GOSS: Lucky Forward

Règles du forum
:!: ATTENTION :!:
Toute discussion concernant strictement Advanced Squad Leader (ASL), Advanced Tobruk System (ATS), World In Flames (WIF) ou Operational Combat Series (OCS) doit se faire dans leur forum qui leur respectif.
Idem pour Lock N Load, mais dans la période Après 1945
Message
Auteur
Micke
Grognard
Grognard
Messages : 856
Enregistré le : jeu. 15 mai 2014 05:17
Localisation : Paris

GOSS: Lucky Forward

#1 Message non lu par Micke »

Image

Lucky Forward (Les veinards en avant !) était le signe de ralliement de la 3eme armée US commandée par le général Patton entre août 1944 et jusqu'à sa mort accidentelle sur une route verglacée en Allemagne à la fin de l'année 1945. Lucky Forward (LF) est également le titre du 4eme module de la série GOSS (Grand Operational Simulation Series) conçue par Joe Youst qui a pour thème la campagne des armées américaines et des forces françaises du général Leclerc en Lorraine entre le 5 septembre et le 31 décembre 1944. Cette série est publiée par Decision Games.

https://shop.decisiongames.com/ProductD ... tCode=1034

La publication de LF a donné lieu à un important toilettage des règles. Le nouveau livret, plus agréable à lire, mieux présenté et plus didactique permet de ranger aux oubliettes les versions précédentes.
Les nouvelles règles de la série ainsi que les règles spécifiques à LF sont téléchargeables sur
http://decisiongames.com/wpsite/e-rules/

Le déroulement de chaque séquence de jeu est décrit en détail dans 14 fiches fournies avec LF ou achetables chez l'éditeur.
LF appartient aux "Monster Games" avec 5 cartes et demi (un hexagone=1 mile=1.6km) et 3360 pions. Néanmoins on peut jouer sur seulement 2 cartes en scindant les scénarios entre nord et sud. Les cartes de la Lorraine sont parfaitement ajustables avec les cartes de Wacht am Rhein, elles-mêmes jointives avec celles de Hurtgen Forest. Joe Youst est en train de concevoir des scénarios plus réduits qui permettront d’utiliser qu’une seule carte ou fraction de carte.
GOSS est une simulation au niveau opérationnel. Les unités représentent des bataillons ou des compagnies. Un tour de jeu représente 8 heures. La logistique et le déroulement des combats très détaillés constituent le cœur du système. Parmi les simulations comparables à GOSS on peut citer OCS mais l'échelle des cartes et de temps n'est pas la même. GOSS se joue à une échelle plus tactique que OCS. Dans OCS, mis à part les corps mécanisés ou les divisions blindées, où l'on dispose de pions représentant des bataillons, les divisions d'infanterie sont représentées par un seul marqueur. Dans GOSS l'ordre de bataille est extrêmement détaillé, chaque division étant représentée par 12 à 15 pions, chaque pion ayant ses propres spécificités s'appuyant sur de solides recherches historiques. Par ailleurs l'organisation des armées en corps d'armée et divisions fait l'objet d'une attention particulière qui doit être gérée par les joueurs ce qui n’est pas le cas dans OCS.

La bataille de Lorraine n'a jamais fait l'objet jusque-là d'un wargame dédié spécifiquement à cette campagne alors que la bataille des Ardennes qui s'est déroulée immédiatement au nord a été simulée maintes et maintes fois. Pourtant cette campagne a été longue et difficile pour les Américains qui ont avancé péniblement en direction de la Sarre, handicapés par les nombreux fleuves et rivières, le mauvais temps, le ravitaillement qui arrivait parcimonieusement, les fortifications allemandes et la ténacité de la Wehrmacht qui s'est accrochée au terrain.

La situation stratégique au début du mois de septembre 1944 :

LF démarre le 5 septembre. La 3eme armée US depuis la percée d'Avranches a avancé à raison de 60 kms par jour vers l'est avec ses XIIeme et XXeme corps mais aussi en direction opposée, vers Brest, avec son VIIIeme corps. Le 5 septembre les pointes de Patton ont dépassé Verdun et sont aux portes de Toul. Dans le même temps la Iere armée de Hodges est à Sedan alors que la VIIeme armée US est au nord de Lyon. Une fraction des troupes de la Iere armée allemande n'ayant pas retraité assez vite des côtes de l'Atlantique, harcelées par les FFI capitulent à Issoudun le 14 septembre. Entre les 9 et 11 septembre des éléments de la XIXeme armée allemande en retraite depuis le sud-ouest et la Provence via la vallée du Rhône rejoints par une fraction de la Iere armée s'ouvrent de vive force un passage à Autun occupée par les maquis du Morvan. Les trainards sont capturés quelques jours plus tard entre Autun et Dijon.
Le 12 septembre des avant-gardes françaises de la 2eme DB venant de Normandie rencontrent au nord de Dijon des éléments de l'armée de de Lattre arrivant de Provence.
Néanmoins une large fraction des Iere et XIXeme armées a réussi à s'échapper par la trouée de Belfort notamment la 11eme panzer qui, encerclée à Montelimar à la fin du mois d'août, s'est frayée un passage de vive force entraînant dans son sillage de nombreux éléments de la XIXeme armée.

L'avance des armées alliées en France depuis la Normandie
(Document Decision Games)

Image


Situation du front le 5 septembre 1944
(Document Decision Games)

Image

La résurrection des armées allemandes sur le front ouest :

Le 5 septembre la Iere armée allemande fait face à Patton entre Nancy et Metz. Ce même jour le général Otto von Knobelsdorff, un dur à cuire du front de l'est, en prend le commandement. Après avoir abandonné sur les routes du centre de la France ou dans ce qui deviendra les poches de l'Atlantique une grande partie de ses effectifs elle se reconstitue à une allure record. Elle encadre au sud le XXXXVIIeme panzer corps qui a réussi à s'échapper de la Normandie et dans le secteur de Metz le LXXXIIeme corps. Le XXXXVIIeme panzer corps dirige 2 divisions de panzergrenadiers acheminées d'Italie. Ces 2 formations entièrement motorisées et quasiment intactes sont des troupes d'élite. 2 divisions de Volksgrenadiers (36eme et 553eme VG) de formation récente complètent les effectifs. Le LXXXIIeme corps dirige 5 divisions (48eme, 559eme, 462eme et 19eme VG) ainsi qu'une miraculée de la bataille de Normandie : la 17eme panzergrenadiers SS relativement fraiche. La 462eme VG est chargée de la défense de Metz. Elle encadre des bataillons disparates depuis des troupes de police et sécurité, des bataillons formés autour de rappelés souffrant de maladies mais aussi de troupes d'élite constituées autour d'élèves officiers. La garnison de Metz s'appuie sur une ceinture de forts dotés d'une puissante artillerie qui sera constamment renforcée pendant la campagne. Ces forts construits avant 1914 ont été intégrés à la ligne Maginot puis réoccupés par les Allemands en 1940. Les 553eme et 559eme VG n'ont plus que 6 bataillons mais chaque bataillon a été considérablement renforcé en armes automatiques.

Image

Image

Le fort Driant était l'un des forts les plus puissants de la forteresse de Metz doté d'une formidable artillerie.
Document Decision Games

Image

Le flanc sud de la Iere armée est couvert (mal) dans la région de Mirecourt (Vosges) par l'aile nord de la XIXeme armée articulé autour du LXVIeme corps comprenant la 16eme VG, un kampfgruppe anémique et une rescapée de la Normandie : la 21eme panzer réduite à l'état de squelette. La 19eme armée sera renforcée à la mi-septembre par la 11eme panzer une division quasi intacte malgré son anabase à travers le midi de la France, la vallée du Rhône et de la Saône. La jonction entre les 2 armées allemandes n'est pas réalisée au 5 septembre. Un trou de 30 kms subsiste entre les 2 armées seulement couverts par quelques bouchons retardateurs et des abattis.

Image


La 5eme panzer armée (anciennement groupe panzer West) commandée par von Manteuffel ayant été sévèrement étrillée en Normandie occultera à partir du 12 septembre cette brèche.
La Iere armée est flanquée sur son aile nord à partir de Longwy et du Luxembourg par le LXXXeme corps de la 7eme armée allemande, une rescapée de la Normandie. 2 divisions et une brigade couvrent le secteur : une partie de la 5eme para qui a réussi à s'extraire de la poche de Falaise, ce qui reste de la Panzer Lehr, autrement dit pas grand-chose, et une nouveauté dans l'armée allemande : la 106eme panzer brigade dotée seulement de 3 compagnies de chars Panther, d'une compagnie de chasseurs de chars et de génie et d'un bataillon de Panzer Grenadier, autant dire une caricature de division panzer.



Les arrières allemands sont couverts par la ligne Maginot que les Allemands s'efforcent de retourner vers l'ouest, les forts de Bitche mais surtout par la ligne Siegfried qui est remise progressivement en service.
Des bataillons de remplacement et d'entraînement provisoire sont formés à la hâte et dirigés sur la ligne de front. Une fois intégrés dans des bataillons de l'armée régulière pour combler les pertes ces unités sont dissoutes. Une division de Flak à 4 régiments campe sur la ligne Siegfried prête à faire mouvement vers l’ouest.

L'armée de Patton : une force formidable à cours de ravitaillement :

Du côté de Patton le XIIeme corps couvre le flanc sud de la 3eme armée avec, au 5 septembre, 2 divisions : 80eme DI et 5eme blindée plus les groupes de reconnaissance du corps. Ces formations avancent entre Nancy et Pont à Mousson pour border la Moselle. Ultérieurement ce corps sera renforcé par la 35eme DI.
Le XXeme corps US qui s'étale entre Longwy et Pont à Mousson a la redoutable tâche de couvrir la forteresse de Metz qui peut aplatir avec sa puissante artillerie les unités s'approchant un peu trop près. Le corps dispose de 3 divisions : 90eme DI déjà active à Utah Beach le 6 juin, la 5eme DI et la 7eme blindée.
A la mi-septembre la 3eme armée est renforcée par l'arrivée d'une partie de la 6eme DB en provenance de la Bretagne et de la 83eme DI.
La 3eme armée dispose, en sus des unités d'artillerie divisionnaire, d'une formidable artillerie de corps et d'armée avec 33 bataillons, de 4 bataillons de chars, de 13 bataillons de tank destroyers, de 21 bataillons de génie et de 6 groupes de cavalerie (reconnaissance). L'ensemble est soutenu par le 19eme groupe aérien de soutien tactique avec 8 formations de chasseurs bombardiers soit au total 550 avions. La 3eme armée rassemble 240 000 hommes.
Le sud de la 3eme armée est couvert à partir de la mi-septembre par le XVeme corps de la 7eme armée de Patch : 79eme DI US et la 2eme DB française qui doit occuper le nord de la plaine d'Alsace et se diriger vers Strasbourg via la trouée de Saverne.
Au matin du 5 septembre les forces de Patton sont à bout de souffle, épuisées par une chevauchée qui les a menées de la Normandie à la Lorraine. Les réservoirs de carburant sont à sec, les stocks d'obus au plus bas. Le ravitaillement n'arrive pas à suivre une avance dont la vitesse a surpris tout le monde. Les besoins en carburant sont colossaux : pour avancer de 80kms le seul XXeme corps a besoin de 1.2 million litres d'essence. Le réseau ferroviaire français est détruit. Pour alimenter l'avance les Américains instaure le "Red Ball Express" une noria de 6000 camions roulant jour et nuit depuis Cherbourg et les plages de Normandie jusqu'à la ligne de front. Le système est peu rentable car 15% du carburant disponible est brûlé par les camions pour transporter les marchandises. Les pannes et les accidents sont nombreux. Un pont aérien d'une capacité journalière de 500T est instauré pour alimenter la 3eme armée. Mais les priorités vont à l'opération "Market Garden". Au 28 août la 3eme armée ne reçoit que 10% de ses besoins en carburant et quasiment rien la semaine suivante. Pour maintenir en mouvement ses groupes de reconnaissance Patton en est réduit à siphonner les réservoirs des autres véhicules et à traquer les stocks d'essence abandonnés par les Allemands pendant leur retraite. Les ordres d'Eisenhower à la 3eme armée sont néanmoins clairs : avancer vers la Sarre, franchir la ligne Siegfried puis le Rhin afin d'encercler la Ruhr. Plus facile à dire qu'à faire ! Au 5 septembre un premier obstacle se dresse devant Patton : la rivière Moselle.

Le décor est planté. Messieurs les généraux allemands et américains à vous de jouer !
Vous pouvez commencer la campagne en septembre, octobre ou novembre.

Pour en savoir plus:

https://www.facebook.com/62796079063156 ... 4556572517

Image


Image

rems
Grognard
Grognard
Messages : 1394
Enregistré le : lun. 26 juil. 2010 20:32
Localisation : Paris XXe

Re: GOSS: Lucky Forward

#2 Message non lu par rems »

Micke a écrit :La bataille de Lorraine n'a jamais fait l'objet jusque-là d'un wargame dédié spécifiquement à cette campagne alors que la bataille des Ardennes qui s'est déroulée immédiatement au nord a été simulée maintes et maintes fois.
Au moins une vieillerie française, Lorraine '44 chez Simulation Cornejo. ;)

Patton' s 3rd Army également chez SPI. Et plus récemment The Drive on Metz de Jim Dunningan qui était reparu dans un C3i.

Rémi

Avatar du membre
WiFDaniel
Rat de bibliothèque
Rat de bibliothèque
Messages : 6114
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 16:04
Localisation : Paris

Re: GOSS: Lucky Forward

#3 Message non lu par WiFDaniel »

Merci pour cette introduction, tant il est vrai que la campagne d'automne 1944, pourtant passionnante, est peu simulée.

Je suis curieux de voir comment l'incapacité des pléthoriques troupes américaines à progresser en septembre est simulée par le jeu: est-ce qu'il y a une "idiot rule" qui force les américains à ne pas bouger/attaquer ? Avec tous les pions qu'ils ont... Mais c'est peut-être obtenu via les règles de supply, en ne donnant juste pas de supply aux américains ?

Pour comprendre la campagne, bien plus que le texte superficiel de George Forty, il faut lire La Course au Rhin de Nicolas Aubin.

Quelques corrections, mineures, sur les aspects purement historiques :
Le sud de la 3eme armée est couvert à partir de la mi-septembre par le XVeme corps de la 7eme armée de Patch...
Autant que je me souvienne, le XV Corps est d'abord affecté à Patton, puisqu'il vient de Normandie. Il passe sous Patch fin septembre seulement. Patton proteste en vain.
...qui doit occuper le nord de la plaine d'Alsace et se diriger vers Strasbourg via la trouée de Saverne
C'est en effet ce qui se produira en novembre, mais d'autres options existent, à commencer par une avance de cette 7ème armée vers Sarrebrück, empiétant sur la zone de Patton. Comment le jeu intègre l'action de la 7ème armée américaine ?
Les besoins en carburant sont colossaux....Mais les priorités vont à l'opération "Market Garden"
Un raccourci classique et populaire. Mais historiquement il n'y a pas trace d'un basculement du ravitaillement de Patton aux Britanniques. Aussi, les Britanniques ont une ligne de ravitaillement indépendante, si bien qu'ils ne réclament pas, par exemple, que les camions du Red Ball Express viennent les aider. Par contre, il y a peut-être un arbitrage entre Patton et Hodges (et donc sans aucun lien avec Market Garden).
Au 5 septembre un premier obstacle se dresse devant Patton : la rivière Moselle
Avec la question qui va avec: environ 3 jours plus tôt, le même Patton passe la Meuse comme si de rien n'était. Pourquoi bloque-t-il alors sur la Moselle ?

Micke
Grognard
Grognard
Messages : 856
Enregistré le : jeu. 15 mai 2014 05:17
Localisation : Paris

Re: GOSS: Lucky Forward

#4 Message non lu par Micke »

Merci WiFDaniel pour cette lecture critique et les précisions apportées.

Quelques réponses:
Pour comprendre la campagne, bien plus que le texte superficiel de George Forty, il faut lire La Course au Rhin de Nicolas Aubin.

Le livre de Georges Forty est intéressant pour un wargameur dans la mesure où cet ouvrage contient de nombreuses cartes décrivant les principaux engagements et mouvements de troupes ce qui permet de comparer le déroulement du jeu à ce qui s'est passé réellement.

Je suis curieux de voir comment l'incapacité des pléthoriques troupes américaines à progresser en septembre est simulée par le jeu: est-ce qu'il y a une "idiot rule" qui force les américains à ne pas bouger/attaquer ? Avec tous les pions qu'ils ont... Mais c'est peut-être obtenu via les règles de supply, en ne donnant juste pas de supply aux américains ?

Les Américains ont de sévères limitations entre les 5 et 7 septembre. Globalement leur ravitaillement en fuel et munition est limité et s'ils veulent avancer trop rapidement ils prennent un risque de fatiguer leurs unités. Toutefois c'est le choix du joueur de répartir la pénurie comme il l'entend et de faire avancer à peu près normalement certaines unités au détriment des autres.

Autant que je me souvienne, le XV Corps est d'abord affecté à Patton, puisqu'il vient de Normandie. Il passe sous Patch fin septembre seulement. Patton proteste en vain
D'autres options existent, à commencer par une avance de cette 7ème armée vers Sarrebrück, empiétant sur la zone de Patton. Comment le jeu intègre l'action de la 7ème armée américaine ?

Dans le jeu le XVeme corps rentre au sud de la carte à l'ouest de Mirecourt le 11 septembre et est tout de suite attaché à la 7eme armée US. Sans doute pour des raisons de simplification car les zones d'opération des armées US sont clairement matérialisées sur les cartes. Les divisions attachées à une armée ne peuvent pas changer d'affectation et on ne peut pas changer les délimitations entre armées dans ce module contrairement à d'autres modules de GOSS. Dans le jeu la 7eme armée américaine ne peut pas opérer sur Sarrebrück mais peut aller jusqu'à Bitche et Pirmasens. La raison est d'éviter des effets de bordure trop marqués. Strasbourg, le Sud de l'Alsace et des Vosges ne sont pas représentés dans ce jeu. La 7eme armée sous la pression française visait surtout Strasbourg et la libération de Colmar.

Avec la question qui va avec: environ 3 jours plus tôt, le même Patton passe la Meuse comme si de rien n'était. Pourquoi bloque-t-il alors sur la Moselle ?

Car s'il n'y avait pas d'Allemands derrière la Meuse, ceux ci attendent Patton derrière la Moselle (sauf à Toul qui n'est pas défendue). Les premières tentatives de traverser devant Pont à Mousson le 5 septembre par la 80th ID US se termine en désastre en face de la 3eme division de panzergrenadiers.

Un raccourci classique et populaire. Mais historiquement il n'y a pas trace d'un basculement du ravitaillement de Patton aux Britanniques. Aussi, les Britanniques ont une ligne de ravitaillement indépendante, si bien qu'ils ne réclament pas, par exemple, que les camions du Red Ball Express viennent les aider. Par contre, il y a peut-être un arbitrage entre Patton et Hodges (et donc sans aucun lien avec Market Garden).

La 3eme armée comme la 1ere armée US avaient des problèmes de ravitaillement, les Britanniques beaucoup moins. Quelle en était la raison ? Longueur des lignes de ravitaillement plus courte pour les Britanniques ? Armée britannique plus frugale ?

Avatar du membre
WiFDaniel
Rat de bibliothèque
Rat de bibliothèque
Messages : 6114
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 16:04
Localisation : Paris

Re: GOSS: Lucky Forward

#5 Message non lu par WiFDaniel »

Micke a écrit : Dans le jeu le XVeme corps rentre au sud de la carte à l'ouest de Mirecourt le 11 septembre et est tout de suite attaché à la 7eme armée US. Sans doute pour des raisons de simplification car les zones d'opération des armées US sont clairement matérialisées sur les cartes.
Un choix de design qui peut se comprendre.
Dans le jeu la 7eme armée américaine ne peut pas opérer sur Sarrebrück mais peut aller jusqu'à Bitche et Pirmasens. La raison est d'éviter des effets de bordure trop marqués. Strasbourg, le Sud de l'Alsace et des Vosges ne sont pas représentés dans ce jeu. La 7eme armée sous la pression française visait surtout Strasbourg et la libération de Colmar.
Quand la Pz-Lehr arrive sur le théâtre, c'est pour contrer une menace de la 7ème armée vers la Sarre, et si l'unité se heurte finalement aux troupes de Patton, c'est parce que ces dernières ont empiété sur le secteur de Patch. Je note le point juste pour souligner qu'entre Patton et Patch les choses sont un peu plus imbriquées qu'elles ont en l'air, ce qui n'est pas du tout le cas sur le flanc nord de Patton avec Hodges.

Sinon il n'existe aucune "pression française" pour Strasbourg. Au contraire, à l'automne 1944, le pays se désintéresse largement de la campagne militaire et s'occupe plutôt de la reconstruction (les soldats de De Lattre s'en plaignent amèrement).
Avec la question qui va avec: environ 3 jours plus tôt, le même Patton passe la Meuse comme si de rien n'était. Pourquoi bloque-t-il alors sur la Moselle ?

Car s'il n'y avait pas d'Allemands derrière la Meuse, ceux ci attendent Patton derrière la Moselle (sauf à Toul qui n'est pas défendue). Les premières tentatives de traverser devant Pont à Mousson le 5 septembre par la 80th ID US se termine en désastre en face de la 3eme division de panzergrenadiers.
Oui, c'est logique : si Patton est bloqué, c'est qu'en face ça se défend. Mais cela met en cause la thèse d'une crise logistique paralysant son armée. Cette alternative - panne d'essence ou incapacité à battre les troupes allemandes ? - n'est pas vraiment tranchée. Pourtant, le concepteur du jeu doit faire un choix.

[
La 3eme armée comme la 1ere armée US avaient des problèmes de ravitaillement, les Britanniques beaucoup moins. Quelle en était la raison ? Longueur des lignes de ravitaillement plus courte pour les Britanniques ? Armée britannique plus frugale ?
Les lignes de ravitaillement du 21 Groupe d'armées sont plus courtes, bien sûr. Mais les Britanniques ont aussi de sévères limites de ravitaillement, dès la mi août 1944. Montgomery décide alors d'arrêter la progression de certaines unités, ce que les Américains hésitent beaucoup plus à faire. Les Américains font plutôt avancer tout le monde en même temps. C'est plutôt par là que je chercherais : la gestion de la bataille n'est pas la même.

Avatar du membre
Tamerlan
Vieille barbe
Vieille barbe
Messages : 5511
Enregistré le : jeu. 19 juil. 2012 15:52
Localisation : Boulogne

Re: GOSS: Lucky Forward

#6 Message non lu par Tamerlan »

Merci pour cette présentation et mise en contexte Micke !

PS : tu as déjà reçu le jeu et clippé les pions ?
Pas le temps de jouer en semaine, trop de boulot, les parties avancent à leur petit rythme.

Quelques CR

Avatar du membre
hell on wheels
hell on wheels
hell on wheels
Messages : 9084
Enregistré le : jeu. 12 nov. 2009 23:06
Localisation : Paris outragé.... Paris martyrisé... mais Paris libéré

Re: GOSS: Lucky Forward

#7 Message non lu par hell on wheels »

Tamerlan a écrit :Merci pour cette présentation et mise en contexte Micke !

PS : tu as déjà reçu le jeu et clippé les pions ?
Pareil pour la présentation et Yep pour le jeu ;)

Micke
Grognard
Grognard
Messages : 856
Enregistré le : jeu. 15 mai 2014 05:17
Localisation : Paris

Re: GOSS: Lucky Forward

#8 Message non lu par Micke »

Les règles spécifiques au module Lucky Forward

La bataille de Lorraine a présenté certaines singularités au niveau climatique, relief, logistique, caractéristiques des unités engagées, importance des fortifications… Le livret de règles attaché à ce module tient compte de ces spécificités.

Logistique :

Le 5 septembre (Date de démarrage de la campagne) toutes les formations américaines sont en « low fuel » à l’exception des groupes de cavalerie motorisée (groupes de reconnaissance) qui ont une dotation normale en carburant. Tous les renforts entrant sur la carte jusqu’au 1er octobre sont en low fuel. Entre le 5 et 7 septembre inclu, toute unité dépassant la moitié de son potentiel de mouvement doit passer un test de fatigue : dé=0-5 pas de fatigue, dé=6-8 fatigue=1, dé=9 fatigue=2.
A partir du 6 septembre les règles normales de ravitaillement entrent en vigueur.
Les Américains ne disposent que de 3 points de transport (TP) contre 6 pour les Allemands. La situation commence à s’améliorer le 9 septembre avec 4 points de transport, puis 5 le 21 septembre et 6 le 22 septembre. Dans le même temps les Allemands bénéficient de 7 TP le 13 septembre, puis 8 TP à partir du 1er octobre. Ce n’est que le 16 octobre que la logistique américaine commence à dépasser celle des Allemands. Toutefois l’approvisionnement en obus de gros calibre reste un problème jusqu’à GD 88 ou la fin d’une trêve. Pendant cette période après chaque tir d’artillerie la 1ere batterie « depleted » doit être une batterie de 155mm ou plus. Le jet de dé pour réapprovisionner une batterie de gros calibre à un malus de +1. Les Américains doivent utiliser une partie de leurs TP pour faire rentrer sur la carte leurs unités de soutien : artillerie de corps et d’armées, génie, unités commandos… soient au total 75 unités indispensables pour soutenir les divisions. Pour 1 TP utilisé on peut piocher au hasard dans un pool 5 unités de soutien. L’Américain devra faire des choix difficiles entre faire rentrer davantage de renforts ou recevoir plus de fuel et carburant.

Image

Artillerie lourde américaine tirant sur Metz en octobre ou novembre 1944

Image

Les leaders :
Les leaders américains sont au nombre de 4 : Patton, Haislip (XVeme corps), John Wood (4eme DB) et Bob Grow (6eme DB)
Ces leaders apportent certains bénéfices correspondant à leurs capacités historiques. Ainsi Patton lorsqu’il est empilé sur le QG d’une division permet à cette division de lancer 2 fois plus de PA que ce qui est permis par le niveau d’ADV. Les unités de cette division peuvent avancer d’un hexagone supplémentaire après un combat.
Du côté allemand les briscards de la Normandie sont toujours là avec von Luck (21eme panzer), Bayerlein (Panzer Lehr), Manteuffel (5eme Panzer armée), von Luettwitz (XXXXVIIeme panzer corps). Muehlen commandant de la 559eme VG procure aux unités de sa division un gain en mouvement et en combat.
Von Knobelsdorff (1ere armée) lorsqu’il est empilé sur le QG de l’un des corps de son armée procure un gain de 2 colonnes dans un combat où l’Allemand est le défenseur.

Image

-Artillerie ferroviaire allemande : peut se déplacer le long d’une voie ferrée jusqu’à 30 hexagones.

Image

-Panzer brigades allemandes : le concept de ces formations, beaucoup trop faibles, s’étant révélé désastreux à l’usage il est possible à partir de GD50 de les dissoudre et de transférer leur équipement et troupes pour reconstruire ou compléter des unités appartenant à des panzer divisions régulières.

Image

Bataillons de remplacement allemands :

A partir de GD6 et une fois tous les 2 jours, l’un de ces bataillons peut être utilisé pour remettre en service un bataillon détruit appartenant à une formation régulière. 2 steps d’un bataillon de remplacement régénèrent un step de bataillon régulier.

Image

Reconstitution de divisions :

Certaines divisions étaient tellement amoindries et avaient subi de telles pertes que le haut commandement tant allié qu’allemand décidait de retirer ces divisions de la ligne de front pour les mettre au vert, loin de la ligne de front, et les reconstituer. (Refit)
Ces formations doivent être placés à au moins 20 hexagones d’une unité ennemie. Le processus de refit est interrompu si une unité ennemie s’approche à 8 hexagones ou moins de la formation et ne peut pas reprendre avant un délai de 5 jours.
Une division d’infanterie US en refit reçoit tous les jours 4 steps de remplacement, une division blindée US 3 steps d’infanterie et 2 steps de blindés.
Une division motorisée allemande reçoit quotidiennement 2 steps d’infanterie et un step de blindés, une division d’infanterie allemande 3 steps d’infanterie.
Ces remplacements arrivent en sus du système de remplacement normal qui fait l’objet d’un tirage aux dés tous les matins pour les 2 camps, sans oublier les steps provenant du recyclage des pertes.
On ne peut ajouter qu’un seul step par tour à une unité qui se reconstitue.
Ne pas oublier que pour reconstituer un bataillon détruit il faut payer 0.5 step supplémentaire pour le remettre sur la carte. (1 step s’il a été détruit après encerclement)

ImageImage

Avatar du membre
WiFDaniel
Rat de bibliothèque
Rat de bibliothèque
Messages : 6114
Enregistré le : sam. 27 sept. 2008 16:04
Localisation : Paris

Re: GOSS: Lucky Forward

#9 Message non lu par WiFDaniel »

C'est toujours aussi intéressant, merci.

J'aime bien, malgré le temps de jeu que ça prend en plus, la règle de refit: le joueur doit vraiment enlever l'unité du front et la mettre à l'abri, et s'il est un poil trop près du front alors que l'ennemi attaque, le refit est foutu.

Côté micro-détails, juste en lisant: dans les leaders US, il y a Haislip, alors que tu expliquais plus haut que son XV corps était hors du jeu. Le concepteur a aussi choisi d'ignorer Eddy (qui commande le XII corps) pour préférer son subordonné Wood (7 US Arm Div). Wood se fait relever de son commandement en novembre, si je me souviens bien. Ce ne sont là que les illustrations sur les pions, mais elles montrent certaines croyances du concepteur.

Toujours sur les micro-détails, si les trains blindés ont la capacité de se déplacer tous les tours de 30 hex, il y a sans doute un petit manque de réalisme : cela signifierait que le rail est toujours à leur entière disposition, comme s'il n'y avait pas unités et ravitaillement ferroviaires. Il n'y a pas tant d'endroits où un train peut se garer pour en laisser passer un autre, et je suis sûr que certains des voies sont à rail unique...

Micke
Grognard
Grognard
Messages : 856
Enregistré le : jeu. 15 mai 2014 05:17
Localisation : Paris

Re: GOSS: Lucky Forward

#10 Message non lu par Micke »

WiFDaniel a écrit :C'est toujours aussi intéressant, merci.



Côté micro-détails, juste en lisant: dans les leaders US, il y a Haislip, alors que tu expliquais plus haut que son XV corps était hors du jeu.
Non, le XVeme corps est immédiatement rattaché à la VIIeme armée US et opère au sud de la carte. Voir ci dessous


Image
WiFDaniel a écrit :
Toujours sur les micro-détails, si les trains blindés ont la capacité de se déplacer tous les tours de 30 hex, il y a sans doute un petit manque de réalisme : cela signifierait que le rail est toujours à leur entière disposition, comme s'il n'y avait pas unités et ravitaillement ferroviaires. Il n'y a pas tant d'endroits où un train peut se garer pour en laisser passer un autre, et je suis sûr que certains des voies sont à rail unique...
Je suis d'accord, cette règle m'a surpris. Je trouve cette capacité de déplacement trop généreuse. Personnellement j'aurais accordé 30 MP uniquement la nuit. Les voies ferrées devaient être constamment surveillées et bombardées. Je ne sais pas si les Allemands les utilisaient pour acheminer ravitaillement et renforts.

Répondre

Retourner vers « Deuxième Guerre Mondiale »