensive adverse le plus au nord possible ou attaquer eux-même, ne serait-ce que pour soulager le MLNA.

- au niveau tactique : la valeur tactique compte beaucoup et également les bases logistiques, en particulier pour défendre et prendre les villes, difficiles à réduire sinon. Dans le camp islamiste, AQMI a les meilleures unités et chefs: il faut leur créer une base rapidement à portée d'un objectif, les renforcer et foncer ! Les marqueurs tels que les attaques d'UAV ou les attaques terroristes servent un peu d'artillerie pour ce camp. L'offensive islamiste contre ue ville ressemble donc à cela : création d'une base à portée de l'objectif (3 hex), puis attaque terro et offensive, si possible avec suffisamment de marge en points d'opération pour relance l'attaque jusqu'à saisie de l'objectif dans le même tour. Ensuite, établissement de chariah (bonus défensif + PV). Dans toutes les factions, saut les occidentales (France, USA), il ne faut pas hésiter à perdre des unités car celles-ci sont facilement recrutables à nouveau.

Au final, c'est sympa, ça tourne bien et je vais refaire une partie. Et cette fois jusqu'à provoquer le déclenchement de Serval, j'espère, histoire de voir du bleu sur la carte !
Lloyd George: "Vous autres, français, oubliez toujours qu'entre l'orgueil et le ridicule, il n'y a qu'un pas"

Clemenceau: "Oui: le Pas-de-Calais"!

Yann-p133
Pousse pions
Pousse pions
Messages : 25
Enregistré le : mer. 20 nov. 2019 10:27

Re: Modern War 43: Operation Serval

#34 Message non lu par Yann-p133 »

Bonjour à tous,

J'apporte un point de vue complémentaire sur Serval.
Nous (nous étions à quatre) avons pu jouer à deux reprises le scénario de l'intervention française, avec une victoire pour chaque camp. Dans ce scénario, la mort subite me semble très difficile à atteindre pour les deux parties. La puissance des unités françaises ne permet pas au djihadiste de s'emparer de Bamako mais le temps joue contre le coalisé.

Je retiendrai les points suivants :
- le système de combat est atypique, mais permet de bien représenter la différence accordée aux pertes selon que l'on soit dans le camp islamiste ou alliés;
- la dynamique de la campagne me semble dans l'esprit des évènements réels : une fois l'intervention française déclenchée, il est illusoire d'espérer prendre Bamako. Pour autant les réduits islamistes en montagne ou en ville prennent du temps à être réduits;
- le joueur allié doit prendre le temps de faire une génération de force conséquente pour créer un rapport de force écrasant et ainsi minimiser le risque de perte et pouvoir faire face au risque de retour offensif;
- le joueur islamiste doit utiliser au mieux la charia, ses bases et les marqueurs ISR pour tenter d'infliger un maximum de dégats au unités françaises.

D'un point de vue carte je corrigerais les points suivants :
- il n'y a pas de possibilités de franchissement du Niger entre les hexagones 3013 et 2913;
- il faut rajouter cette capacité entre les hexagone 2715 et 2614 (sud est de Tombouctou), cela correspond au bac de Koriomé. Il y avait début 2013, trois bacs en action qui mettaient environ une heure à faire Koriomé- Tombouctou. Un SGTIA peut traverser en deux à trois rotations;
- le désert , et les dunes, descendent bien plus au sud que figuré sur la carte. Araouane est au milieu des dunes qui commencent une dizaine de kilomètres au nord de Tombouctou. Je mettrais le désert jusqu'à la ligne 3416 - 2416.
- les zones inondées (flood plain) devraient apporter un bonus défensif. Encore actuellement, il est extrêmement difficile d'y manœuvrer et c'est pourquoi cette zone sert actuellement de refuge à la Katiba Macina.

Enfin, j'apporterais la modification suivante sur les points de victoire :
- ajouter 5 points à la coalition si les unités maliennes repassent au Nord de la ligne d'intervention ;
- ajouter 5 points au djihadiste si aucune unité malienne ne repassent au Nord de la ligne d'intervention;
Cela permet, à mon sens, de représenter la contrainte politique de retour des autorités maliennes au nord du pays. En effet lors des parties, le joueur coalisé peut gagner en utilisant exclusivement les unités françaises et en laissant l'armée malienne simplement tenir les villes du sud.

Pour finir, j'ai trouvé le jeu plutôt équilibré et reproduisant bien les dynamiques de la campagne, tout cela avec un système de jeu facile d'accès.

Yann
Le chef ne court pas, ça affole la troupe.

En cours : Crossing the Line Aachen 1944

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10096
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: Modern War 43: Operation Serval

#35 Message non lu par Drago »

Jeu très sympa, bien fait.
3 parties on s'est bien amusés.

Le jeu mérite mieux que ce bref retour, je ferai un post plus étayé sur notre expérience.

Malgré quelques critiques, j'ai encore une fois été assez bluffé par le design de Miranda, qui plus est pour un jeu de magazine.
Modifié en dernier par Drago le dim. 23 août 2020 00:52, modifié 1 fois.
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10096
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: Modern War 43: Operation Serval

#36 Message non lu par Drago »

Dominique Guillemin a écrit :J'ai fait une nouvelle partie que j'ai poussée jusqu'au tour 5 (moitié de partie), toujours pas très convaincu par mon ouverture par les islamistes, qu'il faut bien peaufiner. Une petit retex:

- au niveau stratégique, les conditions de victoire semble bien faites. Elles poussent l'islamiste à entrer au Sud-Mali, et donc à provoquer une intervention internationale. L'islamiste doit d'abord réduire le MLNA et à prendre des gages au Nord (capitales régionales) et à les "bastionner" (bases + chariah), avant de monter une offensive en zone sud avec ses meilleurs moyens groupés. La date de cette offensive doit être bien calculée : trop précoce, elle permettra à la contre-attaque française de monter en puissance, et trop tardive elle ne permettra pas de prendre les objectifs. Il faut viser la mort subite (5 capitales régionales maliennes prises sur 8), car il y en a déjà trois à prendre au nord et je crains qu'une fois l'intervention internationale déclenchée, les unités islamiques fondent comme neige... au Mali . Dans le camp des coalisés, les moyens ne sont cependant pas dérisoires avant l'arrivée des Français. Le MLNA est assez coriace, mais va s'user sans soutien. Il doit tâcher de retarder la prise des capitales régionales du nord (Tombouctou-Kidal-Gao) et de garder au moins une base pour compenser ses pertes constamment. Les Maliens sont faibles mais ont suffisamment d'unités mobiles à recruter ou refiter pour constituer une menace. Ils doivent monter en puissance puis, en fonction de la situation, bloquer l'offensive adverse le plus au nord possible ou attaquer eux-même, ne serait-ce que pour soulager le MLNA.

- au niveau tactique : la valeur tactique compte beaucoup et également les bases logistiques, en particulier pour défendre et prendre les villes, difficiles à réduire sinon. Dans le camp islamiste, AQMI a les meilleures unités et chefs: il faut leur créer une base rapidement à portée d'un objectif, les renforcer et foncer ! Les marqueurs tels que les attaques d'UAV ou les attaques terroristes servent un peu d'artillerie pour ce camp. L'offensive islamiste contre ue ville ressemble donc à cela : création d'une base à portée de l'objectif (3 hex), puis attaque terro et offensive, si possible avec suffisamment de marge en points d'opération pour relance l'attaque jusqu'à saisie de l'objectif dans le même tour. Ensuite, établissement de chariah (bonus défensif + PV). Dans toutes les factions, saut les occidentales (France, USA), il ne faut pas hésiter à perdre des unités car celles-ci sont facilement recrutables à nouveau.

Au final, c'est sympa, ça tourne bien et je vais refaire une partie. Et cette fois jusqu'à provoquer le déclenchement de Serval, j'espère, histoire de voir du bleu sur la carte !
Au vu de nos parties, le joueur djihadiste peut tout à fait se contenter de conquérir et garder Tombouctou et Gao, et d'aller occuper quelques villages et pics rocheux. Si d'aventure les Français n'arrivaient pas, cela suffirait à remporter une victoire a minima en instaurant la charia là où il le pourrait.
Nul besoin de passer la ligne fatidique vers le sud Mali.

C'est un des points d'interrogation sur l'équilibre du jeu, sur lequel je reviendrai.

De plus, la faction AQMI dont tu parles et qui a effectivement le plus de punch n'a que des unités qui, une fois détruites, ne reviennent pas. Donc non, les unités perdues ne sont pas facilement recrutables, les plus efficaces n'étant plus recrutables.
Modifié en dernier par Drago le lun. 24 août 2020 13:24, modifié 1 fois.
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10096
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: Modern War 43: Operation Serval

#37 Message non lu par Drago »

Jeu découvert via Luc - je n'y aurais jamais joué s'il ne m'en avait pas dit du bien.

Deux parties en changeant de camp. Environ 4h par partie - je pense que le jeu peut être plus court.

Je ne vais pas refaire la description du jeu bien faite par Dominique; pour faire court, j'ai vraiment apprécié le jeu. C'est le 3° design de Miranda auquel je joue et c'est une fois de plus un jeu que je trouve fun voire remarquable par certains aspects (j'ai donc eu la chance de ne pas tomber sur ses fameux jeux moins bien finis).

Remarquable d'abord: je suis épaté par la capacité de ce concepteur à concevoir et proposer des designs simples sur des sujets très récents ou prospectifs.
On peut critiquer sans doute de nombreux choix (ordre de bataille, hasard, etc.) mais il n'en reste pas moins que le jeu tient la route et nous plonge directement dans les enjeux du conflit.

Ensuite le système de jeu est simple, rapide et interactif; il n'y a pas pléthore de stratégies à mettre en place, mais les choix sont très engageants et peuvent se révéler catastrophiques si on se trompe. Les mécanismes sont simples mais suffisants pour être immersifs et raconter une histoire (ah les trois assauts Français loupés sur Gao lors de notre 1ère partie...). Le système de Netwars (marqueurs d'événements achetables par les joueurs) apporte de la variété et du chrome dans les actions possibles autres que militaires (attentats, etc.).

Maintenant parlons des choses discutables : L'intervention française arrive soit automatiquement dès que les djihadistes passent la ligne de démarcation vers le Sud-Mali, soit via un jet de dé de 7 sur 2D6 fait en début de tour (en commençant au tour 2). Le jeu durant 10, 11 ou 12 tours, on s'aperçoit vite qu'il suffit de ne pas faire de 7 pour ne pas voir arriver les FR. Sur 9, 10 ou 11 jets, ce n'est pas impossible. Lors de notre dernière partie, les djihadistes pouvaient se contenter de leur occupation du Nord Mali, après avoir vaporisé les Touaregs, en occupant Tombouctou, Gao et les quelques villages, tout en y instaurant la Charia; nul besoin d'aller vers le Sud et de déclencher l'arrivée des FR. Au tour 10, le joueur FR (bibi) avait tant bien que mal préparé le contingent FR à bloc, mais le 7 ne sortait pas; je décidai alors de prolonger le jeu aux tours 11 puis 12, en donnant 5PV par tour aux barbus, pour espérer voir arriver mes petits pions bleus. Au tour 11, enfin le 7 tant attendu tombe ! En 2 tours et un peu de jus de poignets (entendre, je n'ai pas été malheureux sur mes jets de combat), le contingent FR rase tous les bastions barbus, jusqu'aux Ardrars du Sahara, ne laissant que Tombouctou à la dernière faction djihadiste en vie - ce qui assure une victoire Franco-Malienne. Si l'intervention FR n'était pas tombée, vous imaginez bien que la victoire aurait été djihadiste.

Les règles sont généralement claires et bien organisées, à l'exception notable des retraites qui pour les troupes autres que FR, font l'objet d'un D6 pour leur longueur. En dehors des ZOC, aucune précision : faut-il s'éloigner, peut-on faire ce qu'on veut etc., il faut trancher entre joueurs.

Il ne doit pas être impossible de gagner avec les forces maliennes sans l'arrivée des FR, mais pas évident. La seule faction face aux djihadistes est constituée des Touaregs au début du jeu, et la tentation est forte de les mettre en défense de Gao et Tombouctou avec leurs bases. Le problème est qu'à termes, les villes ont de fortes chances de tomber et si le Touareg n'a plus de bases ni de pions, il ne recrute plus. C'est ce qui est arrivé dans notre partie, plus de Touaregs, le Nord Mali devient Charialand. On peut envisager que l'armée régulière malienne puisse monter une contre-attaque, mais le problème est sa fragilité: il faut à la fois attaquer au nord et défendre le sud, et lors des attaques chaque unité (mobile) perdue ne revient jamais (les djihadistes peuvent recruter de nouveau leurs petites unités de supplétifs).

Donc, au final, malgré une sensibilité à une série de dés qui peut changer la face du conflit, le jeu reste intéressant, fun à jouer et donne envie de remettre le couvert après une partie.

Fin de notre 1ère partie, victoire djihadiste. La charia a été instaurée dans une ville au sud Mali tandis que le nord du fleuve Niger est devenu Charialand. La contre-offensive FR a été un fiasco dans le nord, trois unités FR tuées.
Image
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

rems
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1614
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: Modern War 43: Operation Serval

#38 Message non lu par rems »

Drago a écrit :Maintenant parlons des choses discutables : L'intervention française arrive soit automatiquement dès que les djihadistes passent la ligne de démarcation vers le Sud-Mali, soit via un jet de dé de 7 sur 2D6 fait en début de tour (en commençant au tour 2). Le jeu durant 10, 11 ou 12 tours, on s'aperçoit vite qu'il suffit de ne pas faire de 7 pour ne pas voir arriver les FR. Sur 9, 10 ou 11 jets, ce n'est pas impossible.
19.4 % de chances qu'il n'y ait pas eu d'intervention au tour 10, 16.2 % au tour 11, et 13.5 % au tour 12. Rien d'impossible effectivement.
Je n'ai pas joué au jeu, mais c'est un point qui m'avait surpris et fait tiquer quand j'avais lu les règles.

Rémi

Avatar du membre
lucolivier
Grand maitre de l'académie
Grand maitre de l'académie
Messages : 1121
Enregistré le : sam. 20 déc. 2008 18:28

Re: Modern War 43: Operation Serval

#39 Message non lu par lucolivier »

Hello,
Je plussoie que le jeu est surprisingly (de façon surprenante) sympa à jouer pour un jeu de magazine de DG :)
J'ai posé la question pour les retraites sur Consim
http://talk.consimworld.com/WebX/.1ddc989b/62
Et notre house rule va dans le bon sens.

Qui a joué au jeu et peut partager son expérience sur ce cas ?
Merci,
Luc

Avatar du membre
Drago
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 10096
Enregistré le : mer. 1 oct. 2008 11:29
Localisation : Paris IX°

Re: Modern War 43: Operation Serval

#40 Message non lu par Drago »

Un tip en tous cas, qui peut paraître évident: préparez au plus tôt les pions d'avions FR.
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais

Répondre

Retourner vers « Revues »