STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Mar 12 Nov 2019 05:09

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 52 messages ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
Message non luPublié: Dim 15 Sep 2019 20:48 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mer 15 Juil 2009 21:19
Message(s) : 1021
Médaille des trappistes (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1) Médaille napoléonienne (1)
La bataille de Leipzig s’est déroulée du 16 au 19 octobre 1813 avec quelques engagements préalables le 15 octobre.
Ce compte rendu couvre la journée du 16 octobre où la grande bataille débute véritablement. La journée du 16, avec celle du 18, est l’une des plus disputées et sanglantes.
A travers ce compte-rendu de partie, le but est de présenter certains éléments de la règle de Markus Stumptner appliquée au jeu édité par OSG ''Napoleon at Leipzig'' (5ème édition).
Celle-ci est construite à partir de deux systèmes que Stumptner a enrichis avec des apports personnels dans un système cohérent et jouable : celui de la NBS (Napoleonic Brigade Series) pour la partie commandement, celui de la série ''Eagles of the Empire’’ pour la partie combat.
D’abord créée pour la représentation de la bataille de Waterloo (d’où l’appellation de ''Napoleonic's Later Campaigns’’), la règle a été étendue à d’autres campagnes et batailles, notamment celles de 1813 qui sont parmi les plus intéressantes.
L’intérêt de cette règle est de simuler notamment une caractéristique qui est souvent mal représentée dans les jeux traitant cette période (et d'autres) de l'art militaire : Le commandement et ses « frictions ».
Par friction, on entend le caractère incertain des opérations militaires et le fait que le champ de bataille à l’époque n’est pas un environnement facilement maîtrisable pour les commandants en chef.
« Dans la guerre, tout est très simple, mais la chose la plus simple est difficile. Les difficultés s’accumulent et entraînent une friction que personne ne se représente correctement s’il n’a pas vu la guerre. » Clausewitz, De la guerre, Editions de Minuit, 1995, p. 109.

Je joue la règle de Stumptner telle quelle avec cependant une adaptation personnelle : les pertes sont progressives (par point de force) et non en retournant le pion pour mieux simuler l’usure progressive des forces. Certains combats seront cependant sanglants comme nous le verrons…

Lorsque débute la bataille le 16 octobre à 09H00, la position des armées est la suivante :

Image

La concentration la plus importante est au sud où sont réunis :
- dans le camp français : la Garde impériale (constituée de la Vieille Garde, des Ier et IIème Corps de Jeune Garde, de la cavalerie), les IIème/Vème/VIIIème (polonais) et IXème Corps ainsi que les Ier/IVème/Vème Corps de cavalerie. Le XIème Corps est en marche d'approche depuis le nord-est pour renforcer le dispositif français au sud.
- dans le camp coalisé : les IIème/IIIème/IVème Corps autrichiens ainsi que la Ière Division légère autrichienne, le IIème Corps prussien, les Ier et IIème Corps russes regroupés dans le Corps « Wittgenstein », la Réserve autrichienne et les Gardes russe et prussienne réunies.

Au nord, le dispositif coalisé est moins dense durant cette journée (il se renforce au cours des jours suivants et scelle l’encerclement définitif des forces impériales qui devront évacuer Leipzig le 19 octobre).
- Dans le camp français : les IIIème/IVème/VIème Corps ainsi qu’une partie du IIIème Corps de Cavalerie et le IIème Corps de Cavalerie.
- Dans le camp coalisé, seul le Ier Corps prussien est présent sur la carte à 09H00 mais 2 autres corps (celui de Langeron et celui de Sacken) arrivent dans la matinée derrière les Prussiens (respectivement à 09h00 et 11h00).

Il y a 3 commandants d’armée dans le camp français : Napoléon, Murat et Ney. Les deux premiers commandent au sud, le dernier au nord.
Chez les Alliés, il y 3 commandants d’armée : Schwarzenberg, Barclay, Blücher. Les deux premiers commandent au sud, le dernier au nord.
Leipzig est défendu par une force mixte commandée par Arrighi (qui commandait le IIIème Corps de Cavalerie qui a été divisé en deux) avec deux brigades françaises, une brigade badoise et les dragons du IIIème Corps de Cavalerie. La Brigade Lefol est au sud de Leipzig pour défendre le pont et le village de Connewitz avec l’artillerie à cheval de Chaveau.

Historiquement, le plan de Napoléon était d’écraser les forces au sud en détachant une partie des forces du nord avant que les forces coalisées soient au complet. Dans les jours suivants, seul un corps franco-saxon, le VIIème commandé par Reynier, renforce l’armée impériale. Chez les coalisés, ce sont 4 corps, la IIème Division légère autrichienne et l’armée suédoise (commandée par Bernadotte) qui doivent arriver…
J’ai choisi de jouer la partie en respectant une trame historique dans la répartition des corps, notamment dans le camp impérial. L’intérêt de cette bataille est la position centrale du joueur français qui lui offre d’autres choix, s’il le peut…


Dernière édition par Gérard le Sam 21 Sep 2019 21:21, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 15 Sep 2019 21:22 
Vieille barbe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 12:43
Message(s) : 1784
Officier de Strategikon (2) Ordre des anciens 2004 (1) Médaille des 1000 messages (1) Concepteur de jeu (1) Historien (1) Médaille des scribouillards (1) Médaille de bibliothècaire (1)
Médaille GBOH (1) Médaille de l'antiquité (1)
Visiblement, c'est une partie solo?
Content en tout cas de voir cette règle en actes, merci!

_________________
"Ce n'est pas le temps qui nous manque : c'est nous qui manquons au temps" Paul Claudel


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 15 Sep 2019 21:53 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mer 15 Juil 2009 21:19
Message(s) : 1021
Médaille des trappistes (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1) Médaille napoléonienne (1)
Jirossil a écrit:
Visiblement, c'est une partie solo?
Content en tout cas de voir cette règle en actes, merci!


Oui, la partie a été jouée en solo il y a déjà un certain temps.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 15 Sep 2019 22:32 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Jeu 30 Juil 2015 10:07
Message(s) : 316
Localisation : Lyon
Merci pour ce CR. J'ai hâte de voir un exposé de cette fameuse règle.

_________________
Parties en cours :

- D-Day at Peleliu
- Enemy Action Kharkov (playtest German Solo)
- For the People


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 16 Sep 2019 21:47 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mer 15 Juil 2009 21:19
Message(s) : 1021
Médaille des trappistes (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1) Médaille napoléonienne (1)
Blacky a écrit:
Merci pour ce CR. J'ai hâte de voir un exposé de cette fameuse règle.


Merci de ton intérêt. J'espère que je serai clair.

Donc, je continue en présentant un peu la règle, aujourd'hui dans la partie ''Commandement''.

La règle de Stumptner utilise l’échelle et les unités des jeux de la série ‘’Napoleon’s Last Battles’’ qui a évolué et est devenue actuellement la série ‘’The Library of Napoleonic Battles” de l'éditeur OSG. C’est un système Grand Tactique à l’échelle de la Brigade/Régiment d’infanterie et de cavalerie et l'artillerie au niveau groupe/compagnie.
Un tour de jeu dure une heure et la taille d’un hexagone est de 480 mètres. Chaque point de force représente entre 500 et 800 hommes en fonction de la qualité de l'unité.
L’empilement est de deux unités par hexagone.
Les unités des trois armes sont regroupées dans des Corps ou équivalents en fonction des périodes (Ailes, Colonnes), parfois des Divisions, qui sont les formations de manœuvre. Ce sont elles qui reçoivent les ordres. Mais des unités de ces formations peuvent aussi recevoir des ordres particuliers (''Ordres divisionnaires'' dans la règle).
Les formations sont activées par des marqueurs qui sont tirés dans une pioche. Il y a un marqueur par formation.

La séquence de jeu est composée des phases suivantes successives :

1) La Phase de Commandement et de Réorganisation

Les joueurs peuvent donner de nouveaux ordres aux formations.
Ils peuvent aussi tenter de rallier les unités.

2) La Phase de Préparation

Les joueurs font chacun un jet de dé pour voir s’ils peuvent utiliser un marqueur d’action coordonnée qui leur permet de manœuvrer simultanément deux formations. Si le ou les joueurs le gagne(nt), il(s) retire(nt) deux marqueurs d’activation et les remplacent par le marqueur d’action coordonnée.

Les joueurs vont ensuite déterminer qui commence le tour en lançant un dé et en ajoutant la valeur du Commandant en Chef. Si le résultat d’un joueur dépasse celui de l’autre d’au-moins trois, il peut choisir n’importe quelle formation pour la première activation, y compris le marqueur d’action coordonnée s’il l’a gagné.
En cas de Commandants en Chef multiples, ce qui est le cas dans Leipzig, il faut choisir le Commandant en Chef qui ajoutera sa valeur mais la formation choisie en premier doit lui être subordonnée.

3) La Phase d’action initiale puis d’activation des formations par tirage des marqueurs

L'action initiale et chaque activation par tirage se décomposent de la façon suivante :
A/ Le segment de bombardement : l’artillerie de la formation peut effectuer un bombardement
B/ Le segment de charge de cavalerie : les unités de cavalerie de la formation peuvent effectuer une charge qui peut être suivie d’une poursuite et d’une retraite.
C/ Le segment de mouvement des unités de la formation : les unités ainsi que le commandant de formation peuvent bouger, sauf l’artillerie à pied (pas à cheval) qui a bombardé.

Le ou les Commandants en Chef peuvent se déplacer durant n’importe quelle activation d’une formation de leur camp une fois par tour.

D/ Le segment d’assaut de formation : toutes les unités adjacentes peuvent engager un assaut en fonction des ordres de la formation.

4) La Phase de fin de tour/Etape d’action de réserve

Les joueurs activent les formations qui ont un ordre « Réserve », le Français en premier.
Les marqueurs de désorganisation sont retirés (sauf si la règle avancée est jouée).

Le système d’ordres est le cœur de la règle.

Sans trop entrer dans les détails, voici comment on procède.
Les ordres sont donnés par :
- Le commandant en chef à une formation subordonnée.
La transmission et le moment de réception de l’ordre dépend de la distance en points de mouvement qui sépare le Commandant en Chef (ou d'armée) du Commandant de formation.
Un ordre est reçu dans le tour où il est émis si le Commandant de formation est empilé avec le Commandant en Chef (ordre en « face-à-face ») ou s’il se trouve à 3 Points de mouvement du C-en-C. Au-delà de 3 PM, la distance en PM doit être divisée par 6 en arrondissant à l’entier le plus proche. Une route ou un chemin compte pour 0,5 PM.
Par exemple, si un Commandant de formation est à 8 PM, il recevra l’ordre au tour suivant (8/6 = 1,33) ; s’il est à 9 PM, il le recevra deux tours après (9/6 = 1,5) sauf s’il est dans la ligne de vue du C-en-C.
Lorsque l’ordre est reçu, il doit être vérifié dans sa conformité afin de voir si le Commandant de formation l’a bien compris et l’exécutera rapidement comme le souhaite le C-en-C.
Le test est fait au tour où l’ordre arrive effectivement au destinataire.
On additionne les valeurs du C-en-C et du Commandant de formation destinataire en prenant en compte des décalages éventuels.
Par exemple, si Napoléon, qui a une valeur de 3, envoie un ordre d’attaque (qui entraîne un décalage de deux colonnes à gauche) à Drouot qui a une valeur de 3, il faut choisir la colonne ‘’4’’ dans la Table de conformité des ordres (3 + 3 - 2) et lancer 2D6. Le résultat peut être le suivant :

‘’I’’ : l’ordre est ignoré ; le commandant de formation n’a rien compris, ou il a trop bu (cela est arrivé à Austerlitz chez les Coalisés, Kollowrath je crois) ou n’en fait qu’à sa tête.
‘’R4’’ : l’ordre est reçu mais pas bien compris (ou mal rédigé) ; son destinataire (ou son Etat-Major) prend son temps, l’étudie, discute, etc. Le joueur doit lancer un dé à chaque phase de commandement suivante tant qu’il n’a pas fait 4 à 6 avec un dé pour le rendre conforme.
‘’1 T’’ : l’ordre est reçu et compris mais il nécessite une certaine préparation et ne pourra être conforme et exécutable qu’au tour suivant.
‘’C’’ : l’ordre est conforme et exécutable dès le tour où il est reçu.

Un Commandant de formation peut prendre aussi une initiative en donnant un ordre.
Il faut faire un jet de dé sur la Table de décision locale. Le résultat peut être le suivant :
‘’Agit localement’’ : l’ordre est exécutable comme le veut le joueur
‘’Aucun effet’’ : il ne se passe rien.
‘’Mauvais mouvement’’ : le joueur adverse donne un ordre de mouvement et le joueur propriétaire l’exécute.
Si un ordre d’un C-en-C arrive durant le même tour, il est ignoré si le résultat a été ‘’Agit localement’’ ou ‘’Mauvais mouvement’’.

Image

Un Commandant en Chef peut donner un nombre d’ordres égal à sa valeur par tour.
Chaque C-en-C a un Quartier Général représenté par un pion qui lui est attaché. Le QG regroupe son Etat-Major. Si le C-en-C n’est pas empilé avec son QG ou si le QG bouge, il ne peut donner qu’un seul ordre par tour et tous les ordres doivent être donnés en face-à-face et concerner des points cible qui sont dans sa ligne de vue ou totalement le long d’une route ou d’un chemin qui commence dans sa ligne de vue jusqu’à un point cible.

Pour revenir à la partie sur Leipzig, les commandants en Chef (ou d’armée) sont plus ou moins éloignés des formations.
Le joueur français bénéficie de l’avantage de sa position centrale, notamment au sud de Leipzig.
La photo suivante montre la disposition des deux Commandants en Chef ou d'armée (Napoléon et Murat dans un cercle vert). 5 Commandants de formation sur 12 (dans les 4 carrés verts + Nansouty, commandant la cavalerie de la Garde, qui est empilé avec Napoléon) sont à 3 PM ou moins d’un des deux Commandants en Chef et d’armée. Les 7 autres sont à 6 PM ou moins.

Image

Chez les Coalisés, la dispersion est plus importante avec des délais de transmission plus longs.
Schwarzenberg est à proximité de deux commandants de formation autrichiens (IIème Corps et Réserve) mais les autres formations autrichiennes, notamment le IIIème Corps et la 1ère Division légère qui sont isolés à l’ouest de Leipzig nécessitent au mieux un délai de transmission de deux tours.
Ces deux dernières formations ont reçu déjà des ordres pour attaquer Lindenau (dans le scénario) mais il sera long ou difficile (en fonction du test de conformité) de changer d’ordre à moins d’utiliser la Décision locale.

Image

Barclay n’est guère mieux loti. Il a également dans sa main deux corps (Wittgenstein et Kleist) mais la Garde est encore loin (elle a cependant un ordre de mouvement pour se rapprocher) et le IVème Corps autrichien qui est à l’extrémité droite du front coalisé est éloigné et il sera également difficile de changer d’ordre.

Image

La valeur de Schwarzenberg et de Barclay est également réduite (1) donc avec un risque plus important pour le test de conformité et une capacité à donner des ordres plus réduite.

Voilà pour aujourd'hui.
Etant en déplacement le reste de la semaine, je continuerai le compte rendu le week-end prochain.


Dernière édition par Gérard le Sam 21 Sep 2019 21:27, édité 4 fois.

Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 16 Sep 2019 23:06 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Jeu 30 Juil 2015 10:07
Message(s) : 316
Localisation : Lyon
S’agit-il d’ordres rédigés ? Si oui, avec quel niveau de détail ?
Pourras-tu donner des exemples ?

_________________
Parties en cours :

- D-Day at Peleliu
- Enemy Action Kharkov (playtest German Solo)
- For the People


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mar 17 Sep 2019 00:48 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mer 1 Oct 2008 11:29
Message(s) : 9401
Localisation : Paris IX°
Officier de Strategikon (1) Médaille Frog of War (1) Médaille des 10 ans (1) Ordre des anciens 2002 (1) Opérations extérieures (1) Médaille des 1000 messages (1) Médaille des comptes rendus (2)
Médaille des petits posteurs (2) Médaille du plateau (1) Organisateur de conventions (4) Médaille des conventions (1) Rencontres de l'AOBA / RLP (1) Médaille des trappistes (1) Fou de Bourgbarré (1)
Soldat du 4° zouave (1) Convention Big Red One (1) 13° stratège (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de l'Ecole de Guerre (1) OPJH (1) Médaille de la série GCACW (1)
Médaille de la Secession (1) Médaille napoléonienne (1) Maitre casserole (2) Médaille du FSSOP (1)
Très intéressant merci.

On a joué à cette bataille avec Rafo sur les règles de Markus pendant une semaine (on avait joué à d'autres opus avec ses règles avant). Cela fût extrêmement long. On a dû jouer à peine deux jours en cinq de temps de jeu (soirées).

Je suis super intéressé par la suite de ta partie.

Et je pense que ton choix de granulariser les pertes est tout à fait cohérent, c'est un point auquel tous les joueurs du système de Markus pensent.

_________________
"Mais fussiez-vous dans les alarmes,
Amis nous n'oublierons jamais,
Que nous avions pour frères d'armes
Les braves lanciers Polonais."
Les Adieux des Chasseurs à Cheval aux Lanciers Polonais


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mar 17 Sep 2019 06:36 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mer 15 Juil 2009 21:19
Message(s) : 1021
Médaille des trappistes (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1) Médaille napoléonienne (1)
Blacky a écrit:
S’agit-il d’ordres rédigés ? Si oui, avec quel niveau de détail ?
Pourras-tu donner des exemples ?


Juste un mot avant de partir.
Oui, Blacky, c'est prévu. Je le ferai à la prochaine rédaction en prenant pour exemple les ordres de départ et les premiers ordres donnés

Drago a écrit:
Très intéressant merci.

On a joué à cette bataille avec Rafo sur les règles de Markus pendant une semaine (on avait joué à d'autres opus avec ses règles avant). Cela fût extrêmement long. On a dû jouer à peine deux jours en cinq de temps de jeu (soirées).

Je suis super intéressé par la suite de ta partie.

Et je pense que ton choix de granulariser les pertes est tout à fait cohérent, c'est un point auquel tous les joueurs du système de Markus pensent.


Merci Drago.
J'ai fait aussi d'autres modifications sur certains points dans d'autres parties mais j'ai joué la règle telle quelle sur Leipzig sauf pour les pertes.
A bientôt.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Mer 18 Sep 2019 12:57 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Ven 9 Jan 2009 08:11
Message(s) : 362
Localisation : Luxembourg
Médaille de la bataille (1) Ordre des anciens 2007 (1) Médaille des trappistes (1)
Ah! très intéressant de voir des photos de la partie dont tu m'avais parlé. Je suis très curieux pour la suite. et cela me rappelle qu'il faut vraiment que j'essaie cette règle. Si on s'était mieux préparé pour Ottersthal en 2018 on aurait pu essayer. (Il faut savoir qu'il faut créer quelques marqueurs. Rien d'insurmontable)

Le tirage de marqueur d'activation par corps doit enlever un défaut du jeu de OSG: Le temps d'attente de la partie adverse sur les grandes batailles.


Gérard a écrit:
J'ai fait aussi d'autres modifications sur certains points dans d'autres parties mais j'ai joué la règle telle quelle sur Leipzig sauf pour les pertes.
A bientôt.


Oui, dis-nous tout. Ne te retiens pas.

Le capitaine Klodius, serial killer

_________________
Parties en cours: Crusade and Revolution à deux. Fields of fire seul

Prochainement: Bomber Command

Lecture: Arabs at War


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Sam 21 Sep 2019 21:20 
Grognard
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Mer 15 Juil 2009 21:19
Message(s) : 1021
Médaille des trappistes (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1) Médaille napoléonienne (1)
CptKlod a écrit:
Ah! très intéressant de voir des photos de la partie dont tu m'avais parlé. Je suis très curieux pour la suite. et cela me rappelle qu'il faut vraiment que j'essaie cette règle.


Salut Claude,

Effectivement, on en avait parlé. Il faudra que tu l'essayes à Pontoy, Ottersthal ou ailleurs. Tu ne le regretteras pas.


Commandement (suite et fin)

Pour terminer sur le commandement à Leipzig, voici la répartition du commandement dans la zone Nord.

Image

Du côté français, Ney est le seul Commandant d’Armée. Il a sous ses ordres 3 Corps d’armée.
En début de journée, Ney est empilé avec Souham qui commande le IIIème Corps.
Bertrand, qui commande le IVème Corps, est situé à 4,5 PM de lui.
En revanche, Marmont, qui commande le VIème Corps, est plus éloigné de Ney (7 PM) alors qu’il va devoir affronter le Ier Corps prussien suivi d'un corps russe.

Le secteur de Lindenau à l’ouest de Leipzig commande la route de retraite de l’armée française et de ses alliés.
Le chef français est Arrighi. Il est éloigné des 3 commandants d’armée (9,5 PM de Napoléon, 10,5 PM de Ney, 13,5 PM de Murat). Il devra donc compter sur sa valeur de commandement de 3, qui est plutôt moyenne (environ 45% de réussite) mais sa mission est cependant assez simple puisqu’elle consiste à défendre. La question se pose plutôt en termes de moyens dont il dispose qui ne sont pas importants.

Les deux formations qui s’avancent vers Lindenau depuis l’ouest sont isolées de leur commandant d’armée (Schwarzenberg) qui est à 14 PM. Leurs deux chefs ont une capacité de commandement de 3 pour Guylai (IIIème Corps) et de 4 pour Liechtenstein (1ère Division légère) ce qui est plutôt intéressant pour prendre une décision locale.

Du côté coalisé au Nord, le Commandant d’Armée est Blücher qui détient la meilleure valeur chez les chefs coalisés (2), ce qui lui permet de donner 2 ordres par tour s’il est avec son QG.
Seul le Ier Corps d’armée prussien est présent lors du déploiement initial. Son chef, Yorck, est à 0,5 PM de Blücher.

Image

Les Commandants de formation ont un rayon de commandement de 3 points de mouvement.
Dans le secteur de Möckern, Marmont (VIème Corps français) commande les unités qui sont sur la route principale. Ses autres unités sont à plus de 3 PM de lui, ce qui les oblige, s’il ne change pas de position et/ou s’il ne remanie pas son dispositif à rester sur leur position ou à se rapprocher de lui si elles doivent bouger.
Chez Yorck (1er Corps prussien), le dispositif est plus groupé mais certaines unités ne sont pas commandées.

Type d’ordres

Les ordres qui peuvent être donnés sont les suivants :
- Marcher
- Attaquer
- Reconnaître (ou « Explorer »)
- Défendre
- Freiner (ou Retarder)
- Se replier
- Faire une retraite générale (toutes les formations)
- Réserve

Tous les ordres, sauf Réserve, doivent indiquer un point cible à atteindre situé dans les 10 points de mouvement du commandant de formation ou d’une unité commandée qui reçoit l’ordre.
Il est possible de combiner les ordres, par exemple « Marcher jusqu’à tel point et attaquer ».
Sans entrer dans le détail des ordres, il y a des contraintes à respecter.
Par exemple, seuls les ordres Marcher, Se replier, Faire une retraite générale, peuvent utiliser le mouvement de route/chemin (0,5 PM).
Autre exemple, en ordre d’attaque, les unités doivent toutes avancer d’au-moins un hexagone vers la cible jusqu’à être à deux hexagones des unités adverses la défendant puis l’attaque doit être engagée en entrant dans les zones de contrôle. Une fois en ZDC, les unités attaquantes ne peuvent en sortir qu’après avoir pris la cible ou par un ordre de repli/retraite, ou si l’ordre échoue suite à un test de confiance.
Lorsqu’une formation est en attaque/reconnaissance-exploration/défense/freinage, et qu'elle a subi une perte, elle doit tester sa confiance à poursuivre l’ordre au tour suivant et à chaque tour jusqu’à ce que l’ordre soit atteint ou changé.
Le test se fait avec un D6 en y ajoutant la valeur du Commandant de formation et des modificateurs éventuels en fonction du type d’ordre et si la formation est démoralisée ou non.
Si un ordre échoue, la formation doit retraiter immédiatement de 3 hexagones et passer en ordre de repli.
Ce système est inspiré de la NBS mais il est simplifié et fonctionne bien.

Ordres de départ

Dans la plupart des scénarios des campagnes et batailles qu’il a traitées dans sa règle et qui figurent en annexe (essentiellement les campagnes et batailles de 1813, 1814 et 1815), Markus Stumptner donne des ordres initiaux aux formations lorsque débute une bataille ou une journée prise séparément. Ces ordres n’ont pas à être testés. Ils sont supposés avoir été transmis et être conformes.
Ce choix paraît logique car les Etats-Majors préparaient les plans de la journée durant la nuit précédente et les ordres étaient, souvent, transmis aux formations subordonnées qui pouvaient en prendre connaissance. Une fois que la bataille était lancée, les conditions n’étaient plus les mêmes.
Si l’on joue une bataille sur plusieurs jours d’affilée, comme à Leipzig, ou une campagne, pour la première journée il faut tenir compte des ordres initiaux mais, pour les journées suivantes, les ordres doivent être donnés comme la règle le stipule (avec un test de conformité) mais les délais de transmission sont annulés car les tours de nuit durent en général 3 heures chacun sauf si des formations sont éloignées (cas d’une campagne).
Pour ma part, j’ai apporté quelques modifications légères aux ordres initiaux en les précisant avec des dénominations de lieux et pour les rendre plus historiques.

09h00 au sud de Leipzig

Chez les Franco-Alliés, les ordres initiaux sont les suivants :

Artillerie Vieille Garde (sur le Galgenberg) Défendre Galgenberg
IIème Corps d’armée Défendre Wachau-Galgenberg
Vème Corps d’armée Défendre Liebertwolkwitz
VIIIème Corps d’armée Défendre Markleeberg-Dölitz
IXème Corps d’armée/51ème DI Défendre Lössnig
IVème Corps de Cavalerie Défendre ligne Wachau-Markleeberg
XIème Corps d’armée Marcher vers Holzhausen puis se mettre en réserve
IIème Corps d’armée Marcher vers Holzhausen puis se mettre en réserve
Autres corps En réserve

Chez les Coalisés, les ordres initiaux sont les suivants :

IIème Corps d’armée autrichien Attaquer Dölitz
IIIème Corps d’armée autrichien Attaquer Lindenau
1ère Division légère autrichienne Attaquer Lindenau
IVème Corps d’armée autrichien Attaquer Liebertwolkwitz
Réserve autrichienne En réserve mais elle va recevoir un ordre d'attaque
Corps Wittgenstein Attaquer le Galgenberg
IIème Corps prussien Attaquer Wachau
Gardes russe et prussienne Marcher vers la zone Güldengossa-Wachtberg-Störmthal et se mettre en réserve

Image

09h00 à l’ouest de Leipzig

Le corps d’Arrighi a l’ordre de défendre Lindenau et le passage sur la rivière Pleisse à Connewitz.

Chez les Coalisés, le IIIème Corps d’armée autrichien et la 1ère Division légère autrichienne doivent attaquer Lindenau.

Image

09h00 au nord de Leipzig

Chez les Franco-Alliés, les ordres initiaux sont les suivants :

IIIème Corps d’armée Défendre ligne Mockau-Carrefour à l’Ouest
IVème Corps d’armée Défendre Gross-Wiederitzsch
VIème Corps d’armée Défendre ligne Lindenthal-Stahmeln
27ème Division polonaise Marcher vers Möckern et se mettre en défense

Dans le scénario et historiquement, la division polonaise est rattachée au VIème Corps d’armée à partir du 16 octobre.

Chez les Coalisés, les ordres initiaux sont les suivants :

Ier Corps d’armée prussien Attaquer en direction de Möckern
Corps Langeron (entre à 09H00) Attaquer Radefeld
QG Blücher Marcher vers Radefeld pour se joindre au Corps Langeron
Corps Sacken (entre à 10H00) Marcher vers Schkeuditz et se mettre en réserve

Comme le précise Stumptner, les corps alliés ne peuvent attaquer qu’à partir de 10 heures mais le Corps Langeron arrive en renfort à 09h00.
Le corps Sacken, une fois à Schkeuditz, doit y rester jusqu’à 16 heures. Blücher voulait garder ce corps en réserve pour faire face à une menace éventuelle venant notamment du nord…
Ce corps ne jouera aucun rôle durant la journée du 16 octobre, ce qui va aider le VIème Corps d’armée français…

Image

Prenons maintenant un exemple d’ordre donné à une formation qui était initialement en réserve : la Réserve autrichienne.
L’intention de Schwarzenberg est de faire attaquer Dölitz par le IIème Corps de Meerveldt qui a déjà reçu cet ordre initial pour contraindre le Français à défendre le passage de la Pleisse afin d’éviter d’être pris à revers.
L’attaque principale a lieu au sud sur la ligne Markleeberg-Wachau-Liebertwolkwitz.
Schwarzenberg veut engager la Réserve autrichienne qui est constituée des meilleures troupes (Grenadiers, Cuirassiers) et d’une artillerie puissante aux côtés de ses Alliés pour rompre la ligne française.
Lors de la phase de préparation des ordres du tour de 09h00, il va donner l’ordre suivant au prince de Hesse-Homburg : « Marcher à Crostewitz par Gaschwitz et Cröbern puis attaquer en direction de Markleeberg ».
Il y a donc deux ordres en un : d’abord un ordre de marche jusqu’à Crostewitz (qui permet d’utiliser le mouvement de route) puis le déploiement en colonnes d’attaque vers Markleeberg.

Hesse-Homburg est à 1,5 PM de Schwarzenberg donc il reçoit l’ordre dans le tour.
La valeur additionnée des 2 commandants est de 4 (1 + 3).
Comme il était en réserve, il reçoit un décalage d’une colonne à droite, mais comme l’ordre comprend un volet ‘’Attaque’’, il y a un décalage de 2 colonnes à gauche, donc au final le test se fait sur la colonne ‘’3’’.
Le résultat des 2 D6 est de ‘’8’’. Le résultat est ‘’1T’’. La formation se mettra en marche au tour suivant, ce qui va retarder l’entrée en lice des Autrichiens aux côtés des Russes et des Prussiens.

Image

La décision locale, qui est plus intéressante, ne peut être utilisée en l’espèce car la cible n’est pas dans la ligne de vue de Hesse-Homburg.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 52 messages ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr