STRATEGIKON

100 % Wargame
graphique
Nous sommes actuellement le Dim 17 Fév 2019 12:04

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Règles du forum


:!: ATTENTION :!:
Toute discussion concernant strictement Lock N Load doit se faire dans le forum qui lui est réservé.



Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:52 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Commentaire général

Sloane a écrit:
Je possédais déjà d'excellents jeux tactiques sur la seconde guerre mondiale ou sur le Vietnam, si bien que je ne ressentais pas le besoin de tester En pointe toujours. La dernière version sur les conflits en Afrique contemporaine m'a incité à faire l'effort de lire de nouvelles règles (et de découper les pions). J'ai finalement découvert un excellent jeu et une très bonne simulation qui n'a rien à envier à ses concurrents - le prix bas compensant le temps consacré au bricolage. Du coup, je vais voir ce qu'il en est du EPT Seconde Guerre mondiale.

Mon avis plus détaillé sur le système:

Je trouve que l'originalité du système par rapport aux autres jeux sur carte de ce type repose sur trois points.

- La simulation de l'échelle de commandement : rien n'interdit des manoeuvres solos mais, pour une meilleure souplesse de manoeuvre, les unités ne doivent pas trop s'éloigner de leur chef de section, et les chefs de section eux-mêmes doivent rester en contact avec le chef de compagnie. On assiste ainsi à l'aspect parfois très procédural de la guerre moderne, ce que les autres systèmes de jeu tactique sur carte ne rendent pas.

- Le système de tests de "cadence" (une règle simple mais cruciale qui fait la grande originalité du jeu): une unité peut tirer indéfiniment tant qu'elle réussit ses tirs de cadence. Ce qui signifie qu'une seule mitrailleuse peut stopper l'assaut d'une section si celle-ci s'élance d'assez loin. A chaque fois qu'une unité effectue un tir supplémentaire, elle risque d'enrayer son arme ou de manquer de munitions. Comme le fait de tirer plus d'une fois est soumis au hasard du test de cadence, il est impossible de prévoir quelle sera la capacité réelle de l'arme.

- Les tirs d'opportunité des joueurs passif ET actif : les tirs d'opportunité ont lieu à chaque hex d'entrée ou à chaque tir; et le joueur actif peut lui-même effectuer des tirs sur des unités passives effectuant un tir ou un mouvement de réaction.

Les deux dernières règles - tests de cadence ; tirs d'opportunité joueur passif/actif - font que le moindre tir ou le moindre mouvement peut déclencher une suite phénoménale de tirs et contre-tirs. Cela crée une atmosphère de violence que l'on ne rencontre, à ma connaissance, dans nul autre jeu à cette échelle.

Les règles simulent de nombreux autres paramètres (visibilité, fumigènes, retranchements, ...). En particulier, les unités peuvent se retrouver dans des états variés qui se combinent entre eux : "stoppé"; "neutralisé"; "hésitant"; "démoralisé"; cela en plus de leurs caractéristiques et de leur niveau initial ("choc", "vétéran", "ligne", "bleu").

Comme dans tout jeu à cette échelle, mais à partir de règles simples, le système contraint à former des séquences reco/tir/(diversion)/assaut et des combinaisons soutien/appui/progression caractéristiques du combat tactique.

Etant amateur du jeu informatique SPMBT, je n'ai pas été dépaysé par EPT. Est-ce que les concepteurs s'en sont inspirés ?

Je n'ajouterais que deux règles:
- un système de bonus/malus quand ont lieu des tirs croisés ;
- une limitation des fumigènes dans les sections d'infanterie (par exemple: 2 fumigènes maximum par section; mais on ne comptabilise pas pour chaque section les fumigènes consommés. S'il y a trois sections en jeu dans un camp, le joueur a droit à 6 fumigènes, utilisables par n'importe qui tant qu'il en reste).

Mon principal reproche ne porte pas sur le système de jeu en lui-même, mais sur la présentation des règles. Les règles deviennent confuses dès lors qu'on aborde l'artillerie, les blindés et le tir anti-aérien. Par exemple, la procédure des tirs d'artillerie hors carte n'est pas assez claire : je suis sûr qu'un type qui découvre les wargames n'arriverait pas à déterminer quelle partie du tableau de l'artillerie correspond à telle étape de la procédure. Les règles mériteraient d'être davantage illustrées par des exemples.


amaury a écrit:
En ce qui concerne les règles, il y a tellement longtemps que je joue au système que je les connais par coeur... j'ai du mal à voir les parties "confuses". J'ai essayé par contre de clarifier le vocabulaire (remplacer Char par véhicule, par exemple) et de dissocier type d'unités / type d'armes (par exemple, réserver Canon à l'arme, qu'il s'agisse de pièce de soutien, de canon de véhicule ou de canon sans recul, et remplacer pion Canon par pièce de soutien). Mais ayant repris et complété des règles existantes dont je ne suis pas le maître, je n'ai pas réussit à aller jusqu'au bout de cette logique.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:53 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Puissance des unités d’infanterie

roi-sorcier a écrit:
Je trouve que la puissance de feu des pions infanteries me parait sous-estimé: 4 seulement pour la plupart... ce qui est égal a celle des pions anglais de EPT 2...hors il y a une grosse différence entre un groupe de combat armé de fusil Lee-Enfield+ 1 Bren+ 1 Sten et un groupe logiquement entièrement équipé d'AK 47 (ou autre.......)


fantassin a écrit:
Concernant les soviétiques, c'est une armée où la dotation de pistolets mitrailleurs est importante, d'où la puissance de feu de 6 pour certaines unités, mais dans le jeu beaucoup d'unités sont à 4 et non à 6


roi-sorcier a écrit:
oui je sais...la valeur de 6 représente les groupe de "choc" entièrement équipé de PM........mais un groupe de combat entièrement équipé de fusil d'assaut pourrais être a 5.....c'est d'autant plus bizarre quand regardant bien un groupe de combat français des année 70 équipé de MAS 49/56 et de mat 49 est 5 en puissance de feu alors qu'un groupe libyens équipé d'AK 47 a seulement 4.....certes il y a la discipline........mais cette différence me parait bizarre....


amaury a écrit:
En vérifiant sur les pions russes, le groupe russe standard a une valeur 4-6-4, soit la même puissance que mes réguliers libyens, avec une portée et une cadence inférieure. Les Russes avec une puissance de 6 sont je pense nombreux et équipés pour le combat très courte portée : PM et surtout beaucoup de grenades, soit une portée de 2 (valeur 6-6-2), comme les Français du Bataillon de choc (6-7-3). : ce n'est pas vraiment comparable.

Pour les pions Arabes réguliers, j’ai repris les valeurs des Egyptiens du scénario Sinaï 1956 (4-7-6). Elle convient, je pense, pour les Libyens réguliers des années 1970 et pour les katibas régulières algériennes de 1960. A ce sujet, une personne cherchant à adapter mon scénario Algérie à ATS semble ne pas avoir trouvé dans ATS 1956-1978 de pions arabes aussi puissants que mes Arabes réguliers (ce qui me confirme dans mon choix) : pour maintenir l’équilibre, il faut avec ATS ajouter des mitrailleuses arabes. Ces mitrailleuses arabes sont d’ailleurs largement disponibles dans les pions que j’ai prévus (une section de trois mitrailleuses par compagnie, soit utilisées dans une section indépendante, soit réparties dans les différentes sections).
Partant de là, les Africains réguliers ont la même valeur et la même portée, mais une cadence un peu inférieure (4-6-6) faute d’entraînement sérieux.
Les irréguliers (africains et arabes) ont toujours la même puissance de feu mais une cadence encore inférieure par manque d’entrainement, et une portée aussi inférieure pour imprécision du tir (4-5-5).

Je sais que tout ceci est discutable, mais j’ai essayé d’être cohérent, dans les interclassements des pions publiés, avec les pions EPT déjà publiés, et avec des jeux similaires. Dans tous les cas, il faut effectivement se rappeler qu’il y a une grande différence entre les capacités théoriques de l’armement, et son efficacité sur le champ de bataille.

Enfin, il faut noter que les trois pions para français 6-7-6 seront utilisés pour des scénarios 2004-2007 (groupes de combat moins nombreux mais entièrement équipées de FAMAS).


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:54 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Aviation d’attaque au sol

roi-sorcier a écrit:
Les chiffres sur les pions d'avions correspondent a quoi?

amaury a écrit:
La puissance d'attaque au sol. Pour le Skyraider de Salal, cela n'a pas beaucoup d'importance (puissance 12 par défaut dans les règles). Par contre, avec les Jaguars à Ati (Tchad 1978, puissance 34) et les Mirages à Birao (Centrafrique 2007, puissance 40), ça fait mal :lol: :lol:
Ce sera rappelé dans les règles de scénario utilisant les pions en question.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:54 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Modélisation des véhicules

roi-sorcier a écrit:
Comment fais-tu pour estimer les caractéristiques (blindages, puissance de feu...) des véhicules ?


amaury a écrit:
J'ai travaillé par analogie avec les véhicules existants. J'en ai déduis que 1 point de blindage / 1 point de valeur AC valent entre 100 et 200 mm de blindage (200 mm à la verticale, autour de 100 mm selon l'inclinaison).

En AP, il faut tenir compte du canon et des mitrailleuses de bord.
Par contre, dans les modules 2e guerre mondiale, la puissance de tir des mitrailleuses embarquées est systématiquement inférieure à celle des mitrailleuses de même calibre à terre. Je n'ai pas d'explication.

Pour la taille et le nombre de PM, je travaille entièrement par analogie : je me suis fait une table pour certains véhicules existants avec vitesse théorique et taille réelle, et en face les valeurs retenues dans EPT. Je compare les nouveaux véhicules à l'existant, et je décide en conséquence.


fantassin a écrit:
Je pense que cela doit venir du fait qu'une mitrailleuse de caisse embarquée à une moindre efficacité, car son angle de tir est plus réduit, et que de même qu'une mitrailleuse AA sur un char en mouvement c'est moins facile à utiliser qu'une arme sur trépied


amaury a écrit:
Je ne suis pas convaincu. Si c'est un problème d'angle de tir, cela devrait se traduire par des pénalités pour tir "pas dans l'axe" (ce qui n'est pas le cas : le modificateur "vitesse de tourelle ne s'applique pas aux tirs AP).
Par contre, la cadence est effectivement plus faible suite à une plus grande difficulté à engager les bandes de cartouches.
Si c'est un aspect "mouvement", cet effet de véhicule en mouvement est déjà pris en compte en divisant par 2 la puissance de feu.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:54 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Restriction aux groupes de tir

fantassin a écrit:
Pour ce qui est de la restriction concernant les groupes de tir de véhicules soviétiques, si vous rentrez dans les caractéristiques nationales, cette restriction ne devrait pas s'appliquer aux unités de la garde, ni en 44 vu les progrès (radio) des véhicules).
Par contre, pourquoi ne pas l'appliquer aux Français en 1940? Le manque de radio et les tourelles à un seul homme gênent la coordination

amaury a écrit:
Dans le complément du VV81, je me suis contenté de reporter des règles données dans EP1 à EPT4, pour que EPT5 soit complet et permette de jouer tous les scénarios déjà publiés. Compte tenu des évolutions du système de jeu, j'ai été amené à réécrire partiellement certaines règles pour les rendre cohérentes avec le reste (par exemple, les parachutistes). Toutes les particularités propres aux unités d'un module ont été regroupées dans un chapitre que j'ai appelé "règles de nationalité" mais qui est un peu fourre-tout, puisqu'il comprend des règles particulières, des commentaires sur les pions… Il n'y a pas eu de travail pour définir de manière rigoureuse et complète des vraies règles définissant les particularités de chaque nationalité.

Ce travail reste à faire, mais ma contribution se limite pour l'instant au combat contemporain (surtout de l'armée française).
Il y a moyen de reprendre cette démarche pour créer de vraies règles de nationalité et les proposer à Vae Victis, mais ce n'est pas ma priorité. :wink:


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:55 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Munitions épuisées

Queribus a écrit:
Je viens de découper mes pions EPT et lu la règle. une chose me choque: le fait qu'une fois inutilisables (plus de munitions ou autres), les unités sont retirées de la carte, alors qu'à mon sens elles devraient se débrouiller pour sortir hors de la carte, au risque de se faire dégommer se faisant ... non ?
Pour les armes, soit, je conçois qu'elles soient balancées, mais pour une équipe ou un blindé, faire retraite et rejoindre l'arrière n'est pas forcément toujours chose aisée, et peut compter comme PV pour l'adversaire


amaury a écrit:
Je suis d'accord avec toi sur le principe.
C'est une simplification qui date du début de la série. Elle me choquait au début, j'ai fait quelques parties en conservant les véhicules sans munitions pour essayer de les faire sortir, mais je m'y suis habitué à la longue.
Du coup, je ne l'ai pas remise en cause pour le module Afrique. Une règle "maison" qui maintient les véhicules et canons (voire les armes lourdes avec mise en batterie) sur carte même munitions épuisées ne me choque pas.

Par contre, pour les RPG, les LRAC et les TE, voire pour les mitrailleuses et mortiers, la règle me paraît tout à fait correcte pour EPT (qui ne gère pas les armes abandonnées et leur récupération par l'ennemi).


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:55 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Tireurs d’élite

roi-sorcier a écrit:
Quel plaisir de jouer (enfin......) a la période moderne (et d'avoir enfin des snipers a EPT....)

amaury a écrit:
Juste une remarque, il ne s’agit pas de snipers, mais de tireurs d’élite (le terme exact est tireur de précision). Il s’agit d’unités armées de fusils de précision, donc capable de tirer loin et très précisément, mais participant pleinement à la manœuvre tactique (contrairement au sniper embusqué et immobile type Seconde Guerre mondiale, même si les règles de TE pourrait s’appliquer à des snipers … je compte le faire pour les tireurs japonais perchés dans les cocotiers à Guadalcanal).


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:56 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Canons sans recul

roi-sorcier a écrit:
Petite question sans rapport directe avec le jeu: toi qui semble très bien connaitre l'armée française de cette période: je me demande depuis longtemps quant-est ce que l'armée française a arrêté d'utiliser les canons SR de 57 et 75......ils sont présent en Algérie et après j'ai l'impression qu'ils "disparaissent" des dotations......

amaury a écrit:
Dans les bouquins que j'ai lu sur la guerre d'Algérie, je n'ai pas vu beaucoup de canons sans recul... Ensuite, les unités engagées en Afrique sont des unités légères (troupes de Marine, parachutistes). Les compagnies d'appui ne sont souvent pas déployées au complet (comme à Kolwezi, seul la SER et la SMM - mortiers de 81- sont déployées, voir le scénario Métal Shaba, pas le reste de CEA).
Il y avait des canons sans recul dans les unités d'infanterie de la Ire Armée jusque dans les années 1980, comme arme antichar (tel que le 106SR monté sur jeep). Ils ont été remplacés ensuite par les missiles Milan.
Pour les unités légères en Afrique, à la même époque, n'ayant pas à affronter de chars de bataille, l'arme antichar était le LRAC.
Je suppose (mais ce n'est pas une certitude) que les canons 57SR et 75SR étaient trop légers pour le combat conventionnel en Centre-Europe, et pas assez mobiles pour le combat de basse intensité en Afrique, où ils ont été supplantés par le duo LRAC / mortier de 81 (avec une spécialité des troupes aéroportées françaises, le raid mortier par hélico).


roi-sorcier a écrit:
C'est comme pour les canon AC...pour la WWII on a l'habitude des canons en foret ou au bord d'une route....pas d'un canon SR planqué dans une maison........

amaury a écrit:
:shock: :shock: :shock:
Il n'y a pas de canons SR dans une maison : voir 1.5 dernier paragraphe : "Les armes lourdes recto verso ne peuvent pas se mettre en batterie dans un hex de bâtiment (sauf mitrailleuse)."
De même, les véhicules sont interdits dans les hex de bâtiment (par la table des terrains).
Par contre, il semblerait que l'interdiction des pièces de soutien dans les bâtiments n'est pas explicitement indiquée.

Nota : il y a déjà eu tout un débat sur les bazookas et autre lance-roquettes en bâtiment. J'ai considéré que les armes lourdes sans mise en batterie peuvent tirer d'un hex de bâtiment et bénéficier de la protection du bâtiment (armes mobiles, abritée dans le bâtiment, tirant en sortant légèrement par une porte ou une fenêtre). Les armes avec mise en batterie sont, soit dans le bâtiment (et le tir, donc par simplicité la mise en batterie, est interdit - sauf mitrailleuse), soit hors du bâtiment (elles ne bénéficient pas de sa protection, et il faut les mettre dans un hex adjacent.


roi-sorcier a écrit:
il me semble pourtant qu'un canon SR léger (type 75) puisse facilement être mis en batterie dans un bâtiment non?
Bah autrement j'ais encore fais une connerie.... :cry: :cry:


amaury a écrit:
En terme d'encombrement, oui.
Mais en cas de tir, "l'énergie" (je ne trouve plus le terme exact) du tir, confinée dans un espace clos, a toutes les chances de carboniser le tireur :shock:


roi-sorcier a écrit:
J'ai vu sur le VV n°21 que dans l'exemple illustré sur la vague humaine dans l'exemple le SR de 57 et placé dans un bâtiment.....
mais c'est vrai que sa me parait plus logique qu'ils restent cantonné en dehors des bâtiment....


amaury a écrit:
A l'époque, les règles ne l'interdisaient pas :wink: .
J'ai rajouté la précision dans EPT5 suite à une discussion sur Strategikon (elle portait principalement sur les Bazookas dans ASL). De plus, avec l'ajout des lance-roquettes et des lance-missiles, il fallait vraiment clarifier la chose.


Haut
 Profil  
 
Message non luPublié: Dim 12 Oct 2008 04:56 
Pousse pions
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : Sam 27 Sep 2008 14:11
Message(s) : 233
Localisation : France
Concepteur de jeu (1) Médaille du Trophée (1) Médaille Au fil de l'épée (1) Médaille Jours de gloire (1) Médaille de la guerre froide (1)
Armes AC d’infanterie

pml a écrit:
Comment s'est fait le choix d'intégrer ou non les armes AC dans les groupes de combat ? A partir de quelle calibre/portée les considère-t-on comme des armes lourdes ? Idem pour les mitrailleuses. Seules les HMG ont des pions individualisés et les autres sont intégrés aux GC ?


amaury a écrit:
Pour les mitrailleuses, les armes de calibre inférieur à 7,62 sont systématiquement dans les pions "groupes de combat". Les 12,7 et plus sont des armes lourdes. Pour les 7,62, c'est variable. S'il s'agit d'une arme structurelle du groupe de combat, elle sera intégrée. S'il s'agit d'une arme plus indépendante, ou d'une mitrailleuse appartenant à une section d'appui, elle sera séparée.

Le principe est le même pour les armes antichars. Sachant qu'il faut aussi pondérer en termes d'efficacité. Une arme lourde représente en théorie une arme réelle, mais si des Tchadiens ont une nuée de RPG mais tirent à tord et à travers, il faut doser le nombre de pions RPG fournis pour obtenir un résultat réaliste.
De manière concrète, je n'ai pas encore eu à simuler les AT-4 qui équipent désormais tous les groupes de combat français (2 postes de tir par groupe). C'est une arme antichar très courte portée, il y a plusieurs manières de le simuler :
- un pion AT-4 type lance-missiles (valeur pour toucher + puissance AC)
- un pion AT-4 type bazooka (test pour toucher incluant test de destruction).
Dans ces deux cas, cela en fait un, voir deux, par groupes de combat (à voir en fonction de l'efficacité. Si l'arme est peu efficace dans les faits, cela peut faire un ou deux pions pour la section).
- un capacité intrinsèque type Panzerfaust, sans pion séparé.
Je verrai à l'usage le jour où j'aurai un scénario ave des AT-4 engageant des chars ennemis.


roi-sorcier a écrit:
La gestion type panzerfaust me parait approprier car il me semble que l'AT-4 est une arme consommable non?


amaury a écrit:
Sur le principe, je suis d'accord avec toi, mais dans le mécanisme retenu pour les lance-roquettes très courte portée, il n'y a pas de valeur AC, juste une probabilité de toucher et donc détruire.
Il faut donc voir quels seront les chars en face. La puissance AC de l'AT-4 est de 30. Face à des chars moyens, pas de problème, toucher = tuer. Je n'ai pas regardé les caractéristiques des chars lourds russes en terme de blindage, face à eux, je ne sais pas ce que donne un AT-4.
Mais c'est pour ça que j'ai introduit la notion de "lance-roquettes très courte portée", pour gérer bazookas, panzerfaust, PIAT et panzerschreck de la seconde guerre mondiale, et pour m'ouvrir la possibilité de gérer l'AT-4 de la même manière.


roi-sorcier a écrit:
La solution viendrais peut-être de faire un marqueur AT-4 avec ses valeur AC et de portée mais pas autonome....c'est a dire qu'il ne pourrais être utilisé qu'empiler avec un groupe de combat.....une fois utilisé on le retire du jeu....


amaury a écrit:
Je préfère a priori conserver une dotation type Panzerfaust.
Y-a-t-il des affrontements récents Occidentaux avec AT-4 ou équivalent, contre chars lourds ? (d'ailleurs, je ne sais pas trop quels sont les chars lourds "anti-occidentaux" actuellement). Si les chars visés ne sont que du char moyen, la règle type Panzerfaust fait très bien l'affaire (touché = détruit).
Pour les opposants des chars lourds occidentaux, c'est pour l'instant plutôt du RPG ou des IED. Je pense que des pions séparés font très bien l'affaire.


pml a écrit:
A mon avis, la puissance d'un RPG-7 est comparable à celle d'un lance-roquette AC. Soit on ne les oppose qu'à des blindés où touché=coulé et le "système pannzerfaust" marche très bien; soit on les oppose à quelque chose d'un peu plus musclé et là, si l'on veut utiliser des pions séparés, cela pose le problème de la gestion du "jetable" et autres LAW. La question me semble pertinente dans le cas de scénarios sur le Moyen-Orient ( un Merkava, c'est quand même de la grosse bêbête)


amaury a écrit:
Les pions RPG d'EPT5 sont la version "ancienne", qui correspond au RPG-7V, valeur AC=16.
D'après Wikipedia, les munitions plus récentes (RPG-7VR) sont équivalentes à l'AT-4 ou au Milan (AC=30). Cela reste inférieur au missile Hot (AC=40).
Je pense que la nuance entre pion séparé ou "type Panzerfaust" est aussi (voire surtout) lié à l'usage. Le type Panzerfaust correspond à une arme en dotation systématique. C'est le cas de l'AT-4 dans les groupes de combat français (2 pièces par groupe). C'est donc une capacité intrinsèque du pion.
Au contraire, par exemple à Kolwezi, les LRAC étaient une arme spécifique (un par section, même si la dotation théorique était de un par groupe de combat). D'où des pions séparés.


roi-sorcier a écrit:
Je pense que pour l'instant les AT-4 ont au mieu affronté des T72 en Irak par exemple.....les blindés plusmoderne type T80 ou T90 sont trés rare....


amaury a écrit:
Sauf erreur de ma part, les AT-4 n'étaient en service au moment de la guerre du Golfe dans l'armée française. Pour les US ou les Anglais, je ne sais pas.


roi-sorcier a écrit:
Je pensai a la seconde guerre d'Irak....comme l'AT-4 est encore en service dans l'US Army il a du être utilisé au combat...


pml a écrit:
Le problème c''est que les fantassins américains n'ont pas du voir des masses de T80 en état de combattre !


amaury a écrit:
Y-a-t-il des affrontements récents Occidentaux avec AT-4 ou équivalent, contre chars lourds ?
De toute façon, le sujet reste très théorique : les scénarios sur lesquels je travaille n'ont, ni AT-4, ni chars lourds en face. :lol:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Le fuseau horaire est UTC [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr