Midway - il y a 75 ans - 6 juin La fin de la bataille !

Pour poster vos comptes rendu de partie....
Message
Auteur
Avatar du membre
What If
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1664
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 19:27
Localisation : Nantes

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin Spruance mord à l'hameç

#131 Message non lu par What If »

Suite au départ du gros des destroyers de l’escorte la TF 16 a été réorganisée aux alentours de 12h00 comme suit :

Le groupe Enterprise comprend le CV Enterprise, les CA Northampton, CA Vincennes, CA Pensacola, DD Phelps et DD Aylwin.

Au 128° T à 8 milles (12 km) de là, le groupe Hornet est composé des unités restantes :
CV Hornet entouré des CA Minneapolis, CA New-Orleans, CL Atlanta, DD Ellet et DD Conyngham.




Image





La flotte navigue à 25 noeuds en adoptant (hors appontages) une navigation en zigzag pour contrer toutes attaques de sous-marins japonais.

D’ailleurs le matin même à 10h36, le DD Phelps a donné l’alerte suite à la détection d’un sous-marin japonais (en fait une fausse alerte) qui a mis la flotte en branlebas de combat avec l’adoption d’un cap d’urgence au 000° avant de revenir quelques minutes plus tard au 270° après une vérification négative.




Image





On comprend mieux l’angoisse des commandants des CV et CA de n’avoir plus que 4 DD pour la chasse ASM…

Toujours du côté de la flotte américaine, au cours de la journée à 14h53, le DD Phelps (toujours lui) va récupérer sur le bâbord de la TF 16, 2 naufragés (pas d’indication sur la nationalité) à bord d’un radeau en caoutchouc (pas d’indication sur la sa couleur – pour rappel : noir IJN, jaune US).




Image





Pour l’heure, la flotte file en direction des croiseurs ennemis sur un nouveau cap au 235° (sud-ouest).




Image










Sur le pont du CV8 Hornet :


A 13h40, sur le pont du CV8 Hornet, 24 SDB Dauntless (8 AF) tous armés d’une bombe de 1000 lb équipées de retardateurs 1/100 sec des VB-8 et VS-8, plus 8 Wildcat (3 AF) du VF-8 sont alignés pour le départ.




Image





Les pilotes sont aidés par les hommes de pont aux gilets verts à s’attacher. Les officiers aux gilets jaunes surveillent les opérations. En arrière les pompiers aux gilets rouges se tiennent prêt à arroser tout incendie de moteur dû à un retour de flammes.


Les pilotes sont tous parés !


Ils ne le savent pas encore mais ils vont participer à la dernière mission de combat de la Bataille de Midway.



13h45, les officiers aux gilets jaunes lancent l’ordre des décollages. Les moteurs rugissent les uns après les autres.




Image





Les Dauntless lourdement chargés s’élancent pour leur dernière mission de combat de cette gigantesque confrontation aéronavale à ce stade de la guerre.

L’ampleur en terme d’effectif sera largement dépassé en 1944 mais les enjeux ne seront pas les même stratégiquement et psychologiquement pour les américains.

L’objectif est de trouver l’une des Task Force japonaises, de l’attaquer au plus tôt pour revenir le plus vite possible auprès de la TF 16.




Image







Toujours cette crainte de se sentir de plus en plus isolé dans le dispositif ennemi avec le risque toujours possible d’une attaque des appareils du CVL Zuiho (la TF 16 est encore hors du rayon d’action de l’île de Wake) ou bien des sous-marins japonais avec une escorte ASM affaiblie.



Les 32 appareils prennent la direction vers la zone des objectifs. Cependant après à peine 20 minutes de vol l’un des Dauntless a des problèmes mécaniques et doit rebrousser chemin pour apponter au plus tôt à 14h02 sur le CV8 Hornet après s’être délesté de sa bombe de 1000 lb.

C’est donc une force d’attaque de 23 Dauntless (8 AF) et 8 Wildcat (3 AF) qui se dirige vers la Task Force japonaise la plus proche.




Image






Les rapports de l’époque ne sont pas très explicites sur une déduction qu’il y a bien que 1 seule flotte japonaise dans le coin et non 2…

Toutefois, nous verrons plus loin que le doute subsiste encore sur la présence ou non d’un cuirassé BB.






Du côté de l’Enterprise :



Pendant ce temps-là, à 14h15, le groupe d’attaque Enterprise commence son appontage sur le CV6.

3 Dauntless se posent sur le CV8 Hornet. 2 de ces Dauntless font partie d’un groupe du Hornet et rejoignent donc leur vaisseau mère.
Le 3e le 6-B-1 de l’Enterprise de son côté ne peut pas attendre plus longtemps dans la ronde d’attente (problème mécanique ou manque de carburant la précision n’est pas indiquée) et se pose au plus vite après autorisation sur le CV8 Hornet


Les appareils sur le pont sont immédiatement transférés dans les hangars via les ascenseurs. Les officiers et sous-officiers des ateliers attendent les ordres : doivent-ils préparer les appareils pour un nouveau raid ?




Image





Pour l’instant seul les chasseurs de la CAP (patrouilles aériennes au-dessus de la Task Force) qui ont eux aussi atterri depuis peu doivent être ravitaillés. Car pour l’instant le tour de CAP est assurée par les chasseurs du CV8 Hornet.

Pour son prochain tour de patrouille le CV6 Enterprise doit mettre à disposition de la CAP 12 Wildcat (4 AF). Ces appareils devront assurer la surveillance de 16h29 jusqu’à 19h.




Image






Détail : sur les 12 appareils, 2 ne vont pas assurer l’intégralité de leur service :

Le 6-F-7 va devoir rentrer au plus vite à 16h44. Son train d’atterrissage ne veut pas se rétracter.
Le 6-F-26 pour sa part obtient l’autorisation pour un atterrissage forcé après des problèmes mécaniques…


En attendant les pilotes de chasse du VF-6 Enterprise dans leur salle de repos s’amuse à raconter les exploits de leur dogtfight. Le moral est bon le VF-6 n’a perdu aucun pilote. Juste 1 Wildcat qui a dû amerrir à court de carburant sur toute la bataille.


Au total les pilotes de chasse du VF-6 peuvent s’enorgueillir d’avoir abattu lors de ces 3 jours les appareils ennemis suivants :

1 bombardier en piqué Val,
1 chasseur hydravion à deux flotteurs (type Jake mal identifié à l’époque comme un type 97),
2 hydravions à flotteur unique (type Pete),
15 chasseurs Zero
4 bombardiers torpilleurs Kate,
1 appareil de type Messerschmitt (à moteur allongé).

On peut imaginer que ce dernier appareil était en fait un des deux bombardiers-torpilleurs Judy Yokosuka D4Y équipé d’un moteur en ligne de 12 cylindres qui étaient à bord du CV Soryu.

Les pilotes de l’aéronavale américaine n’étaient pas habitués à voir des avions japonais équipés d’un tel type de moteur.




Image





Mais laissons les pilotes de chasse discuter entre eux avant de reprendre la routine de la CAP (qui n’aura pas d’incidence sur cette journée du fait de l’absence d’appareils ennemis).



Revenons dans les ateliers du CV6 :

Toujours aucun ordre des « huiles » pour un prochain raid. Donc pour l’instant, seuls les mécaniciens s’affairent autour des Dauntless pour les contrôles mécaniques et changement de pièces nécessaires après ce raid dans le cadre d’un travail machinal.

On peut imaginer que quelques carlingues doivent également être réparées d’impacts de DCA ou de coups d’armes automatiques (pas d’indications sur ce point).




Image





Le Chef de l’armurerie du CV6 Enterprise profite de cette accalmie pour mettre à jour l’état de son stock de munitions. Il notifie les sorties au quotidien des bombes et cartouches qui quittent ses magasins de stockage afin d’avoir une vue exacte.


Sur la ligne « Total » en bas de chaque colonne par calibres, il note les chiffres suivant des munitions dépensées depuis le 4 juin :

Bombes de 1000 lb :57
Bombes de 500 lb : 67
Bombes de 100 lb : 22
Munitions de .50 : 48 280
Munitions de .30 : 40 000
(pas d’indication sur le nombre des torpilles…)


Le CV6 Enterprise (tout comme le CV8 Hornet) reste opérationnel malgré les pertes en appareils soit :

1 Wildcat,
20 Dauntless (le CV6 Enterprise a récupéré une partie des appareils du CV5 Yorktown)
10 Devastator (le capitaine George D. Murray commandant l’Enterprise va insister dans ses rapports pour remplacer au plus vite le Devastator par l’Avenger – nous savons qu’il sera entendu).




Image




Du côté du CV8 Hornet :


Sur le CV8 Hornet, là aussi on commence à faire le bilan de ces 3 jours. Le capitaine Marc A. Mitscher commandant le Hornet a lui aussi demandé l’état de ses effectifs à ses différents subordonnés pour visualiser la situation de son navire.


Du côté des pertes il peut lire les chiffres suivants :


5 Devastator perdu le 4 juin (1 pilote sauvé).
12 Wildcat (6 pilotes sauvés – plusieurs sont tombés à la mer à court de carburant)
5 Dauntless (4 pilotes et 4 mitrailleurs sauvés).




Image





Le VF-8 de Wildcat a abattu pour sa part 3 Zero et 2 Val




Image





Quelques bagarres éclateront dans les bars de Pearl Harbor après le 13 juin (suite au retour de la TF 16) entre les pilotes des Enterprise et Hornet sur les vantardises de certains et l’efficacité des autres.

Idem vis-à-vis des revendications des pilotes de B-17 par rapport aux bombardiers en piqué de l’aéronavale US. Les MP auront fort à faire dans certains cas…



Si le capitaine Marc A. Mitscher (comme le capitaine Murray de l’Enterprise) insiste sur la nécessité d’améliorer le Wildcat par rapport au chasseur japonais Zero, il n’évoque pas les caractéristiques décevantes du torpilleur Devastator.

Par contre il précise à la suite de l’expérience des combats de Midway plusieurs détails tactiques comme l’organisation et le contrôle des CAP par CV et non au sein du commandement de la Task Force dans le cadre de multi-CV au sein du groupe (épineux problème).

Mais également sur un travail de simplification et d’utilisation des appareils de radio embarqués. Les microphones à gorge sont généralement insatisfaisants selon les rapports des pilotes.




En attendant les appareils du Hornet continuent leur vol en direction de la flotte japonaise…







A suivre :arrow:

Avatar du membre
What If
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1664
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 19:27
Localisation : Nantes

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin La 3e attaque de la jou

#132 Message non lu par What If »

La flotte japonaise est rapidement découverte :


A 14h30, de leur côté, les pilotes du 3e raid en provenance du Hornet aperçoivent l’ennemi. La recherche a été rapide.

L’estimation de la position est de 110 milles (177 km) au 264° (T) du CV8 Hornet. C’est un grand panache de fumée noire qui se détache sur le bleu de l’Océan Pacifique qui a trahi sa présence.

Impossible de louper ce repère sur la magnifique étendue bleue de l’océan éclaircie par le soleil.




Image





En s’approchant de plus en plus, ils peuvent comprendre que cette fumée épaisse est émise par un navire en feu.




Image





L’un des observateurs du VS-8 en profite pour sortir sa caméra et appuyer sur le bouton déclencheur. Du film obtenu, l’Histoire (avec un grand « H ») en retiendra ces clichés qui symbolisent très souvent dans les ouvrages la Bataille de Midway.




Image





Clichés qui ne seront pris donc qu’à la toute fin de la bataille…


Autre fait incroyable, la TF 16 n’est à ce moment-là qu’à 110 milles (177 km) de la Task Force japonaise !

En altitude, quand les pilotes devant observent les navires japonais, les mitrailleurs arrière eux peuvent encore voir la TF 16 américaine…




Image






On peut pratiquement dire que le CV8 Hornet tire « à bout portant ! »


A noter que la TF 16 va s’approcher jusqu’à 90 milles (145 km) des 4 navires japonais.



Le plan de l’amiral Yamamoto semble donc fonctionner. La flotte américaine est aspirée par les CA Mogami et CA Mikuma. L’amiral a donc vu juste. Spruance semble mordre à l’hameçon…

Dans la nuit, la Screening Force dont le commandement a finalement été confié au vice-amiral Kondo va pouvoir s’attaquer à la flotte US tout en protégeant derrière elle les CA Mogami et CA Mikuma.




Image





Mais pour que ce plan fonctionne, il faut que l’appât reste toujours alléchant pour le prédateur. Hors, ce dernier s’apprête à donner le coup de grâce plusieurs heures avant la tombée de la nuit.

Pour la 3e fois de la journée, au plus grand étonnement des équipages japonais et surtout de leurs commandants, les CA Mogami, CA Mikuma, DD Arashio et DD Asashio vont subir une puissante attaque de la part de Dauntless.


Comment 1 seul CV américain peut délivrer une telle force ?

Quand l’information de cette 3e attaque est transmise à l’amiral Yamamoto celui-ci comprend qu’il y a au moins 2 CV américains en face de ses forces navales.




Image









La dernière attaque :



A 14h45
, filant plein gaz, les Dauntless se positionnent au-dessus des navires ennemis pour se lancer dans des piqués à 70°. Les objectifs prioritaires sont bien sûr les navires les plus gros.


Les pilotes américains peuvent observer un destroyer (le DD Arashio) accolé au croiseur lourd en feu (le CA Mikuma).




Image





Le commandant Nobuki Ogawa du DD Arashio tente de sauver le maximum de marins des flammes en les faisant monter sur la plage arrière de son navire.

En effet depuis la blessure reçu par le capitaine de vaisseau Shakao Sakiyama commandant le CA Mikuma, c’est son second le capitaine de frégate qui a pris sa suite. Hors, devant l’ampleur des flammes, il a ordonné l’évacuation du croiseur lourd.

A cette annonce, dans sa tourelle avant, le lieutenant de vaisseau Nasao Koyama sort son sabre et se fait hara-kiri… (témoignage qui sera transmis par l’un des rescapés du CA Mikuma).

De leur côté, les marins du Mikuma qui le peuvent se jettent à la mer pour ensuite rejoindre le DD Arashio de Ogawa. Ils s’agglutinent à la poupe du destroyer, choqués par la précédente attaque mais heureux d’avoir été sauvés des eaux ou des flammes.




Image





Quand tout à coup les sirènes d’alerte d’attaque aérienne se mettent à nouveau à retentir. Tous pointent leur regard vers le ciel pour voir des bombardiers en piqué fondre sur eux.

La puissance est redonnée aux hélices du destroyer DD Arashio qui cherche à présent à s’écarter le plus possible du croiseur lourd immobile.

A la poupe du DD Arashio c’est la panique. Des hommes se jettent à nouveau à la mer. D’autres rampent pour tenter de se mettre à l’abri derrière le moindre monticule métallique qui se présente.


Du côté du CA Mogami et DD Asashio les machines ont été mises au ralenti le temps que le DD Arashio assure sa mission de sauvetage. Mais à présent ordre est donné de pousser les machines au maximum pour entamer des manœuvres d’évasion.




Image






Au cours de cette attaque plusieurs appareils du VS-8 (Scout) sont présents. Plusieurs mitrailleurs ont embarqués avec eux leurs caméras. L’un des mitrailleurs, ce jour-là à eu le temps de prendre cette autre cliché où l’on peut observer les tentatives d’évasions des destroyers DD Arashio et Asashio…




Image





La DCA est faible, voire quasi inexistante pour le navire en feu (le CA Mikuma). La volonté de se battre semble s’être affaibli après les 2 précédents matraquages et les destructions subies.




Image






Les 23 bombes de 1000 lb sont lâchées : 1 touche le CA Mogami, 6 percutent le CA Mikuma.




Image





Image




De son côté, le malheureux DD Arashio dans sa bonne action a attiré également sur lui la foudre. Proche du CA Mikuma, 1 Dauntless du VB-8 (Hornet) piloté par le lieutenant Clayton Ficher place sa bombe de 1000 lb sur sa plage arrière ; c’est un carnage !

La bombe de 1000 lb perfore la plage arrière pour éclater sous la plage de blindage. De nombreux rescapés du CA Mikuma au-dessus et des membres d’équipage du destroyer en dessous y perdent la vie. Pour de nombreux autres se sont des blessures terribles qui leurs sont réservées…




Image





Pire, les Wildcat effectuent en parallèle un mitraillage en règle à coup de .50. Sur le CA Mikuma et le DD Arashio. Ils vident l’intégralité de leurs magasins de .50…

Les des pilotes de chasse sur Wildcat, le lieutenant J.F. Sutherland du VF-8 (Hornet) lors d’un passage à basse altitude à hauteur de la plage arrière du CA Mikuma à eu le temps d'observer plusieurs marins qui lui tendent leurs poings menaçants.




Image





La DCA étant très affaiblie, il n’y a aucune perte du côté des assaillants. Le raid est une réussite totale. Donc, à nouveau un communiqué de victoire est envoyé à l’attention de la TF 16 pour la 3e fois de la journée !



A 14h53, tout est terminé. Les Dauntless et les Wildcat (aux magasins de .50 vident) se regroupent en hauteur. Dans les écouteurs tous les pilotes peuvent entendre l’un des leurs (un chasseur) regretter de ne pas avoir un appareil photo pour immortaliser le spectacle de cette flotte japonaise en déroute.


Les appareils reprennent le chemin du retour vers le CV8 Hornet, en laissant derrière eux la désolation.




Image





A 15h28, le retour a été plus rapide, la TF 16 a continué son avance vers la flotte japonaise en déroute. Les 31 appareils appontent sur le CV8 Hornet à la grande satisfaction du chef des opérations le capitaine Browning. Tout le monde est rentré sain et sauf !




Image





S’ensuit l’inévitable débriefing avec la collecte des revendications listées plus haut.

Cette fois-ci le fameux BB cuirassé a été classé comme un croiseur lourd CA de la Class Ship Kinugasa (noté dans les rapports).
Il faut comprendre Class Ship Aoba qui représente des croiseurs lourds plus anciens avec une deuxième cheminée à l’arrière. Les dégâts infligés sur le navire par les 2 précédentes attaques avaient déformées ses superstructures. Il est donc compréhensible qu’une confusion dans la Class Ship s’est produite…

Un autre pilote de Dauntless revendique pour sa part d’avoir placé sa bombe sur le 2e croiseur (le CA Mogami).

Enfin, le lieutenant Clayton Ficher pour son attaque réussie suite à son piqué sur 1 destroyer. Sans oublier les pilotes de chasse qui souhaitent avoir leur part du gâteau après leurs actions de strafing sur les navires.

Les indications sont notifiées dans les rapports pour évaluer les dégâts infligés aux navires japonais.






A suivre :arrow:

Thomas27
Pousse pion
Pousse pion
Messages : 53
Enregistré le : sam. 27 juil. 2013 13:14

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin La 3e attaque de la jou

#133 Message non lu par Thomas27 »

Ahhhhh, mais on veux la suite mon brave monsieur.
Yamamoto va-t-il arriver à exécuter son plan?

Avatar du membre
What If
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1664
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 19:27
Localisation : Nantes

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin La 3e attaque de la jou

#134 Message non lu par What If »

Thomas27 a écrit :Ahhhhh, mais on veux la suite mon brave monsieur.
Yamamoto va-t-il arriver à exécuter son plan?
Je dirais plutôt :

Est-ce que Spruance va laisser le temps à Yamamoto d'exécuter son plan ?

Découvrons les événements :
La suite donc :arrow:
Modifié en dernier par What If le dim. 7 janv. 2018 18:37, modifié 1 fois.

Avatar du membre
What If
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1664
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 19:27
Localisation : Nantes

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin Spruance prend sa décis

#135 Message non lu par What If »

Du côté japonais cette ultime attaque a été vécue péniblement :


Les interrogatoires de 1945 vont confirmer les revendications des pilotes du Hornet. 1 bombe de 1000 lb a bien percutée le CA Mogami. La bombe a perforé le pont et explosé dans les compartiments inférieurs causant de lourds dégâts et de nombreuses victimes parmi l’équipage.
Il est fait état de 81 morts à bord du CA Mogami (pas de détail sur le nombre des blessés) qui s'ajoutent au 9 autres déjà récencés.

Pour le CA Mikuma, les témoins n’ont pas eu la possibilité de valider le nombre d’impacts reçus, ni d’indiquer les conséquences. Seul point dont ils étaient sûrs c’est que le CA Mikuma était à ce moment pratiquement sans défense anti-aérienne et fortement touché par les bombes.
Après l’attaque, il a été considéré comme irrécupérable. Sur les 3 attaques environ 50 membres de l’équipage ont perdu la vie.




Image





On estime que 650 marins sont bloqués sous les ponts. S’ils ne sont pas déjà morts brûlés vifs, asphyxiés ou immobilisés à cause de blessures graves, l’espoir de remonter à l’air libre est inexistant.

Toutes les sorties sont bloqués suite aux déformations des tôles ou à la proie des flammes. Ils ne peuvent qu’espérer une aide extérieure.

Hors cette aide extérieure est décidée à présent de quitter les lieux au plus vite en direction de l’ouest !
Les commandants des CA Mogami, DD Arashio et DD Asahio ne veulent pas subir le sort du CA Mikuma au cours d'une possible 4e attaque aérienne.

Les marins du CA Mikuma sont donc laissés à leur sort peu enviable




Image





Le destroyer touché a bien été le DD Arashio. La bombe de 1000 lb la percuté à l’arrière, ce qui a endommagé son gouvernail. Il a été en mesure malgré ses dégâts de continuer à mener son escorte auprès du CA Mogami jusqu’à Truk.

La bombe a fait 37 morts dont de nombreux rescapés du CA Mikuma sauvés des eaux à peine 1h plus tôt. Le nombre de blessés a été encore plus grand dont le commandant Nobuki Ogawa du DD Arashio (commandant de la 8e Division de Destroyers).




Image







Pour le contre-amiral Spruance la question suivante se pose :


Faut-il relancer un 4e raid à partir de l’Enterprise (les SDB se sont posés il y a maintenant plus de 1 heure) mais ce qui implique de rester en avant dans le dispositif japonais. Nous l’avons vu plus haut aucun ordre n’a été donné pour l’instant dans les ateliers de l’Enterprise.




Image





Spruance fait le point :



Les pilotes des TF 16 et les rescapés du Yorktown ont déjà 3 jours de combats, 3 jours de stress de ne pas revenir à la prochaine mission.

Jusqu’à présent, la TF 16 a fait un sans-faute, même si la journée du 5 juin a été très décevante, la chance lui a plus que sourit. Mais faut-il pousser celle-ci dans ses limites ?

L’escorte ASM n’est plus que de 4 destroyers dont le niveau des cuves à mazout est très bas. L’alerte du matin, même si elle était fausse, a rappelé qu’il y a toujours un danger sous-marin.




Image





Continuer plus en avant signifie s’enfoncer de nuit avec le risque de se retrouver nez à nez avec une escadre japonaise aguerrie venue à la rescousse. Et au petit matin de se retrouver dans le champ du rayon d’action de l’île de Wake.

Note : la TF 16 n’a pas repérée en cette journée la puissante Screening Force.




Image








Tous ces points, Spruance les a en mémoire.


Enfin, la mission qui lui avait été confiée a été remplie au-delà de toutes les espérances :

Contrer l’invasion de Midway,

Repousser la Butaï Kido,

Et surtout préserver les 2 CV Enterprise et Hornet qui lui ont été confié par Nimitz sur les recommandations de Halsey (malade à Pearl Harbor).





Spruance décide donc de faire demi-tour en soirée.


Mais avant il veut connaître la nature exacte des cibles qui ont été attaquée lors des 3 raids de la journée. Quel est le type de navire qu’il a en face de lui ? BB, CA, CL ?




Image





Ordre est donné à l’Enterprise d’envoyer sur les lieux des combats une reconnaissance légère pour une analyse approfondie.

A 15h53, se sont finalement que 2 Dauntless (1 AF) qui décollent du pont de l’Enterprise. Le 6-S-18 du VS-6 piloté par le lieutenant (jg) C.J. Dobson avec au poste de mitrailleur le photographe J.S Mihalovitch « armé » de sa précieuse caméra.

Le 2e Dauntless pour l’accompagner dans ses recherches est le 3-B-10 du VB-6. Les commandes sont tenues par le lieuteant (jg) E.J. Kroeger. Son mitrailleur-photographe est A. Brick de la Fox Movietone News pour les actualités cinématographiques.

(Le 3-B-10 est équipé d’une bombe de 500 lb semble-t-il…).




Image





Les 2 Dauntless trouvent rapidement une épave inerte, noircie par les incendies, dont des fumées trahissent des incendies toujours actifs à l’intérieur.

Le navire isolé, abandonné à son sort, accuse un gite d’environ 15° sur bâbord. Les pilotes à la demande des observateurs entament un tour du navire.




Image






Les caméramans actionnent aussitôt leurs caméras pour ne louper aucune image.





Image





Ils peuvent observer du mouvement sur le pont et dans la mer. Des marins japonais sont encore sur l’épave !


Les membres d’équipages ont tout leur temps pour observer ceux-ci.


D’ailleurs l’un des marins est en train de descendre le long de la coque par une échelle de fortune alors que d’autres cherche à s’accrocher sur des objets flottants dans l’eau. Les observateurs américains filment toute la scène.


Ils sont 19 chanceux encore vivants et capable de bouger sur le pont à vouloir chercher à trouver « refuge » dans la mer à la vue des 2 Dauntless.
Parmi eux figurent le Chef Radio Yoshida Katsuichi et le chauffeur-machiniste marin de 3e classe Ishikawa Kenichi.




Image





Plus loin vers l’ouest, les 2 Dauntless peuvent détecter 3 navires filant au 270°.





Image





2 heures plus tard, les 2 Scouts appontent sur l’Enterprise. Les films sont aussitôt envoyés au développement. Les premières images sont présentées aux officiers de renseignements et à Spruance.




Image





Il ne fait aucun doute que le navire est bien un croiseur lourd de la Class Mogami. Mais lequel ?...
Il faudra attendre encore 3 jours à Spruance avant d’avoir sa réponse.







Spruance tourne le dos au piège de Yamamoto :


Profondément enfoncé au-devant de Midway, la nuit approchante et conscient du danger que représente la base japonaise de Wake, Spruance ne tombe pas dans le piège de Yamamoto.

L’amiral Fletcher de la TF 17 et le contre-amiral Spruance sont persuadés d’avoir coulé au moins 3 CV lourds japonais de la Butaï Kido et repoussé l’invasion de Midway.

Qu’espérer de plus sinon de risquer des pertes sur la TF 16 victorieuse voir de perdre ces précieux CV ?

A 19h07, Raymond Spruance ordonne de faire demi-tour. La TF 16 vire au 050° vers le nord-est pour un rendez-vous le 8 juin 1942 avec les pétroliers AO Cimarron et AO Guadalupe au nord de Midway.




Image






Note : le AO-32 Guadalupe a échappé de peu à torpillage lors de son voyage entre Pearl Harbor et la zone nord de Midway.

En effet, celui-ci accompagné de son escorte de 2 DD destroyers a été repéré par le sous-marin japonais I-156. Mais heureusement, pour le pétrolier AO Guadalupe, ce dernier est resté hors de portée de tir des torpilles japonaises.

Les I-156 et I-168 (attaque du CV5 Yorktown) ont été les seuls sous-marins japonais à avoir eu un contact visuel avec des navires américains lors de la Bataille de Midway.




Image





Note : pour les amoureux du détail, le 8 juin, l’Enterprise lors de ce ravitaillement y recevra 53 000 gallons (200 626 litres) d'essence d'aviation, ainsi que 773 728 gallons (2 928 879 litres) de mazout.


En attendant en ce 6 juin 1942, la nuit s’approchant, la vitesse est réduite à 15 nœuds pour soulager les destroyers.



Lors de leur retour vers Pearl Harbor, les CV6 Enterprise et CV8 Hornet vont être rejoints le 11 juin par la TF 11 du CV3 Saratoga (en provenance de San Diego USA).



Ainsi Spruance tourne le dos au piège mis en place dans l’urgence par Yamamoto…


A 00h00 le 7 juin 1942, la TF 16 est positionnée à la Lat. 30 ° -40 'N., Long. 175 ° -45 'E.


La Bataille de Midway se termine ainsi pour les américains par une victoire écrasante malgré la perte du CV Yorktown.




Et du côté japonais qu’en est-il ?





A suivre :arrow:

Avatar du membre
T5LC
Grognard
Grognard
Messages : 1436
Enregistré le : sam. 2 août 2014 22:46
Localisation : Mont de Marsan

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin Spruance prend sa décis

#136 Message non lu par T5LC »

Je n'en perds pas une miette :!: :clap:
Contemple ce que tu ne vois pas, avant qu'il ne soit trop tard...

Avatar du membre
What If
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1664
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 19:27
Localisation : Nantes

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin Spruance prend sa décis

#137 Message non lu par What If »

T5LC a écrit :Je n'en perds pas une miette :!: :clap:
Je vois que tu sembles apprécier TSLC et je t'en remercie. Aller un petit dernier en guise de dessert (en allusion aux miettes) :popcorn:

Avatar du membre
What If
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 1664
Enregistré le : dim. 28 sept. 2008 19:27
Localisation : Nantes

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin La fin de la bataille !

#138 Message non lu par What If »

La fin du croiseur lourd CA Mikuma


Le croiseur lourd CA Mikuma va finir par couler après la tombée de la nuit en basculant dans la mer par bâbord.

Il emporte avec lui par plus de 4500 mètres de fond les hommes d’équipages qui sont restés bloqués dans sous ses ponts sur la position Lat 29°20′N 173°30′E.

Un témoin oculaire décrira la scène pour les américains !




Image





Toujours pour cacher la vérité sur la défaite de Midway, la Marine Impériale retirera de la liste de ces effectifs le CA Mikuma que le 10 août 1942.




Image







Yamamoto est mis devant un fait accompli :


L’amiral Yamamoto à la réception des différents messages émis par les CA Mogami et CA Mikuma comprend qu’il n’a pas affaire à 1 CV mais à au moins 2 porte-avions CV. La puissance des attaques et la répétition de celles-ci ne peuvent être dues que d’un seul porte-avions.

Une présence de 2 porte-avions avec la force frappe que cela implique…




Image








La donne n’est plus la même pour son plan :



Est-il raisonnable de continuer à accentuer les pertes de la Flotte Impériale ?


Elle vient de perdre en 3 jours : 4 porte-avions CV Akagi, CV Kaga, CV Hiryu et CV Soryu, 1 croiseur lourd récent CA Mikuma, de très nombreux dégâts qui vont parfois nécessiter plusieurs semaines/mois d’immobilisation sur de nombreux navires, 292 avions, 110 pilotes que l’on peut classer comme l’élite de l’aéronavale (dont plusieurs leader de haute qualité), mais également plus de 40 % des techniciens, mécaniciens, hommes de pont et armuriers formés pour les opérations sur porte-avions les mieux entraînés de la flotte.

Enfin 3 054 marins manquent à l’appel (dont plusieurs capitaines, commandants et vice-amiraux).

Les pertes se répartissent ainsi :

CV Akagi: (coulé) 267 (perte de la totalité des appareils de ses groupes Zero - Val - Kate)
CV Kaga: (coulé) 811 (perte de la totalité des appareils de ses groupes Zero - Val - Kate)
CV Hiryu: (coulé) 392 (perte de la totalité des appareils de ses groupes Zero - Val - Kate)
CV Soryu: (coulé) 711 (perte de la totalité des appareils de ses groupes Zero - Val - Kate - Judy)
CA Mikuma : (coulé) 700
CA Mogami : (gravement endommagé) 92
DD Arashio : (gravement endommagé) 37
DD Asashio : (endommagé) 21
DD Tanikaze : (endommagé) 11
DD Arashi : 1
DD Kazagumo : 1
AO pétrolier Akebono Maru : (endommagé) 10
BB Haruna : (endommagé) 0

Porte-hydravions :
CAV Chikuma (3 hydravions perdus)
CAV Tone (2 hydravions perdus).




Image






En comparaison, les États-Unis ont perdu le porte-avions CV Yorktown, le destroyer DD Hammann, 145 avions et dénombre 307 victimes (marins, pilotes, personnel et Marines de la base Midway).

Par contre les américains ont sauvé la base de Midway et préservé leur flotte.







Il faut aux japonais penser aux futures opérations dans le Pacifique :


Pour l’amiral japonais, il faut préserver ses forces restantes pour les futures opérations y compris auprès de l’état-major de Nagumo qui a perdu 4 CV de la Butaï Kido.

Plusieurs officiers entrent en déprime profonde, certains noyant dans l’alcool de saké leur désœuvrement Beaucoup pense à se faire un hara-kiri devant la honte qu’ils éprouvent face à leur défaite contre les américains.

Des ordres sont donnés pour surveiller étroitement le vice-amiral Nagumo de commettre un tel acte.
Le Japon a assez perdu d’officiers en 3 jours.

L’un de ceux-ci souhaite pour sa part apporter ses excuses à l’Empereur Hiro Hito. L’amiral Yamamoto réplique aussitôt : « Je suis le seul qui doit s’excuser auprès de Sa Majesté ! »


Au cours de cette journée, tous commencent à comprendre leur défaite après 6 mois de victoires en victoires. La Marine Impériale a été atteinte de la « maladie de la victoire » avec un excès de confiance accompagné d’un mépris de ses adversaires. Les forces américaines à Midway les ont rappelés à l’ordre…




Image





Yamamoto comprend que la Marine Impériale Japonaise ne peut pas se le permettre. Si l’enthousiasme de la mise en place du piège avait ravivé la flamme, les multiples attaques du 6 juin ont émoussé les ardeurs de Yamamoto.

Il songe à présent à sauver la flotte. Il émet l’ordre « Sashi sugi » (Cela suffit).


La flotte reçoit l’ordre de reprendre sa route vers le Japon.

Après cela, l'amiral Yamamoto ira s’enfermer dans ses quartiers du vaste cuirassé BB Yamato pendant plusieurs jours. Ces douleurs à l’estomac intenses l’ont repris. Pendant le reste de la traversé vers le Japon il ne se contentera que de faibles quantités de riz blanc que son aide de camp lui apporte dans sa cabine.









A bord du croiseur lourd japonais CA Mogami :


Le commandant du CA Mogami n’est pas à ces réflexions. Les 92 membres d’équipage perdus au total lui rappel sans arrêt le prix qu’il risque de continuer à payer s’il reste dans le secteur.

Il cherche donc de son côté à rejoindre le plus vite possible la base de Truk escorté par les DD Arashio et les DD Asashio en laissant derrière lui l’épave flottante du CA Mikuma. Son objectif : trouver la sécurité sous la protection de la Screening Force.




Image






Les 3 navires vont finir par être rejoint par la Screening Force dont le vice-amiral Kondo a pris finalement le commandement.





Image





Ce dernier est furieux d’apprendre que le CA Mikuma ait été laissé en arrière avec ses 650 marins à l’intérieur.
Il ordonne en conséquence au DD Asashio d’aller rechercher d’éventuels survivants à la nuit tombantée.




Image






Image





Certains historiens y verront une volonté de Kondo de torpiller l’épave flottante du CA Mikuma.

Comme 24 heures plus tôt, quand le DD Tanikaze était parti à la recherche de l’épave du CV Hiryu, le DD Asashio fait demi-tour pour retrouver seul l’épave du CA Mikuma.


Après quelques heures de vaines recherches, les vigies ne trouvent rien dans l’obscurité. Ni navire, ni hommes à la mer. Le commandant du DD Asashio qui ne souhaite pas rester trop longtemps dans le secteur ordonne à nouveau le cap au 270 vers l’ouest pour rejoindre au plus vite le CA Mogami en fin de nuit en direction de Truk…




Image





A 00h00, le CA Mogami se trouve à la position suivante : Lat. 29 ° -45 'N., Long. 171 ° -40 'E.


Il survivra à la Bataille de Midway. Mais ses dégâts sont tels que le croiseur lourd CA Mogami va être refondu jusqu’en mai 1943 (soit 11 mois de travaux) comme croiseur porte-hydravions CAV Mogami.

Les ingénieurs japonais vont lui supprimer ses 2 tourelles arrières détruites à Midway pour adopter une large plate-forme arrière. Celle-ci doit accueillir 11 hydravions d’observations afin d’assurer leur maintenance.

En parallèle, suite à l’expérience subit à Midway ses pièces de DCA de 13,2mm sur affûts simples seront remplacées par des affûts triples de 25mm (pour une total de 30 tubes de 25mm).




La flotte américaine après son demi-tour va rester hors de portée des appareils japonais basés à Wake.

Les éclaireurs de Wake ne trouveront rien au petit matin. Les pilotes des Nell et Betty ne vont jamais recevoir l’ordre de prendre l’air ce jour-là…





Image






La Bataille de Midway se termine donc également pour l’Empire du Soleil Levant.





A présent il va falloir à la Marine Impériale Japonaise gérer son retour au pays :


Il faut anticiper à présent les effets de cette défaite par rapport au public japonais mais aussi auprès de militaires des autres armes. Rapidement il va être décidé en accord avec le Premier Ministre Tojo de :

1 – cacher la vérité auprès du peuple japonais

2 - de reconstituer la Butaï Kido avec les porte-avions restants.



Pour la suite de la guerre, les stratèges japonais doivent trouver une nouvelle porte :


La porte de Pearl Harbor a été définitivement fermée à Midway.

Ce sera donc dans le sud du Pacifique que les japonais vont à présent rechercher une nouvelle porte. Celle des Salomons pour accéder aux zones des Fidji, Samoa et de la Nouvelle-Calédonie afin de couper la ligne de ravitaillement de l’Australie.

De futures bases dans les îles Salomons sont d’ailleurs en cours d’établissement par le génie japonais.

La Marine Impériale qui ne va pas avouer son échec auprès de l’Armée Impériale japonaise va devoir faire avec les porte-avions qui lui restent :

Les CV Shokaku et CV Zuikaku épaulés par les CVL Ryujo, CVL Junyo, CVL Hiyo et CVL Zuiho (en excluant le CVL Hosho qui après Midway est retiré des 1er lignes pour servir de navire école).

En attendant l’arrivée de nouvelles unités de porte-avions que le ministère de la Marine pousse à la production après Midway.


Pour l’auteur Samuel Craig Taylor se sera un nouveau « terrain de jeu » en proposant le titre Flat Top en 1977 d’abord sous l’édition Battleline puis sous une réédition en 1981 avec Avalon Hill. Ce titre inclut plusieurs scénarios autour des différents combats aéronavals dans ce secteur riches en confrontations autour des Salomon :

Rings Around Rabaul – 23 février 1942
Coral Sea – 4 mai 1942
Eastern Solomons – 24 août 1942
Santa Cruz – 25 octobre 1942
Guadalcanal – 12 novembre 1942




Image




Mais ça c’est une autre histoire…






Après la bataille :



Dès le 7 juin, la presse américaine annonça au monde la victoire américaine. Si pour les responsables de l’US Navy, il y a au moins 3 porte-avions CV japonais de coulés, pour la presse à cette date elle en est restée à 2 CV coulés.

Ce n’est qu’un peu plus tard, que la Marine américaine comprendra qu’il y a eu en tout 4 porte-avions CV japonais de coulés.




Image





Après les résistances héroïques mais malgré tous les défaites de l’île de Wake, de Corregidor et le perte des Philippines ainsi que de l’humiliante attaque de Pearl Harbor, les américains ont enfin une victoire à annoncer après la Bataille de la Mer de Corail et le bombardement de Tokyo par les B-25 de Doolittle.




Image









La presse du côté de l’Empire du Soleil Levant :



Le 10 juin 1942, les japonais à l’écoute de Radio Tokyo sont informés que la Marine Impériale vient de remporter une nouvelle victoire en coulant 2 CV américains et en abattant 120 avions américains (soit 40 AF). Un débarquement a eu lieu sur le sol américain aux Aléoutiennes pendant que des destructions ont été infligées à la base américaine de Midway dans le cadre d’une mission de diversion.


Le Japon de son côté (toujours selon la presse japonaise) n’a à déplorer que la perte de 1 CV et de 35 appareils (soit 12 AF) ainsi que des dommages sur 1 CV et 1 CA… (Mais réparables).




Image





Le lendemain 11 juin, Masanori Itō le principal commentateur militaire du Japon précise dans un article de presse :

« Les résultats obtenus défient l’imagination »



Par contre pour le reporter des actualités cinématographiques Teiichi Makishima qui avait embarqué à bord du CL Nagara pour couvrir la bataille l’enthousiasme est tout autre.

Rappel : le CL Nagara escortait les porte-avions de la Butaï Kido




Image






Teiichi Makishima se voit mis en quarantaine à Kure le 14 juin avec interdiction par la police militaire de se rendre à Tokyo. Il en sait trop… Il sera réexpédié en mer quelques semaines plus tard loin du Japon.



Pour les équipages rescapés des porte-avions coulés il en est de même. Ils seront parqués dans les camps des bases aériennes de Saheki ou Kanoya dans l’attente d’une nouvelle affectation (pas d’honneurs pour eux).




Pas d’accueil triomphal non plus pour le capitaine de corvette Iyozoh Fujita pilote de chasse de Zero sur le CV Soryu.

Pourtant Fujita avait le 4 juin 1942 lors des attaques américaines sur les 4 porte-avions CV de la Butaï Kido abattus 10 appareils ennemis (double As en 1 seule journée !) : 3x torpilleurs B-26 Marauder, 4x torpilleurs Devastator, 3x chasseurs Wildcat.

Ce jour-là, contrairement à l’habitude de rechercher à se positionner derrière l’ennemi, Iyozoh Fujita mais au point la tactique de plongée en groupe, le déclencheur des mitrailleuses/canons appuyé. A sa grande surprise il voit les appareils visés tombés en flammes sous la pluie des projectiles.

Il s’écrira d’ailleurs dans sa radio à l’attention de ses coéquipiers « C’est la méthode ! ».

Touché par un tir fratricide de la DCA japonaise, il s’éjecte en parachute. Après 4 heures passées dans la mer, il est recueilli par un destroyer DD japonais.




Image






A son retour au Japon à défaut de faire la une de la presse japonaise pour son exploit, le pilote Fujita sera relayé à la formation accélérée de 1 mois ½ d’un nouveau groupe de chasse pour le futur CV Hiyo mis en service le 31 juillet 1942 avant d’être envoyé aussitôt dans les Salomon.


Fujita sera l’un des rares pilotes qui a participé à l’attaque sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941 qui survivra à la guerre…





Quelques jours après sur « le champ de bataille » :




Le 9 juin 1942, soit 3 jours après ces événements, le sous-marin SS-202 Trout navigue sur la zone de naufrage du CA Mikuma en traversant une grande nappe de mazout et de débris épars. L’une des vigies découvre 2 marins japonais allongés sur un radeau fait d’une planche de bois : le Chef Radio Yoshida Katsuichi et le chauffeur-machiniste marin de 3e classe Ishikawa Kenichi qui dérivent depuis le naufrage sans eau potable, ni nourriture.




Image





Ce sont les 2 seuls rescapés retrouvés des 19 derniers marins qui ont quitté le CA Mikuma sous les caméras des 2 Dauntless du CV6 Enterprise. La mer a emporté les 17 autres…


Les 2 naufragés sont hissés à bord du sous-marin. Après quelques gorgées d’eau, le commandant américain du SS-202 Trout soumet aux 2 japonais son carnet de silhouette de navires japonais du Ships Jane’s 1940.




Image





C’est Ishikawa Kenichi qui reconnait la silhouette de son navire sur lequel il était affecté quand on lui présente le catalogue : un Class Mogami en précisant son nom : le CA Mikuma.




Image





L’information est aussitôt transmise à Pearl Harbor. Spruance peut enfin mettre un nom sur ce mystérieux navire qui a prêté à tant de confusions le 6 juin 1942.

Selon Kenichi, le CA Mikuma a pris tout son temps pour couler en s’enfonçant par bâbord au crépuscule pour disparaître totalement dans l’océan après le coucher du soleil. Il ne fait pas état d’un quelconque torpillage de la part du DD Asashio.


De son côté, le Chef Radio Yoshida Katsuichi ne dit pas un mot. On pense au début qu’il garde le silence dans le cadre d’un code d’honneur. Pour finalement comprendre après consultation du médecin du bord qu’il a le souffle coupé avec pas moins de 7 côtes cassées… Les 2 marins japonais vont finir la guerre dans un camp de prisonniers aux Etats-Unis.

Au Japon, ces 2 marins font partie des 650 hommes d’équipage considérés comme disparus en mer. Mais comme leurs infortunés compagnons qui ont péri dans le naufrage du croiseur lourd, les familles de Katsuichi et de Kenichi ne seront pas prévenues avant de nombreux mois…

Nous l’avons déjà évoqué seuls le commandant et l’équipage du sous-marin SS-168 auront le droit aux honneurs du pays et de l’Empereur Hiro Hito.





Des japonais sur l’île de Midway :




Le 19 juin 1942, c’est au tour du destroyer DD Ballard de récupérer un canot de sauvetage du CV Hiryu chargé de 35 survivants d’après les indications de 2 Scout Catalina émis depuis le 15 juin.

(voir quelques pages en arrière…)




Image




Image





Ceux-ci dérivent depuis 14 jours. Sur les 39 qui sont montés à bord, 4 ont péri de leurs blessures. Eux aussi termineront la guerre dans un camp de prisonniers aux Etats-Unis. Mais avant ils seront débarqués par le DD Ballard à Midway :




Image




Image




Image





De leur côté, la plupart des marins japonais du CV Hiryu demanderont aux autorités américaines de ne pas prévenir le Japon de leur capture pour éviter que la honte ne retombe sur leurs familles…
Ce n’est qu’après la guerre que celles les retrouveront et apprendront la vérité sur cette bataille.





Pour le Japon aussi la Bataille de Midway est terminée. Mais les dirigeants et hauts gradés militaire du pays souhaite l’oublier au plus vite.


Voilà, il est temps d’arrêter ce CR historique en espérant que vous avez apprécié celui-ci.

En tout cas pour ma part, je me suis bien éclaté et passionné pour faire celui-ci dans les recherches, les dessins, l’organisation, la mise en valeur de certains faits et détails historiques :etdonc:


Merci à tous pour vos nombreuses consultations et commentaires.

A noter que le site hébergeur http://www.hostingpics.net/ qui a été utilisé pour héberger les images présentées dans ce CR annonce sa fermeture. Donc on peut penser que ce CR va perdre également ces images dans un avenir proche… :roll:



Le rideau The End peut être baissé à présent !






Image
Modifié en dernier par What If le dim. 21 janv. 2018 19:55, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Grimbou
Grognard
Grognard
Messages : 1485
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 13:15
Localisation : Montech (82)

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin La fin de la bataille !

#139 Message non lu par Grimbou »

:clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap:
Je demande la médaille du CR pour Yves !
"I've seen things you people wouldn't believe: attack ships on fire off the shoulder of Orion. I've watched C-beams glitter in the dark near the Tannhauser Gate. All those moments will be lost in time, like tears in rain. It's time to die."

Avatar du membre
fantassin
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 3088
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 07:37
Localisation : Millau(12) Limogne (46260)

Re: Midway - il y a 75 ans - 6 juin La fin de la bataille !

#140 Message non lu par fantassin »

Grimbou a écrit ::clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap: :clap:
Je demande la médaille du CR pour Yves !

une médaille avec palmes même pour Yves ;) ;) :clap: :clap: :clap: :clap:
François

Répondre

Retourner vers « Compte rendu »