STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Lun 18 Fév 2019 14:34

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: WIF FE + DOD III - CR
Message non luPublié: Sam 6 Sep 2008 07:04 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Dim 28 Sep 2008 19:50
Message(s) : 794
Localisation : Nantes
Médaille de l'administrateur (1) Ordre des anciens 2002 (1) Opérations extérieures (1) Médaille des comptes rendus (1) Médaille de la Nantaise (1) Convention Big Red One (3) Médaille du front est (1)
Ordre du schtroumpf (1) Croix tarte au citron (1)
Compte rendu de Adalbert, provenant de l'ancien forum


Bonjour à tous

Voici le compte rendu de notre partie actuelle de WIF FE + DOD III (1936-1950). Ce compte rendu est volontairement plus littéraire que technique pour que tout le monde (même ceux qui ne jouent pas à Wif) puisse suivre les événements de notre partie très agitée...
Bonne lecture

Partie commencée en Avril 2004



Joueurs : Béryl (Allemagne)
Guillaume (Japon)
Arnaud (Italie)
Jean-Luc (USA/Chine Nationaliste)
Max (France)
P’tit Seb (Commonwealth)
Yann (URSS et Chine Communiste)

1936 : Janvier / Février :
Les joueurs ont vite pu voir la supériorité politique du camp de l’Axe. Dès le début, des actions 0(g) ont été jouées, leur permettant d’engranger rapidement plus d’une quinzaine de Bid Points… alors que Démocraties et Communisme se battent avec quelques malheureux points. La France a mis une cellule anti-crise en Espagne de manière préventive (option 0(e)).
Mouvements d’unités soviétiques vers Vladivostok, dont un bombardier longue portée et un chasseur, ainsi que le HQ Tukachevsky.
Préparation italienne en Ethiopie.

Mars / Avril :
l’Allemagne règle le compte de la Rhénanie (option GE6), le CW garantit la Belgique, accès aérien trop facile à son territoire.
Première attaque italienne en Ethiopie pleine de succès. Il ne reste que le HQ Ethiopien retourné et on ne déplore aucune perte côté italien.
Mouvements japonais sur la frontière mandchoue, et organisation des forces chinoises nationalistes en conséquence.

Mai / Juin :
Le Japon négocie le commerce de 2 ressources pétrolières avec le NEI…
L’Ethiopie tombe face à supériorité technique (ground strikes italiens miraculeux) et numérique (pas moins de 8 unités sur place !).
Vladivostok et la frontière Chine / Mandchourie continue de s’armer, la tension monte sensiblement.

Juillet / Août :
Le Japon passe définitivement fasciste en mettant Tojo au pouvoir (option JA8), le mettant en puissance politique identique à ses alliés Allemands et Italiens.
L’Allemagne négocie le commerce de 2 ressources pétrolières avec la Roumanie.
Tension en Asie toujours latente.

Septembre / Octobre :
La France négocie le commerce de 1 ressource pétrolière avec l’Iraq. L’Italie et l’Allemagne passent un pacte de non agression (Pacte de niveau 1)

Novembre / Décembre :
Garantie Allemande sur la Suède, ainsi qu’accord commercial d’une ressource minière avec cette dernière.
Pacte de non agression Italo-nippon avorté.
Retour des troupes italiennes d’Ethiopie au pays, gel des activités de frontière durant l’hiver.


Constat : ni la France ni les USA n’ont fait leurs élections en 1936 ! Ils doivent donc impérativement s’acquitter de cette tâche en priorité. Les USA éliront donc un Républicain à la Présidence, rendant ce pays un peu plus isolationniste qu’avant. Les fascistes et les communistes ricanent.

1937 : Janvier / Février :
Augmentation de la production de guerre du Japon (dans les temps), de l’Allemagne et du CW (1 an d’avance sur l’historique, donc option coûtant le double).
Accords commerciaux italiens avec la Yougoslavie pour 1 ressource minière.
Sortie de croiseurs légers chinois et nippons, ainsi que de sous-marins soviétiques en mers de Chine et du Japon. La tension monte encore d’un cran.

Mars / Avril :
La Chine Nationaliste déclare à la surprise générale la guerre civile contre le Chinois Communiste (option CH7). L’Allemagne parvient à annexer de manière politique les Sudètes, devant l’indignation des puissances démocratiques, malheureusement bien impuissantes.
La France parvient à faire ses élections en retard, ne pouvant alors contrer l’annexion des Sudètes.
La Hongrie est stackée avec l’Italie, l’Autriche avec l’Allemagne, assurant dès lors leur soutien politique et économique aux deux puissances de l’Axe.
Les forces Allemandes sont désormais massées dans les Sudètes, alors que la France arme la ligne Maginot.
En Chine, mouvements de repli du Chinois Communiste et placement autour du Chinois Nationaliste. Pas de combats.

Mai / Juin :
Elections Américaine en retard. Les Républicains gagnent, ce qui amoindrit les réactions américaines à la politique internationale. Elections 1937 faites en France. Le CW négocie le commerce de 2 ressources pétrolières avec le Vénézuela.
Le Chinois Communiste parvient à rallier la frontière mongole, assurant ainsi le ravitaillement du HQ Mao (connecté à l’URSS) qui peut désormais réorganiser.
Accumulation d’armées au sud de Lan-Chow. Le mauvais temps ne permet aucune autre action en Chine.

Juillet / Août :
2ème tentative d’alliance italo-nippone avortée. Le rosé italien ne devait pas être frais et les sushi devaient sentir le moisi. L’URSS fait sa purge, supprimant ainsi son HQ Tukachevsky et ses trois meilleures corps d’infanterie, positionnées à l’ouest. Sa puissance politique fait un bond, la positionnant en rivale des puissances de l’Axe.
Beaucoup de mouvements sans combats en Chine, avec une surprenante prise de Si-An sans coup férir par le Chinois Communiste. Chacun se positionne et garnisonne de telle sorte que toute attaque est risquée de chaque côté (grand maximum 2 contre 1).

Septembre / Octobre :
Le Japon passe un pacte de non-agression avec l’URSS, assorti d’un accord commercial plutôt favorable au soviétique (1 BP contre 4 ressources dont 2 pétrolifères). L’Allemagne négocie la dernière ressource Yougoslave disponible. La France annonce a garantie des Pays Bas, alourdissant le contexte international d’une énième garantie. Le CW a enfin fait ses élections, et le premier ministre sortant a gardé toute la confiance de son peuple, et est réélu avec une confortable marge.
Après quelques actions confuses chinoises trahissant une volonté de collaborer plus que d’en découdre entre les deux factions supposées en guerre civile, le Japon déclare la guerre à la Chine. La surprise fut totale : les deux croiseurs légers basés à Canton ont été mis par le fond, une attaque aérienne sur les forces chinoises basées à Tsi-Nan a eu des effets dévastateurs sur leur organisation, un débarquement sans coup férir a pris la côte est de Canton… La réaction Chinoise est timide et se résume à des placements en défense. Attaque de Pékin par les troupes Japonaises. Une prise difficile où la milice locale à peine levée et le Warlord local ont montré une grande résistance. Les pertes des deux côtés sont énormes, mais la ville est tout de même passée dans les mains nippones.

Novembre / Décembre :
Aucune action politique, puisque seul le Japon a joué et a fait 0(g).
La guerre en Chine fait rage, mais les conditions météorologiques au nord de la Chine interdisent toute action dans l’immédiat. Par contre, une furieuse attaque japonaise lancée sur Canton quasiment encerclée a échoué, faisant plus de pertes du côté nippon que du côté de la résistance chinoise. Il semblerait que même des femmes se soient battues à la défense de la ville, acte applaudi par Mao-Tse-Tung en personne. Un rapprochement communistes / nationaliste en Chine est pressenti dans ce contexte où la guerre civile n’est plus vraiment de mise.

Constat : la guerre engagée en Chine par le Japon calme la guerre civile qui y régnait. Le début des hostilités marques de fortes pertes dans les deux camps, mais également un avantage tactique évident pour le Nippon.


1938 : Janvier / Février :
Augmentation de la production de guerre de l’URSS (dans les temps), ce qui inquiète certaines nations contiguës.
A la surprise générale, Hitler réussit à réunir l’Autriche au Reich par un Anschluß sous la férule bienveillante de l’Italie. La France, elle, a remis en question son gouvernement, puisque des élections anticipées ont eu lieu. On pense que cette élection avait pour but la chute du régime populiste français, puisque l’énergie passée à faire ces élections a privée la France d’augmenter sa production de guerre. On parle de bolchévisation de l ‘industrie française, qui endormirait le peuple alors que la menace gronde à sa frontière.
En effet, les troupes allemandes ont déserté les Sudètes pour s’installer face à la ligne Maginot. Une intense activité militaire s’opère des deux côtés du Rhin.
En Asie, une attaque foudroyante nippone remporte sans coup férir Canton, balayant les miliciens en armes sous un déluge d’acier provenant de ses énormes cuirassés mouillant au large. Profitant de cette victoire, l’armée japonaise s’en emparée de la plaine du sud de la Chine en un temps record.
De son côté, le Chinois Communiste a renforcé ses positions et a pris la ville encore libre de Tai-Yuan, au sud de Pékin actuellement occupée par les troupes japonaises. Alors que les deux factions chinoises officiellement toujours en guerre ont déserté leur front commun, il semble que c’est une course de vitesse entre les troupes communistes et nippones pour obtenir le contrôle des villes nationalistes chinoises du nord.
Face à la sauvagerie des troupes japonaises en Chine, les USAs ont décrété un embargo sur les matières stratégiques, mettant par là même un rude coup à l’entente entre les deux pays.

Mars / Avril :
Une forte activité politique, puisque toutes les nations ont pu s’exprimer. L’Allemagne signe son pacte de défense commune avec l’Italie (Pacte niveau 2). Les USAs, voulant sceller un pacte avec la Chine Nationaliste en péril a oublié de venir à la tribune. Arrivé deux heures en retard, le représentant américain tituba quelques mots d’excuse pour enfin annoncer… un traité commercial avec le Pérou. Certains pays n’ont pas hésité à en rire en public.
Mais suite au fou rire général, la surprise fut de taille lorsqu’on vit les français et Anglais se lever pour signer un pacte de non agression (Pacte Niveau 1) assorti d’un échange commercial des plus étranges, puisque très défavorable aux Britanniques (3 BP contre 1 ressource !). A croire que les Français sont de féroces négociateurs !
En Europe, on assiste toujours à une convergence des troupes allemandes et italiennes vers la frontières française, faisant monter la tension. En Asie, le temps littéralement pourri ne permit que des renforcements de positions. A noter tout de même la prise du port majeur de Tsing-Tao laissée déserte par ses défenseurs, ainsi qu’une échappée d’une milice coréenne inquiète de se voir contournée par une cavalerie chinoise communiste en plein territoire mandchou ! L’audace de ces rouges n’aura donc aucune limite !
Dans la continuité de leur politique anti-nippone, les USAs ont cette fois gelé les avoirs Japonais… une façon de mettre des bâtons dans les roues de l’Empire du Soleil Levant.

Mai / Juin :
Les services secrets allemands ont renseigné le Führer sur le désintéressement des Français quant au couloir de Danzig, car absorbés par d’autres préoccupations politiques. Profitant de cette aubaine, Hitler demande le couloir de Dantzig afin de permettre la jonction de la Prusse Orientale à l’Allemagne. Aucune voix ne s’étant faite entendre contre, la Pologne, à sa grande douleur, doit céder son seul accès à la mer. De leur côté, l’Italie et le Japon ont enfin réussi à signer leur traité (niveau 1).
Sur le terrain, loin de ces considérations politiques mondaines, l’été est synonyme de combats acharnés. Les Chinois Communistes lancent une attaque de grande envergure sur Pékin, faisant déferler des montagnes la quasi totalité de leurs forces. Le corps d’infanterie nippon se défend tant bien que mal, mais le manque de soutien extérieur l’oblige à se rendre. Les rumeurs disent que le haut commandement nippon a grincé des dents.
En représailles, le Japon s’essaye sans succès au bombardement stratégique sur les usines de Chung-Ku. L’attaque de barrage aérien sur le nord des positions nationalistes n’ayant rien donné, des renforts venus du japon complètent les forces à Tien-Sin et Tsing-Tao.
Une sortie en mer du croiseur léger chinois Chao Ho face à la flotte japonaise en Mer de Chine s’achève par sa perte corps et bien, sans surprise. Afin de mieux recentrer ses forces, le généralissime Chiang Kai Tchek abandonne Tsi-Nan et recule vers Shanghaï. La réaction nippone est immédiate et d’une grande violence, mais malgré un fort support aérien, la position nationaliste au nord est préservée, au prix de lourdes pertes japonaises. Enhardi par cette réussite militaire, le généralissime ordonne une contre-attaque sur un corps de cavalerie égaré. Mal lui en pris, puisque cela ce conclut par la perte de deux corps nationalistes. La région nord de Shanghaï est le spectacle d’une véritable boucherie.
Pour couronner le tout et faire encore monter la pression internationale, le congrès des USA ont voté hier une motion d’embargo du pétrole envers le Japon, ainsi qu’un renforcement des forces US aux Philippines. Jamais le désaccord entre le Japon et les USA n’a été si fort.

Juillet / Août :
Mao Zedong scelle officiellement une trêve avec Chiang Kai Tchek (RU8), permettant un front homogène face à l’invasion japonaise. Une décision attendue avec impatience par les observateurs américains, dit on. La France, quant à elle, profite de la période de congé d’Août pour faire passer une motion d’augmentation des crédits militaires. On reconnaît bien là les pratiques politiques françaises !
En Europe, la France et l’Allemagne continuent de renforcer leur frontière, faisant de la ligne Maginot une zone hautement dangereuse. En parallèle, des sorties de croiseurs lourds allemands en mer du nord et en Atlantique inquiétent les marines britanniques et françaises, qui opérent des sorties préventives afin de palier à la menace.
En Asie, le ton se durcit puisque les bombardements stratégiques japonais reprennent sur Cheng-Tu, ainsi que des attaques aériennes au gaz sur Shanghaï… mais ces bombardements n’ont fait qu’émouvoir l’opinion internationale, car seuls quelques civils ont été touchés. Un débarquement de la Garde Impériale nippone au sud de Shanghaï provoque la panique dans la ville, seulement défendue par son Warlord qui refusa de quitter la ville. Des milliers de civils quittent les lieux en hâte, certains décidant même de rejoindre les troupes maoïstes du nord. Bien lui en prit, car malgré un feu nourri des cuirassés qui mouillaient au large, les troupes japonaises sont repoussées, sans trop de pertes de chaque côté. On prétexte un manque d’effet de surprise du côté de l’état major japonais, mais les habitants parlent de miracle divin.
Au nord de la Chine, les troupes japonaises se réorganisent et doivent faire face à une audacieuse montée d’une cavalerie communiste isolée dans les montagnes mandchoues qui menaçait le centre industriel de Moudken lui-même, au centre du pays. Des renforts venus du nord peuvent y palier à temps…
L’été se termine par une nouvelle motion votée par le congrès américain, autorisant la Grande Bretagne à renforcer le Pacifique. Une décision accueillie avec une relative froideur par le Royaume Uni.

_________________
Il est très curieux de constater que dans l'armée, les statistiques le prouvent, la mortalité augmente bizarrement en temps de guerre - Alphonse Allais


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr