STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Ven 15 Nov 2019 23:45

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
Message non luPublié: Jeu 2 Oct 2008 12:22 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 12:25
Message(s) : 918
Localisation : NICE
Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Europa (1)
Ci dessous le CR d'une partie complète: nota, le scenario 1756 a été couplé au scenario 1757 / 1758 pour faire une grande campagne...

LA GUERRE DE 7 ANS – LES PREMIERES CAMPAGNES (1756-1758)

Septembre 1756

Frederick II, conscient de la force de la coalition se regroupant face à lui, décide de prendre l’initiative, et d’éliminer la Saxe alors que les troupes autrichiennes, seules opérationnelles sur le théâtre des opérations, ne sont pas encore en nombre.

Offensive Prussienne en Saxe – 30 aout 1756

Prussiens
Colonne n°1 FdM Moritz (à Magdeburg) 20 Bat, 40 esc (10.000 Inf, 4.000 Cav)
Colonne n°2 Konig Frederick (à Postdam) 40 Bat, 40 esc (20.000 Inf, 4.000 Cav)
Colonne n°3 FdM Bevern (à Frankfurt) 40 Bat, 40 esc (20.000 Inf, 4.000 Cav)
Total : 100 Bat, 120 esc (50.000 Inf, 12.000 Cav) soit 62.000 hommes.
Stratagèmes Surprise, Oblique, Train de siège, Grenadier.

Autrichiens & Saxons
Armée Saxonne (à Dresde) 25 Bat, 40 esc (13.000 Inf, 4.000 Cav)
Gros autrichien FdM Browne (à Kolin) 48 Bat, 40 esc (24.000 Inf, 4.000 Cav)
Couverture de la Silesie (Koniggratz) 25 Bat, 40 esc (13.000 Inf, 4.000 Cav)
Total : 98 Bat, 120 esc (50.000 Inf, 12.000 Cav) soit 62.000 hommes.
Stratagèmes Grenadier, Pontonnier

Tandis que la Cavalerie Saxone rejoint Prague où se concentrent progressivement les forces autrichiennes, le FdM Moritz s’empare de Wittemberg avant de continuer sur Torgau. Il y rejoint Frederick II, lequel arrive devant Dresde le 9 septembre, ou il est rallié par Bevern qui a pris Cottbus ; 13.000 saxons sont assiégés par 32.000 prussiens au camp de Pirna.

Le FdM Browne décide alors de tenter une manœuvre hardie pour délivrer Dresde : Il passe sur la rive droite de l’Elbe avec 32.000 hommes, avec pour objectif de rejoindre les saxons du camp de Pirna sur l’autre rive ; une fois la concentration des forces opérées en traversant l’Elbe, la bataille pourra être engagée avec les Prussiens. Mais la manoeuvre autrichienne est trop lente ; Frederick II, qui avec le gros prussien, s’avance fin septembre sur Lobositz pour faire diversion, croit d’ailleurs que la menace pèse sur la jonction de la Saxe et de la Silesie par Reichenberg : le FdM Schwerin reçoit donc l’ordre de couvrir Gorlitz avec l’armée de Silesie (28.000 hommes).

L’arrivée des troupes de Silésie font craindre le FdM Browne pour ses arrières s’il devait poursuivre vers le camp de Pirna, d’autant qu’il lui faut couvrir Prague face à la menace induite par le mouvement prussien sur Lobositz. Aussi, la manoeuvre autrichienne cesse, tandis que des troupes légères venus de Moravie s’enfoncent en Saxe et effectuent un brillant raid sur Gorlitz (occupée brièvement le 30 septembre).




Octobre 1756

Situation au 1er octobre 1756

Prussiens
Avant-garde, Konig Frederick (à Lobositz) 20 Bat, 80 esc (10.000 Inf, 8.000 Cav)
Corps de siège, FdM Bevern (à Dresde) 20 Bat, 40 esc (10.000 Inf, 4.000 Cav)
Armée de Silesie FdM Schwerin (Gorlitz) 40 Bat, 80 esc incl TL/Huz (20.000 Inf, 8.000 Cav)
Troupes d’occupation en Saxe & reserve 60 Bat, 40 esc (30.000 Inf, 4.000 Cav)
Total : 140 Bat, 240 esc (70.000 Inf, 24.000 Cav) soit 94.000 hommes.
Stratagèmes Surprise, Oblique, Train de siège, Bonne position.

Autrichiens & Saxons
Armée Saxonne (assiégée à Dresde) 25 Bat (13.000 Inf)
Gros autrichien FdM Browne (Elbe rive droite) 20 Bat, 120 esc (10.000 Inf, 12.000 Cav)
Couverture sur Reichenberg / Koniggratz 25 Bat, 40 esc TL (13.000 Inf, 4.000 Cav)
Couverture sur Prague 28 Bat, 40 esc TL (15.000 Inf, 4.000 Cav)
Total : 98 Bat, 200 esc (50.000 Inf, 20.000 Cav) soit 70.000 hommes.
Stratagèmes Grenadier, Pontonnier

Frederick II veut sortir de l’impasse tactique où il se trouve tant que Dresde n’est pas tombé : il prépare une descente sur Prague et décide de renforcer son avant garde, qui, le 5 octobre, regroupe autour de Lobositz 40 Bataillons et 80 escadrons. Mais le FdM Browne le devance en relançant son offensive sur la rive droite de l’Elbe. Frederick II précipite alors le mouvement, et ordonne au FdM Schwerin de glisser de Gorlitz vers Dresde, permettant au roi de Prusse, de récupérer 40 escadrons supplémentaires pour son action sur Prague. Face à la menace sur la capitale de la bohème, le FdM Browne ne peut plus tergiverser : couvrant ses flancs par des actions de troupes légères sur Gorlitz à l’Est et Chemnitz à l’Ouest, il passe l’Elbe (utilisation du stratagème Pontonnier). et attaque Frederick II à Lobositz.

Bataille de LOBOSITZ – 25 octobre 1756

Prussiens
Konig Frederick & FdM Moritz, 40 Bat, 120 esc, 32.000 hommes.
Stratagème Bonne position.

Autrichiens
FdM Browne, 40 Bat, 120 esc, 32.000 hommes.
Stratagème Grenadier.

Deux assauts successifs autrichiens n’entament pas la défense prussienne (pertes 2 pas Inf Aut, 1 pas Inf Pr, utilisation des stratagèmes bonne position et grenadier) tandis qu’une attaque de flanc prussienne désorganise le dispositif de Browne (pertes 1 pas Cav Aut). Le reste de la journée voit des assauts infructueux de la cavalerie prussienne (pertes negligeables). Browne décide à 16 heures de la retraite vers le Sud et Prague, sans que les Prussiens ne parviennent à contrarier ce mouvement (pertes négligeables).

Les autrichiens ont perdu 12.000 hommes (10.000 Inf, 2.000 Cav, soit 37,5%) contre seulement 5.000 pour les Prussiens (15 %), mais la victoire de Lobositz n’est pas décisive pour Frederick II qui a eu à faire face à une armée autrichienne solide et faisant preuve de mordant. L’annonce de la victoire prussienne a néanmoins deux conséquences immédiates : le 30 octobre, les Saxons du camp de Pirna capitulent (utilisation par le prussien du stratagème Train de siège), tandis que l’impératrice Marie-Thérèse engage d’importants renforts en Bohème ; la supériorité numérique passe de facto aux Autrichiens.

Novembre - Décembre 1756

Situation au 1er novembre 1756

Prussiens
Gros Prussien, Konig Frederick (Lobositz/Dresde) 100 (-) Bat, 160 esc (45.000 Inf, 16.000 Cav)
Troupes d’occupation en Saxe & reserve 40 Bat, 80 esc incl. TL/Huz (20.000 Inf, 8.000 Cav)
Total : 140 Bat, 240 esc (65.000 Inf, 24.000 Cav) soit 89.000 hommes.
Stratagèmes Surprise, Oblique, Pontonnier, Marche.

Autrichiens & Saxons (inclues garnisons)
Aile Gauche, FdM Laudon 50 Bat, 40 esc (26.000 Inf, 4.000 Cav)
Gros autrichien FdM Browne 68(-) Bat, 200(-) esc inc.TL (23.000 Inf,18.000Cav)
Aile Droite, FdM Nadasby & Konigsegg 58 Bat, 80 esc (29.000 Inf, 8.000 Cav)
Total : 176 Bat, 320 esc (78.000 Inf, 30.000 Cav) soit 108.000 hommes.
Stratagèmes Grenadier, Grenzer

Tandis que Browne se replie lentement sur Prague et que Frederick II le suit prudemment en prenant position à Kochlitz sur l’Eger, un mouvement d’enveloppement sur les deux ailes se dessine, par l’arrivée de troupes autrichiennes importantes aux forteresses de Pilsen et Koniggratz. Le roi de Prusse décide de frapper avant que les troupes autrichiennes n’aient pu prendre position, dans le court laps de temps qui reste avant que la mauvaise saison n’entraîne la fin de toute activité militaire : partant de Kochlitz, le FdM Moritz et 80 escadrons, couverts par le gros prussien, réalisent un raid sur Pilsen. Les forces dispersées de Laudon, qui a reçu de Browne pas moins de 80 escadrons de Hussards en renfort, s’esquivent avec succés, lançant elles même un raid sur Chemnitz qui échoue (pas de pertes). Le gros autrichien avance quant à lui sur Kochlitz qui est occupée le 5 décembre par une avant-garde de cavalerie autrichienne.

Ayant récupéré la cavalerie du FdM Moritz, Frederick II organise alors un retour offensif sur Kochlitz, surprenant une vingtaine d’escadrons autrichiens qui sont anéantis le 8 décembre (Pertes : 1 pas de Cav Autrichien). Dans la semaine qui suit, une série d’actions de cavalerie ne permet pas aux Autrichiens de déloger les Prussiens de leurs positions sur l’Eger (Pertes : 1 pas de Cav Prussien, 2 Pas de Cav Autrichiens, utilisation du stratagème Grenzer).


Alors qu’une suspension d’armes est décidée pour organiser un échange de prisonniers (utilisation du stratagème automatique pour le QH 1756-1757), arrive l’annonce de l’évacuation de la ville de Landshut en Silesie par le FdM Schwerin, devant l’avancée des troupes autrichiennes supérieures en nombre et remarquablement menées par le FdM Nadasby. La campagne de 1756 se termine sur ce succès Habsbourg.

Le bilan de la campagne de 1756 a néanmoins été favorable à Frederick II qui a occupé la Saxe, mis hors de combat l’armée saxonne (dont une large part sera enrôlée de force sous la bannière prussienne), et causé à l’Autriche des revers et des pertes substantielles (18.000 pertes définitives contre 7.000 aux prussiens). Mais l’Autriche est loin d’être vaincue, et ses forces sont maintenant majoritairement opérationnelles en Bohème pour contrer tout mouvement prussien, voire même pour prendre l’offensive en Saxe ou en Silésie…

Avril 1757

Situation au 1er avril 1757

Prussiens
Armée de Bohème
Corps de manoeuvre, Konig Frederick (Kochlitz) 40 Bat, 120 esc incl.TL/Huz (20.000 Inf, 12.000 Cav)
Corps de Saxe, FdM Bevern (Chemnitz) 20 Bat, 40 esc (10.000 Inf, 4.000 Cav)
Corps del’Elbe, FdM Heinrich (Lobositz) 46 Bat, 40 esc (23.000 Inf, 4.000 Cav)
Armée de Silesie FdM Schwerin (Leignitz) 58 Bat, 80 esc incl TL/FrK (29.000 Inf, 8.000 Cav)
Total : 164 Bat, 280 esc (82.000 Inf, 28.000 Cav) soit 110.000 hommes.
Corps de Prusse Orientale, FdM Lehwaldt 46 Bat, 40 esc (23.000 Inf, 4.000 Cav)
Autre éléments (Garnisons, en instruction,etc.) 98 Bat (49.000 Inf)
Grand Total : 308 Bat, 320 Esc (154.000 Inf, 32.000 Cav) soit 186.000 hommes.
Stratagèmes Surprise, Oblique, Grenadier, Pontonnier.

Autrichiens (inclues garnisons)
Aile Gauche, FdM Laudon 52 Bat, 80 esc (26.000 Inf, 8.000 Cav)
Gros autrichien FdM Browne puis Prinz Charles 66 Bat, 120 esc inc TL (33.000 Inf, 12.000 Cav)
Aile Droite, FdM Konigsegg 40 Bat, 80 esc (20.000 Inf, 8.000 Cav)
Couverture Silesie, FdM Serbelloni 38 Bat, 80 esc inc TL (19.000 Inf, 8.000 Cav)
Total : 196 Bat, 360 esc (98.000 Inf, 36.000 Cav) soit 134.000 hommes.
Empire (Elèments précurseurs) 24 Bat (12.000 Inf)
Grand Total : 220 Bat, 360 Esc (110.000 Inf, 36.000 Cav) soit 146.000 hommes.

Stratagèmes Déserteur, Mercenaire, Bonne Position.

Pour prendre l’initiative aux Autrichiens, Frederick II conçoit une manœuvre stratégique de grande envergure : alors que le corps de Konigsegg est aventuré en Silésie, il prévoit, en ne laissant qu’une force de couverture sur l’Elbe, de franchir par surprise ce fleuve pour se rabattre sur les arrières du flanc droit autrichien. De son côté, le camp autrichien est géné par les changements qui s’opèrent dans le haut commandement, Charles de Lorraine remplaçant le FdM Browne.

En dépit de problèmes logistiques importants et de la désertion de nombreux saxons (- 1 pas d’Inf – stratagème Déserteur) incorporés de force dans les régiments prussiens, Frederick II lance son offensive le 2 avril en faisant passer l’Elbe à 28.000 hommes à Leitmeritz, en direction de Munchengratz. L’armée de Silésie aux ordres du FdM Schwerin se concentre sur Glaz face au FdM Serbelloni, afin de contourner la gauche de Konigsegg. D’importants combats retardateurs ont lieu dans les passes au Sud de Glatz entre les avant gardes prussiennes et les troupes légères de Serbelloni (- 1 pas de Cav TL), tandis que Frederick II débouche sur Sohr.

Konigsegg a amorcé une retraite rapide, abandonnant Landshut, mais il est intercepté à Soor.

Seconde Bataille de SOOR – 20 avril 1757

Prussiens
Konig Frederick & FdM Moritz, 40 Bat, 80 esc, 28.000 hommes.
Stratagème Surprise, Oblique, Grenadier.

Autrichiens
FdM Konigsegg, 40 Bat, 120 esc inclus TL, 32.000 hommes.
Stratagème Bonne position.

Le roi de Prusse surprend totalement les Prussiens et met en œuvre un mouvement oblique qui tourne le dispositif ennemi. L’infanterie autrichienne est écrasée, la cavalerie contre-attaque sans succés : au bout de quelques heures, la retraite est décidée, dans un sérieux désordre, sur Konigratz, ou les restes du corps autrichien s’enferme ; Konigsegg a été sérieusement blessé, et les autrichiens ont perdu 17.000 hommes (54 %, 3 pas d’inf, 1 pas de Cav) pour moins de 1.000 hommes aux Prussiens (4 %).

Ce désastre bloque tous les mouvements autrichiens, alors que le gros des troupes sous Charles venait de reprendre difficilement Lobositz face à une résistance déterminée de troupes légères.

Alors que 14.000 hommes sous Moritz retournent sur l’Elbe, le reste des troupes victorieuses à Sohr font jonction avec celles de Schwerin, mettent le siège à Koniggratz où sont enfermés 14.000 hommes désorganisés, tandis qu’un raid de cavalerie plonge sur les arrières de Serbelloni et prend par surprise Littau, faisant de nombreux prisonniers (- 1 pas d’Inf). Le choc moral est rude pour les autrichiens qui ont perdu plus de 22.000 hommes contre environ 6.000 prussiens et qui se voient menacés d’une invasion complète de la Bohème (+ 1 moral prussien).


Mai 1757

L’Autriche mobilise alors tous ses moyens (utilisation de remplacements et du stratagème mercenaire), sa diplomatie (stratagème espion) et réorganise ses troupes.

Situation au 1er mai 1757

Prussiens
Armée de Bohème & Silesie, Konig Frederick 80 Bat, 160 esc incl.TL (40.000 Inf, 16.000 Cav)
Corps de Saxe, FdM Bevern (Chemnitz) 26 Bat, 40 esc (13.000 Inf, 4.000 Cav)
Corps del’Elbe, FdM Heinrich (Lobositz) 46 Bat, 40 esc (23.000 Inf, 4.000 Cav)
Total : 152 Bat, 240 esc (76.000 Inf, 24.000 Cav) soit 100.000 hommes.

Autrichiens
Aile Gauche, FdM Laudon (Lobositz) 40 Bat, 120 esc (20.000 Inf, 12.000 Cav)
Centre, FdM Nadasby (Prague) 66 Bat (33.000 Inf)
Aile Droite, FdM Daun 40 Bat, 80 esc (20.000 Inf, 8.000 Cav)
TL, FdM Serbelloni 40 esc TL (4.000 Cav)
Corps Konigsegg (Koniggratz) 26 Bat (-), 80 esc (-) (8.000 I, 6.000 C)
Total : 172 Bat, 360 esc (81.000 Inf, 30.000 Cav) soit 111.000 hommes.

Pour sauver Koniggratz, l’Autriche conçoit à son tour une manœuvre hardie. Trompant le Prinz Heinrich qui croit le gros autrichien au sud de Dresde, l’ensemble des forces habsbourgeoises se mettent en route vers l’Est, en 3 colonnes, Nadasby au nord en avant garde, Charles au centre avec le gros, et Daun au sud pour faire écran face au corps de manœuvre prussien (22.000 hommes) qui couvre le corps d’investissement (30.000 hommes). Les autrichiens sont à deux contre un, et progressent rapidement, coupant successivement la route de Reichenberg (repli du Freikorps prussien), puis celle de Landshut. Le FdM Daun accroche le corps de manœuvre à l’ouest de Koniggratz, près du lieu dit Hochfeld.

Bataille de HOCHFELD – 13 mai 1757

Prussiens
Konig Frederick & FdM Moritz, 20 Bat, 120 esc, 22.000 hommes.
Stratagème -.

Autrichiens
FdM Daun, 40 Bat, 80 esc, 28.000 hommes.
Stratagème -.

Les premiers assauts autrichiens et les tirs de riposte prussiens sont sanglants (- 1 pas d’Inf et 2 pas de Cav pour chaque camp) ; les combats continuent toute la journée (- 1 pas d’Inf pour chaque camp) avant que Daun ne retraite provoquant de vives escarmouches nocturnes (- 1 pas de Cav Aut).



La défaite tactique autrichienne (pertes de 16.000 hommes – 57 % -contre 14.000 – 63 %) est toutefois une victoire stratégique. Face à de telles pertes et avec la supériorité numérique autrichienne, Frederick II ne peut maintenir le siège de Koniggratz et se replie sur Glatz. La retraite se poursuit jusqu’à la fin du mois, avec d’intenses combats d’arrières gardes qui coûtent très chers aux Prussiens (- 1 pas d’Inf Aut et 2 pas de Cav Prus). L’échec de Frederick est patent : il a perdu en mai 18.000 hommes contre 21.000 autrichiens et a été obligé d’évacuer tous ses gains en Bohème.

Juin 1757

Tandis qu’une courte trêve à lieu (échange de prisonniers : 1 Cav), qui voit d’ailleurs la résolution du conflit latent entre Charles et Nadasby (ce dernier est limogé – stratagème faveur), Frederick conçoit une nouvelle stratégie : ne pouvant plus agir en Bohème, il se retourne contre l’Empire avant l’arrivée prévisible de renforts notamment français.

Situation au 1er juin 1757

Prussiens (inclues garnisons)
Armée de Silesie, FdM Schwerin 102 Bat, 80 esc incl.TL (51.000 Inf, 8.000 Cav)
Armée de Saxe, FdM Heinrich 84 Bat, 200 esc (42.000 Inf, 20.000 Cav)
Total : 186 Bat, 280 esc (93.000 Inf, 28.000 Cav) soit 121.000 hommes.

Autrichiens & Empire
Aile Gauche, Forces de l’Empire 44 Bat, 40 esc (22.000 Inf, 4.000 Cav)
Centre, Prinz Charles, à Prague 66 Bat, 200 esc inc. TL (33.000 Inf, 20.000 Cav)
Aile Droite, FdM Daun, en Silesie 98 (-) Bat, 80 esc (44.000 Inf, 8.000 Cav)
Total : 208 Bat, 320 esc (99.000 Inf, 32.000 Cav) soit 131.000 hommes.

Alors que l’Autriche se réorganise suite aux saignées des deux derniers mois et montre peu d’initiative ce mois-ci (stratagème sans réactivation), Frederick II, avec des éléments de l’Armée de Silésie, rejoint la Saxe, et apparait devant Hof, le 15 juin, où s’est concentrée l’Armée de l’empire. Disposant d’une supériorité numérique locale (38.000 hommes contre 22.000 allemands plus 8.000 autrichiens en cours de transfert vers ce secteur d’opération), il prend la ville le 17, et impose la bataille, qui n’est en fait qu’un combat confus, à proximité de cette localité, le 20 juin : l’Armée de l ‘Empire s’effondre ; au prix de 3.500 hommes, l’Empire en perd plus de 9.000, la majorité des autres s’étant débandés (1 pas de pertes Inf Prus contre 4 pas d’inf et 2 pas de Cav). Le coup moral est important et fait vaciller la cohésion de l’Empire (+ 1 moral Prussien).




Mais cette bataille ne résout rien, car la volonté belliqueuse de l’Autriche est intacte, et parce que la France entre en lice, d’abord sur le théâtre hanovrien. Ce fait nouveau empêche l’invasion de l’Empire.

Juillet 1757

Le Royaume de France a engagé ses troupes sur deux axes. 56.000 hommes aux ordres de D’Estrées puis de Richelieu, partis du Rhin Inférieur, se dirigent vers Minden. Face à eux, le Duc de Cumberland et 40.000 troupes de Hanovre et de Hesse au service de l’Angleterre ont pris position. Plus au Sud, à partir du Rhin Supérieur, Soubise avec 24.000 hommes, s’apprête à rejoindre les troupes de l’Empire défaite à Hof et en cours de reconstitution.

Après de nombreux retards et de contre-marches, D’Estrées rencontre Cumberland le 26 juillet 1757 à Hastenbeck. Avec un allant bien français, D’Estrées surprend son adversaire et emporte la décision; Cumberland signe alors un armistice, et seule une partie de ses troupes (15.000 hommes) rejoignent le Hanovre (pertes anglaises : 3 pas d’Inf, 3 pas de Cav soit 21.000 hommes hors de combat ; pertes françaises : 1 pas d’Inf, 1 pas de Cav soit 7.000 hommes). Cette défaite ouvre un nouveau front pour la Prusse (- 1 point Moral pour la Prusse), qui débute avec le siège de Minden.

Bataille de HASTENBECK – 26 juillet 1757

Français
Maréchal D’Estrées, Maréchal de Richelieu 80 Bat, 160 escadrons incl TL, 56.000 hommes.
Stratagème Surprise

Anglais
Duc de Cumberland 60 Bat, 80 esc, 38.000 hommes.
Stratagème Grenadier


Pendant que se déroulent ces événements, au Sud face à l’Autriche, le centre de gravité des opérations se déplace de nouveau en Silésie. Fréderick II, quittant la Saxe, y arrive pour prendre le commandement des opérations face à Daun qui a occupé Landshut. Après de délicates manœuvres, la Ville est reprise, ainsi que les passes de Landshut, et plus à l’Ouest la ville de Reichenberg, mais sans que le roi de Prusse ne parvienne à engager à plein son adversaire.

Profitant de l’absence de Frederick II, Charles lance une reconnaissance offensive sur l’Elbe, vers Dresde, bien décidé à obtenir enfin un succés décisif. Le Prince Heinrich lui barre la route à Konigstein.



Bataille de KONIGSTEIN – 29 juillet 1757

Prussiens
FdM Prinz Heinrich 26 Bat, 120 escadrons, 25.000 hommes.
Stratagème Bonne Position

Autrichiens
Prinz Charles 60 Bat, 80 esc, 38.000 hommes.
Stratagème Grenadier


L’assaut autrichien se heurte à l’excellente position prussienne (- 1 pas d’inf pour chaque camp) ; la contre-attaque de la cavalerie prussienne, qui écrase la cavalerie des habsbourg, emporte la décision (- 3 pas de Cav Aut contre 1 pas de Cav Prus). Défaite (11.000 pertes soit 28 %, contre 7.000 – 28 % également) et démoralisée (+ 1 point moral pour la Prusse), l’armée autrichienne se replie, sans qu’il n’y ait de poursuite car le Prinz Heinrich a été blessé pendant la bataille.

Ainsi, à la fin du mois de Juillet, ni l’Autriche ni la Prusse n’ont réussi à prendre l’ascendant. La position de cette dernière s’est par ailleurs assombrie : Si la Prusse a réussi à repousser tous les assauts autrichiens hors de la Bohème, l’usure des troupes se fait sentir, des chefs sont tombés (avant le Prinz Heinrich, c’est le FdM Moritz qui a été sérieusement blessé au cours d’une escarmouche en Saxe), et l’encerclement du royaume devient une réalité.

Aout 1757

Situation au 1eraout 1757

Prussiens & Alliés (inc. Garnisons)
Armée de Silesie, Konig Frederick 102 Bat, 120 esc incl.TL (51.000 Inf, 12.000 Cav)
Corps de Saxe, FdM Bevern 54 Bat (-), 160 esc (27.000 Inf, 16.000 Cav)
Corps de Prusse Or. FdM Lewhaldt 72 Bat, 40 esc (36.000 Inf, 4.000 Cav)
Corps de Brunswick. FdM Duc De Brunswick 76 Bat, 20 esc (-) (38.000 Inf, 2.000 Cav)
Total : 304 Bat, 360 esc (152.000 Inf, 34.000 Cav) soit 186.000 hommes.

Coalisés :
Autrichiens
Gros, Charles, Silésie 98 Bat, 240 esc inc. TL (49.000 Inf, 24.000 Cav)
Centre, FdM Konigsegg (Prague) 66 Bat (-), 40 esc (28.000 Inf, 4.000 Cav)
Aile Gauche (Garnisons seulement) 12 Bat (6.000 Inf)
Total : 176 Bat, 280 esc (83.000 Inf, 28.000 Cav) soit 111.000 hommes.
Empire : 78 Bat, 40 esc (39.000 Inf, 4.000 Cav)
France :
Franconie, Soubise 40 Bat, 40 esc (20.000 Inf, 4.000 Cav)
Hanovre, Richelieu 80 Bat (-), 160 esc (-) (30.000 Inf, 14.000 Cav)
Front Nord
Russie, Apraxine 100 Bat, 240 esc (50.000 Inf, 24.000 Cac)
Suede, Ungern 20 Bat (10.000 Inf)
Grand Total : 494 Bat, 760 esc (232.000 Inf, 74.000 Cav) soit 306.000 hommes.

Tandis qu’une nouvelle trêve est organisée pour un échange de prisonniers, est annoncé un raid anglais sur les côtes de mer du Nord (- 1 inf Fr) ce qui allège la pression sur ce front et incite Frederick a reprendre l’initiative contre les autrichiens : il lance une attaque surprise au travers des passes de Landshut, ce qui va entrainer la bataille de Bolkentain.

Bataille de BOLKENTAIN – 10 & 11 aout 1757

Prussiens
Konig Frederick, FdM Schwerin 60 Bat, 120 escadrons incl TL, 42.000 hommes.
Stratagème Surprise + Charge

Autrichiens
Prinz Charles, FdM Daun et Laudon 60 Bat, 240 esc incl TL, 54.000 hommes.
Stratagème Grenadier + Grenzer


10 aout : l’attaque surprise des prussiens écrase l’infanterie autrichienne (3 pas d’Inf contre 1) mais la supériorité en cavalerie des Habsbourg permet de restaurer la situation dans l’après-midi (- 1 Cav TL).
11 aout : les autrichiens, regroupés, contre-attaquent et écrasent la cavalerie de Frederick (4 pas de Cav contre 2). La retraite prussienne tourne à la déroute (- 2 Inf). Les Prussiens, dans cette courte campagne, ont perdu 23.000 hommes, les autrichiens 21.000. La route de Silésie est ouverte à Charles, qui assiège Glatz à la fin du mois.

Septembre 1757

Après une nouvelle trêve (la quatrième) pour un échange de prisonniers, les opérations se transfèrent en Saxe où Frederick arrive pour prendre le commandement. L’armée prussienne (53.000 hommes avec les garnisons de Saxe) effectue une avance fulgurante sur l’axe Dresde-Bayreuth, alors que les coalisés sont dispersés en trois forces séparées : 28.000 français au Nord sur Erfurt, 30.000 imperiaux au centre vers Hof, et 33.000 autrichiens sur Chemnitz. Les autrichiens du FdM de Saxe sont bousculés (- 2 Cav / TL), Chemnitz reprise, et Frederick fait une courte incursion vers la forteresse de Eger, avant de revenir sur Hof, que les impériaux abandonnent en désordre (-1 Cav TL Fr). Le gros français ne peut faire sa jonction et se replie également.

Au Hanovre, les opérations de siège à Minden stagnent (- 2 Inf Fr en Aout et Septembre) ;il en est de même en Silésie, à Glatz (- 1 Inf Aut). Au Nord, la menace suédoise est éliminée par les troupes de Lewhaldt (- 2 Inf Sw), mais Koenigsberg est tombé aux mains des russes qui occupent toute la Prusse Orientale.


Les opérations du mois de Septembre sont donc un succès inespéré pour Frederick qui a réussi à infliger des pertes très lourdes (plus de 30.000 hommes) aux coalisés sans qu’il n’y ait eu de bataille rangée Aucune opération importante ne pourra dorénavant être menée par les Coalisés à l’Ouest de la Prusse avant la mauvaise saison, ce qui permet au roi de Prusse de se retourner contre l’Autriche en Silésie.

Octobre 1757

Le mois d’octobre connaît peu d’activité ; décrochant de Saxe, l’armée prussienne se regroupe sur Leignitz et tâte avec succès les avants postes autrichiens (-1 Cav TL Aut), sans pour autant parvenir à accrocher le gros des forces ennemies, tandis que Charles termine le siège de Glatz par un assaut direct (- 1 Inf Aut). Neysse est alors assiégée à son tour.

A l’Ouest, Minden est tombé, tandis qu’au Nord Colberg est assiégée ; en dépit des pertes, les coalisés sont très optimistes sur la suite des opérations (- 2 points de moral prussien) ; il est vrai que la Prusse semble épuisée (elle vient d’abandonner la Saxe occidentale, Leipzig sera occupée par les coalisés fin novembre) et qu’une défaite en Silésie signifierait la perte définitive de cette province, mais aussi la promesse de conditions très favorables pour la campagne de 1758 par les français et les russes qui n’auraient plus à craindre une armée prussienne trop amoindrie.

Novembre-Décembre 1757

Situation au 1er novembre 1757 - SILESIE

Prussiens
Armée de Silesie, Konig Frederick 120 Bat, 200 esc incl.TL (60.000 Inf, 20.000 Cav)
Garnisons 30 Bat (15.000 Inf)
Total : 150 Bat, 200 esc (75.000 Inf, 20.000 Cav) soit 95.000 hommes.

Autrichiens
Gros, Charles, Neysse 60 Bat, 60 esc inc. TL (30.000 Inf, 6.000 Cav)
Aile Droite, FdM Daun 20 Bat, 160 esc (10.000 Inf, 16.000 Cav)
Aile Gauche (Garnison de Glatz) 20 Bat (10.000 Inf)
Reserve, FdM Laudon 20 Bat (10.000 Inf)
Total : 120 Bat, 220 esc (60.000 Inf, 22.000 Cav) soit 82.000 hommes.

La supériorité numérique de Frederick, quoique toute relative, est néanmoins une surprise pour les autrichiens qui perdent l’initiative des opérations. Le roi de Prusse prévoit d’enrouler les forces autrichiennes par le flanc droit, en fixant le gros au centre, et en coupant progressivement les routes de repli vers la bohème, qui deviennent d’ailleurs d’un passage difficile à cause des intempéries (stratagème tempête).

La première phase est la fixation du gros autrichien : le FdM Schwerin l’attaque le 20 novembre à proximité de Neysse.

Bataille de NEYSSE – 20 novembre 1757

Prussiens (incl. Garnison de Neysse)
FdM Schwerin 72 Bat, 40 esc incl TL, 34.000 hommes.
Stratagème Grenadier

Autrichiens
Prinz Charles, FdM Laudon 80 Bat, 40 esc incl TL, 44.000 hommes.
Stratagème Bonne position + Feuerstein

Le FdM Schwerin se heurte à une position autrichienne extrêmement bien préparée et subit des pertes sanglantes (3 pas d’Inf contre 1 pas d’Inf Aut).
Les difficultés logistiques dues à l’hiver et le siège en cours à Neysse empêche la poursuite, mais les autrichiens estiment la dernière campagne de l’année 1757 d’ors et déjà gagnée (- 1 point moral prussien).

Pensant les prussiens en plein repli, le FdM Daun attaque par surprise la gauche prussienne, conduite par Frederick, à Freiwalde.

Bataille de FREIWALDE – 5 décembre 1757

Prussiens
Konig Frederick 20 Bat, 120 esc, 22.000 hommes.
Stratagème Charge

Autrichiens
FdM Daun 20 Bat, 120 esc, 22.000 hommes.
Stratagème Surprise

Mais la surprise ne joue pas : la cavalerie autrichienne piégée est écrasée, et la retraite de Daun se transforme en déroute (3 pas de Cav et 1 pas d’inf contre 1 pas de Cav Prus). Frederick commence alors son mouvement tournant et la panique gagne l’etat-major autrichien (- 1 point moral autrichien): Neysse est débloquée, une pointe est lancée par un freikorps jusqu’à Littau qui est pillée, et Glatz est investie, où 10.000 autrichiens sont bloqués : ils se rendent le 23 décembre, scellant ainsi la défaite habsbourg (- 1 point moral autrichien). Frederick vient de sauver la Silesie.

Avril 1758

Le reste de l’Hiver se passe à réorganiser les armées respectives ; la Prusse parvient à combler non seulement ses pertes mais à augmenter les effectifs en ligne, par un recours massif aux mercenaires étrangers. Les coalisés mettent en ligne des effectifs comparables à ceux engagés en 1757.

Situation au 1eraout 1757

Prussiens & Alliés (inc. Garnisons)
Armée de Silesie, Konig Frederick 122 Bat, 240 esc incl.TL (61.000 Inf, 24.000 Cav)
Corps de Saxe, FdM Bevern 64 Bat, 80 esc (32.000 Inf, 8.000 Cav)
Corps de Pomeranie. FdM Lewhaldt 72 Bat, 80 esc (36.000 Inf, 8.000 Cav)
Garnisons du Brandebourg 60 Bat (30.000 Inf)
Corps de Brunswick. FdM Duc De Brunswick 100 Bat, 60 esc (50.000 Inf, 6.000 Cav)
Total : 418 Bat, 460 esc (209.000 Inf, 46.000 Cav) soit 255.000 hommes.

Coalisés :
Autrichiens
Gros, Charles, Silésie 190 Bat, 180 esc inc. TL (95.000 Inf, 18.000 Cav)
Aile Gauche (Garnisons seulement) 28 Bat, 40 esc (14.000 Inf, 4.000 Cav)
Total : 218 Bat, 220 esc (109.000 Inf, 22.000 Cav) soit 131.000 hommes.
Empire : 84 Bat, 80 esc (42.000 Inf, 8.000 Cav)
France : 100 Bat, 160 esc (50.000 Inf, 16.000 Cav)
Russie : 100 Bat, 240 esc (50.000 Inf, 24.000 Cac)
Suede, Ungern 20 Bat, 40 esc (10.000 Inf, 4.000 Cav)
Grand Total : 522 Bat, 760 esc (261.000 Inf, 74.000 Cav) soit 335.000 hommes.

L’armée prussienne, concentrée en Silésie, décide de mener une attaque préventive sur l’Autriche avant de se retourner contre la France et la Russie : ce sera la campagne de Moravie. En dépit de désertions importantes (stratagème deserteur) la situation est favorable pour Frederick (stratagème non réactivation) : la rapidité des mouvements prussiens qui se font sur l’axe de Littau, et la mollesse de la réaction autrichienne, va conduire à la scission des troupes habsbourgeoises.

Situation au 1er avril 1758 – Silésie.

Prussiens
Cdt : Konig Frederick ; 2nd : FdM Moritz
Armée de Silesie, FdM Schwerin 60 Bat, 240 esc incl TL/Huz (30.000 Inf, 24.000 Cav)
Troupes d’occupation en Saxe 48 Bat (24.000 Inf)
Total : 108 Bat, 240 esc (54.000 Inf, 24.000 Cav) soit 74.000 hommes.

Autrichiens
Groupe Nord, Charles 112 Bat, 140 esc (56.000 Inf, 14.000 Cav)
Groupe Sud, FdM Daun 72 Bat, 80 esc TL (36.000 Inf, 8.000 Cav)
Total : 184 Bat, 220 esc (92.000 Inf, 22.000 Cav) soit 114.000 hommes.

La defense avancée de Littau est écrasée (- 1 Cav TL, - 1 Inf), la ville est prise, et les deux forces autrichiennes sont séparées. Laissant une force de couverture de cavalerie au sud, Frederick se dirige vers Koniggratz.
Bataille de KONIGGRATZ – 18 avril 1758

Prussiens Konig Frederick 40 Bat, 80 esc, 28.000 hommes.
Stratagème Initiative

Autrichiens, Prinz Charles 80 Bat, 40 esc, 44.000 hommes.
Stratagème Feuerstein & Grenadier

La bataille est sanglante, Charles est obligé de retraiter en désordre (pertes autrichiennes, 4 pas d’Inf ; pertes prussiennes, 3 pas d’Inf, le FdM Schwerin blessé, mourra un mois plus tard).

Frederick II, ayant désorganisé son adversaire, se replie. Le FdM Daun, qui a pris le commandement, le poursuit activement (- 1 TL prus). Frederick II, repassant en Silésie, effectue une conversion, et rejoint le FdM Moritz à Teschen. De son côté, l’Autriche reprend Reichenberg (- 1 Inf Prus), et le Duc de Brunswick reprend Leipzig (- 1 Inf Emp).

Total des pertes pour le mois d’Avril : Prusse, 20.000 hommes, coalisés, 28.000 hommes.

Mai 1758

Après un échange de prisonniers, Frederick II reprend l’initiative, assiège Olmutz, lance un raid sur Brunn (- 1 Inf Aut), tandis que Reichenberg est réoccupé au prix de pertes (- 1 Cav).

Ce même mois débute l’offensive russe à partir de la Prusse Orientale (en deux colonnes, l’une vers Colberg – Stettin, l’autre vers Kustrin). De même, les français assiègent Hanovre, prennent la ville de Brunswick et se heurtent au Duc de Brunswick à Halberstadt.

Bataille de HALBERSTADT – 27 mai 1758

Prussiens
Duc de Brunswick 60 Bat, 60 escadrons, 36.000 hommes.

Français
Mal de Broglie 40 Bat, 160 esc incl TL, 36.000 hommes.

A l’issue d’un violent combat (pertes françaises, 2 pas d’Inf , 2 pas de Cav; pertes prussiennes, 3 pas d’Inf, 2 pas de Cav), Brunswick est obligé de se retirer.

Juin 1758

Dans le cadre des offensives françaises et russes, la Royal Navy intervient indirectement très utilement. Sur les côtes de mer du Nord, un débarquement oblige les français à y détourner des moyens (stratagème albion ; - 1 Inf), tandis qu’en baltique, la menace anglaise, savamment entretenue par la diplomatie (stratagème espion), bloque pour la défense côtière le corps de Galitzine (30.000 hommes).

En Moravie, le FdM Daun engage des opérations pour lever le siège d’Olmutz. Avançant vers cette ville, il est attaqué par surprise par une avant-garde prussienne.

Bataille de OLMUTZ – 18 juin 1758

Prussiens Konig Frederick 10 Bat, 120 esc, 17.000 hommes.
Stratagème Surprise

Autrichiens, FdM Daun 40 Bat, 80 esc, 28.000 hommes.
Stratagème Feuerstein

Les pertes sont égales (2 Cav, 1 Inf), le FdM Daun est tué. Mais Frederick est obligé de lever le siège de Olmutz ; sa retraite, ralentie par une intense activité des troupes légères), se déroule avec succés (-2 pas de TL Aut).

Plus au Nord, à la suite de son succés de Halberstadt, broglie arrive devant Magdebourg, ou l’attend les lignes du Duc de Brunswick.

Bataille de MAGDEBOURG – 23 juin 1758

Prussiens
Duc de Brunswick 30 Bat, 60 escadrons, 21.000 hommes.

Français
Mal de Broglie 40 Bat, 80 esc incl TL, 28.000 hommes.

Se heurtant à des positions bien préparées, Broglie échoue (pertes : 1 pas d’Inf, 2 Cav, contre 1 pas d’Inf, 1 Cav) et se replie sur la ville de Brunswick.

Enfin, les Russes arrivent devant Landsberg.

juillet 1758

La fin des opérations en Moravie est scellée par un échange de prisonniers. En Saxe, l’Empire occupe puis abandonne Zwickau. Les français prennent Hanovre.

Mais les opérations se focalisent ce mois-ci sur l’Oder ; les russes arrivent sur ce fleuve, mettent le siège à Kustrin et envoient un parti de cosaques sur Berlin.

Frederick II a rejoint le FdM Lehwaldt et les troupes prussiennes en cours de regroupement. Il passe l’Oder au sud de Kustrin (stratagème pontonnier) et se positionne sur les lignes de communication russes. Les troupes russes le rejoignent à Zorndorf.


Bataille de ZORNDORF – 28 juillet 1758

Prussiens
Konig Frederick II 66 Bat, 40 escadrons, 37.000 hommes.
Stratageme Surprise

Russes
FdM Fermor 40 Bat, 80 esc, 28.000 hommes.
Stratagème Chouvalov

Avec un bel élan, les Prussiens bousculent complétement les russes (Pertes Prus : 1 pas d’Inf soit 5.000 hommes; pertes russes : 2 pas d’inf, 2 Pas de Cav soit 14.000 hommes). Ceux-ci ne sont toutefois pas mis en déroute, car frederick II n’a pas les moyens de poursuivre. Les Russes se retireront lentement vers la Prusse-orientale les mois suivants, sans être une menace importante pour la Prusse avant la prochaine campagne (+ 1 point moral pour la Prusse).

Aout 1758

L’Autriche lance une offensive en Silésie, profitant du faible nombre de troupes prussiennes dans cette province ; à Landshut, le 1er aout, le FdM Moritz est écrasé (1 Inf, 4 Cav contre 2 Inf), par le FdM Laudon (+ 1 point moral Autrichien).

Bataille de LANDSHUT – 1er aout 1758

Prussiens FdM Moritz 26 Bat, 80 esc, 21.000 hommes.

Autrichiens, FdM Laudon 60 Bat, 80 esc, 38.000 hommes.

Glatz est assiégée à la suite de sérieux combats (- 1 Cav TL Aut contre 1 Inf Prus). L’Empire reprend l’offensive en Saxe dès l’annonce du succés de Landshut.

Septembre 1758

Le FdM Moritz ne parvient pas à stopper le FdM Laudon (- 1 Inf Prus), qui prend Leignitz. Frederick II a rejoint le Brunswick, et se heurte à Broglie devant Hannover.

Bataille de HANNOVER – 14 septembre 1758

Prussiens
Konig Frederick 60 Bat, 40 escadrons, 38.000 hommes.

Français
Mal de Broglie 60 Bat, 40 escadrons, 38.000 hommes..

Cette nouvelle bataille sanglante (- 3 Inf et 2 cav Fr contre 2 Inf et 1 Cav Prus) force les Français à se replier sur le Rhin (+ 1 point moral pour les Prussiens) .

Le Duc de Brunswick se lance avec 36.000 hommes sur les arrières de l’armée de l’Empire. cette dernière, ses lignes de communication interrompues, se replie en désordre sur Bayreuth et au delà (-5 Inf).

En Silesie, Glatz est tombé aux mains des Autrichiens.

Octobre – Novembre - Décembre 1758

Frederick arrive en Silésie, ou vient d’entrer l’Armée de Poméranie sous le FdM Lehwaldt. Il n’y aura pas de grandes batailles mais une série de manœuvres qui permettent à frederick II de bénéficier de supériorités numériques locales décisives. Un corps d’armée autrichien est encerclé à Leignitz et se rend après d’importants combats (1 I prus contre 3 Inf Aut et 1 Tl). L’armée prussienne poursuit sur Schweidnitz et Glatz ; cette dernière place est reprise (-2 Inf Aut) après un siége en règle, en décembre. Pour la seconde année consécutive, la Silésie est sauvée

La campagne de 1758 est terminée, la Prusse a repoussé tous les assauts mais a subi de lourdes pertes. Les opérations n’ont nulle part été décisives ; la guerre sera longue…


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 15 Août 2012 01:16 
Vieille barbe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Jeu 19 Juil 2012 15:52
Message(s) : 5141
Localisation : Boulogne
Médaille des comptes rendus (2) Médaille des petits posteurs (1) Médaille du testeur. (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1)
Eh beh... Moi qui venais de sortir mon VV65 pour une première partie demain de la Guerre de 7 Ans, voilà qui donne du grain à penser, merci ! :)

_________________
Pas le temps de jouer en semaine, trop de boulot, les parties avancent à leur petit rythme.

Quelques CR


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 15 Août 2012 06:16 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Lun 15 Août 2011 10:05
Message(s) : 303
Localisation : Zhongshan, Guangdong Province, CHINE
Opérations extérieures (1)
CR tres interessant merci.

Faudra quand meme que je me decide a faire une partie maintenant que les pions sont faits !

_________________
Simulations Passion sur SFM : www.simulation-france-magazine.com/
SFM renait de ses cendres en Nov.2013 ! : Forums SFM


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 7 Nov 2012 16:59 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mar 30 Sep 2008 17:59
Message(s) : 1076
Localisation : Nord
Médaille de la Nantaise (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille napoléonienne (1) Médaille du FCSOP (1)
Comment as-tu couplé les 2 scénarios entre fin 1756 et début 1757 ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr