STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Ven 22 Fév 2019 10:51

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message non luPublié: Sam 30 Avr 2011 22:27 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 15:36
Message(s) : 1754
Médaille des 10 ans (2) Médaille de la bataille (1) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des comptes rendus (2) Médaille des petits posteurs (1) Médaille du blog (1) Rencontres Lyonnaises (1)
Baroudeur ardéchois (1) Médaille de Cannes (1) Médaille de la Grande guerre (1)
Bien, après s'être fait la main sur les scenarii, on va se lancer dans la campagne complète !

Mais avant de se lancer, un petit descriptif des forces en présence et de la zone d'opération.

Le routard en Crimée :

Epousant la forme d'une sorte de losange à l'envers , elle a une superficie de 27700 km² soit en gros la Sicile et un peu moins que la Belgique. Au nord , elle se trouve rattachée à la Russie continentale par l'isthme de Perekop , dont la largeur minimale ne dépasse pas les 10 km. Un autre accès est possible plus à l'est deux ponts reliant la Crimée à la Russir. Elle se divise en deux grandes zones : les deux tiers nord sont constitués de steppes, grandes étendues plates, désertiques et herbeuses, propices aux grandes chevauchées blindées. Il y a une rivière importante , le Salghir qui coule dans un axe sud-ouest / nord-est et se jette dans la grande lagune qui longe la côte nord-est, le Sivach , qui est qualifiée de "mer putride" ou marais salé, infranchissable même en canot pneumatique du fait de sa faible profondeur. Il est séparé de la mer d'Azov par un maigre cordon littoral de moins de 110 km de long , appelé flèche d'Arabat . Elle est juste assez large pour receler à la fois une chaussée et une voie de chemin de fer, et l'extrémité nord se termine par un goulet de 1,50 m de profondeur qui permet au Sivach de communiquer avec la mer d'Azov. Le sud de la Crimée est garni d'une zone montagneuse, avec des hauts-plateaux (point culminant 1545 m), ponctuée sur sa partie nord par les villes de Sébastopol, Bakhtchi-Saraï et Simféropol; au sud les villes de Yalta, Aloutcha et Feodosia. Le relief, plutôt en pente douce au nord, est au contraire escarpé au sud. Vers l'est, la prolongation naturelle de la Crimée est la presqu'île de Kerch, séparée de la partie nord du Caucase par un détroit très mince. Avec sa grande base navale à Sébastopol, la Crimée constitue une zone stratégique que n'ont pas négligé les Allemands. Dès le début de Barbarossa, l'OKH a compris que la possession de cette région serait vitale dans le cadre de la campagne. Elle représente une menace pour le flanc droit du dispositif allemand mais en outre ses bases aériennes pourraient permettre de frapper les champs pétrolifères de Roumanie, d'une importance cruciale pour le Reich. Par ailleurs la presqu'île de Kerch pourrait être employée comme tremplin vers le Caucase. Enfin , la prise de la Crimée pourrait influencer la Turquie, toujours neutre, et située seulement de l'autre côté de la mer Noire ... .

Forteresse naturelle contre les attaques terrestre, Sébastopol est en 1941 une puissante base aéronavale. C’est un formidable complexe militaire. Même les forts modernes de la ligne Maginot ne rivalise pas avec les ouvrages lourds très complets de Sébastopol. Une douzaine de gros ouvrages en protection (nommés par les Allemands : Maxim Gorki I, Tchéka, Lénine, Nord, Molotov, Guepeou, Sibérie, Staline, Donetz, Volga et Oural) entourés d’impressionnants fossés anti-chars de 5 km de long, 3 lignes de défenses composées de très denses réseaux de barbelés et de mines. Il y a notamment 2 pièces double de marine de 305mm. Un fort comme Maxim Gorki I fonctionnait avec une garnison de 1200 hommes. La ville domine de ses hauteurs 2 km d’ouvrages serrés. Même la falaise pourtant très escarpée est garnie de mines. Les sommets escarpés ont été rendus imprenable par le génie soviétique (la Pain de sucre, le nez nord, le mont de la chapelle, la colline des ruines, le village de Kamary et le massif de Balaklava). D’autres lignes de défenses suivent ces premières positions. Tout cela sans compter les ouvrages du XIXe siècle, encore utiles. Sébastopol ne craint pas l’aviation. Ses fortifications peuvent soutenir sans problème un pilonnage intensif et la ville à particulièrement investie dans les moyens anti-aériens.Les chefs soviétiques ont confiance dans le béton pour stopper la XIe armée. Mais il n’est bons murs que bons hommes…

Image
Carte montrant le relief


Image
Carte intéressante qui montre les lignes de chemins de fer, primordiales pour le ravitaillement.


Les forces en présence :

L'axe :

La conquête de la Crimée est confiée à la 11. Armee, aile droite du groupe d'armées Sud. Elle est commandée depuis le 17 septembre 1941 par le General Der Infanterie Erich von Lewinski von Manstein. Celui-ci , jusqu'alors chef d'un groupe blindé dans le groupe d'Armées Nord remplace le Generaloberst Ritter von Schobert, tué accidentellement. On lui rattache la 3ème armée roumaine, du général Dumitrescu. A la veille de la campagne, Manstein dispose des forces suivantes : à l'aile gauche, deux corps d'armée, le XXX. A.K. du General Der Infanterie Von Salmuth (72. et 22 Infanterie Divisionen, brigade motorisée Leibstandarte SS Adolf Hitler) et le XLIX. Gebirgs-Korps du General d. Gebirgs-Truppen Kübler (170. I.D., 1. et 4. Gebirgs Divisionen) .Elles ont atteint une ligne Melitopol - coude du Dniepr au sud de Zaporojié. A droite le LIV. Korps du General der Kavalerie Hansen (46. et 73. I.D. et une partie de la 50., rapatriée de Grèce) commence l'avance sur l'isthme de Perekop. La 3ème armée roumaine englobe un corps de montagne (1ère, 2ème et 4ème brigades de montagne) et un corps de cavalerie (5ème, 6ème et 8ème brigades de cavalerie). Ces unités roumaines sont situées à l'ouest du Dniepr.
La mission de Manstein est double : avancer à l'aile droite du groupe d'armées Sud en talonnant les forces soviétiques, en longeant la côte nord de la mer d'Azov vers Rostov ; et prendre la Crimée. Manstein se rend vite compte de l'impossibilité que constitue le fait de mener ces deux objectifs à terme et obtient l'autorisation de se consacrer exclusivement à la conquête de la Crimée. Son plan est alors fixé : le LIV. Armee Korps fera sauter le verrou de l'isthme de Perekop, appuyé par l'artillerie, le génie et la Flak de l'armée. La Leibstandarte s'engouffrera dans la brèche et foncera sur Sébastopol et le XLIX. Gebirgs-Korps occupera la partie sud de la Crimée, et traversera le détroit de Kertch pour s'attaquer au Caucase. La 3ème armée roumaine et la 22. I.D. serviront de protection face aux forces soviétiques au-delà du Dniepr .

Les soviétiques :

En face, se trouve la 51e Armée soviétique du général FI Kouznetsov. Chargée de la défense de la presqu’ile, elle compte pas moins de 7 DI et de 3 DC plutôt mal disposées car la STAVKA craint avant tout un assaut maritime ou aérien. Ainsi, la face nord n’ est occupée que par le 9e corps d’infanterie (certains disent de fusillers…), soit 3 DI (276, 106, 156e) pour tenir un front de 120 km allant de la flèche de l’Arabat à l’isthme de Perekop, occupée par la 156e DI du gén Tcherniayev. Les 5 autres DI montent la garde sur la côte sud et ouest de la Crimée, les 3 divisions de cavalerie stationnent vers Simféropol en qualité de réserve mobile d’armée.

Il ne s’agit pas d’unités de premier ordre, le 9e CI particulièrement mal équipée ne dispose que de 150 véhicules divers et d’aucun blindé. Kouznetsov s’en est inquiété à temps et, court-circuitant la hiérarchie va heureusement s’en plaindre à Staline. La réponse immédiate du 14/08/41 lui accorde 20 auto-blindées, 12 T-34, 20 tracteurs (d’artillerie), 10 T-38 et 100 camions.

En automne 1941 donc, la 3e division motorisée de crimée est en formation, faute de moyens elle sera déclassée en 172e DI, qui comprenait tout de même le 5e régiment de chars avec 66 engins. Un chiffre pompeux pour seulement 10 T-34 et 56 tankettes amphibies T-37 et T-38, armées de mitrailleuses et protégées par un blindage épais comme du papier à cigarette.

14 autres tankettes étaient en service du bataillon reco de la 156e DI. Ce sont elles qui vont subir le premier choc de la 11e armée de Manstein le 24 septembre.

Premières opérations :

- Passage de l'isthme de Perekop , bataille de la mer d'Azov ( 24 septembre au 1er octobre 1941 ) :

Le LIV. Korps commence l'attaque le 24 septembre. Après la préparation d'artillerie, les 46. et 73. I.D. assaillent les positions défensives soviétiques organisées sur 15 km en profondeur. Malgrè la chaleur encore présente et l'acharnement des défenseurs, l'isthme est franchi le 26 de même que le fossé tartare. Le 29, elles passent au-delà de la zone fortifiée et gagnent Amiansk. Les Soviétiques gagnent alors l'isthme d'Ichioum, dernière voie d'accès à la Crimée. Les hommes du général Hansen ont capturé 10000 prisonniers , 112 chars et 135 canons. Mais la résistance s'intensifie et les assaillants finissent par être bloqués .
Le 26 septembre, deux armées soviétiques ont attaqué les positions de la 3ème armée roumaine et du XXX. Armee Korps, entre le Dniepr et la mer d'Azov. Un trou de 15 km s'ouvre chez les Roumains. Manstein doit renvoyer le XLIX. Gebirgs-Korps qui rétablit la situation le 29. Mais dans le secteur du XXX. Armee Korps une brigade de cavalerie roumaine est attaquée à son tour. Cette fois c'est la Leibstandarte qui est envoyée à la rescousse et repousse les Russes. Néanmoins le 1er octobre, comme le Panzergruppe 1 de von Kleist a repris sa marche vers le sud-est, la pression soviétique diminue. Le XXX. Armee Korps et la 3ème armée roumaine contre-attaquent, pulvérisent les deux armées soviétiques et font 65000 captifs .

- Reprise des opérations en Crimée :

Une fois cette menace orientale écartée , Manstein peut se retourner contre la Crimée mais amputé d'une partie de ses moyens . La LSSAH et le XLIX. Gebirgs-Korps lui sont retirés pour le Panzergruppe 1 dans les opérations sur Rostov. Début octobre, Manstein n'a donc plus sous la main que le XXX. Armee Korps ( 22. , 72. et 170 I.D. ) et le LIV. Armee Korps ( 46. et 73 I.D. , plus les deux tiers de la 50. I.D. ). La 3ème armée roumaine, sous les ordres directs du maréchal Antonescu doit surveiller le littoral courant de la mer Noire à la mer d'Azov. Après avoir plaidé sa cause auprès du commandement, Manstein parvient à conserver le corps de montagne roumain, avec une brigade et la 8ème brigade de cavalerie. Il reçoit de Hitler le XLII. Korps du Generalleutnant Graf von Sponeck (42. , 132. et 24. I.D.).


La campagne EFS débute après ces événements, les allemands devant forcer l'isthme d'Ishun pour s'ouvrir la route de la Crimée.

Image

(les infos viennent principalement d'ici :http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=18&t=3206)

_________________
Napoléon 1806 - Pour suivre l'avancée du projet :
https://www.facebook.com/shakosgames/


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 4 Mai 2011 21:57 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 15:36
Message(s) : 1754
Médaille des 10 ans (2) Médaille de la bataille (1) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des comptes rendus (2) Médaille des petits posteurs (1) Médaille du blog (1) Rencontres Lyonnaises (1)
Baroudeur ardéchois (1) Médaille de Cannes (1) Médaille de la Grande guerre (1)
Revenons en à EFS. La campagne commence au tour 60. Pourquoi 60 me direz vous ? Tout simplement car le tour 1 correspond au déclenchement de Barbarossa et que chaque scenarii ou campagne de la série se base sur cette date pour déterminer son tour de départ. Plus pratique lorsque l'on combine plusieurs modules entre eux.

Image

L'isthme offre une situation idéale pour le défenseur, puisque le front se limite à 3 hexs du côté d'Ishun et un seul un peu plus à l'est. Malheureusement, le placement initial est loin d'être optimum avec une seule unité pour défendre chaque hex. Notez la belle concentration d'artillerie allemande, et notamment d'artillerie super-lourde (capacité de mouvement en vert) qui permet d'annuler les bonus de fortifications.

Mais surtout la Heer peut compter sur une Luftwaffe de qualité et en grand nombre.

Image

Surtout quand on voit en face les pauvres coucous des VVS...

Image

Par contre, l'allemand devra se dépêcher, car au tour 68, les deux tiers de ses avions vont quitter la Crimée.

Mais pour l'instant, tout va bien, et la ligne soviétique est attaquée dans son ensemble.

Image

Notez le joli marqueur bleu "Interdiction" sur le QG russe. Une partie de l'aviation allemande doit impérativement être dévolue à cette tâche. En effet, cela empêche le soviétique d'utiliser ses QGs, qui servent :
- A placer des ordres "No Retreat" ou "Additionnal Retreat" lors des combats. L'ordre "No Retreat" peut-être particulièrement ennuyeux car il confère un malus lors des combats, ce qui n'est jamais bon.
- A activer des unités motorisées en réaction pour venir renforcer un combat. Vous me direz que le soviétique n'a qu'un pauvre régiment blindé à disposition, mais c'est toujours ça.
- A concentrer le tir des artilleries. Ainsi jusqu'à 4 artilleries empilées avec un QG peuvent soutenir un combat, alors que sinon une seule le peut. Bon, c'est vrai que pour le coup, le soviétique n'a qu'une artillerie dispo. Donc pas très utile pour l'instant.

Notez aussi que l'Axe n'a pas ce genre de soucis puisque il n'a pas de QGs et peut donc utiliser les options ci-dessus sans restrictions.

Une autre bonne idée est de placer une voire deux interdictions sur la voie ferrée, notamment au niveau de Sarabus, ce qui freine la montée en ligne des renforts russes par le train.

Enfin, il peut aussi être intéressant de placer quelques avions en interdiction navale. Sachant que tous les remplacements et la plupart des renforts doivent être transportés par mer jusqu'en Crimée, il faut que les routes maritimes soient les moins sûres possibles !

Avec tout ça, n'oubliez pas tout de même de garder quelques avions pour soutenir les combats...

Comme vous l'aurez compris la gestion de son aviation pour l'axe est primordiale ! Le nombre des possibilités est grand, ce qui en fait un vrai jeu dans le jeu où la planification est vraiment importante.

Côté soviétique, il faut préserver ses forces en attendant des jours meilleurs sous peine de voir ses avions réduit à l'état d'épaves fumantes. A partir du tour 61, il est possible de récupérer 4 avions contre 2 PVs cédé à l'allemand. Malgré le coût, cela me semble indispensable pour pouvoir rééquilibrer les débats à partir du tour 68.

Image

La première ligne soviétique a cédé. Il tente de reconstituer une seconde ligne avec ce qu'il a sous la main. Difficile lorsque le temps est à la boue, ce qui est le cas automatiquement les 2 premiers tours. Pour une fois, c'est le soviétique qui est fortement désavantagé car cela ralentit la montée en ligne des renforts. Combiné aux interdictions sur les voies ferrées, c'est dur d'opposer à l'allemand quelque chose de solide.

Notez les 2 unités SS de la LAH. Il s'agit d'unités optionnelles qui coûtent 2 PVs. Mais sans ces unités, l'allemand n'a quasiment aucune unité motorisée sous la main. Je pense donc qu'il convient d'en payer le prix, en espérant qu'une percée sera obtenue avant le tour 69, tour où elles devront repartir, pour pouvoir les exploiter.

Image

A la fin du tour 61, le russe doit encore reculer sa ligne de front. Un des enjeux du début de partie et de protéger Dzhankoy jusqu'au tour 66, car l'allemand ne gagnera alors qu'1 PV pour sa capture contre 3PVs s'il le fait avant. Toute la question est de défendre en avant tout en sachant que la ligne cèdera tôt ou tard et que donc, il aura fallu garder quelque réserves pour défendre Kerch et Sebastopol.

Tour 62, la ligne commence à céder et les motorisés allemands réussissent à exploiter.

Image

Le groupe de reconnaissance de la LAH semble bien esseulé me direz vous. Dans un jeu à la séquence classique, ce serait le cas, sauf qu'à EFS, le soviétique bouge d'abord ses motorisé, puis attaque et enfin bouge toutes ses troupes. Donc s'il n'est pas au contact en début de tour, il ne peut pas concentrer ses forces pour attaquer, sauf motorisés, mais il n'a qu'un pauvre régiment, ou grâce à un QG, d'où, encore une fois, la nécessité pour l'allemand d'"interdire" les QGs russes. L'allemand a pour sa part une séquence classique, à savoir mouvement, combat, mouvement motorisé. Tout ça pour dire que la LAH ne craint absolument rien !

Image

Malgré tout à la fin du tour 62, le soviétique réussit de nouveau à bloquer l'axe. Les ZOCs sont rigides dans le jeu, et le risque d'overrun est très faible à cause du manque de motorisés côté allemand. Il faut au minimum un 5 contre 1 pour tenter un overrun, hors l'allemand ne peut concentrer que 12 points de combat en une seule pile, il pourra donc overruner au mieux une unité à 2. Des unités à 3 en première ligne avec une seconde ligne projetant des ZOCs pour limiter l'exploitation peut donc suffire pour ralentir sérieusement l'Axe. Il va falloir y aller à la Baïonnette !!!

_________________
Napoléon 1806 - Pour suivre l'avancée du projet :
https://www.facebook.com/shakosgames/


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Jeu 5 Mai 2011 08:08 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 08:38
Message(s) : 1295
Localisation : entre Nimes et Montpellier
Médaille des 10 ans (2) Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1)
très bien et en plus c'est pédagogique.

L.

_________________
Stones River 1862 ; Wagram 1809 ; Inkermann 1854 ; Sicile 1943 ; Corée 1950 ; Bull Run 1861 ; Cedar Creek 1864 ; Alma 1854.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Jeu 5 Mai 2011 18:06 
Grand Schtroumpf
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Lun 29 Sep 2008 06:52
Message(s) : 4744
Officier de Strategikon (2) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des 1000 messages (2) Médaille des comptes rendus (2) Médaille des petits posteurs (3) Graphiste (1) Traducteur (2)
Médaille de bibliothècaire (1) Grand collectionneur (1) Fondu de la Bourguignonne (1) Médaille Advanced squad leader (1) Médaille de la WWII (1) Ordre du schtroumpf (1) Petit plaisantin (1)
Médaille du FCSOP (1)
voui :good:

_________________
recherche - burma mmp v1 - epic 40k - Fire on the Volga - Stonewall Jackson's Way II - figurines (tutatis - warmaster - fow) Lebensraum, yanks 2, asl Franc Tireur, magazines rally point-schwerpunkt, on to paris, Crusade and Revolution-


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Sam 7 Mai 2011 10:45 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Dim 28 Sep 2008 19:50
Message(s) : 794
Localisation : Nantes
Médaille de l'administrateur (1) Ordre des anciens 2002 (1) Opérations extérieures (1) Médaille des comptes rendus (1) Médaille de la Nantaise (1) Convention Big Red One (3) Médaille du front est (1)
Ordre du schtroumpf (1) Croix tarte au citron (1)
Excellent, vivement la suite :clap:

_________________
Il est très curieux de constater que dans l'armée, les statistiques le prouvent, la mortalité augmente bizarrement en temps de guerre - Alphonse Allais


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Sam 7 Mai 2011 15:52 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 15:36
Message(s) : 1754
Médaille des 10 ans (2) Médaille de la bataille (1) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des comptes rendus (2) Médaille des petits posteurs (1) Médaille du blog (1) Rencontres Lyonnaises (1)
Baroudeur ardéchois (1) Médaille de Cannes (1) Médaille de la Grande guerre (1)
Voila la suite !

L'Axe continue à pousser du côté de Dzhankoy avec ses unités motorisées en pointe.

Image

La progression reste lente, grâce à la deuxième ligne russe qui limite les exploitations, malgré le fait que les deux voies d'accès vers la Crimée sont maintenant complètement dégagées.

Mais l'essentiel reste acquis, les unités de l'axe étant au contact de Dzhankoy. Au tour 64, une attaque est lancée contre la ville dans laquelle le soviétique a massé tout ce qu'il avait sous la main. Le combat est rude, mais un résultat de retraite est obtenu et la ville est prise ! Si le QG soviétique avait pu placer une ordre "No Retreat", la ville aurait tenu, mais l'Axe a bien pris soin encore une fois de placer une interdiction sur le QG pour le neutraliser. Gain de 3 PVs pour l'Axe bonifié de 2 PVs supplémentaires car le soviétique a une attaque obligatoire qu'il n'a pas faîte. Faut dire que c'est compliqué d'attaquer...

Image

Ailleurs sur le front, les opérations sont limitées du fait de la boue qui a refait son apparition et gêne notamment l'avance de l'artillerie qui a du mal à suivre le rythme.

Cela ne dure pas car le temps redevient sec et une opportunité se présente pour effectuer un débordement.

Image

Erreur de placement soviétique qui peut permettre aux motorisés allemands de déborder vers le sud grâce à un rapport de force de 6 contre 1. Les chances de réussite sont larges, 70% et avec un peu de chance les 2 unités au sud peuvent être repoussées ce qui ouvrirait la voie à toute l'armée.

Malheureusement un beau "10" réduit cet espoir à néant. Un second "10" dans la phase d'exploitation ne permet même pas de progresser un petit peu.

Image

Lors de son tour, le soviétique lance une contre-attaque sur une pointe imprudemment avancée, se débarrassant enfin de son attaque obligatoire. Il entame ensuite un retrait, ne laissant qu'un mince filet de troupe en couverture, et espérant que la boue limitera l'action des motorisées de l'Axe. En effet, la boue empêche les débordements et augmente fortement le coût de mouvement surtout pour les motorisés allemands (exemple, 1 point en clair en sec, contre 3 en boue).

Une défense encore sommaire commence à se constituer autour de Sébastopol au niveau de Simferopol.

Image

et en avant de Kerch, au niveau de Parpach.

Image

Debriefing à la fin du tour 65 :

Le mois d'Octobre touche à sa fin et avec lui le temps sec. On passe en condition boue ce qui signifie 70% de chance d'avoir de la boue qui favorisera le soviétique. L'attrition commence à se faire sentir niveau aviation, 4 avions de l'Axe sont endommagés principalement à cause des unités AA. Dans l'autre camp, 3 avions ont été détruits. L'avantage est donc toujours du côté de l'Axe, mais le taux de disponibilité des avions va fortement baisser à cause du temps, et au tour 68, le soviétique sera à parité avec le départ d'une grande partie des avions allemands.

Pour ne rien gâcher, la logistique va commencer à être difficile. Jusqu'au tour 69, l'Axe ne peut pas convertir de voie ferré. Tant que les combats se déroulent au nord, cela ne pose pas de problème car il est suffisamment proche de ses lignes de ravitaillement. Par contre, dans son avancé vers Sebastopol ou Kerch, il ne pourra compter que sur l'apport limité de voies ferrées capturées pour ravitailler ses troupes.

Surtout, il a deux objectifs totalement à l'opposé l'un de l'autre à prendre, Kerch et Sebastopol, avec un nombre de troupes limitées. D'ailleurs, il faut choisir pour l'Axe un plan, à savoir soit priorité à Kerch, soit à Sebastopol. Bien entendu en fonction du plan choisi les PVs varient. Ce choix doit se faire avant le tour 66. Je vous le demande donc, quel plan doit choisir pour l'Axe ?

Image

Sentiments sur la campagne :

Premier point, ça se joue vite. Le nombre de pions est limité, donc les tours défilent rapidement, ce qui est plutôt pas mal. La situation est simple au départ, avec l'Axe qui essaie de forcer le passage du fort au fort. Le faible nombre d'unités motorisées facilitent aussi le jeu car on n'a pas à réfléchir trop longtemps à savoir comment optimiser leur utilisation pour pouvoir effectuer des débordement les plus dévastateurs possibles.

Le soviétique n'a pas la part belle comme souvent à EFS. Il doit surtout optimiser au mieux sa défense. Par contre, la réflexion stratégique ne se limite pas à renforcer une simple ligne de front puisqu'il doit organiser ses convois maritimes pour acheminer ses renforts et surtout préparer la défense de Sebastopol et Kerch car sa ligne de défense initiale ne pourra pas tenir. Le choix du moment ou décrocher s'avère donc primordial, l'arrivée de la mauvaise saison semblant être un tournant intéressant.

Pour l'allemand, il va falloir briser rapidement la première ligne soviétique sous peine de se retrouver englué trop longtemps. Il faut essayer d'assurer le coup au maximum au niveau des ratios et modificateurs, car le nombre de combat reste limité, donc l'impact d'un mauvais jet de dé peut être très préjudiciable.

La guerre aérienne est vraiment très bien rendu à mon sens. Sans être complexe, elle offre de vraies possibilités et choix stratégiques. L'Axe dispose d'une aviation conséquente mais le nombre de missions à effectuer est telle qu'il devra faire des choix. Le soviétique est à la peine, et devra prendre garde à ne pas s'engager à outrance sous peine de voir son aviation fondre comme neige au soleil. Pour ma part, je pense qu'il vaut mieux ne s'engager qu'avec parcimonie et en force pour limiter les pertes. Pour éviter de trop subir, il faut ramener rapidement des unités AA qui peuvent faire très mal à l'Axe.

_________________
Napoléon 1806 - Pour suivre l'avancée du projet :
https://www.facebook.com/shakosgames/


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Jeu 12 Mai 2011 20:08 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 20:59
Message(s) : 523
Médaille Frog of War (1) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des petits posteurs (2) Traducteur (1) Médaille OCS (1)
C'est franchement un superbe CR, vivement la suite. :clap:

_________________
"Le boulet qui doit me tuer n'est pas encore fondu.. " Napoléon Bonaparte le 29 Janvier 1814


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Jeu 12 Mai 2011 20:50 
Vieille barbe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 09:29
Message(s) : 2094
Médaille des comptes rendus (1) Disciple du card driven (1) Médaille du Trophée (1) Rencontres Lyonnaises (1) Médaille de la Nantaise (1) Fou de Bourgbarré (2) Soldat du 4° zouave (1)
Convention Big Red One (1) 13° stratège (1) Médaille OCS (1) Ordre du schtroumpf (1)
lovecraft67 a écrit:
C'est franchement un superbe CR, vivement la suite. :clap:

Ça donne envie d'y jouer :clap:


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 25 Mai 2011 16:16 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 15:36
Message(s) : 1754
Médaille des 10 ans (2) Médaille de la bataille (1) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des comptes rendus (2) Médaille des petits posteurs (1) Médaille du blog (1) Rencontres Lyonnaises (1)
Baroudeur ardéchois (1) Médaille de Cannes (1) Médaille de la Grande guerre (1)
Merci pour le encouragements !

Pour la suite, j'ai mis la partie en stand-by car je devrai commencer une partie en pbem via vassal. Je vais donc garder pour moi mes réflexions stratégiques pour l'instant...

_________________
Napoléon 1806 - Pour suivre l'avancée du projet :
https://www.facebook.com/shakosgames/


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Jeu 26 Mai 2011 20:28 
Pousse pions

Inscrit(e) le : Dim 26 Oct 2008 21:48
Message(s) : 333
Salut;
Juste une remarque: le module Vassal ne comporte malheureusement pas l'encart de la zone de Sevastopol
Des commentaires?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr