STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Lun 16 Déc 2019 08:55

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1750 messages ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165 ... 175  Suivant
Auteur Message
Message non luPublié: Jeu 27 Juin 2019 20:49 
Pousse pions

Inscrit(e) le : Mar 28 Fév 2012 21:22
Message(s) : 277
Localisation : Londres
Médaille OCS (1)
lefmart a écrit:
-Lord Geoffrey's Fancy d'Alfred Duggan. L'autobiographie d'un chevalier anglais du 13ème siècle parti chercher fortune dans l'Empire Franc de Constantinople. L'histoire est racontée selon le point de vue d'un noble de l'époque et il fait passer plein de détails sur les us et coutumes d'alors. Les faits historiques rapportés sont authentiques, les seules extrapolations venant de la vie amoureuse du héros. Il y a quelques passages forts savoureux, notamment la mort du Dux byzantin Cantacuzène qui montre à quel point les batailles du Moyen Age étaient des affaires forts hasardeuses.
De l'histoire avec une dose d'humour anglais, que du bon !


Bon, direction Waterstones ce week-end, c'est une époque où je manque de repères, bien que passionnante. Pas sûr toutefois de parvenir à l'attaquer cette année !


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 1 Juil 2019 22:42 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Jeu 30 Juil 2015 10:07
Message(s) : 332
Localisation : Lyon
Monsieur Guillaume a écrit:
Aux amoureux des Marines,

Je vous conseille un ouvrage récent paru aux Belles Lettres:
- Frères d'armes de Eugène B. Sledge alias Sledgehammer

Si vous aimez les jeux qui traitent des séries sur les débarquements sur les îlots du Pacifique, vous voici servis.


M.G.


Merci pour cette recommandation. "Frères d'armes" ("With the Old Breed") s'avère un ouvrage incroyable et magnifique, que je viens de lire, comme il se doit, au bord de la plage.

C'est le témoignage, unique, d'un impétrant universitaire qui décide, par patriotisme, de s'engager en tant que simple soldat dans les Marines de peur de louper la guerre. En toute simplicité !
Tout dans son bouquin est remarquable : la profondeur de vue, le sens aiguisé de la description, la lucidité sur un gigantesque gâchis et sur des situations authentiquement horribles*, la sincérité sans fard dans l'évocation des collectes de "souvenirs" ou dans celle de sa propre peur, incessante et qui doit être vaincue jour après jour...Le processus d'usure psychologique des troupes prend ici une valeur d'évidence. La description des heures qui précèdent le débarquement à Peleliu, avec l'angoisse qui vous amène au bord de la folie, jusqu'aux dernières minutes passées dans le véhicule amphibie de débarquement en attente, ballotté comme un bouchon au milieu des explosions, tord le ventre. Quant au combat d'infanterie, il dépasse l'entendement...disons qu'il a le mérite de la simplicité !
Le style employé apporte enfin beaucoup à ces mémoires : dénué d'artifices ou d'effets littéraires, il s'avère pourtant à la fois fluide et aiguisé. Le ton est également très particulier, car il est celui d'un authentique patriote, convaincu du bien-fondé de la fraternité d'arme, et qui ne manie ni cynisme, ni second degré, ni revendication politique, ni concept philosophique, ni critique facile ; in fine, son horreur de la guerre résonne donc avec une légitimité imparable. Ce qui ne l'empêche pas d'être aujourd'hui considéré, d'après les préfaces, par l'USMC comme un témoignage de première main sur le combat d'infanterie dans la durée.

Un grand choc.


* Dans la série HBO, j'avais toujours considéré que la scène des caillloux dans la matière cervicale était vraiment too much et rendait l'ensemble moins crédible. Sledge la raconte telle quelle.

_________________
Parties en cours :

- D-Day at Peleliu
- Enemy Action Kharkov (playtest German Solo)
- For the People


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 11 Août 2019 17:52 
Pousse pions

Inscrit(e) le : Mar 28 Fév 2012 21:22
Message(s) : 277
Localisation : Londres
Médaille OCS (1)
Sertorius a écrit:
lefmart a écrit:
-Lord Geoffrey's Fancy d'Alfred Duggan. L'autobiographie d'un chevalier anglais du 13ème siècle parti chercher fortune dans l'Empire Franc de Constantinople. L'histoire est racontée selon le point de vue d'un noble de l'époque et il fait passer plein de détails sur les us et coutumes d'alors. Les faits historiques rapportés sont authentiques, les seules extrapolations venant de la vie amoureuse du héros. Il y a quelques passages forts savoureux, notamment la mort du Dux byzantin Cantacuzène qui montre à quel point les batailles du Moyen Age étaient des affaires forts hasardeuses.
De l'histoire avec une dose d'humour anglais, que du bon !


Bon, direction Waterstones ce week-end, c'est une époque où je manque de repères, bien que passionnante. Pas sûr toutefois de parvenir à l'attaquer cette année !


Finalement je n'ai pas résisté en voyant la taille modeste de cet opus, et confirme qu'on n'est pas déçu ! J'ignorais au passage que les croisés avaient créé un royaume franc en Grèce au début du XIIIème siècle. Le récit est d'autant plus savoureux que le point de vue de l'époque est politiquement très incorrect et le style de l'auteur bien délié.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 11 Août 2019 19:31 
Pousse pions

Inscrit(e) le : Mar 28 Fév 2012 21:22
Message(s) : 277
Localisation : Londres
Médaille OCS (1)
Autre sujet...

Le gros demi-siècle écoulé depuis la première salve de publications sur la seconde guerre mondiale (a fortiori la première) a-t-il mis en lumière des faits susceptibles de réviser l’opinion de ceux qui l’ont vécue ?

Certains domaines se prêtent bien à des remises en cause, avec par exemple l’ouverture des archives russes. Le point semble beaucoup plus discutable dans la plupart des situations : en dehors de quelques thèses pointues sur des sujets peu couverts, j’ai du mal à trouver dans le magma des publications nouvelles des éléments convaincants, alors même que les quatrièmes de couverture se plaisent à souligner combien les auteurs, bénéficiant d’informations « nouvelles », prennent le contre-pied des historiens d’après-guerre(s).

Histoire de ne plus me contenter d’une opinion sommaire en feuilletant les bouquins à la FNAC ou chez Waterstones, j’ai donc repris le chemin de la lecture sur un thème qui passionne régulièrement : Rommel et la guerre du désert. Il me semblait que tout, ou presque, était connu dans les 10 ans qui ont suivi la fin de la deuxième guerre mondiale (hormis le décryptage d’Enigma et le rôle de Bletchley Park) mais quoi de mieux pour s’en assurer que de compulser un livre édité par Cambridge University Press et rédigé par Martin Kitchen, spécialiste de l’Allemagne de cette époque.

Image

L’auteur est indéniablement amplement renseigné, sa bibliographie surabondante, et il prend le parti de couvrir le théâtre nord-africain sous tous ses aspects : aux récits de combats terrestres, il ajoute de longs passages relatifs aux campagnes autour de Malte, à la guerre sur mer, aux carences logistiques ou de ressources de l’Axe et bien entendu aux relations entre Italiens et Allemands.

Tout cela alimente un préjugé favorable sur Rommel’s Desert War, qui souffre cependant de nombreuses erreurs factuelles, aucune bien grave en soi et qu’on assimilerait volontiers à des coquilles provenant d’une relecture trop rapide. Il est malgré tout navrant qu’un patronage aussi prestigieux laisse passer des confusions entre Tigre I et Königstiger, division et corps, Groupe d’Armée Centre et Sud en Russie, avec une même action présentée à deux dates différentes en 5 pages.

A mi-chemin entre le fond et la forme, les jugements de l’auteur sont péremptoires et semblent sans appel, y compris lorsque les faits relatés ne cadrent pas avec l’énoncé initial. De fait, on a l’impression d’une thèse posée par avance, suivie d’une narration honnête malgré les défauts énoncés plus haut, avec des rappels ici et là du thème principal, de moins en moins en phase avec le récit.

La thèse centrale de Martin Kitchen, qui aura tout pour plaire aux historiens modernes, est que Rommel était brillant sur le plan opérationnel mais avec d’immenses lacunes et un comportement « irresponsable », mot qui revient plusieurs fois dans le premier tiers de l’ouvrage.

Et l’auteur de nous fournir rapidement tous les éléments de réfutation de sa propre thèse, sans apparemment s’en rendre compte… Il y aurait en somme un pêché originel dans la transgression des ordres de début 1941, lorsque Rommel s’emparera de presque toute la Cyrénaïque au lieu de rester sagement à l’ouest d’Agedabia, pour mener une campagne défensive mobile. Après cette affirmation capitale, clef de voute de toute l’argumentation, Martin Kitchen entreprend de montrer en quoi la capacité portuaire de Tripoli était insuffisante, et combien il était facile aux Anglais de neutraliser cet unique point d’arrivée des navires, par bombardement depuis Benghazi ou étranglement maritime. Bref en peu de temps, les troupes de l’Axe se seraient retrouvées coupées de tout ravitaillement, tout en laissant le Commonwealth préparer à loisir ses futures offensives.

Cette aporie n’est jamais relevée, pas plus d’ailleurs que d’éventuelles alternatives à la conduite de la guerre en Méditerranée en 1941-1942 telle que pratiquée par l’Axe. A aucun moment il n’est clairement indiqué si la prise de Malte par exemple, ou une prise en main sérieuse de la logistique par les Allemands, aurait changé l’issue des opérations. Or l’impasse stratégique dans laquelle s’est fourguée l’Italie a des conséquences opérationnelles en ce qu’elle force Rommel à prendre des risques. Que ce fût dans sa nature est indéniable, avec des résultats dépassant toute rationalité jusqu’au premier El Alamein. Etonnamment, Martin Kitchen souligne combien le Renard du Désert avait compris dès avant Alam Halfa, et bien avant les brillants stratèges de Rome et Berlin, que cette lutte était sans espoir, et hésite sur le niveau de crédit à lui accorder : ce serait saper son propre argumentaire.

Je passe sur d’autres considérations, les relations avec les Italiens, l’inconvénient de diriger depuis l’avant, le caractère « non-conventionnel » des opérations, etc. In fine, il semblerait que le jugement initial tienne davantage du caractère ambitieux et rustique du personnage, pas trop en phase avec les canons de célébrité du XXI siècle, que de ses performances tactiques, opérationnelles ou de sa pensée stratégique. A suivre scrupuleusement les faits et analyses relatés par l’auteur, Rommel en sortirait grandi et replacé sur son piédestal !

A défaut d’autre chose, Rommel’s Desert War confirme qu’à peu de choses près, tous les paramètres de la guerre du désert étaient connus voici plus d’un demi-siècle. Prendre les ouvrages de l’époque et les lire avec un brin d’esprit critique a sans doute beaucoup plus de valeur que l’histoire revisitée une fois les témoins de l’époque éteints.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 11 Août 2019 21:48 
Grognard

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 16:55
Message(s) : 720
merci Sertorius, j'ai longtemps hésité à prendre ce livre à l'époque mais finalement me suis abstenu.

Petite question en passant, quel-s livre-s sur cette guerre du désert recommanderiez vous ?


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 12 Août 2019 09:33 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 10:39
Message(s) : 3124
Médaille Frog of War (1) Chevalier de l'ordre du Ponton (1) Médaille des 10 ans (2) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des 1000 messages (1) Médaille des comptes rendus (1) Médaille des petits posteurs (6)
Médaille du message (1) Médaille de bibliothècaire (1) Médaille du monster game (1) Rencontres Lyonnaises (1) Baroudeur ardéchois (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1)
Médaille East front serie (1) Europa (1) Médaille du front est (1) Médaille de la Secession (1) Médaille du second empire (1) Ordre du schtroumpf (1) Médaille de la pelle (1)
Médaille du FSSOP (1)
Pour rester dans la ligné de Sertorius et comme je viens juste de le finir :

Image

Titre trompeur s'il en est puisque les différents essaie se place plus sur les à côté politique ou culturel et le cadre non militaire de cette guerre du désert.

Comme toute somme d’essais, leur valeur est inégale même si effectivement la majorité défriche une vision de cette campagne d'Afrique du nord passé le plus souvent sous silence (violence sur les population civil, l'impacte des combats sur l'ensemble des colonie africaine des belligérants, etc.).

Pour une vision sur l'histoire bataille, les chapitre sur "les chefs" et "Afrique du nord et stratégie planétaire" sont les plus intéressant.

A ne recommander que si on a déjà une bonne connaissance de cette guerre du désert.

_________________
"Americans have finally get beyond our racial past, and picked up a black men to clean up our mess" - Bill Maher
"We cannot defend freedom abroad by deserting it at home." - Edward R. Murrow


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 12 Août 2019 13:13 
Rat de bibliothèque
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 16:04
Message(s) : 5965
Localisation : Paris
Médaille des petits posteurs (1) Médaille de la chance (1) 13° stratège (1) Médaille OCS (1) Médaille World in flames (1)
Un jour je me mettrai à étudier la guerre du désert, 1940-43. C'est probablement le seul théâtre dont un auteur peut avoir lu toutes les archives, car il y a finalement peu d'unités, donc une masse documentaire bien moins impressionnante que sur le Front de l'Est ou pendant la campagne d'Europe du Nord-Ouest. Et bien sûr, il reste énormément de points obscurs.

Sertorius a écrit:
La thèse centrale de Martin Kitchen, qui aura tout pour plaire aux historiens modernes, est que Rommel était brillant sur le plan opérationnel mais avec d’immenses lacunes et un comportement « irresponsable », mot qui revient plusieurs fois dans le premier tiers de l’ouvrage.


C'est aussi la conclusion à laquelle j'arrivais il y a quelques années ; mais c'était à une époque où j'avais moins de capacité de recherche. Rommel est au sommet de son talent dans la bataille de Gazala, et à ce stade on est au-delà de la tactique, c'est de l'opérationnel.

Je me demanderais aujourd'hui s'il était conscient de ses lacunes. En particulier, il n'a pas la formation d'officier d'état-major qui donne une compréhension très large de ce qui fait fonctionner (ou de ce qui empêche de faire fonctionner) une armée ; mais ça pourrait se compenser par un talent pour s'entourer des bons spécialistes. Je ne sais pas non plus quelle était sa capacité à s'entendre avec, ou à mettre à son service, l'aviation à l'échelle tactique et opérationnelle (sur le stratégique, on connaît les tensions avec Kesselring & co.). Enfin, je me demande quelles conclusions il tire de sa défaite à El Alamein, pendant la quelle les Alliés ont radicalement changé de technique de combat.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 12 Août 2019 13:40 
Vieille barbe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Jeu 23 Déc 2010 22:52
Message(s) : 3260
Localisation : Vanves (mais je suis de Meudon)
Médaille des 1000 messages (1) Concepteur de jeu (1) Editeur de jeu (1) Historien (1) Académicien (1) Médaille des scribouillards (1) Médaille de bibliothècaire (1)
Grand collectionneur (1) Disciple du card driven (1) Organisateur de conventions (1) Médaille du Trophée (1) Rencontres de l'AOBA / RLP (1) Médaille de l'Ecole de Guerre (1) Champion France de Wargame (1)
Médaille GBOH (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille des GBAR (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la Secession (1) Médaille du second empire (1) Médaille napoléonienne (1)
Médaille du Moyen Age (1) Médaille de l'antiquité (1) Médaille navale (1)
Comme c’est l’été, deux romans, mais deux romans extrêmement bien documentés et réalistes d’un point de vue historique :

- Azteca, de Gary Jennings
- La conquête des îles de la Terre Ferme, d’Alexis Jenni

Les deux décrivent la civilisation aztèque et son effondrement sous les coups des Espagnols, mais le premier du point de vue d’un Aztèque et le second du point de vue d'un Espagnol.

Passionnant et très bien écrit dans les deux cas. Deux livres à lire à la suite et en une seule bouchée.

_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal

http://www.fredbey.com


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 12 Août 2019 14:38 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 11:00
Message(s) : 16488
Localisation : Paris
Médaille Frog of War (1) Médaille des 10 ans (2) Ordre des anciens 2005 (1) Médaille des 1000 messages (5) Médaille du samaritain (1) Traducteur (1) Médaille des trappistes (1)
Fou de Bourgbarré (1) Soldat du 4° zouave (1) 13° stratège (1) Médaille de l'Ecole de Guerre (1) Médaille Jours de gloire (1) Europa (1) Médaille espagnol (1)
Petit calimero (2) Ordre du schtroumpf (1) Petit plaisantin (1) Médaille du FSSOP (1)
Semper Victor a écrit:
Comme c’est l’été, deux romans, mais deux romans extrêmement bien documentés et réalistes d’un point de vue historique :

- Azteca, de Gary Jennings
- La conquête des îles de la Terre Ferme, d’Alexis Jenni

Les deux décrivent la civilisation aztèque et son effondrement sous les coups des Espagnols, mais le premier du point de vue d’un Aztèque et le second du point de vue d'un Espagnol.

Passionnant et très bien écrit dans les deux cas. Deux livres à lire à la suite et en une seule bouchée.

:good:
Grosse bouchée quand même : 1500 pages en tout :)


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Lun 12 Août 2019 18:58 
Membre FOW
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 10:39
Message(s) : 3124
Médaille Frog of War (1) Chevalier de l'ordre du Ponton (1) Médaille des 10 ans (2) Ordre des anciens 2003 (1) Médaille des 1000 messages (1) Médaille des comptes rendus (1) Médaille des petits posteurs (6)
Médaille du message (1) Médaille de bibliothècaire (1) Médaille du monster game (1) Rencontres Lyonnaises (1) Baroudeur ardéchois (1) convention GCACW rémoise (1) Médaille de la série GCACW (1)
Médaille East front serie (1) Europa (1) Médaille du front est (1) Médaille de la Secession (1) Médaille du second empire (1) Ordre du schtroumpf (1) Médaille de la pelle (1)
Médaille du FSSOP (1)
WiFDaniel a écrit:
Un jour je me mettrai à étudier la guerre du désert, 1940-43. C'est probablement le seul théâtre dont un auteur peut avoir lu toutes les archives, car il y a finalement peu d'unités, donc une masse documentaire bien moins impressionnante que sur le Front de l'Est ou pendant la campagne d'Europe du Nord-Ouest. Et bien sûr, il reste énormément de points obscurs.


Cool ! Cool, cool, cool, cool, cool... ;)

Surtout qu'il n'y a pas tant que ça d'histoire complète de l'offensive italienne jusqu'à la capitulation.

_________________
"Americans have finally get beyond our racial past, and picked up a black men to clean up our mess" - Bill Maher
"We cannot defend freedom abroad by deserting it at home." - Edward R. Murrow


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1750 messages ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 159, 160, 161, 162, 163, 164, 165 ... 175  Suivant

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr